You are on page 1of 5

REGIME THERMIQUE

Définition de régime thermique. Qui se rapporte d'énergie qu'est la chaleur

Facteurs influençant le régime thermique du sol

 échanges énergétiques avec le milieu extérieur: principalement échanges radiatifs de


surface; dépendent fortement des conditions climatiques

déterminent la quantité globale d’énergie emmagasinée ou libérée par le système


sol - végétation

 transport de chaleur dans le sol: principalement par conduction

Equation du bilan des échanges d’énergie à la surface du système sol-végétation

Rn : rayonnement net (J . m-2 . s-1)

Rg : rayonnement solaire global (J . m-2 . s-1)

α : albédo

L'albédo du système Terre-atmosphère est la fraction de l'énergie solaire qui est réfléchie
vers l'espace. Sa valeur est comprise entre 0 et 1. Plus une surface est réfléchissante, plus son
albédo est élevé. Les éléments qui contribuent le plus à l'albédo de la Terre sont les nuages,
les surfaces de neige et de glace et les aérosols. Par exemple, l'albédo de la neige fraîche est
de 0,87, ce qui signifie que 87 % de l'énergie solaire est réfléchie par ce type de neige.

Ra : rayonnement atmosph. à onde longue (J . m-2 . s-1)

Rt : rayonnement terrestre à onde longue (J . m-2 . s-1)

Valeurs de l’albédo
Surface Albédo α
Limon silteux sec 0.23
Limon argileux sec 0.18
Limons argileux humide 0.11
Herbe 0.24 - 0.26
Gazon 0.20 - 0.25
Orge 0.21 - 0.22
Blé 0.16 - 0.17
Forêt 0.05 - 0.20
Eau 0.03 - 0.10
Neige 0.7 - 0.95

Equation du bilan d’énergie

Rn : rayonnement net (J . m-2 . s-1)


λ ET : fraction du rayonnement utilisé pour l’évapotranspiration
λ : chaleur latente de vaporisation (J . kg-1)

ET : flux massique d’eau d’ET (kg . m-2 . s-1)

H : fraction utilisée sous forme de chaleur sensible


G : fraction transportée dans le sol
M : fraction transformée en énergie chimique par les végétaux
Estimation du flux de vapeur vers l’atmosphère

ET : flux de vapeur d’eau ( kg.m-2.s-1)

ε : rapport des poids moléculaires de l’eau et de l’air (0.622)

Pa : pression atmosphérique (Pa)

Dv : coefficient de transfert turbulent de vapeur (m2.s-1)

e : pression de vapeur (Pa)

Estimation du flux de vapeur d’eau


La vapeur d’eau est transportée de façon chaotique du voisinage immédiat de la
surface du système sol-végétation par transfert turbulent d’air. Il en résulte un transport net de
vapeur d’eau de la surface à la cote zo et une hauteur de référence quelconque z1.
Ce flux turbulent est proportionnel au gradient de concentration de vapeur ρv entre les cotes
zo et z1.
Flux de vapeur d’eau ET (kg.m-2.s-1)

ρv : concentration en vapeur d’eau (densité) (kg.m-3);


ρvo: correspond à la saturation si la surface est humide
Dv : coefficient de transfert turbulent de vapeur (m2.s-1)
Humidité de sol: Les différentes techniques de mesures
L’humidité du sol (ou eau contenue dans le sol) détermine de façon essentielle la variation des
caractéristiques de différents matériaux ou sols.
Le taux d’humidité d’un sol en particulier va déterminer les caractéristiques de diffusion ou de stockage de
l’eau dans ce sol.
Ces caractéristiques concernent aussi bien les intrants solides que liquides qui vont pénétrer dans le sol.

Il existe différentes techniques de mesure de l’humidité d’un sol (ou autres substrats équivalents):

 Méthode gravimétrique:
Cette méthode consiste à sécher (passer dans un four à 105 °C) un échantillon de sol et connaître ensuite
par pesée finale (ramenée à la pesée initiale) le poids d’eau contenu par l’échantillon.
Méthode de référence, mais longue, coûteuse et destructive.

 Méthode par sonde à neutrons:


Cette méthode reste particulièrement efficace mais chère et désormais beaucoup trop réglementée
(caractère radioactif du principe de l’appareil) pour être utilisée simplement par un opérateur.

 Méthode par mesure de la conductivité électrique:


Cette méthode très économique est malheureusement très peu précise, et reste fortement influencée par la
nature du sol et la salinité des sols.

 Méthode capacimétrique:
Méthode électromagnétique (mesure de la permittivité diélectrique) économique, mais au volume
d’influence limité (1 à 2 cm autour des pointes du capteur) et influencée par le type de sol, la température et
la salinité.

Bien adaptée aux petits volumes de sol et avec un bon rapport prix/performance.

 Méthode TDR:
Née dans les années 1980 la méthode TDR (réflectométrie temporelle) se place comme une méthode
incontournable tant par la qualité que par la convivialité de ses mesures.
Le principe de cette mesure est basé sur la détermination du temps de propagation d’un pulse
électromagnétique le long d’une électrode introduite dans le sol. Le temps de propagation de ce pulse
dépend étroitement de l’humidité du sol (mesure de permittivité diélectrique).
Son volume d’influence est supérieur à celui des techniques capacitives. La mesure est par ailleurs
faiblement influencée par la température, la salinité et le type de sol.
Cette technologie permet des mesures précises à un tarif maintenant abordable.