1

2

Rentrée solennelle ASEMA
Jamais rentrée solennelle de l'ASEMA n'aura bénéficié d'autant de publicités et pour cause! Nous en sommes à notre première. Rebaptisée rentrée solennelle cette année, la traditionnelle AG a attisé notre curiosité tout au long de la semaine à coups de SMS, d'affiches, de campagnes, de subventions des plats du resto... Pour les absents, votre magazine a dépêché sur le terrain ses reporters et première impression: le high label c'est pour bientôt! Au programme de la journée, l’assemblée générale qui regroupe la présentation du programme d’activité, l’adoption du budget, l’adoption des statuts, et l’élection du commissaire aux comptes, et la présentation des courriels professionnels, plus le lancement de la junior entreprise, autant dire que la journée était remplie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mobilisation a été au rendez-vous. L’auditorium traditionnellement vide était rempli à moitié. Pour ceux qui en doutaient, les étudiants du CESAG sont polyglottes… non seulement l’allocution d’ouverture fut-elle faite en anglais et en français, mais aussi en Espagnole  ! Au rayon des innovations nous avons cette année l’organisation des olympiades le 6 avril, l’organisation du CESAG plateform of Debate et l’organisation de deux autres forums du manager à l’extérieur du Sénégal pendant les vacances en plus de celui traditionnellement organisé au CESAG, par contre pas un mot en ce qui concerne le séjour d’un mois au Ghana. Ah les promesses de campagnes... ! La vraie innovation réside dans le budget qui est de «  100  000  000 FCFA  »  ! Nous avons fait les maths et ce chiffre représente une augmentation de plus de 300% par rapport au budget de l’année dernière avec huit millions (8 000 000) provenant du CESAG, deux millions cinq cent milles (2 500 000) de Collina et huit millions (8 000 000) des sponsors… Le budget prévoyait une rémunération de 250 francs de l’heure pour la permanence au bureau, rémunération qui a défrayé la chronique et fait l’objet de nombreuses interventions tout au long de l’assemblée en raison de son incompatibilité avec le caractère bénévole de l’ASEMA. Suite à de nombreuses contestations sur la mise à disposition des statuts auprès des étudiants préalablement à l’AG, l’adoption des nouveaux statuts a été reportée à une date ultérieure par la commission. L’élection du commissaire aux comptes s’est déroulée sans grand suspense le poste nécessitant un commissaire au compte et un expert-comptable, Monsieur  Bah Ibrahima a été élu CAC à la majorité et Monsieur Diagana Mohamed à ses côtés comme expert-comptable. Mamadou Drame et Fallou Thiam ont présenté la nouvelle messagerie professionnelle des étudiants qui est un projet qu’ils développaient depuis trois années environ. Cette messagerie sera dorénavant le moyen de communication officiel du CESAG et de ses étudiants. En plus de contenir toutes les fonctionnalités d'une messagerie moderne, elle comporte aussi un calendrier par le biais duquel les emplois du temps seront mis à jour automatiquement par le CESAG, la possibilité d’effectuer des travaux de groupes à distances et un espace de stockage virtuel de 7 gigas sur Skydrive ! Autant d’innovations qui augmentent notre dépendance à l’outil internet et qui ne sauraient profiter pleinement à l’étudiant du CESAG sans le rétablissement de la connexion internet dans l’école comme l’a si bien souligné Mamadou Drame. La palme de la journée revient à Patrick le président du comité d’organisation. Et oui, la venue d’Orange, la musique, la mobilisation des hôtesses et le Cocktail, il n’y a pratiquement rien à dire. Le cocktail surtout vaut la peine d’être mentionné, ce n’était pas un service traiteur qui nous a servi, mais des étudiants comme nous de l’école hôtelière Saint Marthe accompagnés de leur professeur Monsieur  Gatien qui les supervisait dans cet exercice pratique bien particulier… Il fallait y penser  !

2

Rentrée solennelle ASEMA

3 1

Rentrée solennelle ASEMA

Faïka BAKO Floriane NTAB

4

Un tour chez les anciens présidents

Pour une première de notre dossier « anciens présidents  », nous partons à la découverte de trois anciens stagiaires du CESAG qui loin de l’anonymat ont une chose en commun  : diriger. Babacar NDAO, Eric Marcial NOBA et Alassane DIAGNE. Le premier ancien président de la Jeune Chambre Internationale (JCI), le second président de l’ASEMA en 2012 et le dernier ex-président de l’Association des Stagiaires et Anciens Stagiaires des Sénégalais du CESAG. ASASSC MAG a accordé trois interviews afin de rappeler pour certains, leurs implications dans la vie estudiantine, pour d’autres de remarquer un peu de sarcasme dans les propos et un retour sur la dernière assemblée générale de l’équipe de 2012. C’est ainsi qu’ils nous parleront de leurs parcours, et événements marquants qu’ils n’oublieront pas de sitôt. Le but est toutefois de savoir ce qu’ils sont devenus, ce que le CESAG leur a apporté et enfin les conseils à la nouvelle génération de stagiaires. Entretien avec trois anciens présidents. Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Bonjour chers lecteurs, je m’appelle Babacar NDAO et j’ai soufflé ma 1 ère bougie il y a de cela 25 ans. Je suis de la première promotion du système LMD du CESAG . L’objet de cet article est aussi de savoir ce que vous êtes devenus entre guillemets, alors que faites-vous actuellement si ce n’est pas indiscret ? Je continue à me former dans un programme appelé Master in International Business Développement à ICN Business School en France. Vous savez, beaucoup d’étudiants au CESAG, ne font qu’«  étudier  » et ne cherchent pas à aller au-delà de l’académique, pouvez-vous nous entretenir sur les avantages d’une vie associative dynamique à travers votre expérience personnelle ? L’expérience de la vie associative est très déterminante dans l’ascension du manager, en outre c’est son facteur clé de succès dans l’entreprise. De nos jours nous sortons tous des universités et des écoles de formations avec le même diplôme et ce document qu’est le diplôme n’est que la représentation matérielle du savoir acquis durant un cursus académique. Or nous savons tous que le chef d’entreprise n’a besoin que de la personne qui peut faire accroître son chiffre d’affaires et cela ne peut se faire que par le savoir, le savoir-faire, le savoir-être et le savoir-faire. L’école ne donne que le savoir et la vie associative le reste. À cela s’ajoute, le contexte actuel dans lequel on se trouve à savoir la globalisation qui a créé un environnement où ne survivrons que les personnes disposant des éléments cités précédemment et d’autre part, l’Afrique a besoin de managers avertis, conscients, engagés pour contribuer efficacement à son développement. Tout le monde peut devenir manager, mais pas leader et pour vérifier cette affirmation le milieu associatif est le lieu approprié. C’est dans l’association qu’émergent les grands hommes et les grandes dames (les décideurs). Continuez-vous de suivre l’actualité CESAGOISE même après l’avoir quittée  ? Les étudiants du CESAG ont enfin posé la première pierre de leur junior entreprise avec la possibilité pour les étudiants d’en devenir actionnaire en achetant leurs participations à 5000 FCFA, qu’en pensezvous ? Oui je continue de suivre l’actualité au CESAG, un rectificatif je n’ai pas quitté le CESAG, car cette école c’est moi et moi je suis elle, le tout confondu dans l’Afrique. C’est une très belle initiative et je remercie au passage toutes les personnes qui ont contribué directement ou indirectement à la mise en place de cette merveille qui s’avère être un élément déterminant dans l’ascension du CESAG.

5

Achèteriez-vous des actions si nous vous les proposons ? Oui j’achèterai des actions volontiers, sinon ça serait un crime (rire) Pour terminer un conseil à la nouvelle génération ? Chers étudiants et étudiantes africains, vous avez eu la chance d’intégrer cette prestigieuse école qui est le CESAG. Pourquoi est-elle prestigieuse, parce qu’elle représente l’Afrique en miniature, parce que beaucoup de managers et leaders bien formés dans notre cher continent y sont passés, etc., etc.,vous qui avez hérité de ce label, que faites-vous pour maintenir ce label à sa place? Vous ne vous rendrez compte de l’excellence de votre formation que lorsque vous côtoierez d’autres managers,d’autres leaders ne venant pas de votre école, et en ce moment que vous comprendrez le sens de l’expression centre d’excellence. C’est à partir du CESAG que devront naitre les États-Unis d’Afrique,qui à mon sens étaient l’idée qui animait ses pères fondateurs. Le CESAG forge un destin pour vous et pour l’Afrique par conséquent vous êtes le présent et le futur de notre cher continent. Nulle n’a le droit de rester en marge de ce combat noble. Tout cela ne pourra se faire que si et seulement si, la jeunesse africaine en commençant par celle du CESAG, accepte d’être gouvernée par les valeurs suivantes: le travail, l’éthique, la tolérance, la recherche du savoir, la persévérance, la sincérité, l’esprit d’équipe, la fraternité humaine, etc. en outre refuser la facilité. Vous êtes libre d’accomplir ou de trahir votre mission, et selon un vieux moine, si vous pensez que vous n’êtes pas assez forts pour faire quelque chose, enfermez-vous dans une chambre avec un moustique, vous verrez qui fera mal à son prochain. Un écrivain burkinabé disait: si nous nous couchons, nous mourrons!! À quand l’Afrique? Moi je répondrai aujourd’hui. La réussite ne s’improvise pas, chers Cesagois soyez des modèles de réussite, car toutes les conditions sont réunies. Je vous aime peuple Africain du CESAG. Bonjour Mr, pouvez-vous vous présenter à nos chers lecteurs  ? Bonjour je me nomme NOBA Eric Martial de nationalité ivoirienne, j’ai 28 ans. Qu'est-ce qui vous a poussé à vouloir devenir Pr de l'ASEMA  ? Tout d’abord merci de l’opportunité que vous m’offrez de pouvoir m’exprimer sur mes motivations pour la présidence 2011-2012, en réalité il faut dire dès mon arrivée au CESAG en 2008 j’ai tout de suite participé à la vie estudiantine en aidant de façon sporadique l’équipe du président HASHIR et par la suite j’ai été chargé des affaires culturelles. Donc, il faut dire que c’est la petite expérience que j’ai eue en entrant au CESAG et dans d’autres établissements qui m’a poussé à vouloir me mettre au service des étudiants pour défendre leurs droits et faire en sorte que leurs devoirs se fassent dans les meilleures conditions. Parlez-nous de votre expérience à sa tête : les moments forts de votre mandat ainsi que les quelques faiblesses que vous aurez eues à dénoter ? Je peux dire que ce mandat m’a apporté beaucoup d’autant plus que je devais gérer prés de 1000étudiants, les moments forts ont été les moments de chaudes discussions avec l’administration sur les questions les plus importantes de notre avenir professionnel et notre épanouissement, j’ai un caractère qui parfois me trahit je ne saurai dire si c’est un défaut ou une qualité, mais j’aime pas qu’on me dise non,quand je sais qu’on peut trouver des solutions, il ‘y a aussi les péripéties qu’on a traversées pour l’organisation du voyage en Gambie, cela n’a vraiment pas été facile. En ce qui concerne les faiblesses je dirai plutôt des déceptions, vous savez lorsque vous devenez public tout se dit sur vous sans pour autant vous connaître, j’ai tellement entendu de choses qui m’ont fait penser que mon plus grand péché était d’avoir voulu être président de l’ASEMA. Aujourd’hui je suis content d’être loin de tout cela, mais ça me fait toujours plaisir de recevoir des messages des amies et amis de l’école, ça fait vraiment chaud au cœur.

6

Comment avez-vous vécu votre dernière assemblée générale ? La dernière AG, c’était un moment d’émotion parce que comme je le disais des choses fausses ont été dites par des gens je ne sais pour quelles raisons, mais cela m’a grandi et m’a permis d’avantages de prendre mes gardes. Mais dans ma vie j’ai toujours appris à être honnête et l’AG était tout autre qu’une AG, mais un règlement de compte (rires), mais c’était de bonne guerre. Lorsqu’on est leader, on surpasse tout ça. Nous sommes dans une école de manager et les jeux politiques s’apprennent aussi sur le terrain. Que vous a apporté votre passage au sein du CESAG sur le plan humain et professionnel  ? Beaucoup plus que les autres écoles où je suis passé ne m’ont apporté. J’ai rencontré de superbes personnes avec qui j’ai beaucoup appris. Sur le plan professionnel le label CESAG m’a permis de rentrer dans une grande institution de la place et pour cela je remercie Dieu, ensuite mon père qui m’avait convaincu que le passage au CESAG m’ouvrirait certaines portes. Que devenez-vous actuellement ? Actuellement je suis dans une institution de la place au niveau du BUSINESS SERVICES DÉPARTEMENT COMPTABILITÉ ET FINANCE, j’essaie de me faire un chemin avec l’appui de Dieu, les prières de ma famille et le soutien des personnes très proches de moi. Quels conseils donnez-vous à vos petits frères étudiants et futurs managers  ? Ce que je peux dire à mes amis managers, c’est d’abord de croire en eux et d’être de véritables porteurs de projets parce que l’auto emploi sera le meilleur remède de réduction du chômage. Aussi travailler dur à l’école, se faire des relations. Être toujours bien habillé parce que tout commence à l’école, un vrai manager s’impose d’abord par l’extérieur et convainc par l’intérieur, il y’a des choses qui sont fondamentales quand on veut réussir. Il faut avoir la crainte de Dieu, car sans lui rien n’est possible. Pour terminer, je voudrais très sincèrement vous féliciter pour cette initiative, remercier mon ancienne équipe de l’ASEMA 2012 sans qui le mandat ne serait une réussite malgré ce que les mauvaises langues racontent. Longue vie à l’ASASSC NIO far…. Bonjour Président, pouvez-vous vous présenter à nos chers lecteurs  ? Bonjour je me nomme Alassane DIAGNE étudiant en dernière année de Master Professionnel en Audit et Contrôle de Gestion au CESAG, et ancien Président de L’Association des Stagiaires et Anciens Stagiaires Sénégalais du CESAG. Je me targue d’être un « boy town » parce que je suis né à la Médina, car ayant grandi et fait mes armes à Khar-Yalla et à présent vivant un peu partout dans Dakar. Je suis passé par l’École Supérieure Polytechnique de Dakar, le Collège St Michel de Dakar et le Collège Notre Dame du Liban. Qu'est-ce qui vous a poussé à vouloir devenir Président de l’ASASSC  ? Je dirais surtout par esprit de patriotisme. Étant étudiant dans une institution communautaire qui de surcroit se trouve au Sénégal, j’ai ressenti le besoin de faire en sorte que mon pays y rayonne de mille feux sur tous les plans. Parlez-nous de votre expérience à sa tête. Vous savez au théâtre lorsqu’on est spectateur, on a pour la plupart du temps aucune idée de ce qu’a pu endurer l’artiste pour nous gratifier de ce spectacle. Ce n’est que lorsqu’on s’essaie à l’imiter que l’on comprend un peu. Je n’ai pas toujours joué les grands rôles en ce qui est de la vie associative. Je dirai même que l’ASASSC a été ma première vraie expérience de la vie associative en tant qu’acteur. Étant à la tête d’une association d’une telle envergure je me devais de faire en sorte d’y apporter une organisation et une rigueur en interne ceci pour deux raisons, d’abord que mes collaborateurs puissent se

7

retrouver dans la tâche qui nous incombait, en faire la leur, se donner corps et âmes à sa réalisation et ensuite pour que ceux pour qui nous travaillions soient satisfaits. Sur ce plan je dis souvent que j’ai été plutôt chanceux en ayant autour de moi des personnes qui en avaient envie comme moi voir même plus. Quel bilan tirez-vous de votre mandat, vos réalisations et ce que vous auriez aimé faire de plus ? Je me permets de dire positif. Au début beaucoup de personnes aussi bien de l’Administration que des étudiants m’ont adressé qui leur optimisme qui leur pessimisme quant à la mission. Mais à la fin c’est des félicitations qu’a récoltées toute l’équipe de l’ASASSC. Cependant, tout ce que nous ambitionnions de réaliser pour l’association ne l’a pas été en totalité. Ceci pour diverses raisons à savoir les différentes perturbations extrascolaires (les élections présidentielles), le manque de moyens, mais aussi et surtout le souci que nous avions de ne point brûler les étapes. Beaucoup de projets seraient morts dans l’œuf si nous nous étions efforcés de les réaliser vaille que vaille. Nous étions plus dans la dynamique de poser les bases afin que les générations à venir puissent continuer la voie ainsi tracée pour le bien de tous les Sénégalais du CESAG. Ma plus grande satisfaction a été de voir ma communauté unie et soudée dans la joie et dans les moments difficiles, car pour moi là est l’essence même d’une association. Pourriez-vous partager avec nos lecteurs quelques moments forts, souvenirs et anecdotes croustillantes au sein de l’ASASSC ? (Éclats de rire) Des moments forts, il y en a tellement que je pourrai faire un livre qui serait à coup sûr un best-seller. Déjà nous avions comme slogan «  DIOUGUEUL YEUNGOU  » (littéralement ‘’lèves-toi et bouges’’). De ce fait, nous étions comme le sel culinaire c'est-à-dire dans toutes les bonnes sauces. Lors de la première manifestation à laquelle nous avions participé, à savoir la Journée d’Intégration, j’ai découvert des talents de danseurs et de comédiens dignes d’Hollywood, talents qui ont confirmé à la journée de Promo-Culture. Allez demander à celui qui a «  risqué sa mort  ». Ceux qui étaient là savent de quoi je parle. Jusqu’à aujourd’hui on en rit encore. Et en parcourant les photos, on ne peut qu’être nostalgique. Étant aussi un fou passionné du football, l’ASASSC m’a donné l’opportunité de participer à une Coupe d’Afrique en tant que joueur et de la remporter avec mon pays pour mon pays. Un moment fort et inoubliable. Comme autre souvenir il y a le séjour linguistique en Gambie organisé par l’ASEMA. Séjour qui m’a beaucoup marqué, mais comme on a l’habitude de le dire   «  ce qui se passe en Gambie, reste en : Gambie » alors ne comptez pas sur moi pour violer le secret. Et quels conseils prodiguerez-vous à vos successeurs ? Quelqu’un a témoigné à mon endroit et je cite   «  tu as été sénégalais jusqu’au bout  ». Je prends ça pour : l’un des meilleurs compliments qui m’ait été fait. Tout ce qu’une personne peut faire pour son pays n’est jamais chose vaine. Ce n’est que perpétuer ce que nos illustres aïeux ont fait pour qu’on soit reconnu et respecté. Alors qui que vous puissiez être, sachez être patriote autant que possible, cela vous donnera le courage et l’abnégation nécessaire pour faire face aux difficultés et réussir vos missions. Accordez le respect aux ainés et soyez compréhensifs envers les cadets. Permettez-moi juste de partager le premier conseil qui m’a été donné par ma mère lorsqu’elle m’a donné sa bénédiction et cela ne tient qu’à un seul mot : rigueur. Maintenant, venons-en au CESAG, lors des deux derniers classements du magazine panafricain ‘’ Jeune Afrique’’ des meilleurs business school, le CESAG occupait la 8e et la 6e place respectivement en 2011 et 2012. Il était notamment devancé par BEM Dakar et ISM Dakar. Qu’en pensez-vous ? J’apprécie la progression réalisée, toutefois je ne voudrais surtout pas que nous entrions dans une logique de comparaison avec les autres écoles. Même si les standards sont les mêmes les réalités sont tout autres. En outre, je ne suis pas au fait des critères sur lesquels ils se basent pour émettre un avis la dessus.

8

Sur un autre domaine, que vous a apporté votre passage au sein du CESAG sur le plan humain et professionnel ? Avant de venir au CESAG, un éminent professeur m’avait qualifié de produit brut qui nécessitait un conditionnement. À présent je puis dire qu’en plus de mes connaissances, j’ai acquis des attitudes et aptitudes pour affronter le monde des affaires. S’il vous arrive de saluer quelqu’un au CESAG, tâcher de bien lui serrer la main, car un manager doit avoir la poigne ferme, c’est un signe d’engagement. Quelles sont vos perspectives d’avenir, les objectifs que vous vous êtes fixés  ? Je ne suis qu’un simple étudiant avec la tête remplie de projets et de rêves. Je me suis fixé des objectifs sur le long terme, et je suis en perpétuelle quête des moyens qui me permettront de les atteindre. Raison pour laquelle je fais des études.Dans le court terme, j’espère avoir le courage de finir mon mémoire, dans le long terme j’espère être celui qui fera en sorte que tous les enfants boivent du lait comme il se doit s’il plait à Dieu. Le mot de la fin ? C’est un honneur pour moi de m’exprimer dans vos colonnes, comprenez qu’il n’est pas aisé de parler de soi, mais c’est avec un réel plaisir que je me suis adonné à cet exercice. Je voudrais juste remercier mes amis et ma famille ainsi que tous ceux qui de près ou de loin ont participé au rayonnement du Sénégal à travers l’Association des Stagiaires et Anciens Stagiaires Sénégalais du CESAG. PeaceUP

Faïka BAKO Floriane NTAB Pape M NDAW Amedine BA

9

Le 14 Février chez les Cesagois

14 Février : Saint-Valentin ou fête des amoureux. L’occasion pour les tourtereaux d’enterrer la hache de guerre, d’oublier les textos sans réponses, le baiser moins affectueux de la veille ou l’indifférence à la vue de la nouvelle coupe de l’autre. Monsieur et Madame prévoient de hausser le ton, un dîner sur la corniche, une promenade anodine bouquet de fleur à la clé ou une rose pour les plus simples. Chacun y va à sa manière. Et si on ne croyait pas vraiment à cette journée ? Les avis restent partagés si du côté des hommes la Saint-Valentin est absolument une fête commerciale et dénudée d’intérêt, les femmes demeurent de leur côté moins sceptiques et vous invitent dans un monde de romantisme imaginaire. Faisons un tour chez les étudiants pour savoir leurs avis. « Je ne crois pas à la Saint-Valentin. », ou «  C’est de la daube, fête purement commerciale ! » ; ainsi pouvons-nous lire la majorité des stagiaires hommes du CESAG. La Saint-Valentin selon eux reste une occasion pour exciter les gens autour de légendes infondées qui ne laissent pas indifférents leurs portefeuilles. Prenons le cas de Charles Licence 2 qui nous explique  « L’amour ne se manifeste pas par du : chocolat ou des dîners à 130000, j'attends de ma partenaire qu'elle soit indifférente des autres jours, qu'elle reste elle-même. Je n'ai jamais considéré la Saint-Valentin comme un jour hors du commun». On est pas loin de l’humoriste Gad El Maleh avec son dîner presque parfait du 14 Février. Musique étrange, ambiance carrée, clients constipés. Tout était réuni pour garantir une soirée «  inoubliable  » pour le jeune homme. Ajoutez une copine hystérique sur la chaise d’en face et les prix exorbitants au menu, vous avez selon Gad la soirée parfaite. Badara ancien stagiaire n’attend rien de cette journée, il est rejoint par le très remonté Assane Master 1 qui nous dit  «  Très franchement ma : Saint-Valentin idéale serait un jour où sans tomber dans la surenchère, on ferait juste ce dont on a vraiment envie ce qui nous manque à l'un comme à l'autre de faire sans jamais en trouver de temps en temps normal. Bref quelque chose de sain loin de cette autoévaluation sordide où on regarde qui a le plus gros cadeau. Qui a eu la nuit la plus chère, la petite copine la plus gâtée.  » On l’aura compris, la Saint-Valentin dérange et agace les hommes. Cerise sur le gâteau, les opposants de cette journée n’échappent pas souvent à des coïncidences révélatrices de leurs manques d’intérêt. Comme c’est le cas de Assane qui n’oubliera jamais cette journée : « Un 14 février j'étais habillé en noir en fait c'est ma couleur préférée et sans vraiment calculer le jour j'ai décidé de faire un cadeau à ma copine je le mets dans mon sac, arrivé je vois que les gens sont tous en uniforme de "lover" je me rends compte que c'est la saint val (oui oui je sais on est un peu intime après toute cette haine que je lui voue ). Ça m’a direct révulsé je n'ai ni donné de cadeau, ni parlé à ma copine c'était juste un peu trop quoi je pouvais pas faire ça à mon amour propre ».

10

Ils sont unanimes et lèvent tous leurs mains pour un 14 février insipide et normal, mais que nous réservent les demoiselles de l’autre côté ? Ces dernières voient leur journée en plus rose, même si l’unanimité n’est pas observée, force est de constater que la majorité est pour un peu plus d’attention, des tablettes de chocolat (noires de préférence), et peut-être un dîner romantique sans beaucoup de dégâts. Marthe licence 3 compare la Saint-Valentin à Noël, une fête où on cherche à offrir un cadeau spécial à son ou sa bienaimée, car selon elle ces ventes ne pourraient en aucun cas équivaloir aux chiffres d'affaires des entreprises réalisés dans l’année. Cependant, certaines d’entre elles privilégient à la place des cadeaux une attention particulière, ces petits gestes qui ne servent à rien comme leur ouvrir la porte, glisser la chaise juste au moment où elles s’assoient, ou simplement essuyer une tâche inexistante sur la joue. Eh ben cette politique du détail les obnubile. Le destin ou encore des coïncidences selon d’autres rendent spéciale cette journée comme Khady Master 1 qui a trouvé son grand amour un jour de 14 février  « Le jour d'une Saint-Valentin j’ai rencontré une personne qui m’est très chère. C’était à : l’occasion dune soirée, je l’avais déjà vu le samedi d’avant sans le connaitre et il m'a plu et par hasard encore on s’est revu le jour de la Saint-Valentin. Je pense que cette année la ça tombait un mardi enfin je ne sais plus et c’est lui qui m’a abordé bien qu’il me plaisait aussi et voilà. On a passé une soirée à se connaître et c’est parti.» Par contre, il demeure parmi les femmes stagiaires des exceptions. Ces dernières moins touchées par l’attitude psychoromantique de leurs consœurs comme le cas de Sonia qui nous dit sans enthousiasme qu’elle n’attend rien de son homme à part qu’il soit égal à lui-même sans oublier de lui prouver au fil des jours l’amour qu’il a pour elle. Terminons par Marthe : « Une fois à une fête de Saint-Valentin, j'avais complètement oublié de faire un cadeau à mon petit ami parce que j'avais oublié que c'était ce jour. Ce dernier m'a demandé de le retrouver chez lui pour passer du temps et dîner mais j'ai décliné parce que j’avais cours le lendemain. À plusieurs reprises il m’a demandé si je n’avais pas oublié un détail ou un truc important pour nous, je lui répondis à ma connaissance je ne pense pas. Il laissa la soirée se terminer et le lendemain il fit tout pour me prendre à l'école. À la sortie des cours je le voyais là devant moi avec une rose rouge et un petit paquet accompagné d'une carte sur laquelle était marquée  : Bonne Saint-Valentin à la mère de mes enfants. J'ai tellement eu honte! » On l’aura compris. Les hommes doivent être mieux armés pour supporter débâcles, mauvaises surprises ou dépenses colossales de 14 février. Les femmes s’attachent à la tradition et ne sont pas prêtes à abandonner bouquets de fleurs et boîtes de chocolats. C’est parti alors pour une journée supplémentaire de sourires forcés (ou pas) et de couleurs assorties. Faites attention n’y allez pas trop fort, on est le 14 les mecs, encore 15 jours à gérer. Tout en espérant que le réveil ne sera pas trop difficile. En cas de difficulté financière, faites comme l’humoriste : « Avec toi chérie, la Saint-Valentin c’est tous les jours  !  » *Tous les noms de cet article sont des noms d'emprunt Amedine BA

11

Focus sur la communauté ivoirienne
Pays d’Afrique de l’Ouest d’une superficie de 322 462 km2, la Côte D'Ivoire compte une population estimée à 21 058 798 habitants et a pour capitale politique et administrative Yamoussoukro (Abidjan ,affectueusement renommée « BABI », demeurant capitale économique). Colonie française en 1893, le pays acquiert son indépendance le 7 août 1960, avec pour premier président de la République Félix Houphouët-Boigny. L’économie, essentiellement axée sur la production de café et de cacao fait de la Côte d’Ivoire un pays phare dans la sous-région ouest-africaine. La dénomination de « Côte d’Ivoire » est la traduction du nom portugais de Costa do Marfim donné par les commerçants navigateurs en route vers l’Inde. Culture La Côte d’Ivoire, comme d’autres pays d’Afrique, est une véritable mosaïque ethnique, on y compte plus de 60 ethnies différentes qui se regroupent en quatre groupes : :le Groupe Mandé (ou Mandingue) ,le groupe Krou, le groupe Gour et le groupe Akan. La Côte d’Ivoire accorde une primauté à son art tournant autour notamment de domaines tels que le bois et le bronze, les statues, les masques, le tissage, la peinture ou encore la poterie et autres bijoux en or. La danse dans la région de l’Ouest est une des plus riches dans le domaine de la danse. On y compte environ 300 danses traditionnelles. Parmi les plus connues : la temate de Facobly, la danse des échassiers de Gouessesso et Danane , la danse Gouah. Plusieurs musiciens ivoiriens ont fait leur marque sur la scène internationale : Alpha Blondi, Meiwé, Magic System . Pour les nouvelles générations, les rythmes comme le Coupé décalé, le Mapouka, le Zouglou sont prisés. La cuisine très variée à l’image des groupes ethniques qui vivent dans le pays. Elle est en général pimentée. Son best seller reste incontestablement l’Attieke.

12

La vie au CESAG
Les Éléphants Ivoiriens restent la communauté étrangère la plus importante, comptant entre 150 et 200 étudiants (158 selon les derniers recensements). Ils sont regroupés au sein de l’Amicale des Ivoiriens du CESAG (AIC). À l’image de leur emblème national, il est difficile de ne pas les remarquer. Non pas qu’ils soient énormes, mais surtout du fait de certains traits qui les distinguent, parmi lesquels la jovialité de leurs conversations, ponctuées de blagues ,taquineries (domaine dans lequel ils excellent) et d’expressions Nouchi. Par ailleurs nous pouvons citer leur accent qui sent bon Abidjan, leur goût et leur originalité pour la mode ,mais aussi et surtout leur grande sociabilité. L’ Ivoirien a une tenace réputation de fêtard qu’il a le mérite d’assumer pleinement. Néanmoins, il est travailleur et reste loin d’être le moins dégourdi. En témoigne la forte implication dans la vie associative ( ASEMA, JCI ,AIESEC …) Il faut croire que Dakar plaît aux fils de « Nanan » Houphouët Boigny. Plusieurs raisons pourraient l’expliquer. La présence d’une forte communauté, l’envie de découvrir des personnes et cultures nouvelles. La perspective d’emploi, mais aussi d’« Enjaillements » dans le Dakar by nigth. Et d’après les amateurs de bonne chair, les Sénégalaises sont un régal pour les yeux hormis quelques terribles exceptions nous dit le président de l’AIC ,Gilles Wanogo. Cependant, plusieurs aspects indisposent nos frères ivoiriens. Nous citerons pêle-mêle : l’attitude mesquine de certains compatriotes, la cherté de la vie, les nuisances sonores et olfactives surtout à la médina, la nourriture, la météo exécrable (il fait soit trop chaud, soit trop froid). Nous espérons malgré tout que nos chers Ivoiriens continueront à venir nombreux dans notre pays partager leur joie de vivre.

Ndeye Fama NIANG Mouhamad Bachir DIOUF bibanla.asassc@gmail.com

13

Halima Khalilou DIAGANA
Direction la Mauritanie pour vous présenter une jeune femme connue pour son sourire timide. Mais derrière cette simplicité, ce charme naturel existe un petit côté taquin que bien des gens n'arrivent pas à découvrir. C'est parti pour la conquête du jardin secret de notre manager du mois. Présentation De signe astrologique Scorpion Halima est née uun 24 octobre à Nouadhibou où elle grandit paisiblement jusqu'à l’âge de 7ans avant de s’installer à Nouakchott. Parlant quatre dialectes (Peuhl, Soninké, wolof et Hassanya) et titulaire d’un bac scientifique, cette Soninké avait pour objectif principal de devenir médecin dans son pays avant d’être réorientée malgré elle dans les sphères de la gestion de projet et du marketing. D’où son inscription régulière au CESAG. Parcours estudiantin Le CESAG n’a pas été son premier choix. Comme cité plus haut voulant devenir médecin elle avait postulé pour la célèbre université de Gaston Berger au Sénégal st louis et dans une autre tunisienne, mais n’ayant pas reçu de réponses de si tôt, elle s’est retournée vers le CESAG ou elle s’inscrit au concours qu’elle réussit avec brio. À son arrivée au CESAG, elle a été un peu dépaysée de voir autant de nationalités dans une atmosphère plutôt morose. Car naturellement les étudiants s’assemblaient de prime abord en fonction de la similitude de leur nationalité ce qui constituait un handicap pour elle vu l’absence d’une majorité mauritanienne à l’école et du aussi à sa personnalité très réservée et timorée. Mais grâce au concours de miss intégration dans laquelle elle a représenté dignement sa communauté, elle a su s’épanouir pour découvrir ses pairs. Grâce à ce regain, elle a su enlever le masque de la timidité et a affronté sa peur en tissant des relations avec son entourage. Loisir Côté détente avec son emploi du temps chargé, lorsqu’elle a du temps libre elle aime faire du sport. Nous entendons par là des petites foulées (rires) elle adore lire des romans africains et quelques fois contemporains (les misérables). De plus, elle adore le « henné »,danser malgré le fait qu’elle a d’après elle deux pieds gauches. Parmi ces passe-temps elle aime aussi cuisiner pour satisfaire son ventre surtout son plat préféré qui est le MECHOUI (Viande rôtie à broche sur des braises de feu. Et je cite « je vous en préparerai un de ces quatre aux rédacteurs de ce journal ». Son péché mignon est le chocolat ; ah oui ses yeux scintillent quand elle en voit donc chers lecteurs à vos cadeaux…

14

Futur Comme projet professionnel elle a un sens de l’initiative qui se démontre par la formation qu’elle suit en ce moment et elle aimerait entreprendre sur un business très rentable (elle préfère taire le nom pour que personne ne pique son idée) #rires très prévenants. Et son rêve est d’intégrer le Fonds Monétaire International pour améliorer leurs différents projets dans le monde, et ressembler un jour à ces femmes d’exception qui ont marqué l’histoire elle cite « Rosa Parks, tout ce que je veux c‘est réussir, c’est ce qui fait le bonheur de mes parents, car l'amour de nos parents, a nul autre pareil  »

Mot de la fin Je suis honorée de l’intérêt que le magazine de l'ASASSC porte à mon égard. C’est une belle initiative je l’encourage et je m’y aligne, cela prouve que vous mettez plus en exergue le côté diversité au sein de votre communauté tout en partageant avec les étudiants du CESAG la culture, les projets d’avenir, expériences… d’une personne que vous estimez éminente.

Faïka BAKO Floriane NTAB

15

Les bons plans

Welcome to KARDA, une ville pas comme les autres  ! Une ville touristique, culturelle et surtout la capitale du pays de la téranga (hospitalité). Sa beauté ne nous empêche pas toutefois de nous retrouver un samedi soir sans trop savoir où aller. Ne vous en faites pas, l’ASASSC Mag a pensé à vous  ! Vos fidèles serviteurs ont passé la capitale au peigne fin pour dénicher le bon plan du week-end. Ambiance cosy à deux, sorti entre amis ou viré nocturne, quels sont les bons plans du mois  ? Pour une sortie entre amis, nous vous suggérons le Paradise ! En bifurquant côté plage vers la porte principale du Magicland, vous serez agréablement surpris de découvrir un petit coin de paradis. Le Paradise regroupe trois restaurants en bordure de mer qui allient la beauté apaisante d’une plage sablonneuse à celle brute d’une plage rocailleuse. Pour les budgets serrés, des « braiseuses » de poissons ont aménagé des tables en bordure de mer créant ainsi un restaurant de fortune offrant aux clients des plats de poisson frais braisés accompagnés de frites, d’attieké, et d’alloco. C’est un cadre idéal pour une soirée pique-nique entre amis en bordure de mer. Vu le caractère informel du cadre, vous pourrez apporter avec vous les ingrédients d’une soirée réussie (boissons alcoolisées, apéritifs et desserts etc. .) ou toutes les choses (nappe de table, torche de table, etc) que vous jugez nécessaires pour réussir votre soirée. Cependant, le prix du poisson dépend de votre choix et de la saison et varie de 300 pour les petits poissons jusqu’à 7000 F CFA pour les plus gros selon votre nombre et vos envies ! Les « braiseuses » commencent leurs activités à partir de 18h. Si cadre informel plus lampe de table n’est pas votre truc, le paradise comporte aussi un resto-bar-billard avec une vue panoramique sur la mer et les rochers se situant juste avant la plage de sable. Ce lieu aux murs artistiquement décorés mêle une ambiance stand bar, aux grillades, et une «  dibiterie  ». Après notre entretien avec le gérant, nous avons obtenu de lui des réductions pour les étudiants venant en groupe. Vous n’avez pas peur de la dépense et vous avez envie de vous faire plaisir ou de lui faire plaisir, le Relais est fait pour vous ! Discrètement situé à droite du Magicland, le Relais est un restaurant dont le cadre à la fois chic, naturel et convivial se prêtera à toutes vos envies. Son Stand-bar bien fourni vous propose une gamme variée de cocktails... Le must au Relais ce sont les places vous offrant une vue panoramique sur l’océan à essayer absolument à 18h lors du coucher de soleil  ! La carte propose des plats accessibles à tous les budgets, variant de 1000F CFA à 6000FCFA. Le Relais est ouvert toute la journée ! Si en vous promenant dans Dakar, vous avez découvert un Coin In qui en vaut la peine et vous voulez le partager avec nos lecteurs, n’hésitez pas à nous le suggérer pour les prochains numéros.

Faïka BAKO Floriane NTAB

16

La meilleure façon de se parfumer
Coco Chanel avait l’habitude de dire “Une femme devrait porter le parfum partout où elle compte être embrassée”. Si le mot est bon, la technique n’est vraisemblablement pas la meilleure. Suivez plutôt ces quelques conseils pour bien porter un parfum : Mettez une goutte de votre parfum derrière chaque oreille au niveau de la racine des cheveux. Mettez-en aussi une goutte à l’intérieur de chaque coude. Avant de vous brosser les cheveux, appliquez quelques gouttes sur votre brosse à cheveux. Les arômes de votre parfum durent plus longtemps sur les cheveux que sur la peau. Et appliquer votre parfum sur la brosse permet de ne pas en mettre trop. Versez une goutte de parfum sur un morceau de coton et glissez la dans votre soutien-gorge, cela parfumera votre sillage. Et pour finir, pulvérisez quelques gouttes dans l’air et passez vite dans le nuage de parfum. Cela vous assurera une répartition finale idéale du parfum et mystérieusement préservera la durée de celui-ci.

Les erreurs à éviter:

Mettre trop de parfum. Cela peut sembler évident, mais manifestement trop de personnes ne sont pas au courant ou ne s’en rendent pas compte. Spécifiquement les personnes âgées dont l’odorat tend à diminuer. Mettre du parfum sous vos aisselles. Beaucoup de personnes le font encore et ce n’est pas une bonne idée pour deux raisons: Le mélange entre le parfum et la sueur n’est pas forcément très plaisant. Mais surtout parce que les produits que vous appliquez sous vos aisselles pénètrent très rapidement dans votre corps et votre circulation sanguine. Et croyez moi les parfums sont pleins de substances qui n’ont rien à faire dans votre circulation sanguine. Mettez plutôt un déodorant (sans aluminium) conçu spécifiquement pour les aisselles. Préférez le neutre si vous portez du parfum.

Yaye Thiaw NDIAYE thiawandiaye@gmail.com

17

Veni Vidi VESTON !
Parlons élégance de l’homme masculin viril, le vrai! C'est-à-dire que je vais vous montrer comment améliorer votre teint et avoir une taille fine ... Euh non non cette fois-ci je vous donnerai des repères pour choisir une bonne veste. On constate le regain des hommes pour leur apparence notamment sur le vêtement masculin par excellence la veste, mais on constate également qu’ils sont pour la plupart mal vêtues. En effet entre les vestes trop grandes et les cintrages outranciers (féminisant) il y a de quoi brouiller les repères et frôler l’overdose stylistique. Cependant, c’est une pièce relativement méconnue et pourtant l’un des vêtements basiques les plus faciles à porter si on sait bien le choisir. Bien sûr il existe une infinité de coupes et de paramètres de la veste casual à la plus formelle et il serait réducteur de vouloir les énumérer ici. Nous parlerons juste des caractéristiques simples qui vous permettront de choisir une veste qui vous ira vraiment et vous vaudront quelques compliments de ces dames.
D'abord, vous devez impérativement vérifier les épaules. En effet la couture doit tomber au niveau de la cassure des vôtres. C'est-à-dire un peu avant le début du bras. Elles ne doivent pas tomber sur le bras ni être trop serrées. C’est un point crucial, car tout est modifiable dans une veste après achat cependant pour les épaules c’est très risqué voir impossible de les retoucher sans en changer la morphologie. Ensuite vérifiez la coupe. Une bonne veste met en valeur votre silhouette sans vous boudiner. Le tissu doit se superposer à votre flanc et on doit voir une nette séparation avec la manche. Lorsque vous fermez la veste, de légers plis étoilés doivent apparaître autour des boutons. La manche de la veste doit arriver au niveau de l’os du poignet. Il existe un test très simple pour évaluer la longueur de la manche. Levez le bras comme pour regarder l’heure. Votre chemise et votre montre doivent apparaitre distinctement sans pour autant vous serrer le bras. La veste doit idéalement vous arriver à mi-fesses. Un peu plus ou moins selon votre convenance, mais ne doit pas masquer la fermeture de la braguette de votre pantalon ni arriver au bas du dos. Pour le nombre de boutons, on constate que les plus belles vestes ont un à deux boutons. Au-delà vous aurez l’air d’un pépé coincé. Idéalement le premier bouton doit se situer juste au-dessus du nombril.

18

Parlons du revers. C’est l’un des éléments qui peuvent vous donner de l’allure ou complètement saboter votre mise. Le revers est tributaire du nombre de boutons et de la longueur de la veste. Idéalement la largeur du revers doit tout au plus faire la moitié de votre poitrine. Il existe une multitude de revers, mais dites que vous choisirez une veste avec un revers en fonction de votre morphologie. Si vous êtes élancé, un revers plus large vous donnera du volume visuellement. L’inverse s’applique si vous êtes un peu plus trapu un revers mince vous augmentera votre taille.

Pour finir surtout n’appliquez pas au sens strict ces recommandations à l’achat, car il arrive rarement qu’une veste vous aille parfaitement dans un magasin. Dites-vous qu’une belle veste peut être un peu longue alors que les autres proportions sont respectées. Vous pourrez toujours la retoucher aftermarket. Lors de l’essai, vous devez être décontracté et naturel. Ne gonflez pas la poitrine ou les épaules et ne faites pas de moulinets avec vos bras. Une veste est censée vous limiter dans vos mouvements, mais seulement à vos mouvements les plus élégants. J’espère que cet article vous aidera à mieux choisir une bonne veste qui mettra en lumière l’homme élégant qui sommeille en vous.

Ibou DIAW ibou88@gmail.com

19

Souvenir d'un triangle d'or
En partance pour la CAN CESAG 2013, les «lions» caressent le rêve de rééditer l’exploit du Sénégal lors de la CAN CESAG 2012. En effet dans la mouvance des performances, nous pouvions remarquer quelques étoiles que l’équipe de 2013 devrait prendre comme exemple. Cette CAN a été marquée par un certain nombre de talents, notamment à l’occasion de la grande finale qui opposait le Sénégal à la Côte d’ivoire. Certes cette dernière a toujours été la bête noire des « Lions », mais cela n’était pas le cas en 2012 qui a été une année de gloire.

Ces Footeux: Un Trio de meilleurs joueurs On entend beaucoup parler de Zlatan et du néologisme Zlataner. Les Guignols n’ont rien inventé et rentrent dans une tradition du surnom, facilitée par avance grâce à des noms marquants de nature, grâce au nombre de syllabes, à la symétrie ou alors à la longueur. Non, Zlatan n’est pas le seul sur terre. Mais pourquoi aller jusqu’en Suède ou à Paris pour trouver un «Ibrah»? Pourquoi pas au CESAG? Là, nous n’avons pas de Ibrahimovic, mais pour toujours en rester au «Ibrah», nous avons un Ibrahima.

20

Ibrahima SALL Le mot «Gnamakou» a longtemps été un mot dont tout le monde cherche la signification. Eh bien, c’est ce «Gnamakou» qui a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Le pensionnaire de l’«A.S. Dakar Sacré-Cœur» et meilleur milieu de terrain du CESAG, est capitaine de l’équipe de la promotion 6, mais a aussi été capitaine de l’équipe du Sénégal lors de la CAN CESAG 2012. C’est pour cette juste cause qu’on le nomme «Capitaine Gnamakou». Cette fouine des ailes et du centre a un petit côté enfantin grâce à ce surnom. Lorsqu’il marque de l’intérieur de la pointe du ligament vous pensiez directement à «ce Gnamakou a encore fait effet».

Alassane DIAGNE Celui qui vous a fait rire dans l’article de janvier 2013 a été un élément marquant pour plusieurs choses, en 2012. Son style de jeu nous fait penser à «Papa Zizou», non seulement c’est un Numéro 10, mais aussi fait toutes les bonnes passes et cela se justifie par ses 2 titres de: 2e meilleur joueur de la CAN CESAG et de l’un des meilleurs joueurs de la Coupe du DG. Alassane Winch DIAGNE, voici un sobriquet affectueux voire enfantin qui contrebalance la dureté du Z plus cinglant. Avec cette lettre, notre imagination fait le lien rapidement avec la pointe de l’épée mimée après un but marqué. Décidément, Winch est né pour marquer les esprits.

Habib CISSE Classieux, élégant balle au pied, il est capable de besogner dur en milieu de terrain pour faire gagner les siens. Quitte à faire le sale boulot. Puissant, rapide, doté d'un jeu de passe extraordinaire qui nous fait penser à Tom Huddlestone, ses longues transversales notamment sont un régal. Habib excelle dans de nombreux compartiments du jeu. C'est enfin un milieu capable de marquer, en général depuis l'extérieur de la surface pour finir hors de portée du gardien adverse.

Ces trois Phénomènes forment un triangle qui a beaucoup apporté au jeu sénégalais durant la CAN. Le Triangle d’Or du football nous aura laissé de bons souvenirs au sein du CESAG, mais ce que nous n'oublierons surtout pas reste ces 3 talents qui le composent.

Malick DIOP lickjoob@gmail.com

21

Pape et Cheikh : La musique autrement

Où étiez-vous quand Pape Ndiaye Thiopet massacrait « chop my money  » de Akon  ? Si vous avez demandé votre fusil pour arrêter ce supplice, c’est que vous tenez certainement à vos oreilles. C’est le moment d’un traitement ou d’une thérapie. Pape et Cheikh  : le groupe à écouter pour échapper à l’overdose d’instruments musicaux créant une cacophonie entraînante certes, mais loin de la qualité. Derrière l’euphorie des fans, le passage en boucle aux principales stations de la place. L’album « Esprit live » s’avère être un projet cohérent regorgeant de pépites que vous pourrez bien apprécier. Découvrons le groupe et quelques titres de l’excellent album «  Esprit Live  » qui vous feront découvrir le Mbalax sous un autre angle. Originaires de Kaolack, au centre du Sénégal, Papa Amadou Fall et Cheikhou Coulibaly, surnommés les Princes du Folk, forment en 1997 le duo Pape et Cheikh. La première alternance sénégalaise a été tamponnée par le tempo musical du duo.Telle une pluie divine, le tube « Boulènewéngalgaal-gui » extrait de l’album « YAKAAR » avait arrosé tous les foyers politiques du pays, dissipant ainsi les ardeurs d’une politique conservatrice. Malgré une popularité intacte auprès de l’opinion sénégalaise, ils ont progressivement disparu de l’espace musical jusqu’en 2012 pour revenir en force avec la sortie de leur nouvel album «  Esprit Live  ». Dans « Esprit Live », Pape et Cheikh ouvrent une ère nouvelle. Là où leur précédent succès à savoir « Yakaar » était un hymne dédié à la démocratie et à l’alternance, «  Esprit Live  » est un chant en l’honneur des femmes, de la solidarité, de l’amour et de l’être humain en général. Avec des tubes comme « Yaye » et « Yeurmandé», c’est la femme qui est mise en valeur. Ce poème émouvant sur les valeurs féminines, sur le rôle de la femme en tant que mère, mais aussi en tant qu’épouse nous touche au plus profond de notre âme. Et qui parle de femme parle aussi d’amour. L’amour-passion dévorant le cœur de l’homme, mais aussi l’amour fraternel, lien unissant l’homme à son prochain. Car dans un monde où l’hypocrisie, la jalousie et la bassesse rongent le cœur des hommes, il est bon de se rappeler avant toute chose que l’homme ne peut survivre sans son semblable. Mélange de différentes variétés et sonorités musicales, «  Esprit Live  » vogue entre le mbalax, le folk et l’acoustique et est aussi une mosaïque de la culture sénégalaise. Étant un pays de paix et d'hospitalité, il était normal qu’un cri de cœur soit lancé pour la paix en Casamance à travers le morceau du même nom. Ki beug bakh: Notes de guitare habituelles, pour annoncer un lent rythme accompagné de paroles instructives (comme presque toutes les chansons de l’album). Pape et Cheikh évoquent le pardon, la capacité de la personne à pardonner après les obstacles de la vie et des personnes autour. À noter la prestation remarquable de Ablaye Mbaye invité sur le morceau. Lonkotina: Comme Yeurmandé, l’amour est encore au rendez-vous. Un titre parfait pour débuter une journée, l’amour dans tous ses angles, Pape et Cheikh y revisitent encore les mystères et la beauté de l’amour. Alors que dire de « Esprit Live » ? Juste un voyage agréable et inattendu au cœur même de la musique, un retour à la source, mais aussi une nouvelle voie que nous ont ouverte Pape et Cheikh.

Pape M. NDAW & Amedine BA

22

Blague Comment vous-même vous trouvez ça ? une femme va voir sa camarade, dès qu'elle franchit le seuil de la porte, papou,le fils de sa camarade court vers sa mère au salon et lui:<<maman! maman! ta camarade est venu,celle que tu dit son mari ressemble à souris là,celle que tu dis son enfant vole viande dans sauce là,et puis, et puis tu dis elle ne paie pas crédit là,et elle cherche mari de ses camarade là. maman, elle est là!>> et tout ceci devant la pauvre dame. Deux amis se disputent : - Dramane : " Je veux mon argent maintenant! " - Koudou : " Je vais me tuer pour que je ne puisse plus te payer. il sortit un pistolet et se tira une balle dans la tête " - Dramane : " hahaha ..... Si tu penses que tu va partir avec mon argent, alors tu te trompes, Je te suivrai jusqu'à ce que tu me paie. il prit le pistolet et se tira aussi une balle " Henry qui observait la scène à distance, se mit à rire en disant: " ces gars là sont drôles quoi, il croient m’empêcher de voir la suite? je vais regarder jusqu'à la fin".... il prit également le pistolet et se tira une balle dans la tête. DONC SI TU VEUX SAVOIR CE QUI S'EST PASSÉ ENSUITE TU SAIS QUOI FAIRE!!!!

Blague 1 mec ramasse un sac et appelle une station radio. Le mec: allo, j'ai ramassé 1 sac avec 25 millions, 1e carte de crédit appartenant à un certain Junior Kalou. Le présentateur: comme c'est généreux de votre part, donc vous cherchez un moyen pour lui retourner le sac? Le mec: quoi !!! NOon dèh! Je veux juste lui dédier une chanson! Le titre c'est: "l'ané de mon ané" C'est lors d'un voyage sur la planète Mars, pour la première fois de l'histoire, le Sénégal dirige l’opération, dignement représente par son commandant en chef NGOR Diéguane (Ngoreu pour les intimes). Il est accompagné par un américain, un russe et un français. Le vaisseau est sur Mars mais refuse de décoller. Le commandant Modou qui n'aime pas trop les français, se tourne alors vers l’équipage et leur tient ce langage: - MES CAMARADES NOUS ZAVOIR UN TRILEMME, ZE CRAINT PEUR QUE LA FUJEE EST BOLLOQUEE. IL SE LE FAUT QUE QUELQU'UN DEZENDE ET ALLUME LA FUJEE A LA MAIN, FORZEMENT, IL SE LE RISQUE DE MOURIR ICHI. ZE ZUIS LA COMMANDANT, DONC ZE RESTE POUR COMMANDITER. ALORS ZE M'EN VAIS TE LES POSER UNE QUECHION, CELUI QUI NE SACHEZ PAS LA REPONCHE RESTE ICHI. Il se tourne vers l’américain et lui demande: - D'APRES LES ESS-TATISTIQUES, OU EST TOMBEE LE BOMBE ANATOMIQUE? Hyorishima, dit l'americain. Il se tourne alors vers le russe: EN COMBIEN L’ANNÉE? Le russe: 1945 Il se tourne alors vers le francais et lui dit: - NOM, PERENOM ET E-MAIL DES ESSURVIVANTS?

Indice : The good good is good

QUI ESTCE ?
23

*Les blagues ont été recueillies des pages CESAG FAMILY Et ASASSC « diougueul Yengou »

Dialecte le plus répandu du Sénégal, le wolof sur le plan phonétique est un grand problème pour nos camarades. Il ne suffit plus de s’arrêter aux salamalecs d’usage comme le ndaga def, ou le maguifi rek. Ces quelques mots et leurs explications vont vous permettre dans un premier temps de ne pas avoir l’air étourdie dans les transports en commun, ou les petites retrouvailles. Enfin ils vous permettront de faire plaisir ou d’étonner vos camarades sénégalais. C’est parti pour quelques mots en Wolof. Les personnes  Man : Moi Yaw : Toi Mom : Lui ou elle Nioune : Nous Yène : Vous Niom : Eux ou elles Quelques verbes utiles : Dem : Partir Nieuw : Arriver Nelaw : Dormir Tok : s’assoir Formulations de questions : Da guey ? Est-ce que tu ? Da fay ? Est-ce qu'il ? Da gnou ? Est-ce que nous ? Da gni ? Est-ce qu'ils ? Exemple : Da guey dem dakar? Est-ce que tu vas à Dakar? Da fay lek tiép ? Est-ce qu'il mange du riz ? Da gnou dem restaurant ? Est-ce que nous allons au restaurant ? Da gnou am cours ? Est-ce que nous avons cours ? Da guey tok jardin ? Est-ce que tu vas t'asseoir au jardin ? Special Valentin : Tu me plais : Da nga meu nekh Je veux sortir avec toi : Dama beugue guène ak yow Tu es beau/belle : Da nga rafète Kay fone ma : Viens m'embrasser

24

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful