You are on page 1of 341

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université de FERHAT-ABBAS SETIF

Faculté des Sciences de l’Ingénieur

Département de Génie Civil

PROJET DE FIN D’ETUDES


En vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état en Génie Civil
option C.C.I.

Thème :
Etude du pavillon de la Médecin Nucléaire
du Cantre Anti cancer de SETIF
à contreventement Mixte
avec sous-sol

Etudier par : Encadré par :


 M.CHOUANA FOUZI Mr. BOULEGRINA
 M.DJEMEDI FOUAD

« Promotion 2010 »
Au terme de ce précieux travail nous tenons en premier
lieu à rendre notre profonde gratitude à DIEU qui nous a
donné la force et la patience pour terminer ce modeste
travail dans les bonnes conditions
Nous tenons à remercier vivement notre encadreur Mr.
BOULEGRINA SAID
D’avoir pris en charge la direction scientifique pendant le
déroulement et la réalisation de notre travail.
Nous adressons un grand merci aux enseignants de
l’institue de Génie Civil de Sétif et tous ceux qui non pas
hésités à donner le moindre aide pour qu’on arrive à ce
niveau.
Merci à tous nos collègues de la promotion 2010.
Nous tenons également à remercier les membres de jury qui
ont accepté de juger sagement et honnêtement le présent
projet de fin d’étude.

Merci
Je dédie ce modeste travail à mes très chers
ma Mère et mon Père,
À mes frères : Yacine, Riadth, Faride, Karim, Nabil,
À mes précieuses sœurs : Sabrina et Soumia,
À toute la famille CHOUANA,
À tous mes collèges et mes amis : Hakim, Ayoub, Nouari,
Abd el Raouf, Fares, mon binôme Fouad avec tout les amis de
l’institue de Génie Civil de Sétif, et à toute personne que je
connais

Fouzi
Je dédie ce modeste travail à mes très chers
ma Mère et mon Père,
À mes frères
À toute la famille Djemedi,
À tous mes collèges et mes amis, mon binôme Fouzi avec tout
les amis de l’institue de Génie Civil de Sétif, et à toute personne
que je connais

Fouad
Sommaire
Sommaire

Sommaire

Liste des figures

Liste des tableaux

Plans d’architecture 8

Plans de coffrage 18

1. Chapitre I : Présentation du projet 26


1.1. Introduction 26
1.2. Caractéristiques géométriques 27
1.3. Etude conceptuelle du projet 27

2. Chapitre II : Caractéristiques des matériaux 32


2.1. Introduction 32
2.2. Le matériau béton 32
2.3. Le matériau acier 38
2.4. Actions et sollicitations 41
2.5. Notion d’états limites 42
2.6. Diagramme des déformations limites de la section 43
2.7. Hypothèses de calcul 44
2.8. Résumé des caractéristiques des matériaux du projet 44

3. Chapitre III : Prédimensionnement des éléments 46


3.1. Introduction 46
3.2. Prédimensionnement des poutres 46
3.3. Prédimensionnement de la dalle 47
3.4. Prédimensionnement de l’escalier 50
3.5. Prédimensionnement de l’acrotère 52
3.6. Prédimensionnement du poteau 53
3.7. Décente de charges 54
3.8. Prédimensionnement des voiles 65
3.9. Vérification de la compatibilité des dimensions entre poteaux et poutres 66

4. Chapitre IV : Calcul des éléments secondaires 68


4.1. Calcul de l’acrotère 68
4.2. Calcul des escaliers 77
4.3. Calcul des dalles 117

5. Chapitre V : Etude dynamique sismique 140


5.1. Généralités sur les séismes 140

6
Sommaire

5.2. Les différentes méthodes de calcul sismique 142


5.3. Calcul des efforts sismiques selon la méthode dynamique modale 146
5.4. Vérifications divers 167

6. Chapitre VI : Etude au vent 175


6.1. Introduction 175
6.2. L’effet du vent sur les constructions 175
6.3. Direction de calcul de l’action du vent 177
6.4. Calcul de la force de trainée 177
6.5. Calcul de la force de portance 183

7. Chapitre VII : Ferraillage des éléments porteurs 187


7.1. Introduction 187
7.2. Combinaisons des charges 187
7.3. Caractéristiques des matériaux 188
7.4. Ferraillage des poutres 188
7.5. Ferraillage des poteaux 205
7.6. Ferraillage des voiles 233

8. Chapitre VIII : Etude de l’infrastructure 251


8.1. Introduction 251
8.2. Etude du voile périphérique 251
8.3. Etude des fondations 261

9. Conclusion 307

10. Bibliographie 309

11. Annexes : Notes de calcul ROBOT structural analysis 312

7
Liste des figures
Liste des figures

Liste des figures :


1 Présentation des blocs du pavillon de radiothérapie p1

2 Composants du mur extérieur p2

3 Déformation transversale du béton p35

4 Diagramme contraintes-déformations du béton p36

5 Diagramme parabole-rectangle du béton p37

6 Diagramme parabole-rectangle de l’acier p39

7 Diagramme de calcul pour l’acier p40

8 Diagramme des déformations limites des sections (Règle des trois pivots) p43

9 Coffrage poutres p47

10 Plancher à dalle sur poutres croisés p47

11 Nomenclature escaliers p50

12 Escaliers à trois volées p52

13 Coffrage acrotère p53

14 Composition plancher étage courant p55

15 Composition plancher terrasse accessible p56

16 Composition plancher terrasse inaccessible p56

17 Poteau le plus sollicité Bloc 5 p59

18 Coffrage poteaux bloc 5 p61

19 Poteau le plus sollicité Bloc 6 p62

20 Coffrage poteaux bloc 6 p64

21 Dimensions voile de contreventement p65

22 Vérification compatibilité des dimensions poteaux-poutres Bloc 5 p66

23 Vérification compatibilité des dimensions poteaux-poutres Bloc 6 p67

24 Modélisation Acrotère p68

25 Centre de gravité de la section transversale de l’acrotère p69

26 Section de calcul de l’acrotère p70

27 Ferraillage acrotère p77

28 Model de calcul escaliers p77


Liste des figures

29 Plan escaliers p78

30 Elévation escaliers (coupe A-A) p79

31 Composants des escaliers p80

32 Model réduit Volée 2 p82

33 Chargement Volée 2 p82

34 Diagrammes sollicitations Volée 2 p83

35 Section de calcul Volée 2 p84

36 Model réduit Volées 1 et 3 p91

37 Chargement Volées 1 et 3 p92

38 Sollicitations Volées 1 et 3 P92

39 Diagrammes sollicitations Volées 1 et 3 p93

40 Charges permanentes sur Volées 1 et 3 p97

41 Schéma de ferraillage Volée 1 p100

42 Schéma de ferraillage Volée 3 p101

43 Schéma de ferraillage Volée 2 p102

44 Coffrage poutre brisée p104

45 Model réduit poutre brisée p105

46 Système de chargement poutre brisée p106

47 Système de chargement équivalent poutre brisée p106

48 Diagrammes des sollicitations poutre brisée p108

49 Section de calcul poutre brisée p108

50 Aire de torsion poutre brisée p111

51 Schéma de ferraillage poutre brisée (coupes A-A et B-B) p114

52 Schéma de ferraillage poutre brisée p115

53 Numérotation panneaux de dalle p118

54 Dimensions panneau 1 p119

55 Diagrammes des moments panneau 1 p121

56 Diagramme effort tranchant panneau 1 p121

57 Section de calcul pour panneaux de dalle p128

58 Dimensions panneau 4 p133

59 Arrêts des barres pour panneaux de dalle p135


Liste des figures

60 Schéma de ferraillage panneaux de dalle p137

61 Schéma de ferraillage panneaux de dalle (Coupes A-A et B-B) p138

62 Généralités sismologie p141

63 Régularité en plan Bloc 5 p145

64 Régularité en plan Bloc 6 p145

65 Régularité en élévation Bloc 5 p145

66 Régularité en élévation Bloc 6 p146

67 Forme modale mode 1 Bloc 5 p150

68 Forme modale mode 2 Bloc 5 p151

69 Forme modale mode 3 Bloc 5 p151

70 Forme modale mode 1 Bloc 6 p152

71 Forme modale mode 2 Bloc 6 p152

72 Forme modale mode 3 Bloc 6 p153

73 Disposition des voiles de contreventement p154

74 Forme modale mode 1 Bloc 5 avec voiles de contreventement p155

75 Forme modale mode 2 Bloc 5 avec voiles de contreventement p155

76 Forme modale mode 3 Bloc 5 avec voiles de contreventement p156

77 Forme modale mode 1 Bloc 6 avec voiles de contreventement p156

78 Forme modale mode 2 Bloc 6 avec voiles de contreventement p157

79 Forme modale mode 3 Bloc 6 avec voiles de contreventement p157

80 Spectre de repense sismique p160

81 Effort tranchants et moments de renversement sens longitudinal du bloc 5 p166

82 Effort tranchants et moments de renversement sens transversal du bloc 5 p166

83 Effort tranchants et moments de renversement sens longitudinal du bloc 6 p166

84 Effort tranchants et moments de renversement sens transversal du bloc 6 p167

85 Ecartement joint sismique p171

86 L’effet du vent sur les structures p175

87 Les composantes de l’action du vent p176

88 Valeurs du coefficient γ p178

89 Echelle fonctionnelle du coefficient τ p179

90 Abaque du coefficient de repense ξ p180


Liste des figures

91 Abaque du coefficient de dimension δ p181

92 Abaque du Coefficient dynamique de pression intérieur p184

93 Section de calcul poutres p191

94 Entrainement des barres p199

95 Ferraillage des poutres exemple de calcul (coupes A-A, B-B, C-C) p200

96 Ferraillage poutres exemple de calcul p201

97 Ferraillage autres poutres en travées bloc 5 p203

98 Ferraillage autres poutres sur appuis courants bloc 5 p 203

99 Ferraillage autres poutres sur appuis au droit des voiles bloc 5 p 203

100 Ferraillage autres poutres en travées bloc 6 p203

101 Ferraillage autres poutres sur appuis courants bloc 6 p 204

102 Ferraillage autres poutres sur appuis au droit des voiles bloc 6 p 204

103 Effort normal max et moment correspondent exemple de calcul 1 p210

104 Raideurs des poteaux et des poutres exemple de calcul 1 p210

105 Moment max et effort normal correspondent exemple de calcul 1 p213

106 Effort normal max et moment correspondent exemple de calcul 2 p215

107 Moment max et effort normal correspondent exemple de calcul 2 p217

108 Poteaux courts p223

109 Ferraillage transversal des nœuds p224

110 Schéma de ferraillage poteaux p229

111 Schémas de Ferraillage poteaux (Coupes A-A et B-B) p230

112 Ferraillage groupe poteaux 1 bloc 5 p231

113 Ferraillage groupe poteaux 2 bloc 5 p231

114 Ferraillage groupe poteaux 3 bloc 5 p232

115 Ferraillage groupe poteaux 1 bloc 6 p232

116 Dispositions règlementaires du ferraillage des voiles de contreventement p234

117 Moment max et effort normal correspondent sur voile exemple de calcul p236

118 Section de calcul voile p236

119 Diagramme des contraintes sur voiles p237

120 Schéma de ferraillage Voiles p248

121 Schéma de ferraillage voiles (Coupe A-A) p249


Liste des figures

122 Coffrage voile périphérique p251

123 Poussé des terre sur voile périphérique p253

124 Axes principale de calcul et dimension d’un panneau de voile périphérique p253

125 Abaque pour la détermination du coefficient de moment en travée 𝝁 p254

126 Abaque pour la détermination du coefficient d’effort tranchant 𝜼 p255

127 Tableau pour la détermination du coefficient 𝜸𝒙 moment sur bord supérieur p256

128 Tableau pour la détermination du coefficient 𝜸𝒙 moment sur bord inférieur p256

129 Tableau pour la détermination du coefficient 𝜸𝒙 moment sur bord latérales p258

130 Ferraillage voile périphérique p261

131 Dimensions de coffrage semelles isolées p263

132 Coffrage semelles bloc 5 p264

133 Coffrage semelles bloc 6 p265

134 Dimensions du coffrage des semelles isolés sous poteau x p266

135 Principe de la méthode des bielles p267

136 Excentricité semelle et excentricité poteau p268

137 Capacité portante semelle isolée p270

138 Poinçonnement semelle isolée p272

139 Arrêtes des barres semelle isolée p273

140 Schéma de ferraillage semelle isolée sous poteau centré p274

141 Schéma de ferraillage semelle isolée sous poteau centré (coupe A-A) p274

142 Stabilisations des semelles excentrées par des poutres de redressement p275

143 Liaison par poutre de redressement entre les semelles excentrée S3 et centrée S7 p276

144 Système de chargement poutre de redressement p278

145 Diagramme effort tranchant poutre de redressement p278

146 Diagramme moment fléchissant poutre de redressement p279

147 Schéma de ferraillage poutre de redressement (coupes A-A et B-B) p281

148 Schéma de ferraillage poutre de redressement p282

149 Sollicitations semelle continué centrée sous voile centré p284

150 Schéma de ferraillage semelle continue centrée sous voile centré p287

151 Schéma de ferraillage semelle continue centrée sous voile centré (coupe A-A) p288

152 Schéma de ferraillage semelle continue centrée sous voile centré (coupe B-B) p288
Liste des figures

153 Semelle continue 𝑺′𝟔 sous voile V1 et poteau C5 p289

154 Section transversale semelle continue p290

155 Chargement poutre libage p292

156 Système de chargement final de calcul poutre libage p293

157 Diagramme effort tranchant poutre libage p293

158 Diagramme moments fléchissant poutre libage p294

159 Schéma de ferraillage semelle continue sous voile et poteau (coupe A-A) p296

160 Schéma de ferraillage semelle continue sous voile et poteau p297

161 Schéma de ferraillage semelle continue sous voile et poteau (coupe B-B) p297

162 Schéma de ferraillage longrine p301

163 Dimensions de coffrage de la semelle continue sous voile périphérique p301

164 Sollicitations semelle continue sous voile périphérique p302

165 Diagramme des réactions du sol sous semelle continue sous VP p303

166 Schéma de ferraillage semelle continue sous voile périphérique p304


Liste des tableaux
Liste des tableaux

Liste des tableaux


1 Classes du béton selon la masse p33

2 Classes du béton selon la consistance p33

3 Valeurs du coefficient 𝛄𝐛 p33

4 Valeurs du coefficient θ p33

5 Contraintes limites de cisaillement p38

6 Nuances et limites élastique de l’acier p38

7 Valeurs du coefficient 𝛄𝐬 p40

8 Contraintes limites de l’acier p41

9 Charges d’exploitation p54

10 Charge permanente plancher étages courants p55

11 Charge permanente plancher terrasse accessible p56

12 Charge permanente plancher terrasse inaccessible p57

13 Charges due au mur extérieur p57

14 Dégression des charges p58

15 Décente de charges bloc 5 p60

16 Décente de charges bloc 6 p63

17 Charges permanentes escaliers p80

18 Sollicitations Volée 2 p83

19 Sollicitations Volées 1 et 3 p93

20 Nomenclature des armatures escaliers p103

21 Nomenclature des armatures poutre brisée p116

22 Charges d’exploitation panneaux p118

23 Coefficients de continuité pour dalles continue p120

24 Sollicitations panneaux à l’ELU Bloc 5 p122

25 Sollicitations panneaux à l’ELS Bloc 5 p123

26 Sollicitations panneaux à l’ELU Bloc 6 p124

27 Sollicitations panneaux à l’ELS Bloc 6 p127

28 Nomenclature des barres pour ferraillage panneaux de dalle p136

29 Pénalités pour le calcul du facteur de qualité Q p159

30 Résultats dynamiques p161


Liste des tableaux

31 Masses modales p162

32 Résultats statiques 1 p162

33 Résultats statiques 2 p163

34 Déplacements d’étages p164

35 Efforts sismiques d’étages p164

36 Effort tranchants et moments de renversement de niveau p165

37 Valeurs du coefficient 𝜽𝒌 (effet P-Delta) p172

38 Vérification au renversement p173

39 Valeurs du coefficient τ p179

40 Valeurs du coefficient β p180

41 Pression dynamique du vent de niveau p182


42 Valeurs de la force de trainée p182

43 Coefficients de sécurité en situation durable et accidentelle p188

44 Ferraillage en travée poutres p193

45 Ferraillage sur appuis poutres p193

46 Ferraillage sur appuis poutres encastrées dans le voile de contreventement p194

47 Nomenclature des armatures poutres p202

48 Ferraillage minimal poteaux p205

49 Ferraillage longitudinal poteaux p220

50 Nomenclature armatures poteaux p231

51 Rapport de flambement des voiles p237

52 Tableau sollicitations voiles p245

53 Tableau ferraillage Voile p246

54 Nomenclature d’acier pour voiles p249

55 Ferraillage voile périphérique p260

56 Nomenclature d’acier voile périphérique p260

57 Sollicitations normales semelles p264

58 Sous faces des semelles p264

59 Taux d’occupation de surface des semelles p265

60 Sollicitations semelle 𝑆1′ du bloc 6 p268

61 Nomenclature des aciers semelle isolée sous poteau isolée p274


Liste des tableaux

62 Sollicitations semelle excentrée S3 bloc 5 p276


63 Nomenclature des aciers ferraillage poutre de redressement p283

64 Sollicitations semelle continue centrée sous voile centré p284

65 Nomenclature des aciers ferraillage semelle continue centrée sous voile centré p288

66 Charges engendrés par le voile V1 p291

67 Charges engendrés par le poteau C5 p291

68 Nomenclature d’aciers ferraillage semelle continue sous voile et poteau p296

69 Sollicitations longrines p299

70 Nomenclature des aciers ferraillage semelle continue sous VP p304


Plans d’architecture
Plans d’architecture

9
Plans d’architecture

10
Plans d’architecture

11
Plans d’architecture

12
Plans d’architecture

13
Plans d’architecture

14
Plans d’architecture

15
Plans d’architecture

16
Plans de coffrage
Plans de coffrage

19
Plans de coffrage

20
Plans de coffrage

21
Plans de coffrage

22
Plans de coffrage

23
Plans de coffrage

24
Chapitre I :
Présentation du projet
Chapitre I Présentation du projet

I. PRESENTATION DU PROJET

1.1) INTRODUCTION :

Notre projet d’étude est un pavillon de médecine nucléaire et radiothérapie,


appartenant au centre anti cancer de la wilaya de Sétif. Ce pavillon est scindé en 8 blocs, plus
un blockhaus qui constitue un n’abrite pour le traitement par rayon x. Le nombre d’étages est
variable suivant les blocs, mais le plus haut est de R+3. Le pavillon comprend un sous-sol non
général situé sous les deux blocs contigus (5) et (6) (voir fig.1).

Ce pavillon et d’usage hôpital, c’est un ouvrage qui appartient à la catégorie


équipements, classé par les règles RPA99v2003 selon l’article 3.2, comme ouvrage
d’importance vitale appartenant au groupe 1A.

Malgré le nombre limité d’étages, les blocs sont contreventés par un système de
contreventement mixte, c'est-à-dire, portiques et voiles avec justification d’interaction, et ce la
à cause de l’importance et la sensibilité de ces blocs.

Le présent pavillon est implanté au nord du 2éme pôle universitaire dit EL BEZ, de la
wilaya de Sétif, appartenant à la zone sismique -a de moyenne sismicité, sur un sol ferme de
classe S2, constitué d’épaisses couches de marne et de calcaire marneux noir de contrainte
admissible estimée à .

L’étude de ce projet n’inclue


pas tous les 8 blocs du pavillon,
mais elle est restreinte aux 2 blocs
hachurés dans le schéma
suivant (Fig.1):

-Fig.1-
-Fig.1-

26
Chapitre I Présentation du projet

1.2) CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES BLOCS :

1.2.1) Bloc (5) : il est en R+2, et de :

Dimensions en élévation :
 Hauteur d’étage : 4.42m,
 Hauteur du RDC : 4.42m,
 Hauteur sous-sol : 3.06m,
 Hauteur totale du bloc : 13.21m.
Dimensions en plan :
 Largeur du bloc : 13.35m,
 Longueur du bloc : 25.65m.

1.2.2) Bloc (6) : il est en R+3, et de :

Dimensions en élévation :
 Hauteur d’étage : 4.42m,
 Hauteur d’étage sous terrasse : 4.37m,
 Hauteur du RDC : 4.42m,
 Hauteur sous-sol : 3.06m,
 Hauteur totale du bloc : 17.63m.
Dimensions en plan :
 Largeur du bloc : 26.15m,
 Longueur du bloc : 29.20m.

1.3. ETUDE CONCEPTUELLE DU PROJET :

Dans cette étude, on va choisir et justifier les procédés de construction les mieux
adaptés à ce projet, on fixant en vue la sécurité et on respectant l’économie.

1.3.1. Le système de construction :

Tout système de construction à ses propres caractéristiques spécifiques, et ses champs


d’application optimaux déterminants pour l’élaboration des plans, et pour le choix des
paramètres conceptuels tels que l’étendue des portés, les systèmes de stabilité, les liaisons, les
finitions, etc.

Le choix et l’utilisation des systèmes de construction, est initialement lié au type de


projet, qui à son tour dépond de sa destination : habitation, bureau, commerce, équipement,
industrie, etc. Pour le cas des hôpitaux, les portées sont généralement importantes et la charge
utile avoisine les 4 KN/m², ce qui justifie le choix d’adopter le système de construction par
ossature en béton armé, constitué de colonnes qui servant d’appui pour les poutres de
plancher. Le contreventement et la stabilité horizontale sera assurer par des refonds, bien
distribuer dans chaque bloc.

27
Chapitre I Présentation du projet

Ce système de construction à une capacité d’extension aisée, et une bonne adaptation à


l’aménagement de l’intérieur, c'est-à-dire des espaces ouvertes sans parois intermédiaires, et
l’espace intérieur peut être subdivisé à l’aide de cloisons non porteurs, qui peuvent à tout
instant être retirés ou remplacés.

1.3.2) Le système de contreventement :

a) Bloc (5) :

Ce bloc rentre dans le cadre de l’application du RPA99 version 2003, et puisqu’il


répond aux conditions de l’article 3.4.1.b du même règlement, avec une hauteur total de
13.21m dans la zone sismique -a, le contreventement de ce bloc sera assuré par des
portiques auto stables en béton armé sans remplissage en maçonnerie rigide.

b) Bloc (6) :

Contrairement au bloc 5, ce bloc avec une hauteur total de 17.63m, ne répond pas aux
conditions de l’article 3.4.1.b des mêmes règles, donc le contreventement dans ce bloc sera
assuré par des voiles en béton armé et des portiques avec justification d’interaction portiques-
voiles. Ce système de contreventement nécessite la vérification de certaines conditions qui
sont les suivantes :

Les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des


sollicitations dues aux charges verticales,
Les voiles et les portiques reprennent conjointement les charges horizontales
proportionnellement à leurs rigidités relatives ainsi que les sollicitations
résultant de leurs interactions à tous les niveaux,
Les portiques doivent reprendre, outre les sollicitations dues aux charges
verticales, au moins 25% de l’effort tranchant d’étage.

1.3.2) Le système de plancher :

Le plancher est généralement défini comme un élément horizontal séparatif de deux


niveaux adjacents, capable de supporter et transmettre des charges verticales et horizontales
aux différents éléments porteurs de l’ossature, plus d’autres fonctions essentielles tel que :

La résistance mécanique,
Le confort thermique et acoustique,
La sécurité à l’incendie grâce a sa résistance au feu,
Le rôle technique de support des gaines, canalisations et réseaux divers.

Ces mêmes fonctions intrinsèques, constituent des critères de choix bien déterminants
dans la conception des planchers, ainsi d’autres critères de déformabilité qui limitent leurs
portés et leur capacité portante. Les planchers doivent avoir une rigidité cosécante dans leur
plan, pour assurer la fonction de diaphragme rigide, qui permet la solidarisation des éléments
porteurs verticaux (poteaux et voiles), et les faires répondre, en parfaite harmonie, aux actions
horizontales.

28
Chapitre I Présentation du projet

Le choix du type de plancher pour ce projet, est soumis à deux contraintes principales,
qui sont : la portée qui dépasse les 6m, et les charges variables relativement élevés, en plus, il
y à des équipements médicaux lourds constituant des charges localisés sur le plancher, ce qui
accroitre le risque de poinçonnement dans certains type de plancher. De ce fait, on à vue que
le type de plancher le mieux adapté à ces conditions, est la dalle plaine reposant sur un
système de poutres suivant ses quatre cotés, ce qui favorise une bonne répartition des charges
entres les poutres, et les faire tous participés. Ce type de plancher est caractérisé par :

Facilitée de mise en œuvre,


Peu déformable,
Il permet d’affranchir des grandes portées,
Une bonne inertie thermique,
Une isolation acoustique confortable, vue la densité élevée du béton armé.

1.3.3) Le système de fondations :

Les fondations sont des éléments de structure qui ont comme rôle la transmission au
sol, des efforts acheminés par la structure. Ces efforts peuvent être des forces normales
verticales, des forces horizontales, ou des moments qui peuvent être de grandeur variable, et
s’exercés dans des plans différentes.

La conception générale des fondations doit assurer la cohérence de l’ouvrage vis-à-vis


du site, du sol, et l’interaction sol-structure. Vue la nature du sol du présente projet, qui est en
générale du marne noir sur des calcaires marneux noir, présentes à des profondeurs qui ne
dépassent pas les 4m et classé par le laboratoire géotechnique comme un sol ferme, et vue le
nombre limité d’étages, et l’absence de nappe d’eau, on peut opter à prévoir des semelles
superficielles ; isolé sous les poteaux, et filantes sous les voiles.

Mais le règlement parasismique Algérien l’RPA99 v.2003 en vigueur, recommande


dans l’article 2.4 l’utilisation d’un seul mode de fondation par bloc de construction pour plus
de cohérence face à l’action sismique , ce qui nous oblige d’adopté des semelles filantes
suivant les deux directions des blocs, sous les poteaux, et sous les voiles, formants ainsi une
trame reliant les différentes points d’appuis de la structure, et constituant un ensemble rigide
et résistant capable de limité considérablement les tassements différentiels, et de formé un
encastrement efficace pour la superstructure.

Ce choix du type de fondations n’est pas définitif, et ce n’est qu’une proposition


conceptuelle capable de subir des éventuelles modifications après une étude approfondie de
l’infrastructure, qui sera exposée au dernier chapitre de ce travail.

1.3.4.) Les murs :

Un mur en maçonnerie, est une structure verticale composée de matériaux


manufacturés, tel que les blocs de parpaing creux ou plain, liés les uns aux autres par des joins
de mortier traditionnels, ou avec du mortier colle.

29
Chapitre I Présentation du projet

On a deux genres de murs dans ce projet : mur extérieurs et mur intérieurs de séparation.

a) Mur extérieur :

Parmi les divers fonctions que peut assurées le mur extérieur de maçonnerie, on peut
citer à titre d’exemple :

La stabilité mécanique sous des sollicitations normales provenant des charges


appliquées directement sur la surface du mur, ou des déformations imposées par
les phénomènes thermiques, climatiques et par le retrait,
La sécurité en cas d’incendie et le cas échéant, en cas de séisme ou d’autres
sollicitations exceptionnelles,
L’étanchéité à la pluie et une contribution à la satisfaction des exigences
hygrométriques et acoustiques.

Dans notre projet on à adopté deux types de mures extérieures, qui ont la même
composition d’un mur en double cloisons de 30cm avec inter calage d’une lame d’aire de
5cm. Mais la seule différence est l’existence ou pas d’un bandeau saillant pour la protection
de l’étanchéité des terrasses inaccessibles.

La (fig.2) explique la composition de chacun des deux types de murs :

-Fig.2-

b) Mur intérieur :

Ce sont des murs légers en maçonnerie de briques creuse d’épaisseurs de 10cm, leur
rôle essentiel est la séparation entre les divers locaux.

30
Chapitre II :
Caractéristiques des
matériaux
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

. CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

1) INTRODUCTION :

Le matériau béton armé est un matériau composite, constitué de deux composants


essentiels : le béton et l’acier. La qualité structurale du béton armé est impérativement liée à la
qualité de ses constituants. Dans ce qui suit nous allons étudier les principales propriétés du
béton et de l’acier.

2) LE MATERIAU BETON :

2.1) Définition :

Le béton peut être défini comme une pierre artificielle, obtenue par le mélange dans
des proportions correctes et convenables, de granulats (sable et gravier), liants (ciment),
d’eau, et éventuellement des adjuvants.

Les principaux composants du béton sont :

a) Le ciment :

C’est un liant hydraulique qui se présente sous la forme d’une poudre minérale fine
s’hydratant en présence d’eau. Il forme une pâte faisant prise qui durcit progressivement à
l’aire ou dans l’eau. C’est le constituant fondamental du béton, puisqu’il permet la
transformation d’un mélange sans cohésion en un corps solide.

b) Les granulats :

Les granulats sont les sables et les graviers, qui constituent le squelette solide du
béton, ils doivent être chimiquement inertes vis-à-vis du ciment, de l’eau et de l’aire.

Un sable de bonne granulométrie doit contenir à la fois des grains fins, moyens et gros.
Les grains fins se disposent dans les intervalles entres les gros grains, pour combler les vides.
Les dimensions des grains de sable se situent entre 0 et 5mm.

Certains sables sont à éviter, notamment les « sables à lapin », généralement très fins,
les sables crus qui manquent de fines, et les sables de dunes ou de mer qui contient des sels
néfastes pour les constituants du ciment.

Les graviers les plus usuels pour le béton sont d’origine alluvionnaire (dites roulés),
semi-concassés ou concassés de roches massives. Les classes de gravier les plus couramment
employés dans la construction des ouvrages fréquents sont : 5-8, 8-15, 15-25 (mm).

On tout cas, il faut garantir une certaine propreté des grains de gravier et de sable, parce que si
la surface des gravillons est sale, l’adhérence avec les cristaux hydratés du ciment est
mauvaise.

32
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

a) L’eau de gâchage :

Nécessaire à l’hydratation du ciment, elle facilite aussi la mise en œuvre du béton


(effet lubrifiant) dans la mesure où on n’abuse pas de cette influence par un excès d’eau, qui
diminue la résistance et la durabilité du béton.

L’eau doit être propre et ne pas contenir d’impuretés nuisibles (matières organique,
alcalis), l’eau potable convient toujours. Le gâchage à l’eau de mer du béton armé est à éviter.

b) Les adjuvants :

Ce sont des produits chimiques incorporés au béton frais en faibles quantités, afin d’en
améliorer certaines propriétés. Leur efficacité est liée à l’homogénéité de leur répartition dans
la masse du béton. Les principaux adjuvants utilisés dans la formulation des bétons actuels
sont : les plastifiants, les retardateurs, accélérateurs de prise, les entraineurs d’air.

2.2) Classification du matériau béton :

La classification du béton est fondée sur plusieurs paramètres, dont les plus importants
sont : la masse volumique, la résistance à la compression, la consistance.

2.2.1) Classification selon la masse volumique (ρ) :

On distingue les classes définie dans le tableau (1) suivant :

Classes de béton Masse volumique ρen kg/m3


Béton extra lourd ρ ≥ 2500
Béton lourd 1800 ≤ ρ < 2500
Béton légère 500 ≤ ρ < 1800
Béton très légère ρ < 500
-Tableau.1-

2.2.2) Classification selon la résistance à la compression :

On distingue pour les ouvrages courants les classes de béton suivant : B200, B250,
B300, B350, B400, etc. On entend par B250, par exemple, un béton de résistance à la
compression égale à 200 bar.

2.2.3) Classification selon la consistance :

Les classes de consistance du béton sont définies dans le tableau (2) suivant :

Classes de consistance Désignations Affaissement au cône d’abrams (cm)


Ferme F 0à4
Plastique P 5à9
Très plastique TP 10 à 15
Fluide FL > 16
-Tableau.2-

33
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

2.3) Composition du béton :

Le béton utilisé dans la réalisation du présent projet est un béton ordinaire


couramment confectionné à la base des ingrédients suivants :

Ciment (CPJ45 ou CPA 325) 350 kg/m3


Sable 400 L
Gravillon (5-8 et 15-25) 800 L
Eau 175 L

Cette formulation conduite à un béton armé de densité égale à : ρ = 25 KN/m3.

2.4) La résistance du béton : (selon le C.B.A 93 et le B.A.E.L 91)

2.4.1) La résistance à la compression :

Pour l’établissement des projets, dans les cas courants, un béton est défini par une
valeur de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours, dite valeur caractéristique requise.
Celle-ci, noté fc28 est choisie à priori, compte tenue des possibilités locales et des règles de
contrôle qui permettent de vérifier qu’elle est atteinte.

Lorsque des sollicitations s’exercent sur un béton dont l’âge de j jours est inférieur à
28, on se réfère à la résistance caractéristique fcj obtenue au jour considéré, et suit
approximativement les lois suivantes :

Dans tous les cas la résistance à la compression est mesurée par des essais
d’écrasement, par compression axiale des éprouvettes cylindriques droites de révolution de
200 cm² de section, et d’une hauteur double de leur diamètre.

2.4.2) La résistance à la traction :

La résistance caractéristique à la traction du béton à “j“ jours, noté ftj se déduit de la


résistance à la compression fcj, et elle est conventionnellement définie par la relation
suivante :

Où, ftj et fcj sont exprimées en MPa (N/mm²).

2.5) Déformations longitudinales du béton :

2.5.1) Déformations instantanés :

34
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

Sous des contraintes normales d’une durée d’exploitation inférieure à 24 heures, on admet
qu’à l’âge de j jours, le module de déformation longitudinal instantané du béton noté Eij est
donné par la formule suivante :

Pour le cas de notre projet on à :

2.5.2) Déformation différées :

Les déformations différées du béton comprend le retrait et le fluage. Dans ce cas, le


module de déformation longitudinal différé du béton, noté Evj est donné par la formule
suivante :

2.6) Déformation transversale du béton :

Le module de déformation transversale du béton


noté G, est donné par :

Où, ν est le coefficient de poisson, il se calcul par le


rapport entre la déformation transversale et longitudinale,
comme suit :

Le coefficient de poisson prend, pour le béton


armé, les deux valeurs suivantes : 0 pour le calcul des
sollicitations (section fissurée-ELU), et 0.2 pour le calcul
des déformations (section non fissurée-ELS).

-Fig.3-

35
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

2.7) Diagramme contraintes-déformation du béton : (selon : CBA93 et BAEL91)

Pour les vérifications à l’état limite ultime (ELU), on utilise pour le béton un
diagramme non-linéaire dit ; parabole-rectangle dans le cas d’une section entièrement
comprimé. Ce diagramme est constitué d’un arc de parabole qui s’étend depuis l’origine
jusqu'à son sommet d’abscisse ξbc = 2‰, prolongé par un palier d’ordonné σbc = fbc, dont :

Jusqu’au point d’abscisse ξbc = 3.5‰, comme le montre la figure (4) suivante :

-Fig.4-
Avec :

γb, est un coefficient de sécurité, propre au béton, qui tient compte d’éventuels défauts
localisés, ainsi que de la réduction possible de la résistance du matériau mise en œuvre par
rapport à sa résistance caractéristique définie à priori. Les valeurs que peut prendre γb sont
définies dans le tableau (3) suivant :

Combinaisons normales Combinaisons accidentelles

γb 1.5 1.15
-Tableau.3-

θ, est un coefficient fixé en fonction de la durée d’application de l’action considérée,


ses valeurs sont mentionnés dans le tableau (4) suivant :

Durée d’application
> 24h 24h >…> 1h < 1h
de l’action
θ 1 0.9 0.85
-Tableau.4-

36
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

Pour le cas de notre étude, on va considérer des durées d’application des actions qui
dépassent les 24 heurs, ce qui conduit à :

Lorsque la section considérée n’est pas entièrement comprimée, le calcul à l’état limite
ultime, peut être effectué en substituant le diagramme parabole-rectangle, par le diagramme
rectangulaire simplifié, défini par la figure (5) suivant :

-Fig.5-

2.8) Les contraintes limites dans le béton :

La vérification aux états limite des sections en béton armé, nécessite la connaissance
des contraintes limites admissibles du béton, qui sont les suivantes :

2.8.1) Contrainte limite de compression :

Elle est arrêter par :

2.8.2) Contraintes limites de cisaillement :

Elles sont définies dans le tableau (5) suivant:

37
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

Contraintes limites de Application numérique


Etat de fissuration
cisaillement (MPa) pour fc28 = 25MPa
Fissuration peu
pas de limitations /
préjudiciable

Fissuration préjudiciable

Fissuration très
préjudiciable
-Tableau.5-

3) LE MATERIAU ACIER :

3.1) Définition :

L’acier est un alliage de fer et de carbone en faibles pourcentage, il est caractérisé par
une bonne résistance à la traction, au cisaillement, et à la torsion. Les aciers utilisés en béton
armé se distinguent par leur nuance, et leur état de surfaces : ronds et lisses (R.L), et haut
adhérence (H.A). Les aciers couramment employés sont définis dans le tableau (6) suivant :

Etat de surface Nuance Limite élastique (MPa)


FeE22 215
R.L
FeE24 235
FeE40 400
H.A
FeE50 500
-Tableau.6-

3.2) Diagramme contraintes-déformations : (selon le CBA93 et le BAEL91)

3.2.1) Diagramme expérimental :

Ce diagramme est fondé sur les résultats des essais de traction sur des éprouvettes en
acier, il est présenté dans la figure (6) suivante :

38
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

-Fig.6-
Avec :

OA : la zone élastique,

AA’ : la zone plastique,

A’B : la zone d’auto durcissement,

BC : la zone de striction,

C: le point de rupture.

3.2.2) Diagramme de calcul :

Le diagramme de calcul contraintes (σs)-déformations (ξs) à considéré dans le calcul à


l’état limite ultime est conventionnellement définie par la figure (7). Pour les vérifications à
l’état limite de service, l’acier est supposé linéairement élastique.

Le diagramme de calcul se déduit du diagramme caractéristique par une affinité


parallèle à la droite de Hooke, et de rapport :

39
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

-Fig.7-

Les deux diagrammes, expérimental et de calcul, ont la même pente à l’origine, ce qui
matérialise le module de déformation longitudinal de l’acier, noté Es et qui vaux : 2x105 MPa.

γs est un coefficient de sécurité, propre à l’acier, défini par la tableau (7) suivant :

Combinaisons fondamentales Combinaisons accidentelles


γs 1.15 1
-Tableau.7-

fsu est la résistance de calcul de l’acier, elle est donnée par :

Dans le cas de notre présente étude, on à pris des combinaisons fondamentales, et une
nuance d’acier FeE400, à limite élastique égale à 400 MPa, ce qui donne :

40
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

3.3) Contraintes limites de l’acier :

Elles sont indiquées dans le tableau (8) suivant :

Contraintes normales limites Application numérique


Etat de fissuration
(MPa) pour ft28 = 2.1MPa
Fissuration peu
pas de limitations /
préjudiciable

Fissuration préjudiciable

Fissuration très
préjudiciable
-Tableau.8-

Avec :

η est le coefficient de fissuration du béton, qui prend les valeurs suivantes :

η = 1, pour les ronds et lisses,

η = 1.6, pour les hautes adhérences.

4) ACTIONS ET SOLLICITATIONS :

4.1) Les actions :

Les actions sont en général toute cause produisant un état de contraintes dans la
construction. Elles sont l’ensemble des charges (forces, couples, etc.,…, permanentes,
climatiques et d’exploitation) appliquées à la structure, ainsi que les conséquences des
modifications statiques ou d’état (retrait, variation de température, tassement d’appuis, etc.)
qui entrainent des déformations à la structure.

On distingue les actions suivantes :

4.1.1) Les actions permanentes :

Elles sont appliquées pratiquement avec la même intensité pondant toute la durée de
vie de l’ouvrage, et comportent :

Poids propre de la structure,


Poids des superstructures,
Poussé des remblais, et des liquides, dont le niveau varie peu,
Poids des équipements fixes,
Déformations permanentes imposées à la structure.

41
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

4.1.2) Les actions variables :

Ce sont des actions dont l’intensité est plus ou moins constante, mais qui sont
appliquées pendant un temps relativement court par rapport aux actions permanentes, on
distingue :

Charges d’exploitation,
Charges appliquées en cours d’exécution,
Action de la température,
Actions climatiques ; vent, neige, etc.

4.1.3) Les actions accidentelles :

Ce sont des actions rares, qui peuvent avoir lieux un foie pondant toute la durée de vie
de l’ouvrage, et ont un caractère aléatoire, on distingue :

Séisme,
Chocs de véhicules routiers ou de bateaux sur appuis des ponts,
Explosion, etc.

4.2) Les sollicitations :

Les sollicitations sont définies comme des forces et des moments produites par les
actions dans l’élément de la structure, et qui sont les suivantes :

Effort normale N,
Effort tranchant V,
Moment fléchissant M,
Couple de torsion T.

5) NOTION D’ETATS LIMITES :

Un état limite est un état dans le quel se trouve une structure ou un élément de la
structure, et tel que s’il est dépassé dans le sens défavorable, cette structure (ou l’élément de
structure) ne répond plus aux conditions pour les quelles elle est conçue.

On distingue principalement deux types d’états limites qui sont :

5.1) Les états limites ultimes de résistance (E.L.U) :

Ils mettent en jeu la sécurité des biens et des personnes, et ils correspondent à l’atteinte
du maximum de la capacité portante de l’ouvrage, ou de l’un de ses éléments, avant
dépassement par :

Perte d’équilibre statique,


Rupture des sections par déformations excessive,
Instabilité de forme (flambement),
Transformation de la structure en un mécanisme (hypostaticité),

42
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

5.2) Les états limites de service (E.L.S) :

Ils sont liés aux conditions normales d’exploitation et de durabilité de l’ouvrage, et ils
correspondent aux phénomènes suivants :

Ouverture excessive des fissures, (état limite d’ouverture des fissures)


Compression excessive du béton, (état limite de la compression du béton)
Déformations excessive des éléments porteurs, (état limite de déformation)
Vibrations excessives et/ou inconfortables,
Perte d’étanchéité, etc.

6) DIAGRAMME DES DEFORMATIONS LIMITES DE LA SECTION : (selon


CBA93) :

L’état de déformation d’une section en béton armé est représenté par une droite,
passant par l’un des trois pivots : A, B ou C, à l’intérieur ou à la frontière des domaines (1),
(2) ou (3), repérés dans la figure (8) ci-dessous :

-Fig.8-

Dans le domaine (1) le diagramme passe par le point A qui correspond à un


allongement de 10‰ de l’armature la plus tendue supposée concentrée en son centre
de gravité,
Dans le domaine (2) le diagramme passe par le point B qui correspond à un
raccourcissement de 3.5‰ de la fibre de béton la plus comprimée,

43
Chapitre II Caractéristiques des matériaux

Dans le domaine (3) le diagramme passe par le point C qui correspond à un


raccourcissement de 2‰ du béton à une distance de la fibre la plus comprimée égale à
3/7 de la hauteur totale h de la section.

7) HYOTHESES DE CALCUL : (selon CBA93 et BAEL91)

Les sections droites restent planes après déformation, (Navier-Bernoulli)


Il n’y’a pas de glissement relatif entre les armatures et le béton, (l’adhérence)
Les positions que peut prendre le diagramme de déformations d’une section droite,
passent par l’un des trois pivots définis ci-dessus dans la figure (8),
Le diagramme contraintes-déformations du béton est celui défini dans la figure (4),
Le diagramme contraintes-déformations du béton est celui défini dans la figure (4),
Le diagramme contraintes-déformations de l’acier est celui défini dans la figure (7),
Un groupe de barres disposées en plusieurs lits est équivalent à une barre unique, situé
au centre de gravité du groupe.

8) RESUME DES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX DU PROJET :

8.1) Béton :

Ciment (CPJ 45) dosé à 350 kg/m3,


fc28 = 25 MPa,
σbc = 14.2 MPa,
ft28 = 2.1 MPa,
Ei = 32164.2 MPa,
Ev = 10818.9 MPa,

8.2) Acier :

Barres haut adhérence de nuance : HA FeE400,


fsu = 348 MPa,
Es = 2x105 MPa.

44
Chapitre III :
Prédimensionnement
des éléments
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

. PREDIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS


1) INTRODUCTION :

C’est quoi le prédimensionnemet ?

Le prédimensionnemet est une étape préliminaire, qui ce place en amont de toute étude
de projet de béton armé. Il à comme objective vitale de prédire les dimensions provisoires et
approximatives des éléments de la structure, afin de pouvoir estimer leur poids propre, soit
pour la décente de charge, soit pour un avant projet.

2) PREDIMENSIONNEMET DES POUTRES :

2.1) Définition :

Une poutre est une pièce longue, horizontale, servant à reprendre des charges au
dessus du vide, les poids de la construction et du mobilier, et les transmettre sur les cotés aux
piliers, colonnes, ou aux murs sur les quels elle s’appuie.

2.2) Prédimensionnemet :

Les poutres de notre projet sont des poutres à section constante rectangulaire,
d’hauteur h, et de largeur b, et elles sont continues sur plusieurs travées. Ce qui conduit, pour
leur prédimensionnemet, à appliquer la formule de l’élancement limite suivante :

Avec :

L : est la grande portée de la poutre, mesurée entre axes des appuis.

Pour notre cas on à :

Donc, on adopte .

La largeur b de la section rectangulaire, découle de sa hauteur h par la formule suivante :

On adopte comme largeur des poutres

46
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Donc, comme il est schématiser dans la figure (9), la section


transversale de nos poutres est de :

-Fig.9-

2.3) Vérification des dimensions de la section selon les règles RPA99 v2003 :

Suivant l’article 7.5.1 des règles RPA99 v2003, les conditions suivantes doivent être
vérifiées :

Donc la section adoptée passe vis-à-vis les conditions imposées par les RPA.

3) PREDIMENTIONNEMENT DE LA DALLE :

Comme on à déjà mentionné dans l’article 1.3.2 du chapitre 1 de la présente étude,


portant titre « étude conceptuelle », qu’on à adopté comme système de plancher, des poutres
croisées soutenant une dalle pleine (voir figure.10).

L’estimation de
l’épaisseur de la dalle
est gouvernée par
plusieurs critères, qui
se distinguent entre :
résistance au feu,
isolation thermique et
phonique, résistance à
la flexion, condition de
flèche, etc. tous ces
critères sont détaillés
dans ce qui suit : -Fig.10-
3.1) La résistance à la flexion :

Pour les dalles continues, qui se reposent sur 4 appuis, l’épaisseur est estimée par :

47
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Avec : L, est la petite portée de la dalle, mesurée entre nus d’appuis (poutres).

On à :

Donc :

3.2) La condition de flèche :

Suivant les règles C.B.A 93, et B.A.E.L 91 (Article B.6.5,3), les flèches limites pour
les dalle sont données par :

Avec :

On à les portées des dalles mesurées entre nus d’appuis comme suit :

Donc :

On considère une bonde de dalle de largeur unitaire, suivant la petite portée Lx,
articulée suivant ses deux extrémités, et uniformément chargée par la charge non pondérée q
(ELS), dont :

Avec :

Où :

e, est l’épaisseur de la dalle que nous cherchons, mais dans ce raisonnement, on va


prendre une épaisseur forfaitaire de 18 cm, à titre provisoire pour qu’on puisse estimer le
poids propre de cette bonde de dalle.

Ce qui conduit à :

48
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

La déformation verticale maximale que peut subir la bande de dalle à mi-portée, est
donnée par :

Avec :

On doit vérifier que :

On substituant l’inertie par son expression, on trouve que :

3.3) Résistance au feu :

Selon de niveau de sécurité à l’incendie rechercher, l’épaisseur de la dalle se bascule


entre :

pour une heure de coup feu,


pour deux heures de coup feu,
pour quatre heures de coup feu.

3.4) L’isolation acoustique (sonorité) :

Pour une bonne isolation phonique vis-à-vis les bruits aériens, selon la loi de masse, le
plancher doit y avoir une masse entre 350 Kg/m² à 440 Kg/m², et puisque notre dalle est en
béton armé on peut limiter l’épaisseur e à :

3.4) L’isolation thermique :

Pour les étages courants, le rôle d’isolant thermique pour le béton de la dalle est
négligeable, tend que nous assurant un écart de température entre les locaux sur et sous

49
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

adjacents, qui ne dépasse pas les 3°C. Pour le plancher terrasse l’isolation thermique est
assurée par d’autre matériaux comme le liège par exemple, ce qui rendre le critère de
l’isolation thermique non déterminent dans le dimensionnement de la dalle de plancher.

3.5) Conclusion :

L’épaisseur optimale qui remplie fidèlement, tous les critères précédemment cités, est :

4) PREDIMENTIONNEMENT DES ESCALIERS :

4.1) introduction :

L’escalier est une construction architecturale constituée d’une série régulière de


marches et contremarches, permettant d’accéder à l’étage, de passé d’un niveau à un autre en
montant et descendant.

4.2) Terminologie :

Les principaux termes liées aux escaliers sont, indiqués dans la figure.11 suivante :

-Fig.11-
4.3) Prédimensionnemet :

On utilisant la formule de Blondel, la hauteur de la marche est limitée par :

Avec : g, est le giron, que l’on prendre égale à 30 cm.

50
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Donc on aura :

On adopte :

Le nombre de contremarches est calculer par :

Où : H, est la hauteur d’étage, qui vaut 4.42 m.

Ce qui donne :

Pour des raisons de confort, on opte à un volé de 10 contremarches et un


emmarchement de 1.5m, et deux autres de 8 contremarches et 1.575m d’emmarchement
chacun (voir figure.12 ci-dessous).

Le nombre de marches pour chaque type de volés est :

La pente des volés peut se calculer par :

La longueur des volées ce calcul par :

Finalement, l’épaisseur minimale de la paillasse est estimée suivant la condition suivante :

Avec : L, est la porté des deux paliers, plus la porté horizontale du grand volée (2), c'est-à-
dire :

51
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Donc on trouve que :

On adopte : .

La réduction de l’épaisseur de la paillasse à pour cause, la prise en compte de l’effet


favorable des marches, d’empêcher l’éclatement du béton comprimé de la paillasse.

-Fig.12-

5) PREDIMENSIONNEMENT DE L’ACROTERE :

5.1) Introduction :

Un mur acrotère, en abrégé acrotère, est un muret souvent en béton armé coulé sur
place ou préfabriqué, situer en périphérie de toiture terrasse pour permettre le relevé
d’étanchéité, et sert comme appuis pour d’éventuelles chariots de nettoyage des vitres
suspendus en façades.

5.2) Prédimensionnement :

L’acrotère du présent projet, s’aperçoit avec les dimensions définies sur la figure.13
suivante :

52
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

-Fig.13-

6) PREDIMENSIONNEMET DU POTEAU :

6.1) Introduction :

Un poteau est un organe de structure d’un ouvrage, sur lequel ce concentrent de façon
ponctuelle les charges de la superstructure, via un réseau de poutres chargées par la dalle des
différentes niveaux, et par lequel ces charges se répartissent vers l’infrastructure (fondations)
de cet ouvrage.

6.2) Prédimensionnement :

Le critère le plus prépondérant pour le prédimensionnemet du poteau, est celui de


flambement. Selon les règles CBA93, article B.8.4.1, l’effort dans le poteau doit vérifier que :

Avec :

Nu, est l’effort normal ultime pondéré, que l’on déduit après descente de charges.

Br, est la section de béton réduite de 2cm suivant chaque coté, c'est-à-dire :

α, est coefficient qui déponde de l’élancement de l’élément poteau λ par la formule


suivante :

53
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Dont :

Pour les sections rectangulaires il est préférable de prendre λ < 35, de ce fait, on va
prendre : λ = 35, ce qui conduit à :

Suivant l’article B.8.4.1 du BAEL91, et puisque la moitié des charges est appliquée
avant 90 jours, les valeurs de α sont à diviser par 1.1, c'est-à-dire sera multiplier par 1.1.

A partir de l’équation , on peut faire sortir Br comme suit :

Où : représente le taux d’acier dans la section du poteau. Pour notre cas on va retenir le

ferraillage minimal pour un poteau, qui est selon l’article 7.4.2.1 des règles RPA, pour la zone
sismique -a égale à : 0.8%.

Donc on peut simplifier la formule de Br, comme suit :

7) DESCENTE DE CHARGES :

7.1) Introduction :

La descente de charge à pour but l’évaluation des actions de pesanteur permanentes et


variables, permettant de dimensionner les poteaux et leurs fondations.

7.2) Evaluation des charges :

7.2.1) Charges variable :

Elles sont liées à la fonction des différentes locaux, est qui sont définies pour les
bâtiments hospitalières, selon l’article 7.2.4 du DTR BC-22 intitulé « charges permanentes et
charges d’exploitation » dans le tableau(9) suivant :

Nature du local Charge d’exploitation Q en KN/m²


Terrasse inaccessible. 1
Chambres, sanitaires, et patio. 1.5

54
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Dès (circulation interne), salle de traitement,


Gamma, salle de soin, Bureaux, office, salle
de moulage, atelier de maintenance,
secrétaire, surveillance, sas (circulation 2.5
interne), simulateur, comptage externe, radio
pharmacie, labo chaud, salle de détente,
vestiaires, et escaliers.
Lingerie. 3.5
Zone de circulation, salle d’attente, et hall 4
cage d’escalier.
-Tableau.9-

7.2.2) Charges permanentes :

7.2.2.1) Plancher d’étage courant :

Sa composition est définie sur la figure.14, et sa charge est indiquée dans le


tableau.10 :

-Fig.14-

Constituants Epaisseur (cm) Charge unitaire G (KN/m²)


Revêtement en carrelage 2 0.20 KN/m²/cm 0.40
Mortier de pose 2 20 KN/m3 0.40
Lit de sable 3 18 KN/m3 0.54
Dalle en béton armé 18 25 KN/m3 4.5
Enduit plâtre 2 0.1 KN/m²/cm 0.2
Cloisons de séparation - - 1
Total 7.04
-Tableau.10-

55
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

7.2.2.2) Plancher du terrasse accessible (privé) :

Sa composition est définie sur la figure.15, et sa charge est indiquée dans le


tableau.11 :

-Fig.15-

Constituants Epaisseur (cm) Charge unitaire G (KN/m²)


Revêtement en carrelage. 2 0.20 KN/m²/cm 0.40
Mortier de pose en forme de
10 22 KN/m3 2.20
pente.
Lit de sable. 3 18 KN/m3 0.54
Etanchéité multicouches - - 0.12
Dalle en béton armé. 18 25 KN/m3 4.50
Enduit plâtre. 2 0.1 KN/m²/cm 0.20
Total 7.96
-Tableau.11-

7.2.2.3) Plancher du terrasse inaccessible :

Sa composition est définie sur la figure.16, et sa charge est indiquée dans le


tableau.12 :

-Fig.16-

56
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Constituants Epaisseur (cm) Charge unitaire G (KN/m²)


Gravillon roulé de protection. 4 20 KN/m3 0.800
Etanchéité multicouches - - 0.120
Forme de pente. 10 22 KN/m3 2.200
Isolant thermique (liège) 4 4 KN/m3 0.160
Par vapeur. 4 2.4 KN/m3 0.096
Dalle en béton armé. 18 25 KN/m3 4.500
Enduit plâtre. 2 0.1 KN/m²/cm 0.200
Total 8.076
-Tableau.12-

7.2.2.4) Charge due au mur extérieur :

Les dimensions et les constituants du mur extérieur, sont détaillés dans la figure(2).
Dans cet article, on va seulement quantifier la charge permanente due au mur extérieur (voir
tableau.13), qui est linéairement répartie sur les poutres en question.

Constituants Epaisseur (cm) Charge unitaire G (KN/m²)


Enduit ciment 2 18 KN/m3 0.36
Briques creuses 15+10 9 KN/m3 2.25
Enduit plâtre 2 0.10 KN/m²/cm 0.20
Total 2.81
-Tableau.13-

En plus de ces charges, s’ajoute la charge du bandeau saillant, qui se calcul comme suit :

Avec :

Donc ou aura :

Les charges calculées dans le tableau.13, se distribuent linéairement on les multipliant


par la hauteur d’étage h diminué par la hauteur des poutres, ce qui donne :

Par conséquent, on à deux types de murs extérieurs : avec et sans bandeau saillant,
leurs charges permanentes sont définies comme suit :

Mur sans bandeau saillant :


Mur avec bandeau saillant :

57
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

7.2.2.5) Charge due à l’acrotère :

Les dimensions de l’acrotère sont détaillées dans la figure.13, et sa charge permanente


sera recensée comme suit :

Donc on aura :

7.3) Dégression verticale des charges variable :

La loi de dégression verticale des charges variables s’applique pour les bâtiments à
grand nombre de niveaux dont les occupations peuvent être considérées comme
indépendantes. Le principe de cette loi est exposé comme suit :

Soit Q0 la charge d’exploitation sur la terrasse, Q1, Q2, Q3, …, Qn les charges
d’exploitation respectives des planchers des étages 1, 2,3, …, n numérotés à partir du sommet
du bâtiment. Le principe de la loi est présenté dans le tableau.14 suivant :

Niveaux Surcharges différentes Surcharges identiques


Terrasse Q0 Q0
Dernier étage (étage 1) Q0 + Q1 Q0 + Q
Etage 2 Q0 + 0.95 (Q1+Q2) Q0 + 1.9 Q
Etage 3 Q0 + 0.90 (Q1+Q2+Q3) Q0 + 2.7 Q
Etage 4 Q0 + 0.85 (Q1+Q2+Q3+Q4) Q0 + 3.4 Q
- - -
- - -
Etage n ( ) Q0 + Q0 + Q
-Tableau.14-

Remarque :

Vu que les blocs de notre projet ont un nombre d’étages limité, et qui ne dépasse pas
les 4 niveaux, la loi de dégression vertical ne sera pas applicable et les charges d’exploitation
ne seront pas minorées.

7.4) Descente de charge :

7.4.1) Le bloc (5) :

58
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Le poteau le plus chargé dans ce bloc est le poteau P5 (B’-2’), sa surface de


chargement est schématisée dans la figure.17 suivante :

-Fig.17-

Comme il est apprécié dans la figure.17, on à scinder la surface de chargement du


même poteau en 4 domaines au niveau des planchers d’étages courants et le plancher terrasse,
et en 2 domaines au niveau du plancher sous-sol, et cela à cause de la diversité des fonctions
des différentes locaux, ce qui aboutie à des charges variables différentes.

59
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Le tableau.15 suivant présente la descente de charges du poteau P5 (B’-2’) :

Charge d’exploitation Charge permanente


Surface de
Plancher Q Volume
chargement Nature du Q
(niveau) Eléments ou Densité G (KN)
(m²) local (KN)
surface
Terrasse 40.32 8.076
(1) 9.9225 1 9.9225 plancher 325.624
inaccessible m² KN/m²
Terrasse Poutres 0.6048 25 15.120 x
(2) 10.2375 1 10.2375
Terrasse inaccessible longitudinales m3 KN/m3 1.10
(+13.21) Terrasse Poutres 0.6144 25 15.360 x
(3) 9.9225 1 9.9225
inaccessible Transversales m3 KN/m3 1.15
Terrasse 3.92 Br 25
(4) 10.2375 1 10.2375 poteau 98 Br
inaccessible m3 KN/m3
Total 98 Br +
40.32 40.320
terrasse 359.920
40.32 7.04
(1) 9.9225 Circulation 4 39.690 plancher 283.853
m² KN/m²
Poutres 0.6048 25 15.120 x
1 ère (2) 10.2375 Circulation 4 40.950
longitudinales m3 KN/m3 1.10
étage
Poutres 0.6144 25 15.360 x
(+8.79) (3) 9.9225 Bureau 2.5 24.806
Transversales m3 KN/m3 1.15
3.92 Br 25
(4) 10.2375 Chambre 1.5 15.356 poteau 98 Br
m3 KN/m3
Total 98 Br +
40.32 120.802
étage 318.149
40.32 7.04
(1) 9.9225 Circulation 4 39.690 plancher 283.853
m² KN/m²
Poutres 0.6048 25 15.120 x
(2) 10.2375 Circulation 4 40.950
R.D.C longitudinales m3 KN/m3 1.10
(+4.37) Poutres 0.6144 25 15.360 x
(3) 9.9225 Circulation 4 39.690
Transversales m3 KN/m3 1.15
3.92 Br 25
(4) 10.2375 Chambre 1.5 15.356 poteau 98 Br
m3 KN/m3
Total 98 Br +
40.32 135.686
RDC 318.149
20.475 7.04
plancher 144.144
m² KN/m²
(2) 10.2375 circulation 4 40.950
Poutres 0.6048 25 15.120 x
Sous-sol longitudinales m3 KN/m3 1.15
(-0.05) Poutres 0.3120 25 7.800 x
conta Transversales m3 KN/m3 1.00
(4) 10.2375 2.5 25.594
thérapie 2.56 Br 25
poteau 64 Br
m3 KN/m3
Total 64 Br +
20.475 66.544
sous-sol 169.332
358 Br +
total 363.352
1165.550
-Tableau.15-

N.B :

Les volumes des poutres indiqués dans le tableau.15 ci-dessus (et plus loin le
tableau.16), sont réellement les volumes des retombais des poutres, qui sont calculées comme
suit :

60
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Avec :

L, dans ce cas c’est la longueur des poutres supportées par le poteau dans un sens
donné (transversal ou longitudinal).

Donc on trouve après descente de charges que :

Alors on peut calculer l’effort normal ultime dans le poteau P5 (B’-2’) comme suit :

On remplaçant Nu dans la formule , on peut ainsi déduire la valeur minimale de Br,


et par conséquent on prédimensionnemet le poteau en question :

Pour ce bloc (5), on va choisir des poteaux à section rectangulaire , qui ont une
inertie suivant le sens transversal plus grande que celle dans le sens longitudinal, est ce la
pour compenser un petit peu le manque de rigidité dans le sens transversal.

Donc on fixe : , est on détermine b à partir de Br comme suit :

On adopte :

Comme il est schématisé dans la figure.18, le poteau P5


(B’-2’) aura une section de

-Fig.18-

61
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Vérification de la section du poteau P5 aux conditions des règles RPA :

Suivant l’article 7.4.1 des règles RPA, les dimensions de la section transversale du
poteau, doivent vérifiées les conditions suivantes pour la zone -a:

Conclusion :

Les dimensions de la section transversale du poteau P5 (B’-2’), vérifient largement les


conditions de dimensions minimales imposées par les règles parasismiques algériennes, donc
on va les adoptées pour tous les poteaux du bloc 5.

7.4.2) Le bloc (6) :

Le poteau le plus chargé, comme il est montré dans la figure.19 ci-dessous, est celui
qui découle de l’intersection des axes B et 3, donc c’est le poteau P6 (B-3).

-Fig.19-
La descente des charges pour ce poteau est détaillée dans le tableau.16 suivant :

62
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Charge d’exploitation Charge permanente


Surface de
Plancher Q Volume
chargement Nature du Q
(niveau) Eléments ou Densité G (KN)
(m²) local (KN)
surface
Terrasse 40.95 8.076
(1) 10.2375 1 10.2375 plancher 330.712
inaccessible m² KN/m²
Terrasse Poutres 0.6048 25 15.200 x
(2) 10.2375 1 10.2375
Terrasse inaccessible longitudinales m3 KN/m3 1.10
(+17.63) Terrasse Poutres 0.6240 25 15.600 x
(3) 10.2375 1 10.2375
inaccessible Transversales m3 KN/m3 1.10
Terrasse 3.87 Br 25
(4) 10.2375 1 10.2375 poteau 96.75 Br
inaccessible m3 KN/m3
96.75 Br
Total
40.95 40.950 +
terrasse
364.592
40.95 7.04
(1) 10.2375 Circulation 4 40.950 plancher 288.288
m² KN/m²
Poutres 0.6048 25 15.200 x
2 ère (2) 10.2375 Circulation 4 40.950
longitudinales m3 KN/m3 1.10
étage Poutres 0.6240 25 15.600 x
(+13.21) (3) 10.2375 Vestiaire 2.5 25.594
Transversales m3 KN/m3 1.10
3.92 Br 25
(4) 10.2375 Vestiaire 2.5 25.594 poteau m3 KN/m3 98 Br

98.00 Br
Total
40.95 133.088 +
étage
322.168
40.95 7.04
(1) 10.2375 Circulation 4 40.950 plancher 288.288
m² KN/m²
Poutres 0.6048 25 15.200 x
1 ère (2) 10.2375 Circulation 4 40.950
longitudinales m3 KN/m3 1.10
étage
Poutres 0.6240 25 15.600 x
(+8.79) (3) 10.2375 Chambre 1.5 15.356
Transversales m3 KN/m3 1.10
3.92 Br 25
(4) 10.2375 Chambre 1.5 15.356 poteau 98 Br
m3 KN/m3
98.00 Br
Total
40.95 112.612 +
étage
322.168
40.95 7.04
(1) 10.2375 Circulation 4 40.950 plancher 288.288
m² KN/m²
Poutres 0.6048 25 15.200 x
(2) 10.2375 Circulation 4 40.950
R.D.C longitudinales m3 KN/m3 1.10
(+4.37) Poutres 0.6240 25 15.600 x
(3) 10.2375 Chambre 4 15.356
Transversales m3 KN/m3 1.10
3.92 Br 25
(4) 10.2375 Chambre 1.5 15.356 poteau 98 Br
m3 KN/m3
98.00 Br
Total
40.95 112.612 +
RDC
322.168
(1) 10.2375 circulation 4 40.950 40.95 7.04
plancher 288.288
m² KN/m²
(2) 10.2375 circulation 4 40.950 Poutres 0.6048 25 15.200 x
Sous-sol longitudinales m3 KN/m3 1.10
(-0.05) Poutres 0.6240 25 15.600 x
Salle de
(3) 10.2375 2.5 25.594 Transversales m3 KN/m3 1.10
moulage
2.56 Br 25
(4) 10.2375 Atelier de 25.594 poteau 64 Br
2.5 m3 KN/m3
maintenance

63
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Total 64 Br +
40.95 133.088
sous-sol 322.168
454.75Br
total 532.35 +
1653.264
-Tableau.16-

Ainsi on trouve après descente de charges que :

Donc on peut calculer l’effort normal ultime dans le poteau P6 (B-3) comme suit :

On remplaçant Nu dans la formule , on peut ainsi déduire la valeur minimale de Br,


et par conséquent on prédimensionne le poteau en question :

Pour ce bloc 6, la section de ses poteaux sera une section carrée de coté a, est cela à
cause de la forme en plan globale du bloc, qui est presque carrée.

Alors :

On adopte :

Donc la section transversale du poteau P6 (B-3) sera de


(voire figure.20).

-Fig.20-

64
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

Vérification de la section du poteau P6 aux conditions des règles RPA :

Suivant l’article 7.4.1 des règles RPA, les dimensions de la section transversale du
poteau, doivent vérifiées les conditions suivantes pour la zone -a:

Conclusion :

Les dimensions de la section du poteau P6 (B-3) passent par les conditions imposées
par les RPA, ce qui nous permet de les généralisées pour tous les poteaux du bloc 6.

8) PREDIMENSIONNEMET DES VOILES :

8.1) Définition :

Les voiles de contreventement sont des murs en béton armé, qui ont comme rôle
primordiale d’assurer la stabilité de la structure vis-à-vis des actions horizontales ;
essentiellement le vent et le séisme. Il est considéré comme voile, l’élément satisfaisant la
condition (voir figure.21), si non ce n’est qu’un élément linéaire.

-Fig.21-
8.2) Prédimensionnement :

Le prédimensionnement des voiles est conduit par l’article 7.7 des RPA, qui
recommande une épaisseur minimale de 15 cm, et une épaisseur optimale qui se détermine en
fonction de la hauteur libre d’étage he, et en fonction des conditions de rigidité aux extrémités
des voiles. Pour le cas des voiles encadrés aux extrémités par des poteaux, qui ne se

65
Chapitre III Prédimensionnemet des éléments

considèrent pas comme des raidisseurs, l’épaisseur a doit vérifié la condition des voiles libres
suivante :

Avec :

Donc on adopte :

9) Vérification de la compatibilité des dimensions entre poteaux et poutres :

Cette vérification sera conduite selon la figure.7.4 de l’article 7.5.1 des règles RPA,
intitulée « dimensions à respecter par les poutres », est elle sera effectuée pour chaque bloc :

9.1) Bloc (5) : (voir figure.22)

-Fig.22-

9.2) Bloc (6) : (voir figure.23)

-Fig.23-

66
Chapitre IV :
Calcul des éléments
secondaires
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

V. CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES


INTRODUCTION :

Il est considérer comme élément secondaire, tout élément en béton armé qui ne
participe pas au contreventement de la structure, on distingue : les escaliers, les balcons,
l’acrotère, etc.

1) CALCUL DE L’ACROTERE :

1.1) Principe de calcul :

L’acrotère se modélise en une console verticale encastré à sa base dans la poutre du


plancher terrasse (voir figure.24). Elle est sollicitée en flexion composée sous la charge
permanente G due au poids propre, la charge d’exploitation Q due à la main courante, et sous
l’effort sismique horizontal Fp.

Le calcul sera conduis selon les hypothèses


suivantes :

On effectue le calcul pour une bonde d’acrotère de


largeur unitaire,
L’acrotère est exposé aux intempéries, donc la
fissuration est préjudiciable.

1.2) Evaluation des charges :

1.2.1) Poids propre : -Fig.24-


Comme il est déjà calculer dans l’article 6.2.2.5 du chapitre 3 de la présente étude, sa
valeur vaut :

1.2.2) Charge d’exploitation :

Suite au rôle « garde corps » de l’acrotère, cette dernière est soumise, selon l’article
7.7 du DTR BC-22, à la charge variable suivante :

1.2.3) L’effort sismique :

Les règles RPA99v2003, recommandent dans l’article 6.2.3 la prise en compte d’un
effort horizontal de calcul Fp, agissant sur les éléments non structuraux et qui se calcul par la
formule suivante :

Avec :

68
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

A : coefficient d’accélération de zone, obtenu à partir du tableau 4.1 des mêmes règles,
pour la zone sismique -a, et le groupe d’usage 1A, ce coefficient prend la valeur suivante :

Cp : facteur de force horizontale, donné par le tableau 6.1 des mêmes règles, et pour le
cas des éléments en console, il prend la valeur suivante :

Wp : c’est le poids propre de l’acrotère, dont :

Donc :

1.3) Calcul des coordonnées du centre de gravité de l’acrotère :

Les deux coordonnées du centre de gravité G de l’acrotère


sont calculer comme suit :

-Fig.25-
1.4) Calcul des sollicitations :

La section la plus critique dans l’acrotère, est celle qui se trouve au niveau de
l’encastrement, et qui est sollicitée par :

69
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Remarques :

Le moment MG est tellement petit, que l’on peut le négliger devant MQ et ME,
On à :

Donc, dans ce qui suit, on va considérer comme moment fléchissant MQ, et comme
effort tranchant VE.

1.5) Combinaison des sollicitations :

Puisque le poids propre G, favorise la stabilité de l’acrotère, donc il ne sera pas majoré
dans les combinaisons suivantes :

1.6) Ferraillage de l’acrotère à l’ELU :

La section de calcul est schématisée dans la figure.26, dont :

-Fig.26-

70
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

1.6.1) Détermination de l’excentricité de calcul :

D’après l’article A.4.3.5 des règles CBA93, les sections sollicitées en flexion
composée avec compression, doivent être vérifiés vis-à-vis de l’état limite ultime de stabilité
de forme ELUSF, mais si la condition suivante est vérifiée :

Ces sections peuvent être vérifiées uniquement en flexion composée, à condition qu’on
prenne en compte forfaitairement les effets de second ordre, on additionnant l’excentricité e2 à
e1 et ea.

Dont :

e1 : est l’excentricité du premier ordre, avant application des excentricités additionnelles, elle
est donnée par :

ea : excentricité additionnelle traduisant les imperfection géométriques initiales de l’élément,


elle se détermine par :

Lf : est la longueur de flambement de l’acrotère (console verticale), donc :

On vérifie la condition :

Donc, l’excentricité de calcul sera :

Avec :

e2 : excentricité forfaitaire qui tient compte l’effet du second ordre lié à la déformation de la
structure, est elle se calcul comme suit :

Où :

71
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

φ : rapport de la déformation finale de fluage à la déformation initiale instantané,


généralement il est pris égale à 2,

α : rapport entre moments, calculer par :

Donc :

Par conséquent :

1.6.2) Position du centre de pression :

Pour préciser si la section est entièrement ou partiellement comprimée, on compare


l’excentricité e avec la frontière du noyau centrale de la section, c'est-à-dire :

Cela veut dire que le centre de pression est en dehors du noyau central, donc la section est
partiellement comprimée, ainsi le calcul de ferraillage s’effectuera en flexion simple sous le
moment fictif Muf qui se calcul comme suit :

Donc :

Puits on calcul le moment réduit :

Donc l’acier comprimé n’est pas nécessaire, c'est-à-dire :

72
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Comme : , l’ELU est atteint en pivot A, c'est-à-dire :

Donc on calcul la section fictive de l’acier tendue :

Le ferraillage réel en flexion composée se déduit, donc du ferraillage fictif comme suit :

1.6.3) Le ferraillage minimal :

Le ferraillage minimal en flexion composée est la plus grande des deux valeurs
obtenues par l’application de la règle de millième et la condition de non fragilité :

Donc :

1.6.4) Description des armatures :

1.6.4.1) Armatures principales :

L’espacement des armatures principales sera de 20 cm, ce qui vérifie la condition suivante :

1.6.4.2) Armatures de répartition (de peau) :

Selon l’article A.8.2.4.1 du BAEL91modifié99, la section des armatures de répartition


découle de celle des armatures principales, par la baie de la formule suivante :

73
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc :

L’espacement des armatures de répartition sera de

1.6.5) Vérification du diamètre des armatures :

Le diamètre adopté pour les armatures des de sens, doit vérifié la condition suivante :

1.7) Vérification des contraintes à l’ELS :

On doit vérifier que :

Avec :

Calcul des contraintes et :

Pour le cas de la flexion composée, et pour une section partiellement comprimée, le


calcul des contraintes dans le béton et dans l’acier, s’effectue de la façon suivante :

Avec :

On calcul les deux termes p et q comme suit :

74
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Où :

Puits on résolue l’équation :

Donc on trouve :

Les trois solutions de l’équation de degré 3 sont comme suit :

On calcul Yser, la distance entre le centre de pression et l’axe de la fibre la plus comprimé
(supérieure) :

Pour z, on choisie parmi les trois solutions précédentes celui qui donne :

Alors on prend : ,

75
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

En suite en calcul l’inertie de la section homogène réduite :

Par conséquent :

Conclusion :

Le ferraillage adopté à l’ELU, est valable pour l’ELS.

1.8) Vérification à l’effort tranchant (ELU) :

Suivant l’article A.5.1.1 des règles BAEL91modifié99, on doit vérifier la condition


suivante :

Avec :

Donc :

Cela veut dire que ce n’est pas nécessaire de prévoir des armatures transversales.

1.9) Schéma de ferraillage :

Vue la réversibilité de l’action sismique sur l’acrotère, on doit envisager un ferraillage


symétrique, suivant deux nappes parallèles.

Le schéma de ferraillage est détaillé dans la figure.27 suivante :

76
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.27-

2) CALCUL DES ESCALIERS :

2.1) Introduction :

Les escaliers de notre projet sont


des escaliers à 3 volées, les volées 1 et 3
sont à un seul palier, tandis que la volée 2 à
deux paliers.

Comme le montre la figure 28, le


principe de calcul de ce type d’escaliers
consiste à supposer D’C’ comme une
poutre secondaire qui prenne appuis de part
et d’autre (en C’ et D’) sur des poutres
principales AC et FD qui s’appuyant à leur
tour d’une part sur une poutre brisée en C
et D, et d’autre part sur les poutres de
l’ossature porteuse des deux niveaux
successifs en A et F.

-Fig.28-

77
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

2.2) Plans des escaliers :

Les dimensions en plan et en élévation des escaliers sont apparentes dans les figures
(29 et 30) suivantes :

-Fig.29-

78
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.30-

2.3) Hypothèses de calcul :

Les escaliers sont à l’abrie des intempéries, donc la fissuration sera considérée comme
peu préjudiciable, ce qui conduit à un calcul de ferraillage à l’ELU suivie d’une
vérification des contraintes à l’ELS,
L’ensemble volée-palier sera considéré comme une poutre simplement fléchie de
largeur unitaire, et bi-articulée à ses deux extrémités pour le calcul du moment de la
travée isostatique. Ce moment sera ventilé en travée et sur appuis par des coefficients
de continuité qui tient compte de l’effet d’encastrement aux extrémités de cette poutre.

2.4) Evaluation des charges :

2.4.1) Charges permanentes :

Les constituants qui participent à la création de ces charges sont définis dans la
figure.31 suivante :

79
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.31-
Avec :

N° Constituants Epaisseur (cm) Densité Charge (KN/m²)


Carrelage sur marches et
(1) 3 0.20 (KN/m2/cm) 0.60
sur paliers
Carrelage sur contre
(2) 2 0.20 (KN/m2/cm) 0.40
marches
(3) Mortier de pose 2 0.20 (KN/m3) 0.40

(4) Enduit plâtre 1.5 0.10 (KN/m²/cm) 0.15

(5) Paillasse + marches = 28.04 25 (KN/m3) 7.01

(6) Paliers 20 25 (KN/m3) 5

(7) Garde-corps - - 0.10


-Tableau.17-

Charges permanentes en zone de la volée :

Avec :

g1 : est le poids propre de l’ensemble paillasses marches,

g3 : le poids du garde-corps,

80
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

g2 : est le poids du revêtement, et qui se calcul comme suit (en tenant compte la
déclivité de chaque type de revêtement) :

Avec :

P1 : poids du revêtement sur marches ;

P2 : poids du revêtement en contremarches ;

P3 : poids du revêtement en sous face de la paillasse ;

Donc :

Ce qui donne :

Charges permanentes en zone de palier :

2.4.2) Charges d’exploitation :

Suivant les normes de l’AFNOR, et pour le cas des escaliers des hôpitaux, une charge
d’exploitation de 4 KN/m² est prévue pour l’ensemble volée-palier.

2.5) Combinaison des charges :

2.5.1) Zone volée :

2.5.2) Zone palier :

81
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

2.6) Etude de la volée (2) :

2.6.1) Schéma statique :

Le model réduit de calcul de la volée (2) et représenté dans la figure.32 suivante :

-Fig.32-
N.B :

On à pris 427.5cm comme portée et non pas 270cm, ce qui correspond à la distance
horizontale entre axes des poutres d’appui, et cela pour qu’on puisse négliger le moment de
torsion dans le calcul de ces poutres (volées : 1 et 3).

2.6.2) Calcul des sollicitations :

Les charges soit à l’ELU ou à l’ELS, sont uniformément réparties sur toute la longueur
de la volée (2) comme il est bien apparent dans la figure.33 suivante :

-Fig.33-

82
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Ce système de chargement conduit aux sollicitations suivantes :

On tenant en considération l’effet de l’encastrement aux extrémités, et selon l’article


A.8.2, 32 des règles BAEL91modifié99 on aura comme moments :

Le tableau.18 suivant, récapitule les résultats de calcul des sollicitations à l’ELU et


l’ELS :

Etat q M0 V Ma Mt
limite (KN/m²) (KNm/ml) (KN/ml) (KNm/ml) (KNm/ml)
ELU 17.794 40.65 38.035 -12.195 38.618
ELS 12.736 29.095 27.223 -8.729 27.64
-Tableau.18-

2.6.3) Diagrammes des sollicitations :

-Fig.34-

83
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Remarque :

Dans le calcul précédent, on pas prit en considération l’effort normal N engendré par
l’inclinaison du paillasse, et cela parce qu’il est équilibrer par la réaction d’appuis au niveau
de pied de paillasse, et même les contrainte produits par cette effort sont tellement faible que
l’on puisse les négligés devant les autres sollicitations.

2.6.4) Calcul du ferraillage à l’ELU :

La section transversale de calcul est celle schématisé dans la figure.35 suivante :

Avec :

h = 17cm,

b = 100cm,

d = 14cm,

c = 3cm, -Fig.35-

6.4.1) Ferraillage en travée :

On à : , .

Donc on n’aura pas d’acier supérieur comprimé,

Ferraillage minimale :

84
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Description des barres :

On adopte en travée 7T14 avec As=10.78 cm², et espacement entre barres de :

Armatures de répartition :

Selon l’article A.8.2, 42 du BAEL91 modifier99 on à :

Donc on adopte 6T8 avec Ar = 3.02cm², et un espacement entre barres de :

6.4.2) Ferraillage sur appuis :

On à : , .

Donc on n’aura pas d’acier supérieur comprimé,

Description des barres :

85
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

On adopte sur appuis 6T8 avec As=3.02 cm², et espacement entre barres de :

Armatures de répartition :

Donc on adopte 3T8 avec Ar = 1.51cm², et un espacement entre barres de :

6.5) Vérification des contraintes à l’ELS :

On doit vérifier que :

Avec :

Calcul des contraintes et :

En travée :

On à : ,

On calcul d’abord l’ordonné y1 de l’axe neutre :

En suite on calcul l’inertie de la section homogène réduite :

Par conséquent :

86
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Sur appuis :

On à : ,

On calcul d’abord l’ordonné y1 de l’axe neutre :

En suite on calcul l’inertie de la section homogène réduite :

Par conséquent :

Conclusion :

Après la vérification précédente on peut dire que le ferraillage adopté à l’ELU, est
valable en l’ELS.

6.6) Vérification des contraintes de cisaillement :

On doit vérifier que :

Avec :

Donc :

87
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc on n’aura pas besoin de prévoir des armatures transversales.

6.7) Vérification de la flèche à l’ELS :

Avant de passer directement à la vérification de la flèche, il faut qu’on examine


d’abord les conditions qui nous dispensent de cette vérification. Ces conditions sont dictés,
pour le cas des poutres, par l’article B.6.5, 1 des règles BAEL91 modifié99 comme suit :

Dont :

Puisque la première condition est non vérifiée, on doit donc faire une vérification de la
flèche comme suit, on examinant la condition suivante :

Avec :

: est la flèche admissible, elle ce calcul selon l’article B.6.5.3 du BAEL91 comme
suit :

, : sont respectivement la flèche différé et instantané dues à l’ensemble des


charges permanentes,

: Flèche instantanée due aux charges permanente appliqués avant la mise en œuvre
des revêtements,

88
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

: Flèche instantané due à l’ensemble des charges d’exploitation.

Calcul du moment d’inertie de la section non fissurée (I0) :

Calcul du facteur (λ) :

Avec :

Calcul des moments :

a) Le moment dû à l’ensemble des charges permanentes (Mg) :

b) Le moment dû aux charges permanentes appliquées avant la mise en œuvre des


revêtements (Mj):

c) Le moment due à l’ensemble des charges permanentes et d’exploitation :

Calcul des contraintes :

On à déjà calculer : y1 = 0.053m, I1 = 1.72 10-4 m4.

89
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Calcul des paramètres (μ) :

Calcul des moments d’inertie des sections fissurées :

Calcul des flèches :

90
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Finalement on trouve :

Donc :

On remarque que la flèche de la volée 2 dépasse de près la valeur limite, mais on peut
admettre ce dépassement parce que lors des calcules on à considéré que les paliers sont
appuies ponctuellement au niveau de la poutre brisée, tandis qu’ils sont encastrés suivant tout
leurs largeur, ce qui diminue en réalité la porté de la volée 2. En plus la poutre brisée apporte
une rigidité supplémentaire au volée 2 ce qui limite sa flèche.

2.7) Etude des volées (1) et (3) :

2.7.1) Schéma statique :

Le schéma statique des volées 1 et 3 est représenté sur la figure.36 suivante :

-Fig.36-

91
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

On remarque que les deux volées 1 et 3 ont le même model réduit de calcul, c'est-à-
dire les mêmes dimensions, les mêmes charges et par conséquent des sollicitations et des
contraintes identiques, ainsi un ferraillage pareille. La seule différence sera au niveau du
façonnage des armatures qui est propre à chaque volée.

2.7.2) Calcul des sollicitations :

La répartition des charges à l’ELU et à l’ELS sur l’ensemble volée-palier 1 et 3 est


comme le montre la figure.37 suivante :

Avec :

P1 : est l’ensemble des charges


appliquées sur la volée,

P2 : est l’ensemble des charges


appliquées sur le palier haussé par la
réaction de la volée 2 qui ce caractérise
dans l’effort tranchant linéaire V2.

On pose : -Fig.37-

Suivant les formulaires de la


résistance des matériaux, ce système de
chargement conduit aux sollicitations
suivantes :

Les résultats de l’application


numérique à l’ELU et à l’ELS de ces
formules sont résumés dans le tableau.19
suivant :

-Fig.38-

92
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Etats P1 P2 VA VB M0 X0 Ma Mt
limite (KN/ml) (KN/ml) (KN/ml) (KN/ml) (KNm/ml) (m) (KNm/ml) (KNm/ml)
ELU 17.794 52.340 42.825 -73.050 51 2.204 -15.300 48.450
ELS 12.736 37.383 30.627 -52.193 36.435 2.204 -10.931 34.613
-Tableau.19-

Diagrammes des sollicitations :

-Fig.39-

2.7.3) Calcul du ferraillage à l’ELU :

2.7.3.1) Ferraillage en travée :

On à : , .

93
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Ferraillage minimal :

Description des barres :

On va adopter en travée 8T14 avec : As = 12.32 cm² et un espacement de :

Armatures de répartition :

Donc on adopte 7T8 avec Ar = 3.52cm², et un espacement entre barres de :

2.7.3.2) Ferraillage sur appuis :

On à : , .

94
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Ferraillage minimal :

Description des barres :

On va adopter sur appuis 7T8 avec : As = 3.52 cm² et un espacement de :

Armatures de répartition :

Donc on adopte 3T8 avec Ar = 1.51cm², et un espacement entre barres de :

2.7.4) Vérification des contraintes de cisaillement (ELU) :

On doit vérifier la condition suivante :

Avec :

Donc les armatures transversales ne sont pas nécessaires pour ce cas.

2.7.5) Vérification des contraintes normales à L’ELS :

2.7.5.1) En travée :

On à : ,

95
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Par conséquent :

2.7.5.2) Sur appuis :

On à : ,

Par conséquent :

Conclusion :

Le ferraillage adopté à l’ELU est largement satisfaisant à l’ELS.

2.7.6) Vérification de la flèche (ELS) :

On examine les conditions de non vérification de la flèche suivantes :

Dont :

96
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc on doit vérifier la flèche comme suit :

Avec :

Calcul du moment d’inertie de la section non fissurée (I0) :

Calcul du facteur (λ) :

Calcul des moments :

a) Le moment (Mg) :

-Fig.40-

97
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

b) Le moment (Mj):

c) Le moment (Mp):

Calcul des contraintes :

On à déjà calculer : y1 = 0.0558m, I1 = 1.89 10-4 m4.

Calcul des paramètres (μ) :

98
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Calcul des moments d’inertie des sections fissurées :

Calcul des flèches :

Finalement on trouve :

Par conséquent la flèche calculée dépasse la valeur admissible, parmi les solutions que
nous pourrions compté sur pour diminuer cette flèche est le redimensionnement du ferraillage.
Une section en travée de 10T14 avec un espacement entre barres de 10cm, va rabaisser la
flèche nuisible en dessous des valeurs limites, après recalcule de la flèche on trouve :

2.8) Schémas de ferraillage :

Les schémas de ferraillage des trois volées sont représentés dans les figures suivantes :

99
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.41-

100
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.42-

101
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.43-

102
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Tableau.20-

2.9) Etude de la poutre support paliers :

2.9.1) Introduction :

La poutre support paliers à comme rôle principale la transmission des efforts


engendrés par les escaliers à l’ossature porteuse, et elle sert comme encastrement pour les
paliers.

Vu que les deux paliers sont dénivelés l’un part rapport à l’autre, il est peu commode
de prévoir une poutre palier horizontale pour chaque palier. D’où l’idée de prévoir une poutre
brisée qui support les deux paliers au même temps.

103
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

La poutre palier est sollicitée en flexion simple sous son poids propre, le poids du mur
extérieur en dessus et les réactions des paliers, en plus elle est sollicitée en torsion, qui est due
aux moments d’encastrement des paliers.

Le calcul de cette poutre sera mené comme si elle est horizontale et bi-encastrée à ses
deux extrémités dans les poteaux de l’ossature porteuse.

2.9.2) Prédimensionnement :

La hauteur de la poutre est limitée comme suit :

Avec : L = 5.85m

D’où on tire la largeur b comme suit :

Vérification aux conditions de l’RPA99v2003 :

Donc la section de la poutre brisée sera de: (30x50) cm²

-Fig.44-

2.9.3) Schéma statique :

Le model réduit de calcul de la poutre palier est présenté dans la figure.45 suivante :

104
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.45-

2.9.4) Evaluation des charges :

Le poids propre de la poutre :


Le poids du mur extérieur :

Donc le poids propre total sera :

Les réactions des paliers sur la poutre :

2.9.5) Combinaison des charges :

2.9.5.1) Zone volée :

2.5.2) Zone palier :

105
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc on n’aura le système de chargement suivant :

-Fig.46-

On peut remplacer les charges réparties qpalier et qvolée par une charge équivalente
uniformément répartie sur toute la longueur de la poutre, et qui se calcul par la formule
suivante :

Donc :

Le système de chargement équivalent sera comme le montre la figure.47 suivante :

-Fig.47-

106
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

2.9.6) Calcul des sollicitations :

2.9.6.1) Le moment fléchissant(M) :

2.9.6.2) Effort tranchant(V) :

2.9.6.3) Couple de torsion(C) :

Les couples de torsion appliquées à la poutre sont les moments d’encastrement des
paliers, c'est-à-dire :

2.9.6.4) Le moment de torsion (T) :

Par analogie avec l’effort tranchant le moment de torsion est maximal au niveau des
appuis, donc la valeur max à l’ELU vaut :

2.9.7) Diagramme des sollicitations :

Les différentes sollicitations qui sollicitent la poutre palier à l’ELU et à l’ELS sont
résumées dans la figure.48 suivante :

107
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.48-

2.9.8) Calcul du ferraillage à l’ELU :

2.9.8.1) Ferraillage sous sollicitations de flexion simple :

La section de calcul de la poutre est comme le


montre la figure.49, avec :

-Fig.49-

108
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

a) Armatures longitudinales :

Ferraillage en travée :

On à : , .

Ferraillage minimal :

En plus de la condition de non fragilité et la règle de millième on ajoute pour les


poutres la section d’acier minimale recommandée par les règles RPA99v2003 :

Description des barres :

On va adopter en travée 5T14 avec : As = 7.70 cm².

Ferraillage sur appuis :

On à : , .

109
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Ferraillage minimal :

Description des barres :

On va adopter en travée 6T16 avec : As = 12.06 cm².

Vérification de l’effort tranchant :

On à :

Comme il est bien apparent, les contraintes de cisaillement ne dépassent les valeurs
admissibles, mais on doit prévoir des armatures transversales qui seront calculés comme suit.

b) Armatures transversales :

Suivant l’article A.5.1, 23 des règles BAEL91 modifé99 on à :

Avec :

St : est l’espacement des cours d’armatures transversales, qui est donné par l’article 7.5.2.2
des règles RPA comme suit :

110
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Zone nodale :

Avec est le plus petit des diamètres longitudinales c'est-à-dire 1.4 cm,

Donc on adopte :

Hors zone nodale :

Donc on adopte : et .

Par conséquent la section d’armatures transversales sera :

2.9.8.2) Ferraillage sous sollicitations de torsion :

a) Calcul de la contrainte tangentiel de torsion :

Selon l’article A.5.4.2 des règles BAEL91 modifiée99, les contraintes de cisaillement
dues à la torsion pour une section pleine se calcul comme suit :

Avec :

: Le moment de torsion ultime, dont ‘il est égale à :


24.1 KNm,

a : le diamètre du grand cercle inscrit dans le contour


extérieur de la section (voir figure.50),

Ω : l’aire du contour à mi-épaisseur des parois (aire


hachuré dans la fig.50),
-Fig.50-
Donc :

111
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

b) Vérification des contraintes tangentiels :

L’article A.5.4.3 des règles BAEL91 recommande de faire la vérification suivante :

c) Détermination des armatures de torsion :

c.1) Les armatures longitudinales :

Suivant la règle des coutures décrit par l’article A.5.3.1 des règles BAEL91 on à :

Où :

: est la section des armatures longitudinales engendrés par la torsion, et que l’on
note ,

U : le périmètre de l’aire Ω, et qui se calcul comme suit :

Par conséquent on n’aura :

Description des barres :

On adopte pour les armatures longitudinales de torsion : 8T10 avec

c.2) Les armatures transversales :

Selon la même règle on à :

112
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

2.9.8.3) Ferraillage totale :

Comme la flexion simple et la torsion, sollicitent concomitamment la poutre palier, on


doit superposer les deux ferraillages de flexion et de torsion :

a) Armatures longitudinales :

a.1) En travée :

a.2) Sur appuis :

b) Armatures transversales :

On adopte alors pour les armatures transversales 4T10 avec At = 3.14 cm², c'est-à-dire
4 brins de 10 ce qui donne un cadre et un étrier de 10.

Selon l’article A.7.2.2 du BAEL on doit vérifier la condition suivante :

2.9.8.4) Vérification au ferraillage minimale (Torsion-flexion) :

Sur appuis :

On doit vérifier que :

En travée :

Armatures transversales :

On doit vérifier que :

113
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

2.9.9) Schéma de ferraillage :

-Fig.51-

114
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.52-

115
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Tableau.21-

116
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

3) CALCUL DES DALLES :

3.1) Introduction :

Comme il est déjà mentionné au chapitre 3 (prédimensionnemet), on à prévue un


plancher à dalle pleine continue, qui prenne appui sur un système de poutres croisés au niveau
des poteaux.

Le prédimensionnemet nous à donné une épaisseur optimale de 18 cm pour la dalle.

3.2) Principe de calcul :

La dalle continue est constituée d’un ensemble de panneaux limités par des poutres
dans les deux directions orthogonales, donc chaque panneau est appuyer suivant ses quatre
bords. D’abord il faut calculer le rapport α, qui est le rapport de la petite dimension du
panneau à la plus grande, ce qui nous permet de distinguer si ce panneau travail suivant un ou
deux sens. Selon le cas, on considère des bandes de largeur unitaire suivant chaque sens et on
calcul les moments maximaux en travée supposée isostatique, puis ces moment serons
ventilés en travée et sur appuis par des coefficients qui tient compte de l’effet de la continuité
des panneaux.

La fissuration sera considérée comme peu préjudiciable.

3.3) Evaluation des charges :

3.3.1) Charges permanentes :

Elles sont déjà calculées dans le chapitre 3 (voir descente de charges), et qui ont
comme valeurs :

Terrasse inaccessible :
Terrasse accessible :
Planchers étages courants et planchers sous sol :

C’est charges sont uniformément réparties sur tous la surfaces des dalles en question.

3.3.2) Charges d’exploitation :

Vu la spécificité de fonction des différentes locaux de cette établissement dispensaire,


et en concordance avec les plans d’architecture, et suivant le DTR BC-2.2, on à établie dans le
tableau.22 la répartition des charges d’exploitation sur tous les panneaux de dalle de chaque
étage, et cela pour les deux blocs (5) et (6).

La numérotation des différents panneaux est représentée dans la figure.53 suivante :

117
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.53-

Charges d’exploitation Q (KN/m²)


Blocs Panneaux Niveaux (m)
-0.05 +4.37 +8.79 +13.21 +17.63
(1) 4 4 2.5 1 -
(2) 2.5 1.5 1.5 1 -
(3) 4 2.5 4 1 -
(4) 4 4 4 1 -
Bloc (5)
(5) 4 1 - - -
(6) 2.5 2.5 2.5 1 -
(7) 4 1 - - -
(8) 2.5 2.5 1 - -

(1) - - - - -
(2) 2.5 1.5 1.5 2.5 1
(3) 2.5 1.5 1.5 1.5 1
(4) 2.5 2.5 1.5 1.5 1
(5) 4 4 4 4 1
(6) 4 4 4 4 1
(7) 4 4 4 4 1
(8) 4 4 4 4 1
Bloc (6)
(9) 4 4 4 4 1
(10) 2.5 2.5 2.5 1.5 1
(11) 2.5 2.5 2.5 1.5 1
(12) 4 2.5 4 4 1
(13) 2.5 1.5 - - -
(14) 2.5 4 1.5 1.5 1
(15) 2.5 4 1.5 1.5 1
(16) 4 2.5 4 4 1
(17) 2.5 1.5 - - -
-Tableau.22-

118
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

3.4) Calcul des sollicitations :

3.4.1) Bloc (5) :

Le calcul sera conduit selon la méthode approché de l’annexe E3 du BAEL, que nous
l’exposerons en détail pour le panneau (1) niveau (+4.37), et pour le reste en va seulement
montrer les résultats dans les tableaux 25, 26, 27, 28.

N.B :

Ce qui nous à contraint de faire le calcule de tous les panneaux, c’est que les valeurs
des charges d’exploitation sont différentes d’un panneau à l’autre dans le même niveau, et
aussi les conditions de continuité aux bords des panneaux qui sont différentes suivant la
position du panneau dans le même étage. En fin de compte tous ces critères nous empêchent
de prédire concrètement quel est le panneau le plus sollicité.

3.4.1.1) Calcul du panneau (1) , niveau (+4.37) :

a) Détermination des moments isostatiques :

On calcul α :

Donc ce panneau travail suivant les deux sens x et y.

et , sont des coefficients fonction du rapport α, -Fig.54-


et l’état limite considéré (ELU ou ELS),

A l’ELU :

A l’ELS :

119
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

b) Détermination des moments en travées et sur appuis pour le panneau continue :

Selon l’article A.8.2.32 des règles BAEL, et à partir des moments calculé pour les
panneaux articulés sur leur contour, on multiplie ces moments par des coefficients de
réduction qui tient compte de la continuité des panneaux, le tableau.23 suivant développe les
différents coefficients de continuité à prendre en compte :

0.30 M0 0.50 M0
Encastrement partiel 0.30 M0 0.95 M0 0.85 M0
Continuité 0.50 M0 0.85 M0 0.75 M0
-Tableau.23-

A l’ELU :

A l’ELS :

c) Calcul des efforts tranchants (ELU) :

120
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

d) Diagrammes des sollicitations :

d.1) Diagramme des moments (M) :

-Fig.55-

d.2) Diagramme de l’effort tranchant (V) :

-Fig.56-

3.4.1.2) Sollicitations des autres panneaux :

Elles sont récapitulées dans les tableaux 24 et 25 suivants :

121
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

a) A l’ELU :

Effort
Moments fléchissant (KNm/ml) tranchant
(KN/ml)
Niveau
Panneaux
(m) Sens (x) Sens (y)
Vx Vy

(2) -9.38 -5.63 15.94 -5.63 -5.63 16.64 21.18 19.20


-0.05
(4) -6.58 -10.97 18.64 -6.58 -6.58 19.46 24.78 22.46

(1) -10.27 -6.16 17.46 -10.27 -6.16 17.46 23.26 23.26


(2) -8.31 -4.99 14.14 -4.99 -8.31 13.20 18.79 17.03
(3) -8.78 -8.78 13.17 -8.78 -5.27 14.93 19.88 19.88
(4) -10.97 -10.97 16.45 -6.58 -10.97 17.41 24.78 22.46
+4.37
(5) -8.22 -8.22 12.33 -8.22 -4.93 13.97 18.61 18.61
(6) -9.38 -9.38 14.06 -5.63 -9.38 14.89 21.18 19.20
(7) -4.93 -8.22 13.97 -8.22 -4.93 13.97 18.61 18.61
(8) -5.63 -9.38 15.94 -5.63 -9.38 14.89 21.18 19.20

(1) -8.78 -5.27 14.93 -8.78 -5.27 14.93 19.88 19.88


(2) -8.31 -4.99 14.14 -4.99 -8.31 13.20 18.79 17.03
(3) -6.16 -10.27 17.46 -10.27 -6.16 17.46 23.26 23.26
(4) -10.97 -10.97 16.45 -6.58 -10.97 17.41 24.78 22.46
+8.79
(5) - - - - - - - -
(6) -9.38 -9.38 14.06 -5.63 -5.63 16.64 21.18 19.20
(7) - - - - - - - -
(8) -5.27 -8.78 14.92 -5.27 -5.27 15.58 19.83 17.97

(1) -8.22 -4.93 13.97 -8.22 -4.93 13.97 18.61 18.61


(2) -8.78 -5.27 14.92 -5.27 -8.78 13.94 19.83 17.97
(3) -4.93 -8.22 13.97 -8.82 -4.93 13.97 18.61 18.61
(4) -8.78 -8.78 13.17 -5.27 -8.78 13.94 19.83 17.97
+13.21
(5) - - - - - - - -
(6) -5.27 -8.78 14.92 -5.27 -5.27 15.58 19.83 17.97
(7) - - - - - - - -
(8) - - - - - - - -
-Tableau24-

b) A l’ELS :

122
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Moments fléchissant (KNm/ml)


Niveau
Panneaux
(m) Sens (x) Sens (y)

(2) -8.02 -4.81 13.63 -4.81 -4.81 14.57


-0.05
(4) -5.57 -9.28 15.78 -5.57 -5.57 16.82

(1) -8.78 -5.27 14.93 -8.78 -5.27 14.93


(2) -7.18 -4.31 12.20 -4.31 -7.18 11.64
(3) -7.59 -7.59 11.39 -7.59 -4.55 12.90
(4) -9.28 -9.28 13.92 -5.57 -9.28 15.05
+4.37
(5) -7.22 -7.22 10.84 -7.22 -4.33 12.28
(6) -8.02 -8.02 12.03 -4.81 -8.02 13.01
(7) -4.33 -7.22 12.28 -7.22 -4.33 12.28
(8) -4.81 -8.02 13.63 -4.81 -8.02 13.01

(1) -7.59 -4.55 12.9 -7.59 -4.55 12.90


(2) -7.18 -4.31 12.2 -4.31 -7.18 11.64
(3) -5.27 -8.78 14.93 -8.78 -5.27 14.93
(4) -9.28 -9.28 13.92 -5.57 -9.28 15.05
+8.79
(5) - - - - - -
(6) -8.02 -8.02 12.03 -4.81 -4.81 14.54
(7) - - - - - -
(8) -4.58 -7.63 12.98 -4.58 -7.63 13.83

(1) -7.22 -4.33 12.28 -7.22 -4.33 12.28


(2) -7.63 -4.58 12.98 -4.58 -7.63 12.38
(3) -4.33 -7.22 12.28 -7.22 -4.33 12.28
(4) -7.63 -7.63 11.44 -4.58 -7.63 12.38
+13.21
(5) - - - - - -
(6) -4.58 -7.63 12.98 -4.58 -4.58 13.83
(7) - - - - - -
(8) - - - - - -
-Tableau.25-

Les sollicitations maximales pour ce bloc sont les suivantes :

123
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

3.4.2) Bloc (6) :

Les sollicitations des différents panneaux du bloc 6 sont résumées dans les tableaux 26
et 27 suivants :

a) A l’ELU :

Effort
Moments fléchissant (KNm/ml) tranchant
(KN/ml)
Niveau
Panneaux
(m) Sens (x) Sens (y)
Vx Vy

(2) -9.38 -5.63 15.94 -9.38 -5.63 14.89 21.18 19.20


(3) -9.38 -5.63 15.94 -9.38 -9.38 13.14 21.18 19.20
(4) -8.78 -5.27 14.93 -8.78 -8.78 13.17 19.88 19.88
(6) -10.97 -10.97 16.45 -10.97 -6.58 17.41 24.78 22.46
-0.05
(7) -10.97 -10.97 16.45 -10.97 -10.97 15.37 24.78 22.46
(8) -10.27 -10.27 15.40 -10.27 -10.27 15.40 23.26 23.26

(1) - - - - - - - -
(2) -8.31 -4.99 14.14 -8,31 -4,99 13,20 18,79 17,03
(3) -8.31 -4.99 14.14 -8,31 -8,31 11,65 18,79 17,03
(4) -8.78 -5.27 14.93 -8,78 -8,78 13,17 19,88 19,88
(5) -10.27 -10.27 15.4 -6,16 -10,27 17,46 23,26 23,26
(6) -10.97 -10.97 16.45 -10,97 -6,58 17,41 24,78 22,46
(7) -10.97 -10.97 16.45 -10,97 -10,97 15,37 24,78 22,46
(8) -10.27 -10.27 15.4 -10,27 -10,27 15,40 23,26 23,26
+4.37 (9) -10.27 -10.27 15.4 -6,16 -10,27 17,46 23,26 23,26
(10) -9.38 -9.38 14.06 -9,38 -5,63 14,89 21,18 19,20
(11) -9.38 -9.38 14.06 -9,38 -9,38 13,14 21,18 19,20
(12) -8.78 -8.78 13.17 -8,78 -8,78 13,17 19,88 19,88
(13) -7.79 -7.79 11.68 -4,67 -7,79 13,24 17,63 17,63
(14) -6.58 -10.97 18.64 -10,97 -6,58 17,41 24,78 22,46
(15) -6.58 -10.97 18.64 -10,97 -10,97 15,37 24,78 22,46
(16) -5.27 -8.78 14.93 -8,78 -8,78 13,17 19,88 19,88
(17) -5.17 -8.61 14.63 -5,17 -8,61 14,63 19,49 19,49

(1) - - - - - - - -
(2) -8,31 -4,99 14,14 -8,31 -4,99 11,64 18,79 17,03
(3) -8,31 -4,99 14,14 -8,31 -8,31 10,27 18,79 17,03
+8.79 (4) -7,79 -4,67 13,24 -7,79 -7,79 10,19 17,63 17,63
(5) -10,27 -10,27 15,40 -6,16 -10,27 14,93 23,26 23,26
(6) -10,97 -10,97 16,45 -10,97 -6,58 15,05 24,78 22,46
(7) -10,97 -10,97 16,45 -10,97 -10,97 13,28 24,78 22,46

124
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

(8) -10,27 -10,27 15,40 -10,27 -10,27 13,18 23,26 23,26


(9) -10,27 -10,27 15,40 -6,16 -10,27 14,93 23,26 23,26
(10) -9,38 -9,38 14,06 -9,38 -5,63 13,01 21,18 19,20
(11) -9,38 -9,38 14,06 -9,38 -9,38 11,48 21,18 19,20
(12) -10,27 -10,27 15,40 -10,27 -10,27 13,18 23,26 23,26
(13) - - - - - - - -
(14) -4,99 -8,31 14,14 -8,31 -4,99 11,64 18,79 17,03
(15) -4,99 -8,31 14,14 -8,31 -8,31 10,27 18,79 17,03
(16) -6,16 -10,27 17,46 -10,27 -10,27 13,18 23,26 23,26
(17) - - - - - - - -

(1) - - - - - - - -
(2) -9,38 -5,63 15,94 -9,38 -5,63 14,89 21,18 19,20
(3) -8,31 -4,99 14,14 -8,31 -8,31 11,65 18,79 17,03
(4) -7,79 -4,67 13,24 -7,79 -7,79 11,68 17,63 17,63
(5) -10,27 -10,27 15,40 -6,16 -10,27 17,46 23,26 23,26
(6) -10,97 -10,97 16,45 -10,97 -6,58 17,41 24,78 22,46
(7) -10,97 -10,97 16,45 -10,97 -10,97 15,37 24,78 22,46
(8) -10,27 -10,27 15,40 -10,27 -10,27 15,40 23,26 23,26
+13.21 (9) -10,27 -10,27 15,40 -6,16 -10,27 17,46 23,26 23,26
(10) -8,31 -8,31 12,47 -8,31 -4,99 13,20 18,79 17,03
(11) -8,31 -8,31 12,47 -8,31 -8,31 11,65 18,79 17,03
(12) -10,27 -10,27 15,40 -10,27 -10,27 15,40 23,26 23,26
(13) - - - - - - - -
(14) -3,32 -5,53 9,41 -5,53 -3,32 2,35 18,35 2,29
(15) -4,99 -8,31 14,14 -8,31 -8,31 11,65 18,79 17,03
(16) -6,16 -10,27 17,46 -10,27 -10,27 15,40 23,26 23,26
(17) - - - - - - - -

(1) -6,53 -3,92 11,10 -3,92 -3,92 3,78 19,77 4,27


(2) -8,78 -5,27 14,92 -8,78 -5,27 13,94 19,83 17,97
(3) -8,78 -5,27 14,92 -8,78 -8,78 12,30 19,83 17,97
(4) -8,22 -4,93 13,97 -8,22 -8,22 12,33 18,61 18,61
(5) -8,22 -8,22 12,33 -4,93 -8,22 13,97 18,61 18,61
(6) -8,78 -8,78 13,17 -8,78 -5,27 13,94 19,83 17,97
(7) -8,78 -8,78 13,17 -8,78 -8,78 12,30 19,83 17,97
(8) -8,22 -8,22 12,33 -8,22 -8,22 12,33 18,61 18,61
+17.63 (9) -8,22 -8,22 12,33 -4,93 -8,22 13,97 18,61 18,61
(10) -8,78 -8,78 13,17 -8,78 -5,27 13,94 19,83 17,97
(11) -8,78 -8,78 13,17 -8,78 -8,78 12,30 19,83 17,97
(12) -8,22 -8,22 12,33 -8,22 -8,22 12,33 18,61 18,61
(13) - - - - - - - -
(14) -3,17 -5,28 8,98 -5,28 -3,17 2,24 17,52 2,19
(15) -5,27 -8,78 14,92 -8,78 -8,78 12,30 19,83 17,97
(16) -4,93 -8,22 13,97 -8,22 -8,22 12,33 18,61 18,61
(17) - - - - - - - -
-Tableau.26-

125
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

b) A l’ELS :

Moments fléchissant (KNm/ml)


Niveau
Panneaux
(m) Sens (x) Sens (y)

(2) -8,02 -4,81 13,01 -8,02 -4,81 13,01


(3) -8,02 -4,81 11,48 -8,02 -8,02 11,48
(4) -7,59 -4,55 11,39 -7,59 -7,59 11,39
(6) -9,28 -9,28 15,05 -9,28 -5,57 15,05
-0.05
(7) -9,28 -9,28 13,28 -9,28 -9,28 13,28
(8) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18

(1) - - - - - -
(2) -7,18 -4,31 12,20 -7,18 -4,31 11,64
(3) -7,18 -4,31 12,20 -7,18 -7,18 10,27
(4) -7,59 -4,55 12,90 -7,59 -7,59 11,39
(5) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
(6) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -5,57 15,05
(7) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -9,28 13,28
(8) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18
+4.37 (9) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
(10) -8,02 -8,02 12,03 -8,02 -4,81 13,01
(11) -8,02 -8,02 12,03 -8,02 -8,02 11,48
(12) -7,59 -7,59 11,39 -7,59 -7,59 11,39
(13) -6,79 -6,79 10,19 -4,08 -6,79 11,55
(14) -5,57 -9,28 15,78 -9,28 -5,57 15,05
(15) -5,57 -9,28 15,78 -9,28 -9,28 13,28
(16) -4,55 -7,59 12,90 -7,59 -7,59 11,39
(17) -4,52 -7,53 12,79 -4,52 -7,53 12,79

(1) - - - - - -
(2) -7,18 -4,31 12,20 -7,18 -4,31 11,64
(3) -7,18 -4,31 12,20 -7,18 -7,18 10,27
(4) -6,79 -4,08 11,55 -6,79 -6,79 10,19
(5) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
+8.79 (6) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -5,57 15,05
(7) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -9,28 13,28
(8) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18
(9) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
(10) -8,02 -8,02 12,03 -8,02 -4,81 13,01
(11) -8,02 -8,02 12,03 -8,02 -8,02 11,48

126
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

(12) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18


(13) - - - - - -
(14) -4,31 -7,18 12,20 -7,18 -4,31 11,64
(15) -4,31 -7,18 12,20 -7,18 -7,18 10,27
(16) -5,27 -8,78 14,93 -8,78 -8,78 13,18
(17) - - - - - -

(1) - - - - - -
(2) -8,02 -4,81 13,63 -8,02 -4,81 13,01
(3) -7,18 -4,31 12,20 -7,18 -7,18 10,27
(4) -6,79 -4,08 11,55 -6,79 -6,79 10,19
(5) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
(6) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -5,57 15,05
(7) -9,28 -9,28 13,92 -9,28 -9,28 13,28
(8) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18
+13.21 (9) -8,78 -8,78 13,18 -5,27 -8,78 14,93
(10) -7,18 -7,18 10,77 -7,18 -4,31 11,64
(11) -7,18 -7,18 10,77 -7,18 -7,18 10,27
(12) -8,78 -8,78 13,18 -8,78 -8,78 13,18
(13) - - - - - -
(14) -2,51 -4,18 7,10 -4,18 -2,51 2,65
(15) -4,31 -7,18 12,20 -7,18 -7,18 10,27
(16) -5,27 -8,78 14,93 -8,78 -8,78 13,18
(17) - - - - - -

(1) -5,07 -3,04 8,61 -3,04 -3,04 4,58


(2) -7,63 -4,58 12,98 -7,63 -4,58 12,38
(3) -7,63 -4,58 12,98 -7,63 -7,63 10,92
(4) -7,22 -4,33 12,28 -7,22 -7,22 10,84
(5) -7,22 -7,22 10,84 -4,33 -7,22 12,28
(6) -7,63 -7,63 11,45 -7,63 -4,58 12,38
(7) -7,63 -7,63 11,45 -7,63 -7,63 10,92
(8) -7,22 -7,22 10,84 -7,22 -7,22 10,84
+17.63 (9) -7,22 -7,22 10,84 -4,33 -7,22 12,28
(10) -7,63 -7,63 11,45 -7,63 -4,58 12,38
(11) -7,63 -7,63 11,45 -7,63 -7,63 10,92
(12) -7,22 -7,22 10,84 -7,22 -7,22 10,84
(13) - - - - - -
(14) -2,41 -4,01 6,81 -4,01 -2,41 2,54
(15) -4,58 -7,63 12,98 -7,63 -7,63 10,92
(16) -4,33 -7,22 12,28 -7,22 -7,22 10,84
(17) - - - - - -
-Tableau.27-

Les sollicitations maximales pour ce bloc sont les suivantes :

127
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Remarque :

On observant les résultats précédents dans les tableaux 25, 26, 27 et 28, on remarque
que les sollicitations suivant les deux sens des panneaux sont très rapprochées, donc on aura
le même ferraillage suivant les deux directions de calcul soit en travée ou sur appuis, et ce
ferraillage se déterminera à la base des sollicitations maximales en travée et sur appuis, entre
les deux blocs 5 et 6, est qui vaux :

Ces mêmes sollicitations corresponds à celui du panneau (4) bloc 5 niveau -0.05m, qui
se considère comme le panneau le plus sollicité et qui sera ferraillé comme suit.

3.5) Calcul du ferraillage à l’ELU :

La section de calcul des panneaux de dalle est celle schématisée dans la figure.57
suivante :

Dont :

-Fig.57-

3.5.1) Ferraillage en travée (nappe inférieur) :

On à : , .

128
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc :

Ferraillage minimal :

Selon l’article B.7.4 des règles BAEL91 modifié99, le taux minimal d’acier pour
chaque direction est comme suit :

Avec h et b en cm,

Donc on n’aura :

Description des barres :

Suivant les deux directions orthogonales x et y, on adopte 5T10 avec As = 3.93 cm²,
l’écartement entre les barres du même lit sera de 20 cm et qui vérifie les deux conditions
suivantes :

3.5.2) Ferraillage sur appuis (chapeaux):

On à : , .

129
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Condition de non fragilité :

Donc :

Description des barres principales :

On adopte pour les chapeaux 5T8 avec As = 2.51 cm² et un espacement de 20 cm.

Armatures de répartition :

On adopte 3T8 avec Ar = 1.51 cm² et un espacement de 40 cm.

3.6) Vérification des contraintes à l’ELS :

3.6.1) En travée :

On à : ,

Par conséquent :

130
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

3.6.2) Sur appuis :

On à : ,

Par conséquent :

Conclusion :

L’acier adopté à l’ELU est valable à l’ELS soit en travée ou sur appuis.

3.7) Vérification de l’effort tranchant (ELU) :

Avec :

3.8) Nécessité d’armatures d’âme :

Les armatures transversales d’âme ne sont pas nécessaires si :

La dalle est coulée sans reprise de bétonnage…………….Condition vérifiée,


La contrainte de cisaillement conventionnelle par mètre linéaire de dalle vérifie :

131
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc les armatures d’âme ne sont pas nécessaires pour ce cas.

3.9). Vérification de la flèche :

Avant de passer à la vérification de la flèche proprement dit, on doit examiner les


conditions de non vérification de la flèche, et qui sont pour le cas des dalles donné par
l’article B.7.5 des règles BAEL comme suit :

Puisque les deux premières conditions ne sont pas vérifiées, on doit faire une
vérification de la flèche comme suit :

Avec :

: dans le cas des dalle, est la flèche instantané due aux charges permanente avant la mise
en œuvre des cloisons.

Calcul du moment d’inertie de la section non fissurée (I0) :

132
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Calcul du facteur (λ) :

Calcul des moments :

a) Le moment (Mg) :

On à :

-Fig.58-

Donc :

b) Le moment (Mj):

On à :

133
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Donc :

c) Le moment (Mp):

Calcul des contraintes :

On à déjà calculer : y1 = 0.03657m, I1 = 9.215 10-5 m4.

Calcul des paramètres (μ) :

Calcul des moments d’inertie des sections fissurées :

134
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

Calcul des flèches :

Finalement on trouve :

La flèche nuisible dépasse la valeur limite, donc on est obliger soit de modifier le
coffrage, soit de modifier le ferraillage, et soit on change carrément Le procédé de
construction du planché, on prévoyant par exemple des prédelles précontraintes.

L’augmentation de la section d’acier en travées de 5T10 à 7T12 avec As = 7.92 cm² et


un espacement de 15cm entre les barres, résoudre le problème et rabaisse la flèche nuisible en
dessous des valeurs limites.

Après recalcule de la flèche on trouve :

3.10) Calcul des arrêts de barres :

Avec :

: C’est la longueur de scellement


droit des barres, dont :

Pour la nuance d’acier FeE400 on à :

-Fig.59-

135
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

On prend : a = 30 cm.

3.11) Schémas de ferraillage :

-Tableau.28-

136
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.60-

137
Chapitre IV Calcul des éléments secondaires

-Fig.61-

138
Chapitre V :
Etude dynamique
sismique
Chapitre IV Etude dynamique sismique

V. L’ETUDE DYNAMIQUE SISMIQUE

INTRODUCTION :

En Algérie et partout dans le monde, le séisme est le phénomène naturel le plus


destructeur et le plus difficile à prédire quand et où il frappe, et avec quelle intensité vas
secouer nos constructions. De ce fait et comme le proverbe dit : « prévenir mieux de guérir »,
la seul solution dans le temps actuelle pour contrecarré l’effet sinistre du séisme sur les
bâtiments, est de les dotés d’une conception parasismique judicieuse capable de les préservé
face à un séisme de faible, moyenne, et pour quoi pas de forte amplitude pour les
constructions d’importance vitale. Tout on respectant des dispositions constructives
parasismiques simples, économique, et efficaces dictés par les normes et les règlements en
question, comme le règlement parasismique algérien RPA99v2003 qui est le fruit de longues
années de recherche et d’observation de nombreux séismes majeurs qui en secouer plusieurs
pays du monde. Tel que en Algérie: Asnam (1980), Oued Djer (oct. 1988), Tipaza (oct.
1989), Mascara (août 1994), Boumerdes (mai 2003), en Arménie : Spitak (1988), en Iran :
Sanjan (1990), en USA, Californie : Lomé priéta (1989), Northridge (1994), en japon : Kobe
(1995), et en Turquie : Izmir (1999).

Tous ces séismes malgré qu’ils sont catastrophiques sur l’être humain, ils constituant
des expériences à ciel ouvert qui nous permet de tiré de précieuses leçons qui vont bâtir la
base des futures conceptions parasismiques.

1. GENERALITES SUR LES SEISMES :

1.1. L’origine du séisme :

Le tremblement de terre correspond à une vibration du sol provoquée par une


libération soudaine de l’énergie de déformation accumulée dans la croute terrestre ou dans la
couche sous-adjacente appelée manteau.

Une approche pour l’étude de ce phénomène consiste à considérer que les roches se
comportent comme des matériaux élastiques et que les séismes sont produits par le
relâchement brusque de contraintes lors du glissement suivant un plan de faille. On passe
donc d’un premier état d’équilibre correspondant à des contraintes importantes à un second
état où après glissement, ces contraintes ont disparus partiellement ou en totalité.

La théorie actuelle fondée sur la tectonique des plaques explique l’origine du séisme
comme suit : la lithosphère (la croûte et une partie du manteau supérieur) est constituée par
une quinzaine de plaques rigides qui ont comme frontières les grandes dorsales océaniques
(rifts), les récentes compagnies océanographiques ont montré que ces rifts étaient des zones
d’extrusion de matière à pour conséquences d’écarter les deux plaques adjacentes et quelque
part de la matière ancienne doit obligatoirement pénétrer à l’intérieur du manteau. Ce sont ces
zones où la plaque continentale plonge dans l’asthénosphère (manteau), et qui sont le siège
des tremblements de terre et de phénomènes volcaniques.

140
Chapitre IV Etude dynamique sismique

1.2. Définition des principaux termes utilisés en sismologie :

Les principaux termes employés dans la sismologie sont indiqués dans la figure.62,
avec :

L’endroit où se produit le séisme est appelé foyer ou hypocentre, et le point de la


surface du sol directement au-dessus est appelé épicentre,
La distance h de foyer à l’épicentre est appelée profondeur de séisme, elle est variable
et suivant la quelle on distingue :

La distance ∆ du point d’observation à l’épicentre est appelée distance épicentrale,


La distance directe R entre le foyer et le point d’observation est appelée distance
focale.

1.3. Les ondes sismiques :

Les vibrations engendrées dans le foyer sont propagées dans toutes les directions sous
forme d’ondes sismiques, qui compte tenu de l’hétérogénéité du sol, engendrent en surface
des mouvements complexes et difficilement prédictible. On distingue :

141
Chapitre IV Etude dynamique sismique

1.3.1. Les ondes volumiques :

Elles prennent naissance dans le foyer et se propagent à l’intérieur de la terre sous


forme :

D’ondes primaires P qui arrivent les premières, elles se transmettent


longitudinalement dans le sens de leur mouvement avec une vitesse élevée, et
s’accompagne d’un changement de volume (compressions et dilatations alternées),
D’ondes secondaires S de vitesse moins grande, elles se transmettent
transversalement par cisaillement et distorsion sans changement de volume.

1.3.2. Les ondes de surface :

Elles sont produite par l’arrivé des ondes de volume à la surface terrestre, on distingue
principalement :

Les ondes R, ou ondes de Rayleigh : ce sont des ondes pour les quelles les points du
sol décrivent des ellipses dans le plan vertical de propagation (mouvement semblable
au mouvement de la houle),
Les ondes Q, ou ondes de Loves : pour les quelles les points du sol se déplacent dans
un plan perpendiculaire à la direction de propagation et elles n’engendrent que des
contraintes de cisaillement.

1.4. L’importance d’un séisme :

L’ampleur d’un séisme est estimée selon deux échelles mondialement connus, le
premier est celui de Richter qui mesure l’énergie équivalente au séisme (la magnitude), et le
second est celui de Mercalli qui mesure la quantité des dégâts occasionnées par le séisme
(l’intensité).

Remarque :

L’action sismique dans une construction se produit suite à une accélération du sol qui
entraine les fondations dans toutes les directions horizontales et verticales. La composante
horizontale de l’action sismique est reprise par le système de contreventement de la structure
(portiques, voiles, noyau, etc.) qui est dimensionné à cet effet, tandis que la composante
verticale est contrecarrée par le poids propre de l’édifice tan que l’accélération ascendante ne
dépasse pas l’accélération gravitaire, en plus elle est pris en considération dans les
combinaisons d’action accidentelles prescrites dans l’RPA99v2003 (article 5.2), en incluant la
totalité des charges d’exploitation pour prendre en compte l’effet de l’ accélérations
ascendantes, et on minorant le poids propre pour prendre en compte les accélérations
descendantes.

2. LES DIFFERENTES METHODES DE CALCUL SISMIQUE :

L’évaluation des forces sismiques s’effectue suivant l’une des trois méthodes
suivantes :

142
Chapitre IV Etude dynamique sismique

La méthode statique équivalente,


La méthode d’analyse dynamique modale spectrale,
La méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes.

2.1. La méthode statique équivalente :

2.1.1. Principe :

Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées
par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents à ceux
de l’action sismique. Ces forces sismiques horizontales équivalentes sont considérées
appliquées successivement suivant les deux directions des axes principales du plan horizontal
de la structure.

2.1.2. Modélisation :

Le modèle du bâtiment à utiliser dans chacune des deux directions de calcul est plan
avec les masses concentrées au centre de gravité des planchers et un seul degré de
liberté en translation horizontale par niveau,
La rigidité latérale des éléments porteurs du système de contreventement est calculée à
partir des sections non fissurées pour les structures en béton armé,
Seul le mode fondamentale de vibration de la structure est à considérer dans le calcul
de la force sismique totale.

2.1.3. Domaine d’application :

La méthode statique équivalente s’applique aux bâtiments ou blocs qui présentent des
régularités en plans et en élévations avec une hauteur totale qui ne dépasse les 65 m en zones
I et II-a et 30 m en zones II-b et III, si non ces bâtiments ou blocs doivent respecter les
conditions présentés dans l’article 4.1.2 des règles RPA99v2003.

2.2. La méthode dynamique modale spectrale :

2.2.1. Principe :

Cette méthode consiste à rechercher sur chaque mode propre, le maximum de réponse,
dont on déduit la valeur maximum probable des efforts. Elle nécessite la connaissance du
spectre de réponse de la secousse sismique qui représente le système de chargement sismique
appliquée à la structure.

2.2.2. Modélisation :

Les structures régulières en plan comportant des planchers rigides sont analysées on
considérant suivant chacune des deux directions principales de calcul un model plan,
encastré à la base avec des masses concentrées au niveau des centres de gravité des
planchers avec un seul DDL en translation horizontale,

143
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Les structures irrégulières en plan comportant des planchers rigides sont représentés
par un model tridimensionnel encastré à la base avec des masses concentrées au
niveau des centres de gravité des planchers avec trois DDL (2 translations horizontale,
et une rotation d’axe vertical),

Les structures régulières ou non comportant des planchers flexibles, elles sont
représentées par des modèles tridimensionnels encastrés à la base et à plusieurs DDL
par plancher,

La déformabilité du sol de fondations doit être prise en compte dans le model,

Le model de bâtiment doit représenter au mieux les distributions des masses et des
rigidités de façon à prendre en compte tous les modes de déformation significatifs
dans le calcul des forces d’inertie sismiques,

Dans le cas des bâtiments en béton armée, la rigidité des éléments porteurs doit être
calculée on considérant les sections non fissurées. Sauf si les déplacements sont
critiques, où on doit considérer la section fissurée.

2.2.3. Domaine d’application :

La méthode dynamique modale spectrale est appliquée pour tous les cas de bâtiment,
et en particulier dans les cas où la méthode statique équivalente est inapplicable.

2.3. La méthode dynamique par accélérogrammes :

2.3.1. Principe :

Cette méthode est fondée sur l’étude des efforts dans la structure en fonction du temps,
elle nécessite la donnée d’un accélérogramme et impose en pratique l’usage de l’ordinateur.

La structure est supposé soumise à un séisme qui provoque des mouvements du sol
dans une direction donnée, définie par l’accélérogramme. Elle est représentée par un model
dont on calcul la matrice de raideur K, la matrice des masses M et l’amortissement ξ que l’on
suppose en générale identique pour tous les modes.

2.3.2. Domaine d’application :

Elle s’applique au cas par cas pour les structures de grande importance par un
personnel qualifié, ayant justifié auparavant les choix des séismes de calcul et des lois de
comportement utilisés, ainsi que la méthode d’interprétation des résultats et des critères de
sécurité à satisfaire.

2.4. Vérification de la régularité des deux Blocs :

Cette vérification sera conduite suivant les conditions prescrites par l’article 3.5 des
règles RPA99v2003 comme suit :

144
Chapitre IV Etude dynamique sismique

2.4.1. Régularité en plan :

a) Bloc (5) :

On à :

Donc :

Par conséquent le bloc 5 est régulier en plan.

-Fig.63-

b) Bloc (6) :

On à :

Donc :

-Fig.64-

Par conséquent le bloc 6 est irrégulier en plan.

2.4.2. Régularité en élévation :

a) Bloc (5) :

On à :

Donc :

-Fig.65 (Coupe A-A)-

145
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Par conséquent le bloc 5 est irrégulier en élévation.

b) Bloc (6) :

On à :

Donc :

-Fig.66 (Coupe B-B)-

Par conséquent le bloc 6 est irrégulier en élévation.

2.4.3. Jugement final :

Suite aux résultats obtenus en 2.4.1 et 2.4.2 les deux blocs 5 et 6 ont une configuration
irrégulière.

2.5. Conclusion :

Les critères de classification des ouvrages selon leur configuration dictés par l’article
3.5 des règles RPA99v2003 nous montre que les deux blocs (5) et (6) présenteront des
irrégularités en plan et en élévation, en plus ils ne vérifieront pas les conditions
complémentaires de l’application de la méthode statique équivalente définies dans l’article
4.1.2 des mêmes règles (conditions d’hauteur limite), donc on doit utiliser la méthode
dynamique modale spectrale pour l’analyse sismique des deux blocs.

3. CALCUL DES EFFORTS SISMIQUES SELON LA METHODE DYNAMIQUE


MODALE SPECTRALE :

3 .1. Introduction :

L’irrégularité des deux blocs rendre le calcul dynamique manuellement très laborieux,
et nécessite beaucoup de temps et d’efforts, donc on va calculer les efforts sismiques par la
méthode dynamique modale spectrale en servant d’un logiciel de calcul sur ordinateur pour
l’analyse modale et sismique, et qui va nous donné les résultats suivantes :

Les périodes naturels de la structure pour chaque mode de vibration,


Les formes modales (les déformés),
Les valeurs propres,

146
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Les taux de participation massique,


Les masses modales (pourcentage de participation des masses modales),
Les moments d’inertie massiques,
Les coordonnées des centres de gravité et de rigidité des différents étages,
Les déplacements horizontaux des CDG d’étages sous les forces sismique,
La répartition des forces sismiques en étages, les forces pseudo-élastiques ainsi que les
forces d’interaction.

Ainsi que d’autres résultats dynamiques que nous les exposerons dans les prochaines articles.

3.2. Présentation du logiciel de calcul :

Le logiciel de calcul adopté pour effectuer cette analyse, et le progiciel (groupe de


logiciels) ROBOT structural analysis professional 2009 (v22 multilingue et
multinormes).

C’est une application collaborative, polyvalente et rapide, capable de calculer les


modèles la plus complexe grâce à un maillage EF automatique puissant, des algorithmes non-
linéaires, ainsi qu’un jeu complet de normes de conception international (BAEL, RPA,…).

Ce progiciel appartient à la catégorie CAO/DAO destiné à modéliser, analysé, et


dimensionner les différents types de structures, la dernière étape générée par Robot est la
création des documents pour la structure calculée et dimensionnée (les notes de calcul et les
plans d’exécution).

Les principaux caractéristiques du progiciel Robot sont les suivantes :

La définition de la structure réalisée en mode entièrement graphique dans l’éditeur


conçu pour cet effet,
La possibilité d’importer la géométrie de la structure définie dans un autre logiciel
CAO/DAO,
La possibilité de présentation graphique sur la structure étudiée ou par des tableaux
les différents types de résultats de calcul (efforts internes, déplacements,
contraintes, etc.),
La possibilité d’effectuer l’analyse statique et dynamique de la structure grâce à
une large gamme de solveurs dynamiques (Frontale, Sparse, Sparse M, Skyline,
itérations dans les sous espaces, etc. ).

Le système robot regroupe plusieurs modules spécialisés dans chacune des étapes de
l’étude de la structure, ces modules fonctionnent dans le même environnement, les
principaux sont: Etude d’un portique plan, treillis plan, grillages, treillis spatiales, portiques
spatiales, plaques, coques, contraintes plans, déformations plans, et plus d’autres modules
riches.

En plus des modules précédemment cités, il existe le module « conception d’un


bâtiment » spécialement dédié à l’étude des bâtiments, et c’est celui qui sera notre outille de
travail dans cette analyse.

147
Chapitre IV Etude dynamique sismique

3.3. Modélisation de la structure :

3.3.1. Définition :

La modélisation est la détermination d’un model réduit de calcul tenant compte, le


plus correctement possible, de la masse et de la raideur de tous les éléments de la structure,
afin de reproduire le plus proche que possible son réel comportement. C’est aussi une phase
essentielle pour l’étude de la réponse à une secousse sismique.

3.3.2. Modélisation de la structure sur le logiciel ROBOT :

Les étapes de la modélisation sont enchainées comme suit :

3.3.2.1. Introduction des données géométriques de la structure :

L’introduction des dimensions géométriques de la structure se fait à l’aide des lignes


fictifs dites lignes de construction, se sont des lignes qui nous permettent de positionner avec
exactitude les différents éléments de la structure. Ils nous permettent aussi de visualiser
l’axonométrie des éléments ainsi la cote de chaque niveau.

3.3.2.2. Modélisation des éléments linéaires :

Les éléments linaires de la structure (poteaux, poutres, engrines) sont modélisés par
des éléments barres à deux nœuds aux extrémités, on introduisant les dimensions de la section
transversale et la nature du matériau constitutif.

3.3.2.3. Modélisation des éléments surfaciques :

Les éléments surfaciques de la structure (dalles, voiles) sont modélisés par des
membranes plans, avec une épaisseur spécifique pour chaque type d’éléments, et un matériau
constitutif qui est le béton armée.

En plus de la modélisation précédente, on doit accordée une particularité aux dalles on


créant des liaisons rigides entre les différents nœuds de chaque dalle pour modéliser en
quelque sort, l’effet diaphragme rigide des planchers qui impose que tous les nœuds subits la
même translation horizontale suivant les deux directions de calcul, et la même rotation par
rapport à l’axe vertical.

3.3.2.4. Modélisation des fondations :

Les fondations sont modélisés par des appuis de type encastrement parfait, nœudaux
sous les poteaux et linéaires sous les voiles. Ces appuis assurent le blocage de tous les degrés
de liberté en espace (3 translations, et 3 rotations).

Remarque :

Cette façon de modéliser les fondations est un petit peu erroné dans le sens de la
précision, car elle ne prend pas en considération l’interaction sol-structure et la propriété

148
Chapitre IV Etude dynamique sismique

élastique du sol. Mais elle engendre des incertitudes minimes dans les résultats finales de
calcul, sur tout lorsque le sol est peu déformable (sol rocheux, sol ferme).

3.3.2.5. Chargement de la structure :

En plus du poids propre des éléments de la structure, qui est pris automatiquement par
le logiciel, on doit créer les cas de charges permanentes et d’exploitation, puis on procède au
chargement en fonction du type des éléments à chargés, c'est-à-dire les charges surfaciques
pour les dalles et les charges linéairement réparties pour les poutres.

Le chargement sismique est introduit par la baie d’un spectre de calcul propre à la
zone de la wilaya de SETIF.

3.3.2.6. Modélisation des masses :

Les masses modales dynamiques sur Robot sont modélisées par la conversion des cas
de charges statiques permanents et d’exploitation en masses concentrées au niveau des centres
de gravités des étages. Cette conversion se fait dans les proportions prescrites dans la formule
4-5 des règles RPA suivante :

Avec :

: Poids dû aux charges permanente d’étage,

: Charge d’exploitation d’étage,

: Coefficient de pondération, fonction de la nature et de la durée de la charge


d’exploitation et donné par le tableau 4.5 des mêmes règles, et pour les hôpitaux qui
appartient au deuxième cas du tableau, et qui correspond aux bâtiments recevant du public
temporairement on à :

3.3.2.7. Les principaux paramètres d’analyse employés :

Le calcul des coefficients de participation modale se fait par la somme des valeurs
absolues,
Les matrices de masse sont considérées cohérentes,
L’analyse modale est effectuée par des itérations dans les sous espaces,
Le type de maillage EF est normale (ni gros, ni fin), il est généré automatiquement par
le logiciel suivant l’une des deux méthodes : Coons ou Delaunay, avec des éléments
plans carrés et triangulaires pour les dalles et les voiles, et avec des éléments de type
barre pour les poutres, poteaux et engrines.

149
Chapitre IV Etude dynamique sismique

3.4. L’analyse modale :

3.4.1. Principe :

L’analyse modale est fondée sur le principe d’assimiler la structure à un oscillateur


multiple, libre et amortie, capable de représenter les propriétés dynamiques de la structure
réelle, telle que les périodes naturelles de vibrations et les formes modales.

3.4.2. Objectif de l’étude modale :

Le but principal de l’analyse modale dans cette étude est le calcul des périodes
propres, ainsi la visualisation des formes modales des différentes modes de vibration afin de
bien positionner les voiles de contreventement, pour éviter l’apparition d’une torsion nuisible
prématuré dans les premiers deux modes, et l’évaluation de flexibilité structurelle en vue
d’une éventuelle rigidifiassions.

3.4.3. Disposition des voiles de contreventement :

Dans un premier lieu, on va présenter pour les trois premiers modes de vibration, la
déformée de la structure non rigidifiée par les voiles de contreventement, puis dans un autre
lieu, la déformée de la structures après mise en place des voiles de contreventement dans les
deux directions longitudinale et transversale des deux blocs (5) et (6).

3.4.3.1. Formes modales de la structure non rigidifiée latéralement :

A. Bloc (5) :

A.1. Mode (1) :

-Fig.67(a)- -Fig.67(b)-

150
Chapitre IV Etude dynamique sismique

A.2. Mode (2) :

-Fig.68(a)- -Fig.68(b)-

A.3. Mode (3):

-Fig.69(a)- -Fig.69(b)-

151
Chapitre IV Etude dynamique sismique

B. Bloc (6):

B.1. Mode (1) :

-Fig.70(a)- -Fig.70(b)-

B.2. Mode (2) :

-Fig.71(a)- -Fig.71(b)-

152
Chapitre IV Etude dynamique sismique

B.3. Mode (3):

-Fig.72(a)- -Fig.72(b)-

3.4.3.2. Formes modales de la structure rigidifiée par des voiles de contreventement :

Lors de l’analyse modale, on à sensé une certaine flexibilité de la structure des deux
blocs reflété par les valeurs des périodes propres relativement élevés par rapport à la hauteur
des deux blocs, ce qui nous à contraint de rigidifier en plus la structure des deux blocs par
l’addition des voiles de contreventement. Le défie majeur c’était de respecter les plans
d’architecture et de n’apporté pas beaucoup de modifications qui influes négativement sur
l’expression architectural. Finalement on à trouver un compromis qui nous permet d’insérer
les voiles de contreventement dans les positions voulus et avec le nombre suffisant on
modifiant légèrement les plan d’architecture par le remplacement à titre d’exemple, au niveau
des façades, deux filets de petites ouvertures par une seul filet d’ouvertures de grande taille, et
cela au détriment d’une structure plus robuste.

Après l’étude de plusieurs variantes de disposition des voiles, sous des contraintes
architecturales, des contraintes d’irrégularité en plan et en élévation, et des obligations de
respecter les principes de base de la conception parasismique tel que :

On évitant les étages flexibles par une continuité des voiles de la base jusqu’au
dernier niveau,
On évitant les dispositions dissymétriques qui peuvent accroitre l’excentricité entre le
centre de masse et la centre de rigidité ce qui crée une torsion nuisible.
On séparant les parois non porteuses par des joins.

153
Chapitre IV Etude dynamique sismique

On à aboutie à la disposition schématisée dans la figure.73 suivante :

-Fig.73-

Les formes modales qui découlent de l’analyse modale de la structure avec cette
disposition de voiles sont les suivantes :

154
Chapitre IV Etude dynamique sismique

A. Bloc (5) :

A.1. Mode (1) :

-Fig.74(a)- -Fig.74(b)-

A.2. Mode (2) :

-Fig.75(a)- -Fig.75(b)-

155
Chapitre IV Etude dynamique sismique

A.3. Mode (3):

-Fig.76(a)- -Fig.76(b)-

B. Bloc (6) :

B.1. Mode (1) :

-Fig.77(a)- -Fig.77(b)-

156
Chapitre IV Etude dynamique sismique

B.2. Mode (2) :

-Fig.78(a)- -Fig.78(b)-

B.3. Mode (3):

-Fig.79(a)- -Fig.79(b)-

157
Chapitre IV Etude dynamique sismique

3.4.3.3. Conclusion :

On observant les formes modales avant est après rigidifiassions de la structure par les
voiles de contreventement, on constate que cette disposition des voiles à éliminer la torsion
provoquée par l’irrégularité des blocs en laissons place à des pures translations en mode 1 et
2, suivant les deux directions de calcul de chacun des deux blocs 5 et 6.

3.5. L’analyse sismique :

Après la détermination des modes propres de la structure des deux blocs par l’analyse
modale, on passe à l’analyse sismique qui a comme étape primaire, l’introduction des données
du spectre de réponse.

3.5.1. Définition du spectre :

Le spectre de réponse est une courbe de réponses maximales en termes de


déplacements, de vitesses et d’accélérations pour un système à un seul degré de liberté soumis
à une excitation, donnée par des valeurs successives de fréquences propres.

Les données du spectre pour les deux blocs sont les suivantes :

a) La zone sismique :

Suivant le tableau de l’annexe 1 des règles RPA99v2003 la Wilaya de Sétif et classée


dans la zone sismique II-a.

b) La Catégorie du site :

Le sol des fondations des blocs 5 et 6 est classé par le laboratoire de sol comme sol ferme,
donc il appartient à la catégorie S2 selon le tableau 3.2 des règles RPA.

c) Le coefficient de comportement R :

Sa valeur est donnée par le tableau 4.3 des mêmes règles en fonction du système de
contreventement. Pour le cas des structures contreventées par un système mixte
portique/voiles avec interaction, on à :

d) Le facteur de qualité Q :

Sa valeur est fonction de :

La redondance et de géométrie des éléments qui constituent la structure,


La régularité en plan et en élévation,
La qualité du contrôle de la construction.

La valeur de Q est donnée par la formule suivante :

158
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Avec :

: est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q soit satisfait ou non. Sa valeur est
donnée par le tableau 4.4 des règles RPA99v2003.

Le tableau.29 suivant résume les six critères à vérifier pour la déduction de la valeur
de Q pour les blocs 5 et 6:

Critère « q » Observation
1. Conditions minimales sur les files de contreventement Obs. 0
2. Redondance en plan Obs. 0
3. Régularité en plan N.obs. 0.05
4. Régularité en élévation N.obs. 0.05
5. Contrôle de la qualité des matériaux N.obs. 0.05
6. contrôle de la qualité de l’exécution Obs. 0
Total 0.15
-Tableau.29-

Donc :

e) Le pourcentage d’amortissement critique ξ(%) :

L’amortissement dans les structures en béton armé est de type hystérique, il est estimer
par le pourcentage donné dans le tableau 4.2 des règles RPA. Pour les portiques avec un
remplissage dense, ξ prend la valeur suivante :

Les données précédemment calculés nous donnent un spectre d’accélérations sismique,


qui se présente comme le montre la figure.80 suivante :

159
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Accélération (m/s²)
4.0

3.0

2.0

1.0

0.0
0.0 1.0 2.0 Période (s) 3.0

-Fig.80-

Remarque :

1) Concernant le nombre de modes à considéré dans l’analyse modale spectrale, il est


calculé par la formule de l’article 4.3.4 b des règles RPA suivante :

Où :

N : est le nombre de niveaux au dessus du sol,

TK : la période de mode K (le dernier mode à considérer).

Donc :

2) Les réponses sismiques (forces, déplacements, …) des différentes modes


considérés sont combinées selon la combinaison quadratique complète CQC suivante :

Où :

N : est le nombre de mode retenus dans l’analyse,

160
Chapitre IV Etude dynamique sismique

En, Em : réponse spectral aux modes n et m respectivement,

: Coefficient de corrélation, qui tient compte l’effet de deux modes de valeurs


rapprochées, dont :

Avec :

: Coefficients d’amortissement pour les modes n et m respectivement,

: C’est un facteur donné par la formule suivante :

, : périodes des modes propres i et j respectivement.

3.5.2. Présentations des résultats de l’analyse sismique (spectrale) :

3.5.2.1. Les résultats dynamiques :

Les tableaux suivants (30 et 31) récapitulent l’ensemble des résultats dynamiques
obtenus après analyse des deux blocs :

Accélérations Valeurs
Fréquences Périodes Pulsations
Blocs Modes spectrales propres
[Hz] [s] [Rad s-1]
[m s-2]
1 2,25 0,44 14,14 1,449 199.20
2 2,68 0,37 16,86 1,554 284.29
3 3,32 0,30 20,83 1,554 433.85
Bloc (5)
4 8,01 0,12 50,34 1,808 2534.12
5 10,12 0,10 63,57 2,069 4041.18
6 11,19 0,09 70,30 2,165 4942.73

1 1,78 0,56 11,19 1,240 125.21


2 1,88 0,53 11,83 1,286 139.92
3 2,40 0,42 15,07 1,512 227.05
Bloc (6) 4 6,17 0,16 38,77 1,554 1503.34
5 6,66 0,15 41,84 1,554 1750.35
6 8,26 0,12 51,88 1,845 2691.09
-Tableau.30-

161
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Masses modales Masses


Masses modales [Kg] participantes participantes
Blocs Modes [%] cumulées [%]
U(x) U(y) U(x) U(y) U(x) U(y)
1 395,55 378788,44 0,06 74,45 0,06 74,45
2 360670,64 909,15 72,91 0,09 72,97 74,54
3 63962,35 166293,24 0,13 0,77 73,10 75,31
Bloc (5)
4 3904,13 407588,63 0,00 19,62 73,10 94,93
5 470053,48 33241,10 19,47 0,01 92,57 94,94
6 93446,10 219918,13 2,58 0,15 95,15 95,09
La masse totale du bloc (5) (la superstructure) 1002834,60 Kg

1 1186550,86 198,24 75,80 0,01 75,80 0,01


2 216,42 1174583,46 0,01 74,69 75,81 74,69
Bloc (6) 3 305531,87 360525,97 0,01 0,00 75,82 74,69
4 1189207,20 34860,37 15,58 0,14 91,40 74,84
Bloc (6) 5 39270,51 1151532,88 0,27 16,23 91,67 91,07
6 383948,71 467327,33 0,26 1,06 91,92 92,13
La masse totale du bloc (6) (la superstructure) 2973687,69 Kg
-Tableau.31-

Remarque :

Lors de la lecture des données du tableau 31, on remarque que le taux de participation
des masses modales dans les deux directions dépasse les 90% dès le 5eme mode de vibration,
ce qui signifie que les 5 premiers modes sont suffisants pour donner une réponse combinée
proche du comportement réel de la structure des deux blocs.

3.5.2.2. Les résultats statiques de niveau :

Elles sont représentées dans les tableaux (32 et 33) suivants :

Blocs Etages (niveau) Masse [Kg] Moment d’inertie massique [Kgm²]


[m] Ix Iy Iz
RDC (+4.37) 396238,46 6221778,80 23179210,58 29036558,62
Bloc (5) Etage 1 (+8.79) 329586,56 5255043,89 18324656,20 22914054,03
Etage 2 (+13.21) 267248,50 4760063,93 8760864,63 12928188,59

RDC (+4.37) 814861,53 50573093,60 57262895,69 106005181,12


Bloc (6) Etage 1 (+8.79) 744447,28 42669469,28 51705664,24 92645187,90
Etage 2 (+13.21) 752785,67 43539889,73 49989743,06 91810201,27
Bloc (6) Etage 3 (+17.63) 691400,78 37383846,25 45508614,22 81309575,29
-Tableau.32-

162
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Centre de Centre de Excentricité Excentricité


Niveau Lx Ly gravité rigidité structurelle accidentelle
Blocs e0[m] e1[m]
[m] [m] [m] G(x,y,z) R(x,y,z)
[m] [m] e(x) e(y) e(x) e(y)
12,731 12,735
+4.37 25,2 12,8 6,420 4,929 0,004 1,491 1,260 0,640
4,193 4,067
10,890 12,676
Bloc
+8.79 25,2 12,8 5,432 4,975 1,786 0,457 1,260 0,640
(5) 8,457 8,247
8,645 12,620
+13.21 18,9 12,8 5,720 5,003 3,974 0,717 0,945 0,640
12,828 12,620

15,454 13,696
+4.37 29,1 25,6 12,243 15,432 1,758 3,188 1,455 1,280
4,064 3,878
Bloc
14,772 13,537
(6)
+8.79 29,1 25,6 13,467 15,541 1,236 2,074 1,455 1,280
8,466 8,265
14,437 13,537
+13.21 29,1 25,6 13,566 15,541 0,900 1,976 1,455 1,280
12,893 12,676
Bloc
14,530 13,547
(6)
+17.63 29,1 25,6 13,182 16,455 0,983 3,273 1,455 1,280
17,331 17,143
-Tableau.33-

3.5.2.3. Déplacements du CDG des niveaux :

Les déplacements horizontaux absolus δk et les déplacements relatifs ∆k du centre de


gravité des étages sont définis dans le tableau.34 suivant.

Avec :

Le déplacement absolue d’étage δk se calcul selon l’article 4.43 des règles


RPA99v2003 par la formule suivante :

Avec :

: Déplacement dû aux forces sismiques Fi,

R : coefficient de comportement de la structure (égale à 5 pour le contreventement mixte avec


justification d’interaction portiques voiles)

Le déplacement relatif d’étage ∆k se calcul selon le même article par la formule


suivante :

163
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Où : sont les déplacements absolus des niveaux k et k-1 respectivement.

Déplacement dû aux Déplacement Déplacements


Niveaux forces sismiques δek absolus δk relatifs Δk
Blocs [mm] [mm] [mm]
[m]
δe(x) δe(y) δ(x) δ(y) ∆(x) ∆(y)
+4.37 1,708 2,456 8.540 12.280 8.540 12.280
Bloc
+8.79 4,712 6,504 23.560 32.520 15.020 20.240
(5)
+13.21 7,739 10,119 38.695 50.595 15.135 18.075

+4.37 2,288 2,005 11.44 10.025 11.440 10.025


Bloc +8.79 6,225 5,487 31.125 27.435 19.685 17.410
(6) +13.21 10,200 9,249 51.000 46.245 19.875 18.810
+17.63 13,636 12,648 68.180 63.24 17.180 16.995
-Tableau.34-

3.5.2.4. Les efforts tranchants sismiques d’étage :

Les efforts sismiques d’étage des deux blocs 5 et 6, suivant les deux directions de
calcul longitudinal (x) et transversal (y), est donnée par le tableau.35 suivant :

Efforts tranchants Efforts tranchants


Efforts tranchants
sismiques sur sismiques sur
sismiques de niveau [KN]
Niveaux poteaux [KN] Voiles [KN]
Blocs
[m] Sens Sens
Sens Sens Sens Sens
longitudinal transversal
(x) (y) (x) (y)
(x) (y)
+4.37 1154.760 971.763 197.010 243.367 957.75 728.396
Bloc
+8.79 925.830 875.668 198.175 329.707 727.655 545.961
(5)
+13.21 560.458 517.344 147.869 265.394 412.589 251.95
Effort tranchant
1154.760 971.763 197.010 243.367 957.75 728.396
à la base Vbase

+4.37 3038.480 3077.545 904.814 961.049 2133.666 2116.496


Bloc +8.79 2697.298 2778.173 976.656 1152.62 1720.642 1625.553
(6) +13.21 2086.213 2129.443 885.507 1038.698 1200.706 1090.745
+17.63 1248.689 1296.958 819.348 855.254 429.341 441.704
Effort tranchant
3038.480 3077.545 904.814 961.049 2133.666 2116.496
à la base Vbase
-Tableau.35-

164
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Remarque :

Ces efforts tranchants sismiques sont aboutis par la combinaison des forces sismiques
obtenues pour chaque mode de vibration, selon la combinaison quadratique complète CQC.

3.5.3. Calcul des moments de renversement d’étages:

Ils se calcul par la formule suivante :

Où :

: Moment fléchissant de l’étage i,

: Hauteur d’étage, pour notre cas

Après l’application numérique on à aboutie aux résultats représentés dans le


tableau.36 suivant :

Effort tranchant Moment de renversement


Etages
[KN] [KNm]
Blocs
Niveaux
K
[m] Sens (x) Sens (y) Sens (x) Sens (y)
3 +13.21 560.458 517.344 0 0
Bloc 2 +8.79 925.830 875.668 2477.224 2286.660
(5) 1 +4.37 1154.760 971.763 6569.393 6157.113
0 -0.05 1154.760 971.763 11673.432 10452.306

4 +17.63 1248.689 1296.658 0 0


3 +13.21 2086.213 2129.443 5519.205 5732.554
Bloc
2 +8.79 2697.298 2778.173 14740.267 15144.692
(6)
1 +4.37 3038.480 3077.545 26662.324 27424.217
0 -0.05 3038.480 3077.545 40092.406 41026.966

-Tableau.36-

Les diagrammes des efforts tranchant et des moments de renversement de niveau


calculés dans le tableau36 sont schématisés dans les figures suivantes :

165
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Bloc (5) :

Sens longitudinal (x) :

-Fig.81-

Sens transversal (y) :

-Fig.82-

Bloc (6) :

Sens longitudinal (x) :

-Fig.83-

166
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Sens transversal (y) :

-Fig.84-

4. VERIFICATIONS DIVERS :

4.1. Vérification de la résultante des forces sismique à la base :

Selon l’article 4.3.6 des règles RPA99v2003, la résultante des forces sismiques à la
base obtenue par la combinaison des valeurs modales lors de l’analyse modale spectrale,
ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismiques à la base
déterminée par la méthode statique équivalente.

Malgré que la méthode statique équivalente soit inapplicable pour les deux blocs 5 et
6, on doit faire cette vérification seulement pour la détermination d’un seuil minimal de la
force sismique appliquée à la base des deux blocs.

4.1.1. Calcul de la résultante des forces sismique à la base par la méthode statique
équivalente :

La force sismique totale appliquée à la base de la structure pour chaque direction, se


calcul par la formule prescrite dans l’article 4.2.3 des règles RPA :

Où :

A : est le coefficient d’accélération de la zone, donné par le tableau 4.1 des mêmes règles.
Pour la zone sismique II-a et le groupe d’usage 1Ag on à :

R : coefficient de comportement (R = 5),

Q : facteur de qualité (Q = 1.15)

167
Chapitre IV Etude dynamique sismique

D : facteur d’amplification dynamique moyen, il est fonction de la catégorie de site, du


facteur de correction d’amortissement (η) et de la période fondamental de la structure (T) :

Avec :

T2 : période caractéristique, associée à la catégorie du site et donnée par le tableau 4.7 des
règles RPA. Pour la catégorie de site S2 on à :

η : facteur de correction d’amortissement donné par la formule suivante (formule 4.3 des
règles RPA):

Estimation de la période fondamentale de la structure (T) :

Suivant l’article 4.2.4 des règles RPA, et pour le cas des structures renforcés par un
contreventement assuré partiellement ou totalement par des voiles en béton armé, la période
fondamentale est estimée par les deux formule empiriques suivantes :

Avec :

: Hauteur mesurée en mètre à partir de la base du bloc jusqu’au dernier niveau (N), où :

: Coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage. Il est


donné par le tableau 4.6 des mêmes règles, pour le cas n° 4 on à :

168
Chapitre IV Etude dynamique sismique

D : est la dimension du bloc mesurée à sa base dans la direction de calcul considérée, où :

Par conséquent on n’aura :

Donc on calcul le facteur d’amplification dynamique moyen D pour les deux blocs :

W : Le poids du bloc en question, où :

Par conséquent on n’aura comme résultante des forces sismique statique à la base de chaque
bloc les valeurs suivantes :

Donc :

169
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Conclusion :

La condition de l’article 4.3.6 des règles RPA99v2003 est non vérifiée pour le bloc (5)
dans le sens transversal (y), donc on doit multiplier tous les paramètres de la réponse sismique
(forces, déplacements, …) dans cette direction par le facteur suivant :

4.2. Vérification des déformations :

Selon l’article 5.10 des règles RPA99v2003, les déplacements relatifs latéraux entre
étages (Δk), ne doit pas dépassés dans les deux directions longitudinale et transversale, 1% de
la hauteur d’étages.

Suivant les valeurs trouvées dans le tableau.34 on doit vérifier que :

Donc :

Par conséquent les déplacements relatifs d’étages sont confortables et non gênantes.

4.3. Justification de la largeur du joins sismique :

Les deux blocs adjacents (5) et (6) sont séparés par un joins sismique de largeur d, qui
doit être perpétuellement supérieur ou égale à une largeur minimal prescrite par l’article 5.8
des règles RPA et donnée par la formule (4-19) des même règle comme suit :

Avec :

, : déplacements absolus maximaux des deux blocs 5 et 6 au niveau du sommet du bloc


le moins élevé, c'est-à-dire le bloc 5, suivant la direction perpendiculaire au joins (la direction
transversale y des deux blocs).

Suivant le tableau.34 on à :

170
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Donc :

-Fig.85-

4.4. Vérification de l’effet (P-Δ) de second ordre :

Cette vérification sera menée suivant l’article 5.9 des règles RPA99v2003, on
examinant d’abord la condition (5-6) pour qu’on puisse juger si on peut négliger ou pas l’effet
du second ordre (P-Δ).

Donc on doit vérifier pour tous les niveaux et pour les deux blocs 5 et 6, selon les deux
directions de calcul (x) et (y) la condition suivante :

Où :

: Le poids total de la structure et des charges d’exploitation associés au dessus du niveau


k, c'est-à-dire :

: Effort tranchant de niveau k,

: Déplacement relatif du niveau k par rapport au niveau k-1,

: Hauteur d’étage k, pour notre cas on à une hauteur d’étage constante égale à : 4.42 m.

Le tableau.37 suivant résume les valeurs de comme suit :

171
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Etages
Blocs
K Niveau [m] Sens longitudinal (x) Sens transversal (y)
3 +13.21 0.0163 0.0221
Bloc (5) 2 +8.79 0.0219 0.0312
1 +4.37 0.0166 0.0284

4 +17.63 0.0215 0.0205


3 +13.21 0.0311 0.0289
Bloc (6)
2 +8.79 0.0361 0.0310
1 +4.37 0.0256 0.0221
-Tableau.37-

Donc, on observant les valeurs de obtenus après calcul dans le tableau.38 ci-
dessus, on remarque qu’elles sont toutes inférieurs à la valeur limite 0.10, se qui nous permet
de négliger l’effet P-Δ dans l’étude des deux blocs 5 et 6 (c.-à-d. on ne procède pas à une
amplification des forces sismiques d’étage).

4.5. Vérification de la stabilité au renversement :

Selon l’article 4.41 des règles RPA, on doit vérifier la stabilité au renversement que
peut être causé par l’action sismique horizontale suivant les deux directions de calcul des
deux blocs, et cela on vérifiant la condition suivante :

Où :

: Moment stabilisant, engendré par le poids du bloc (W), il ce calcul comme suit :

Avec :

L : est la dimension en plan du bloc dans la direction considérée.

: Moment déstabilisant de renversement, engendré par l’action sismique horizontale,


ses valeurs à la base pour les deux bloques sont calculés dans le tableau.36.

Le tableau.38 suivant récapitule l’ensemble des résultats de l’application numérique


des formules précédentes pour les deux blocs et suivant les deux directions de calcul
transversal (y) et longitudinal (x) :

172
Chapitre IV Etude dynamique sismique

Poids W Directions
Blocs
[KN] de calcul [m] [KNm] [KNm]
(x) 12.775 128112.12 11673.432 10.97 > 1.15
Bloc (5) 10028.346
(y) 6.625 66437.792 10452.306 6.35 > 1.15
(x) 14.800 440102.98 40092.406 10.98 > 1.15
Bloc (6) 29736.688
(y) 13.050 388063.778 41026.966 9.46 > 1.15
-Tableau.38-

Conclusion :

Suivant les résultats du tableau.38 ci-dessus, les deux blocs 5 et 6 sont largement
stable vis-à-vis le renversement, et cela à cause de leur poids considérable et leur faible
hauteur.

173
Chapitre VI :
Etude au vent
Chapitre VI ETUDE AU VENT

VI. ETUDE AU VENT


1. INTRODUCTION :

L’effet de l’action dynamique du vent est très limité, avoir même négligeable, sur les
bâtiments à faible hauteur en béton armé, est cela a cause de la grande masse qui à un effet
stabilisateur, et a cause de la rigidité relativement élevée de ce type de construction.

Les blocs de l’établissement dispensaire sujet de cette étude sont arrangés en groupe
de faible hauteur, ce qui produit qu’un bloc constitue un abrite au vent pour les blocs voisins,
ce qui engendre que chaque bloc sera exposé au vent suivant au plus par deux façades.

Par conséquent on peut prédire dès lors, que l’action du vent sera infinitésimale devant
l’action du séisme pour la quelle les éléments de contreventement serons dimensionnés, donc
ils vont assurés une importante marge de stabilité vis-à-vis le vent latéral.

Néanmoins, à titre pédagogique, et pour le but d’appliquer les connaissances


théoriques acquis durant les années d’étude, on va faire l’étude au vent du bloc (6) seulement.

2. L’EFFET DU VENT SUR LES CONSTRUCTIONS :

Les effets du vent sur les ouvrages se manifestent essentiellement par des variations de
pression par rapport à la pression atmosphérique normale. A savoir des surpressions sur les
faces exposées au vent et au contraire, des dépressions ou succions sur les faces situées à
l’abrite du vent (voir fig.86).

-Fig.86-

En réalité ces phénomènes sont très complexes et de nature dynamique, car ils
dépondent en premier lieu de la vitesse du vent qui varie dans le temps. Pour les ouvrages
courants les effets du vent peuvent toutefois être analysés au moyen des charges horizontales
agissant de manière statique. L’action exercée par le vent est considérée comme normale à
l’élément de l’ouvrage considéré.

L’évaluation de la surcharge climatique du vent est fonction de plusieurs facteurs à


savoir :

175
Chapitre VI ETUDE AU VENT

La vitesse du vent,

L’emplacement et l’orientation du vent,

La forme géométrique de la paroi (plan ou courbe),

Les dimensions en plan de l’ouvrage.

Par conséquent, le vent produit deux types d’actions sur les constructions, l’une
statique, et l’autre dynamique.

2.1. L’action statique du vent :

L’action d’ensemble du vent soufflant dans une direction donnée sur une construction est
la résultante géométrique de toutes les actions sur les différentes parois de la
construction, cette résultante se décompose en (voir fig.87) :

Une composante horizontale T (effet de trainée) produisant un effet d’entraînement et


de renversement,

Une composante verticale ascendante U (effort de portance) produisant un effet de


soulèvement et éventuellement de renversement.

-Fig.87-

Donc :

2.2. L’action dynamique du vent :

Aux effets statiques, s’ajoutent des effets dynamiques qui dépondent des
caractéristiques aérodynamiques de la construction. Le vent exerce deux types d’actions
dynamiques :

Les actions parallèles à la direction du vent qui se traduisent par des oscillations
parallèles à la même direction et qui se produisent lorsque le vent souffle par rafales,

176
Chapitre VI ETUDE AU VENT

Les actions perpendiculaires à la direction du vent provoquant des oscillations


perpendiculaires aux précédentes, et pouvant aboutir à la mise en résonance de la
construction.

3. Direction de calcul de l’action du vent :

Vu que le bloc (6) est exposé au vent suivant sa façade postérieure, le vent de calcul
sera un vent qui provient du sud-ouest, donc l’action du vent sera parallèle à l’axe
longitudinal (x) du bloc.

Remarque :

Les calcules des forces engendrés par le vent serons menés suivant le règlement NV65
version Avril 2000.

4. Calcul de la force de trainée T :

La force de trainée T est donnée par la formule suivante :

Avec :

Le coefficient global de trainée :

il se calcul comme suit :

Où :

: Coefficient global de traînée, fonction de la catégorie de la construction, pour le


cas du bloc 6 qui est une construction prismatique de quatre cotés, il s’appartient à la
catégorie I, donc :

: est un coefficient pris égal, pour le cas des prismes à génératrices verticales en
contact avec le sol, à lu sur le tableau de la figure.88 en fonction du rapport de dimension
λ, ce dernier est pris égale à 2.5 pour ce cas de génératrices.

Le tableau du coefficient se présente comme le montre la figure.88 suivante :

177
Chapitre VI ETUDE AU VENT

-Fig.88-

Donc :

Par conséquent on n’aura :

Le coefficient d’amplification dynamique β :

C’est un coefficient qui tient compte de l’effet de l’interaction dynamique entre les
forces engendrées par les rafales de vent et la structure elle même, il se calcul comme suit :

178
Chapitre VI ETUDE AU VENT

Avec :

: Coefficient global dépondant du type de la construction et de la cote au sommet Hs , il est


donné par :

: Coefficient de pulsation déterminé à chaque niveau de la structure en fonction de sa


hauteur H au-dessus du sol, donné par l’échelle fonctionnelle de la figure.89 suivante :

-Fig.89-

Après interpolation à partir de la figure.89 on trouve les valeurs de τ regroupés dans le


tableau.39 suivant pour chaque niveau :

étages Niveaux [m] τ


4 +17.63 0.3486
3 +13.21 0.3552
2 +8.69 0.36
1 +4.37 0.36
0 -0.05 0.36
-Tableau.39-

ξ : Coefficient de réponse, fonction de la période T du mode fondamental d’oscillation de la


structure, sa valeur est donnée sur les diagrammes de la figure.90.

179
Chapitre VI ETUDE AU VENT

D’abord on calcul la période T par la formule suivante applicable pour les hôpitaux à
contreventement assuré par des voiles en béton armé :

-Fig.90-

Donc la valeur de ξ est de :

Par conséquent les valeurs calculées de β pour chaque étage se récapitulent comme le
montre le tableau.40 suivant :

Etages Niveaux [m] β


4 +17.63 0.7268
3 +13.21 0.7274
2 +8.79 0.7277
1 +4.37 0.7277
0 -0.05 0.7277
-Tableau.40-

Le règlement NV65 (avril 2000) préconise que:

180
Chapitre VI ETUDE AU VENT

On observant les valeurs calculées de β dans le tableau.41 nous remarquerons quelles


sont tous inférieurs à 1, donc β sera égale à l’unité pour tous les niveaux.

Le coefficient de dimensions δ :

Le coefficient de dimension δ est fonction de la hauteur totale de l’édifice, ainsi de la


plus grande dimension de la surface offerte au vent, sa valeur peut être tirée de la figure.91
suivante :

-Fig.91-

Suivant la figure.91 on trouve :

La pression dynamique du vent q :

C’est la pression dynamique de base corrigée par des coefficients qui tiennent en
compte l’effet de la hauteur au-dessus du sol, l’effet de site, et l’effet du masque, elle est
donnée par la formule suivante :

: Coefficient de site, il est donnée en fonction de la nature du site et de la zone de vent,


pour notre cas, le site est de nature normale, donc suivant NV65 on n’aura :

: Coefficient qui tien compte de l’effet de masque, pour le cas du bloc 6 et pour la
direction de calcul du vent adopté, il n y’a pas d’obstacle qui gène l’écoulement du vent et qui
peut produire un effet de masque, donc :

181
Chapitre VI ETUDE AU VENT

: Coefficient qui tien compte de l’effet de la hauteur sur la pression dynamique du vent.
Suivant le NV65, il est donné par :

Où :

H : c’est la cote de chaque niveau par rapport au sol.

: Pression dynamique de base, dont la valeur est préférablement prise égale à : 70 daN/m²
pour tout le territoire national algérien.

Donc les valeurs de la pression dynamique du vent pour chaque niveau seront comme
le montre le tableau.41 suivant :

Etages Niveaux [m] q [daN/m²]


4 +17.63 80.32
3 +13.21 74.60
2 +8.79 68.15
1 +4.37 60.82
0 -0.05 52.50
-Tableau.41-

La largeur du maitre couple d :

Le maitre couple est la surface projetée de la façade exposée directement à l’action du


vent, pour le cas du bloc 6 on à : d = 25.6 m.

Par conséquent, les valeurs normales et extrêmes de la force de trainée du vent T sont,
après calcul, présentés dans le tableau.42 suivant, avec :

Niveau q d Tnormal Textrème Tnormal Textrème


Ct β δ
[m] [daN/m²] [m] [KN/m] [KN/m] [KN] [KN]
+17.63 1.3 1 0.775 80.32 25.6 20.716 36.253 91.565 160.238
+13.21 1.3 1 0.775 74.60 25.6 19.241 33.671 85.045 148.826
+8.79 1.3 1 0.775 68.15 25.6 17.577 30.760 77.690 135.959
+4.37 1.3 1 0.775 60.82 25.6 15.687 27.452 69.337 121.338
-Tableau.42-

N.B :

Le passage des forces de trainée T réparties linéairement, aux forces de trainée


concentrées au niveau des étages est fait on multipliant par la hauteur d’étage h = 4.42 m.

182
Chapitre VI ETUDE AU VENT

Donc, la valeur normale maximale de la trainée T est atteinte au sommet du bloc, avec :

5. Calcul de la force de portance du vent U :

Elle se calcul par la formule suivante :

Avec :

δ : coefficient de dimension, il est déjà trouvé égale à : 0.775

S : est la surface du plancher terrasse, dont : S = 549.36 m²,

: Coefficient de portance, il ce calcul comme suit :

Où :

: Coefficient dynamique de pression extérieur du plancher terrasse, sa valeur


dépond du coefficient γ0 et de la perméabilité μ de la paroi (plancher terrasse),

Pour le cas su plancher terrasse, on peut le considéré comme paroi fermée, c’est-à-
dire :

Comme la paroi verticale est en pression, c’est évident que le plancher terrasse est en
dépression, donc la face interne du terrasse est en surpression, par conséquent Ci sera positif
et se calcul comme suit :

: Coefficient dynamique de pression intérieur du plancher terrasse, il est fonction


de l’inclinaison de la toiture α, et du coefficient , sa valeur est déterminée par les
diagrammes de la figure.92 suivante, avec : α = 0 et γ0 = 1.

183
Chapitre VI ETUDE AU VENT

-Fig.92-

A partir de la figure.92 on n’aura :

q : est la pression dynamique du vent au niveau du plancher terrasse, dont : q = 80.32 daN/m²

Par conséquent :

Conclusion :

On observant les valeurs de T dans le tableau.42, on remarquant qu’elles sont


inférieures aux forces sismique dans la même direction longitudinale (x) du bloc 6,
donc le dimensionnement des éléments structurels et plus particulièrement celui de
contreventement sous l’action du séisme engendre une rigidité suffisante au bloc 6,
pour contrecarré ces forces de trainée.

184
Chapitre VI ETUDE AU VENT

La valeur de la force de portance U est infinitésimale devant le poids du bloc 6, donc


l’hypothèse de soulèvement ou de renversement engendré par l’action du vent est
complètement écartée.

185
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

5. FERRAILLAGE DES POTEAUX:

5.1. Introduction :

Le ferraillage final des poteaux de chaque bloc, est déterminé on combinant les cas les
plus défavorables donnés par les trois cas de sollicitations suivantes :

Effort normal maximal (compression), moment fléchissant correspondant,


Effort normal minimal (traction si elle existe), moment fléchissant correspondant,
Moment fléchissant maximal, effort normal correspondant.

Pour chaque un des trois cas de sollicitations précédentes, on doit faire d’abord la
vérification de la condition prescrite par l’article A.4.3.5 des règles BAEL91rev.99, et qui
nous permet de distinguer soit on calcul le ferraillage sous l’état limite ultime de stabilité de
forme l’ELUSF, soit de le calculer sous l’ELU en flexion composée.

Selon la position du poteau visée par les calculs, la fissuration peut être considérée
comme étant peu préjudiciable si le poteau est non exposé aux intempéries ou à des
dégagements importants de vapeur d’eau (poteaux internes), et elle est considérée comme
préjudiciable dans le cas contraire (poteau de rive ou d’angle en façades). Dans les deux cas
les calculs seront effectués à l’ELU, suivie d’une vérification des contraintes à l’ELS.

5.2. Recommandations réglementaires :

5.2.1. Recommandations des règles RPA99v2003 :

A) Ferraillage longitudinal :

Selon l’article 7.4.2.1 des mêmes règles, on à les prescriptions suivantes :

Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence, droites et sans crochets,
dont :
 Le pourcentage minimal sera de 0.8% pour la zone sismique II-a,
 Le pourcentage maximal sera de 3% en zone courante, et de 6% en zone de
recouvrement.

Le tableau.48 suivant, résume le ferraillage minimal et maximal pour les deux


sections de poteaux du présent projet (35x45 et 50x50):

Poteau (bloc) Zone Ferraillage min [cm²] Ferraillage max [cm²]


Courante
35 x 45 (5)
De recouvrement
Courante
50 x 50 (6)
De recouvrement
-Tableau.48-

Le diamètre minimum des barres est de 12mm,

205
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

La longueur minimale de recouvrement est de 40Φ pour la zone sismique II-a, est
elle doit être de préférence hors zone nodale, considérée comme zone critique,
La distance entre les barres verticales dans une face du poteau ne doit pas dépasser
les 25 cm en zone II-a.

B) Ferraillage transversal :

L’article 7.4.2.2 des mêmes règles recommande que:

Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur
droite de 10Φt minimum,

Les cadres et les étriers doivent ménager des cheminées verticales en nombre et
diamètre suffisants (Φ cheminées > 12cm) pour permettre une vibration correcte du
béton sur toute la hauteur des poteaux,

L’espacement t entre les armatures transversales doit être au plus égale aux valeurs
maximales suivantes qui correspond à la zone sismique II-a :

Où :

: est le diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau.

La quantité d’armatures transversales minimale en % est donnée en fonction de


l’élancement géométrique du poteau dans la direction considérée comme suit :

5.2.2. Recommandations des règles BAEL91rev.99 :

Le ferraillage longitudinal doit être au moins égale à :

Avec :

: est l’excentricité de premier ordre à l’ELS, elle est calculée par le rapport :

206
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

5.3. Ferraillage longitudinal :

5.3.1. Etapes de calcul :

En premier lieu on va examiner la condition décrit par l’article A.4.3.5 des règles
BAEL91rev.99, pour la détermination du mode de travail de l’élément, soit en flexion
composée ou en flambement. L’organigramme suivant résume les points essentiels de cette
vérification :

Données :

Calcul de :

Oui Non

Le poteau sera Le poteau sera


justifié en Flexion justifié en
composée Flambement à
l’ELUSF
-Organigramme 1-

Si la condition ci-dessus est vérifiée, on procède au ferraillage à l’ELU en flexion


composée. Ce pondent, il faut ensuite connaitre si la section est entièrement tendue,
entièrement comprimée, ou partiellement comprimée (tendue). L’organigramme suivant va
nous permet de faire se jugement.

On dit qu’on à une section entièrement tendue si l’effort normal est un effort de
traction et le centre de pression est situé entre les armatures sup et inf, pour les autre cas on à :

207
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Section Section Section


entièrement comprimée partiellement comprimée entièrement comprimée
ELU non atteint

-Organigramme 2-

Pour la détermination du ferraillage dans chaque cas de section ci-dessus, en suit


l’organigramme suivant :

208
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Section Section
partiellement comprimée entièrement comprimée

Calcul en flexion
simple sous Le béton est
en Pivot C

-Organigramme 3-

5.3.2. Exemples de calcul :

Dans ce qui suit on va présenter deux exemples de calcul de ferraillage détaillés qui
correspondent aux deux différentes répartitions de contraintes dans les sections, que nous
pouvant les rencontrés souvent dans le calcul des poteaux, ce sont les sections partiellement
comprimées et les sections entièrement comprimé.

209
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

5.3.2.1. Exemple 1 :

Cet exemple sera consacré au calcul de ferraillage pour le groupe de poteaux du sous-
sol et de l’RDC du bloc 5 afin de leur donnés un ferraillage identique. Ce groupe sera diminué
des poteaux (A’-4’), (A’-5’), (B’-5’) et (C’-5’) a cause de leur faible hauteur due à
l’irrégularité du bloc, et qui serons ferraillés séparément.

A) Poteau soumis à et :

A partir des résultats du logiciel Robot, le poteau qui appartient au groupe de poteaux
en question, et qui est soumis à l’effort normal de compression maximal est un poteau du
niveau +4.37m (RDC), et coïncide avec l’intersection des axes B’-3’. Il est soumis aux
sollicitations suivantes :

-Fig.103-

A.1) Calcul de la longueur de flambement :

Raideur des poutres :

Raideur des poteaux :

Donc :

-Fig.104-

C'est-à-dire que les poteaux sont plus raide que les poutres dans le sens de flambement
considéré, ce qui conduit à :

210
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

A.2) Calcul des excentricités :

, et ce calcul comme suit :

A.3) Vérification de la condition de flambement :

Suivant l’organigramme 1, on doit faire la vérification suivante :

La condition étant vérifiée, le poteau donc sera justifié en flexion composée, avec une
excentricité e qui incluse les effets de seconde ordre :

A.4) Répartition des contraintes dans la section :

Suivant l’organigramme 2 on à :

Donc :

Ce qui fait que la section est partiellement comprimée.

211
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

A.5) Calcul du ferraillage fictif en flexion simple :

Donc le ferraillage fictif ce calcul comme suit :

Le ferraillage réel se déduit du fictif comme suit :

Puisque est négative, on va prendre le ferraillage minimal donné comme suivant :

Par conséquent :

212
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

B) Poteau soumis à et :

Le poteau soumis au moment de flexion maximal est un poteau du niveau +4.37m


(RDC), et coïncide avec l’intersection des axes C’-2’. Il est soumis aux sollicitations
suivantes :

-Fig.105-

B.1) Calcul des excentricités :

B.2) Vérification de la condition de flambement :

La condition étant vérifiée, le poteau donc sera justifié en flexion composée, avec :

B.3) Répartition des contraintes dans la section :

Donc :

213
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Ce qui fait que la section est partiellement comprimée.

B.4) Calcul du ferraillage fictif en flexion simple :

Donc le ferraillage fictif ce calcul comme suit :

Le ferraillage réel se déduit du fictif comme suit :

Par conséquent :

214
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Finalement on combine les ferraillages des deux cas A et B, on adoptant la plus grande
section d’acier soit comprimée ou tendue, afin d’avoir un ferraillage unique qui vérifie les de
cas précédents au même temps, c'est-à-dire :

Ce qui donne une section d’acier totale égale à :

Donc on adopte pour ce groupe de poteaux le ferraillage suivant :

5.3.2.2. Exemple 2 :

Ce second exemple traite le ferraillage pour le groupe de poteaux du sous-sol, RDC et


er
du 1 étage du bloc 6. Ce groupe sera diminué des poteaux (E-6) et (E-5) à cause de leur
faible hauteur due à l’irrégularité du bloc, et qui serons ferraillés séparément.

A) Poteau soumis à et :

Le poteau en question, est un poteau du niveau -0.05m (SS), et coïncide avec


l’intersection des axes B-3. Il est soumis aux sollicitations suivantes :

-Fig.106-

A.1) Calcul de la longueur de flambement :

Raideur des poutres :

215
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Raideur des poteaux :

Donc :

C'est-à-dire que les poteaux sont plus raide que les poutres dans le sens de flambement
considéré, ce qui conduit à :

A.2) Calcul des excentricités :

A.3) Vérification de la condition de flambement :

La condition étant vérifiée, le poteau donc sera justifié en flexion composée, avec :

A.4) Répartition des contraintes dans la section :

Donc :

216
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Ce qui fait que la section est entièrement comprimée.

Puisque χ est positif, l’acier tendu est inutile, donc il reste à calculer l’acier
comprimé comme suit :

Avec :

Par conséquent :

B) Poteau soumis à et :

Le poteau soumis au moment de flexion maximal est un poteau du niveau +8.79m (1er
étage), et coïncide avec l’intersection des axes C-5. Il est soumis aux sollicitations suivantes :

-Fig.107-

B.1) Calcul des excentricités :

217
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

B.2) Vérification de la condition de flambement :

La condition étant vérifiée, le poteau donc sera justifié en flexion composée, avec :

B.3) Répartition des contraintes dans la section :

Donc :

Ce qui fait que la section est partiellement comprimée.

B.4) Calcul du ferraillage fictif en flexion simple :

Le ferraillage fictif ce calcul comme suit :

218
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Le ferraillage réel se déduit du fictif comme suit :

Par conséquent :

Finalement on combine les ferraillages des deux cas A et B :

Ce qui donne une section d’acier totale égale à :

Donc on adopte pour ce groupe de poteaux le ferraillage suivant :

Remarque :

Les résultats de calcul du ferraillage longitudinal pour les différents groupes de


poteaux des deux blocs 5 et 6, sont résumés dans le tableau.49 suivant :

Avec :

A : correspond aux cas d’un poteau soumis à Nmax et Mcorresp,

B : correspond aux cas d’un poteau soumis à Mmax et Ncoresp.

219
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Groupes Description
niveau Cas
poteaux [cm²] [cm²] [cm²] [cm²] [cm²] [cm²] adoptée des barres
Bloc (5)
A
1 A’- 4’ SS
et 5.713 0 5.713 0 5.713 12.6 14.2 4T16+4T14
A’- 5’ RDC
B

B’- 5’ SS A 1.552 8.954


2 C’- 5’ RDC 8.473 8.954 17.43 12.6 18.73 4T20+4T14
1er e B 8.473 0

A’- 1’ SS A 1.775 34.17


B’- 1’ 2.23 34.17 36.4 12.6 38.49 4T25+6T20
RDC
C’- 1’ B 2.23 4.964
3
A’- 2’ A 1.775 0
C’- 2’ 1er e
6.524 0.537 7.061 12.6 15.39 10T14
B’- 3’ 2emee B 6.524 0.537
Bloc (6)
A
1 E- 5 SS
et 19.48 0 19.48 0 19.48 20 20.36 4T16+8T14
E- 6 RDC
B
D-1, E-1,
SS A 0 0.906
D-2, E-2,
B-3, C-3, RDC 3.446 11.66 15.11 20 24.89 4T20+8T14
D-3, E-3, 1er e B 3.446 11.66
2 A-4, B-4,
C-4, E-4, A 2.84 0
A-5, C-5, 2eme e
13.54 0 13.54 20 24.89 4T20+8T14
A-6, B-6, 3eme e
B 13.54 0
C-6, D-6.
-Tableau.48-

N.B:

Vue que les efforts normaux dans touts les poteaux sont des efforts de compression on
à exclue, dans les calcules précédentes, le cas de l’effort normal minimal avec le moment
fléchissant correspondant,

5.4. Ferraillage transversal:

Le calcul du ferraillage transversal consiste à la détermination des armatures d’âme


des poteaux en nombre et dimensions suffisantes, pour leur donner une résistance transversale
conséquente face aux sollicitations de cisaillement, ainsi pour qu’ils assureront une liaison
convenable entre les barres longitudinales et les maintient stables lors des différentes fasses de
réalisation des poteaux.

Le calcul du ferraillage transversal sera conduit suivant les règles RPA99rév2003 en


vigueur, et sera généralisé sur touts les poteaux des deux blocs 5 et 6, sauf pour les poteaux de

220
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

la cage d’escalier du bloc 6 (coïncidant avec l’axe 1) où on à certains poteaux courts crées par
la jonction des poutres brisées avec les poteaux de l’ossature et qui nécessiterons une
vérification, et un ferraillage spécifique que nous le présenterons plus loin.

5.4.1. Bloc (5) :

Selon l’article 7.4.2.2 des règles RPA99rév2003, les armatures transversales des
poteaux sont calculées à l’aide de la formule suivante :

Avec :

: est l’effort tranchant de calcul, pour le cas du bloc 5,

: est la hauteur totale de la section brute, elle est égale à 35 cm pour les poteaux du bloc 5,

: Contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale, dont :

: est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort
tranchant, il est lié à l’élancement géométrique du poteau , et il prend les valeurs suivantes :

Où :

: est l’espacement des armatures transversales, il est déduit par les valeurs maximales
suivantes :

Dans la zone nodale :

On adopte :

Dans la zone courante :

On adopte :

Donc, on calcul la section d’acier transversal :

221
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Par conséquent on adopte deux cadres de 10mm de diamètre, soit 4 brins de 10 mm,
ce qui donne :

Ferraillage minimal :

5.4.2. Bloc (6) :

: Pour le cas du bloc 6,

: Elle est égale à 50 cm pour les poteaux du bloc 6,

L’espacement t sera de:

Dans la zone nodale :

On adopte :

Dans la zone courante :

On adopte :

Donc, la section d’acier transversal sera:

Par conséquent on adopte deux cadres de 10mm de diamètre, soit 4 brins de 10 mm,
ce qui donne :

Ferraillage minimal :

222
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

5.4.3. Poteaux courts :

Suivant l’article 7.4.3.2 des règles RPA, on ne considère qu’un poteau soit court sauf
si la condition suivante est vérifiée :

Donc :

-Fig.108-

On calcul la section des armatures transversal comme suit :

Avec :

L’espacement entre les armatures transversales t sera pris égal à 5cm dans les zones
nodales (critiques).
L’effort tranchant de calcul Vu maximal dans les poteaux courts est tiré à partir des
résultats de calcul par le logiciel Robot, et il est égal à 251.903KN engendré par la
combinaison sismique 0.8G+Ey.

Donc :

On adopte ainsi deux cadres de 12mm, c'est-à-dire 4 brins de 12mm, ce qui donne
une section d’acier transversale égale à :

Ferraillage minimal :

223
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

5.4.4. Ferraillage transversal des nœuds :

A cause de la vulnérabilité des zones nodales face aux actions sismiques, le règlement
RPA99rév2003 recommande de prévoir des armatures transversales constituées de deux U
superposés formant un carré ou un rectangle. Les directions de recouvrement de ces U doit
être alternées (Voir figure.109).

Donc on adopte trois cours en U de diamètre 10mm par nœud, espacés de 10 cm.

-Fig.109-

5.5. Vérification des contraintes :

5.5.1. Contraintes de cisaillement (ELU) :

A) Poteaux ordinaires :

On doit vérifier que :

Avec :

Selon l’article 7.4.3.2 des règles RPA99rév2003 on à :

Selon l’article A.5.1,21 des règles BAEL91mod.99, et pour une fissuration


préjudiciable on à :

224
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

B) Poteaux courts :

Pour ces poteaux on à :

Donc :

On remarque que la contrainte ultime de cisaillement dépasse de peu les valeurs


limites prescrits par le règlement, ce pondant la densité élevé du ferraillage transversal adopté
pour ces poteaux courts nous permet d’admettre ce faible dépassement.

5.5.2. Contraintes normales (ELS) :

Dans ce qui suit on va présenter la vérification des contraintes normales dans le béton
pour les poteaux de l’exemple de calcul n°2, afin d’appliquer cette vérification aux deux types
de section distinctes, c'est-à-dire les sections entièrement et partiellement comprimées.

On doit vérifier que :

A) Vérification de la section entièrement comprimée :

On à comme données :

D’abord on calcul l’aire de la section homogène total :

225
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

On calcul ensuite l’inertie de la section homogène totale :

Avec :

: Ecartement entre le centre de gravité résistant et le centre de gravité géométrique de la


section, il se calcul comme suit :

Donc :

Par conséquent les contraintes dans le béton valent sur la fibre supérieure et
sur la fibre inférieure :

Ce qui fait que :

B) Vérification de la section partiellement comprimée :

On à comme données :

226
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

On calcul les deux termes p et q comme suit :

Puits on résolue l’équation :

On calcul en suite Yser, la distance entre le centre de pression et l’axe de la fibre la


plus comprimé (supérieure) :

Puis en calcul l’inertie de la section homogène réduite :

Par conséquent :

227
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

On observant les résultats de contraintes précédentes on remarquant que les contraintes


dans l’acier sont négatives, est cela signifie que la section n’est pas effectivement
partiellement comprimée, mais plutôt entièrement comprimées, donc on doit refaire la
vérification des contraintes pour une section entièrement comprimée :

Donc :

Par conséquent :

Ce qui fait que :

Conclusion :

On peut conclure que le ferraillage adopté à l’ELU, vérifie le non dépassement des
contraintes limites à l’ELS.

5.6. Schémas de ferraillage :

On va présenter dans cette partie, avec détails, le ferraillage des deux poteaux types
traités dans les deux exemples de calcul. Ce pondant, pour le reste des types de ferraillage
adoptés, on va seulement les schématisés en coupes transversales :

228
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

-Fig.110-

229
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

-Fig.111-

Nomenclature des aciers :

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]

1 20 386 4 386

2 14 362 8 362

3 25 542 4 542

522
4 20 522 6

40

6 30
5 10 110 par
nœud 30
40

230
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

45

6 35
6 10 125 par
nœud 35
45

+10 +10
7 10 160 32 30

40

8 +10
10 126 32
20
13

+10

9 10 200 23 45

45

+10
10 15
10 140 23
45
-Tableau.50-

Ferraillage du reste des poteaux :

A) Bloc (5) :

-Fig.112 (Groupe1)- -Fig.113 (Groupe 2)-

231
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

-Fig.114 (Groupe 3, Niveaux : 1er et 2eme étages)-

B) Bloc (6) : (groupe 1)

-Fig.115-

232
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

6. FERRAILLAGE DES VOILES DE CONTREVENTEMENT :


6.1. Introduction :

Après la détermination des efforts internes dans les voiles, engendrés par les
combinaisons d’action prescrites dans le paragraphe 1 du présent chapitre, on passe au calcul
du ferraillage nécessaire pour reprendre ces efforts.

On a prévue dans notre projet des voiles de contreventement dans les deux directions
orthogonales de chaque bloc, et cela nous permet de considérer que les voiles travaillerons
seulement dans leur plan moyen, sous des efforts réduit à leurs bases en un effort normal
centré, un moment fléchissant, et un effort tranchant horizontal parallèles à leurs plans. Suite à
ce système d’efforts réduits, les voiles seront justifiés en flexion composée avec effort
tranchant.

Le ferraillage des voiles consiste à la détermination de trois types d’aciers, qui sont :

Aciers verticaux,
Aciers horizontaux,
Aciers transversaux.

6.2. Recommandations du règlement RPA99ver2003 :

6.2.1. Aciers verticaux (Art.7.7.4.1):

 Lorsqu’une partie du voile est tendue sous l’action des forces verticales et
horizontales, l’effort de traction doit être pris en totalité par les armatures, le
pourcentage minimum des armatures verticales sur toute la zone tendue est de 0.20%,

 Il est possible de concentrer des armatures de traction à l’extrémité du voile ou du


trumeau, la section totale d’armature verticales de la zone tendue devant rester au
moins égale à 0.20% de la section horizontale du béton tendu,

 Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres
horizontaux dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur du voile,

 Si des efforts importants de compression agissent sur l’extrémité, les barres verticales
doivent respecter les conditions imposées aux poteaux,

 Les barres verticales du dernier niveau doivent être munies de crochets à la partie
supérieure. Toutes les autres barres n’ont pas de crochets (jonction par recouvrement),

 A chaque extrémité du voile (trumeau) l’espacement des barres doit être réduit de
moitié sur un dixième de la largeur du voile (voir figure.116 suivante). Cet
espacement d’extrémité doit être au plus égale à 15cm.

233
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

-Fig.116-

6.2.2. Aciers horizontaux (Art.7.7.4.2):

 Les barres horizontales doivent être munies de crochets à 135° ayant une longueur de
10 Φ,
 Dans le cas où il existe des talons de rigidité, les barres horizontales devront être
ancrées sans crochets si les dimensions des talons permettent la réalisation d’un
ancrage droit.

6.2.3. Règles communes (Art.7.7.4.3):

 Le pourcentage minimum d’armatures verticales et horizontales des trumeaux (voiles),


est donné comme suit :

 L’espacement des barres horizontales et verticales doit vérifier la condition suivante :

 Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins 4 épingles au mètre
carré. Dans chaque nappe, les barres horizontales doivent être disposées vers
l’extérieur,

 Le diamètre des barres des barres verticales et horizontales des voiles (à l’exception
des zones d’about) ne devrait pas dépasser 1/10 l’épaisseur du voile.

 Les longueurs de recouvrement doivent être égales à :

 40Φ pour les barres situées dans les zones où le renversement du signe des
efforts est possible ;
 20Φ pour les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes
les combinaisons possibles de charges.
 Le long des joins de reprise de coulage, l’effort tranchant doit être pris par les aciers
de couture dont la section doit être calculée avec la formule :

234
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Cette quantité doit s’ajouter à la section d’aciers tendus nécessaire pour équilibrer les
efforts de traction dus aux moments de renversement.

6.2. Méthodes de calcul des voiles :

Pour le calcul des voiles en béton armé, deux méthodes de calcul sont disponibles :

6.2.1. Méthode simplifiée :

Le dimensionnement des voiles suivant cette méthode est effectuée à partir du


diagramme de contraintes engendrées par les charges appliquées aux voiles. Le principe est
fondé sur la répartition linéaire des contraintes dues aux charges verticales et aux moments, le
diagramme des contraintes est divisés en bandes pour les quelles la contrainte moyenne (pour
la partie comprimée) et la contrainte maximale (pour la partie tendue) sont prises pour le
calcul du ferraillage.

Les calculs sont effectués en double voie : on adoptant le principe que le voile est non
armé en premier lieu, puis comme armé en second lieu.

6.2.2. Méthode par flexion composée :

Suivant cette méthode, et entant que le voile travail dans son plan, le dimensionnement
du voile est fondé sur le principe de considéré le voile comme une section béton armé
soumise à la flexion avec compression, on admettant la répartition parabolique-linéaire des
contraintes de compression dans la section.

6.2.3. Choix de la méthode :

Les calculs suivant la méthode simplifiée permettent de générer les armatures du voile
sur toute la longueur de la section, avec des quantités proportionnelles aux valeurs des
contraintes sur leur diagramme linéaire. Néanmoins dans les calculs par la méthode de
flexion composée, les armatures serons plus denses aux extrémités du voile là où les
sollicitations de flexion sont plus défavorable.

De cela, la méthode simplifiée se prête mieux avant tout pour les voiles transférant les
charges verticales des plancher, et pour les voiles avec ouvertures. Cependant la méthode par
flexion composée est la mieux adapté pour les voiles plein de contreventement, sollicités par
des moments considérables générés par les combinaisons sismiques.

Par conséquent, et selon l’article 7.7.4 des règles RPA, pour le calcul du ferraillage
des voiles on va utiliser la seconde méthode, c'est-à-dire par flexion composée avec effort
tranchant, qui révèle plus compatible avec la nature du système de contreventement adopté
(mixte voiles-portiques avec justification).

235
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

6.3. Exemple de calcul :

Dans cet exemple on va exposer le calcul détaillé du ferraillage d’un seul voile, puis
les résultats du ferraillage du reste des voiles de contreventement seront exposées dans le
tableau.52.

6.3.1. Ferraillage vertical :

Le voile sujet de cet exemple, est le voile intérieur V1 du bloc 6, niveau -0.05 (SS). Le
logiciel Robot nous donne les efforts réduits dans n’importe qu’elle section du voile, pour le
calcul du ferraillage, on est besoin des sollicitations à la base, et qui seront exploités dans les
cas de sollicitations suivants :

A. Cas de (Mmax et Ncor) :

On à, dans ce cas, les sollicitations suivante :

-Fig.117-

A.1. La répartition des contraintes dans la section :

Les contraintes extrêmes au niveau des abouts du voile sont


calculées suivant le principe de Navier-Bernoulli comme suit :

Avec :

-Fig.118-

236
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Donc :

Ce qui donne le diagramme des contraintes schématisé sur la figure.119 suivante :

-Fig.119-

Où :

A.2. Calcul de l’excentricité :

L’excentricité est supérieure à h/2, donc le centre de pression est à l’extérieur de la


section, on plus l’effort normale est un effort de compression, par conséquent, la section du
voile sera considérée comme une Section partiellement comprimée.

A.3. Calcul de la longueur de flambement :

Le tableau.51 suivant donne le rapport entre la longueur de flambement et la


hauteur libre entre planchers du voile armé :

Liaison du mur

Mur Il existe un plancher de part


0.80
encastré en et d’autre
tête et en Il existe un plancher d’un seul
0.85
pieds coté
Mur articulé en tête et en pieds 1
-Tableau.51-

237
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Pour le voile en question on à un encastrement en tête et en pieds dans le plancher qui


existe de part et d’autre du voile, donc :

A.4. Calcul de l’élancement :

A.5. Vérification de la condition de flambement :

On doit vérifier que :

Donc :

On peut conclure que le voile ne présente pas un risque de flambement, et il sera


justifié en flexion composée.

A.6. Calcul du coefficient de majoration :

On à :

Donc :

Ce qui conduit à :

A.7. L’excentricité additionnelle :

A.8. Sollicitations majorés :

238
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

A.9. Calcul du moment fictif par rapport au CDG des armatures :

A.10. Calcul de ferraillage fictif en flexion simple sous le moment fictif :

Donc, on n’est pas besoin des armatures comprimées, c'est-à-dire :

Par conséquent :

A.11. Calcul du ferraillage réel de flexion composée :

Ferraillage minimal :

Selon le BAEL91ver99 :

239
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Selon le RPA99v2003 :

Avec :

: L’aire du béton tendu,

Par conséquent, on n’aura :

N.B :

On raison de la réversibilité de l’action sismique, le ferraillage du voile sera


symétrique, c'est-à-dire :

B. Cas de (Nmax et Mcor) :

Donc le centre de pression ce trouve à l’intérieur de la section, pour qu’on précise la


nature de la section, on doit examiner la condition suivante :

Avec :

: est le moment par rapport au C.D.G des armatures tendues, dont :

Donc :

240
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Il est bien clair que la condition précitée est vérifiée, donc la section sera considérée
comme une S.P.C.

On adopte le ferraillage minimal :

241
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Ferraillage minimal :

Selon le RPA99v2003 :

Par conséquent, on n’aura :

C. Cas de (NMin et MCor) :

Le centre de pression ce trouve à l’extérieur de la section, en plus l’effort normal est


un effort de compression, donc la section sera considérée comme une S.P.C.

242
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Ferraillage minimal :

Selon le BAEL91ver99 :

Selon le RPA99v2003 :

Donc :

Le ferraillage final :

Le ferraillage final de calcul sera la quantité maximale entre les trois cas traité
précédemment, c'est-à-dire :

6.3.2. Aciers de couture :

Cette section d’aciers s’ajoute à la section d’aciers tendus calculée en 6.3.1, donc la
section d’acier verticale totale sera comme suit :

On adopte pour l’acier vertical : ,

243
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

L’espacement entre les barres verticales recommandé par l’RPA est limité comme
suit :

Donc, on n’adopte :

6.3.3. Ferraillage horizontal :

On à :

On adopte : , avec un espacement de 15 cm.

Ferraillage minimal :

6.3.4. Ferraillage transversal :

Pour la zone d’about on adopte des cadres de 8mm pour ligaturer les aciers de flexion,
ainsi pour la zone courante du voile, on adopte des épingles de 8mm pour garder un
écartement constant entre les nappes d’acier et assurer leur stabilité lors des phases
d’exécution.

L’espacement des cadres transversales sera de 15cm, ainsi que les épingles seront
réparties dans l’âme du voile avec une densité de 4 par mètre carré.

6.3.5. Vérification des contraintes de cisaillement (ELU):

Selon l’RPA99v2003 :

Suivant l’article 7.7.2, on doit vérifier que :

Où :

Selon le BAEL91v99 :

Pour le cas d’une fissuration préjudiciable, on doit vérifie la condition suivante :

244
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

Remarque :

Pour le ferraillage du reste des voiles, on à adopter un mode de ferraillage fondé sur
deux critères qui sont le coffrage et le groupe de niveaux, c'est-à-dire les voiles qui ont le
même coffrage et appartenant au même groupe d’étages ils auront le même ferraillage
calculer à partir des sollicitations enveloppe du même groupe de voiles.

Les tableaux 52 et 53 récapitulent l’ensemble des résultats de sollicitations et de


ferraillages des voiles des deux blocs 5 et 6.

Type Groupe
Cas de N M AV AV Max VMax Avj
de de
sollicitations [KN] [KNm] [cm²] [cm²] [KN] [cm²] [cm²]
voile niveaux
Bloc (5)
SS 944.150 107.038 13.50
+ -93.170 2021.791 44.73 60.092 217.813 5.99 66.082
RDC -299.120 1990.389 60.092
1er 689.482 142.222 13.50
+ 269.854 955.296 10.965 26.611 595.139 16.366 42.977
2eme -121.091 955.296 26.611

SS 1457.396 73.827 8.55


+ 455.012 948.146 18.052 24.062 186.278 5.123 29.185
RDC 149.704 929.135 24.062
1er 827.648 144.571 8.55
+ 208.498 335.859 8.55 8.55 196.210 5.396 13.946
2eme -30.744 80.503 4.606

SS 945.364 25.566 8.404


+ 23.876 770.475 22.48 31.38 177.532 4.882 36.262
RDC -112.985 759.248 31.38
1er 690.768 34.884 8.404
+ 412.714 371.23 8.404 8.404 178.717 4.915 13.319
2eme 77.462 135.441 8.404

SS 962.31 45.213 8.066


+ 501.874 736.288 11.873 11.873 215.428 5.924 17.797
RDC 359.086 34.802 8.066
1er 472.905 27.266 8.066
+ 245.645 309.59 8.066 8.066 156.904 4.315 12.381
2eme 110.262 53.658 8.066

245
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

SS 1535.443 168.772 6.617


+ 21.296 117.487 3.231 24.527
RDC -6.538 546.129 21.296
1er 1302.044 110.282 6.617
+ 720.354 113.8 6.617 6.617 153.79 4.23 10.84
2eme 290.314 19.247 6.617
Bloc (6)
SS+ 3097.538 72.820 16.76
RDC+ 1042.816 3899.924 36.33 51.217 648.802 17.842 69.06
1er 328.207 3873.867 51.217
2eme 1609.764 247.602 16.76
+ 617.966 556.745 16.76 16.76 347.087 9.55 26.31
3eme 191.445 431.291 16.76

SS+ 1693.264 50.667 9.0321


RDC+ 626.264 1084.826 16.877 16.904 322.509 8.87 25.77
1er -68.737 428.918 16.904
2eme 1022.513 12.395 9.0321
+ 529.489 271.777 9.0321 9.0321 226.155 6.22 15.252
3eme -190.092 127.907 8.277

SS+ 857.088 1.847 8.55


RDC+ 613.030 1224.418 24.04 24.04 368.644 10.14 34.18
1er 244.860 4.675 8.55
2eme 445.665 11.265 8.55
+ 228.364 300.798 8.55 8.55 159.602 4.39 12.94
3eme 101.723 22.689 8.55

SS+ 1136.277 90.915 8.31


RDC+ 130.575 953.380 26.19 36.055 254.335 7 43.06
1er -93.765 943.511 36.055
2eme 644.268 10.469 8.31
+ 339.282 209.778 8.31 8.31 122.365 3.365 11.675
3eme 52.212 107.836 8.31
-Tableau.52-

Type Groupe Description Sv [cm] Description


AV AH Sv
de de des barres des barres
[cm²] [cm²] [cm²] [cm²] about Âme [cm]
voile niveaux Ver. Hor.
Bloc (5)
SS
+ 66.082 70.68 8.475 47.12 2(8T20+13T10) 10 15 T14 15
RDC
1er
+ 42.977 45.06 8.475 30.04 2(8T14+13T10) 10 15 T10 20
2eme

246
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

SS
+ 29.185 31.78 5.4 21.19 2(4T16+10T10) 10 15 T10 15
RDC
1er
+ 13.946 22 5.4 14.67 2(14T10) 10 15 T10 20
2eme

SS
+ 36.262 36.44 5.31 24.3 2(4T16+9T12) 10 15 T10 15
RDC
1er
+ 13.319 20.42 5.31 13.61 2(13T10) 10 15 T10 20
2eme

SS
+ 17.797 18.46 5.1 12.31 2(4T12+6T10) 15 20 T10 20
RDC
1er
+ 12.381 15.70 5.1 10.47 2(10T10) 15 20 T10 20
2eme
SS
+ 24.527 25.90 4.2 17.27 2(4T14+6T12) 10 15 T10 20
RDC
1er
+ 10.84 15.7 4.2 10.47 2(10T10) 10 15 T10 20
2eme
Bloc (6)
SS+
RDC+ 69.06 70.68 10.5 47.12 2(8T20+13T10) 10 20 T14 15
1er
2eme
+ 26.31 33.00 10.5 22.00 2(21T10) 10 20 T10 20
3eme

SS+
RDC+ 25.77 27.38 5.7 18.26 2(4T16+5T12) 15 30 T10 20
1er
2eme
+ 15.252 16.90 5.7 11.27 2(4T12+5T10) 15 30 T10 20
3eme

SS+
RDC+ 34.18 34.18 5.4 22.79 2(4T20+4T12) 15 30 T10 15
1er
2eme
+ 12.94 15.32 5.4 10.22 2(4T12+4T10) 15 30 T10 20
3eme

247
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

SS+
RDC+ 43.06 43.62 5.25 29.08 2(4T20+6T14) 10 20 T10 15
1er
2eme
+ 11.675 15.7 5.25 10.47 2(10T10) 10 20 T10 20
3eme
-Tableau.53-

6.4. Schémas de ferraillage :

Dans les schémas suivants, on va détailler le ferraillage du voile traité dans l’exemple
de calcul :

-Fig.120-

248
Chapitre VII Ferraillage des éléments porteurs

-Fig.121(Coupe A-A)-

Nomunclature des aciers:

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]

1 20 386 16 386

2 10 346 26 346

3 14 426 26 15 396 15

+10
4 8 70 26 15

10
+10
5 8 110 26 15

30
4 15
6 8 25 Par
m² 5 5
-Tableau.54-

249
Chapitre VIII :
Etude de
l’infrastructure
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

VIII. ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE :

1. Introduction :

L’infrastructure est la partie cachée de la construction dans le sol, constituée


d’éléments structuraux du sous-sol et du système de fondations. Ces deux constituants doivent
former un ensemble résistant et rigide qui prenant appui sur des formations en place
compacte, homogène, et hors d’eau de préférence. L’infrastructure doive assurer les deux
fonctions suivantes :

La capacité de transmettre, en plus des charges verticales, les charges sismiques


horizontales,
Limiter les tassements différentiels et empêcher les déplacements horizontaux relatifs
des points d’appuis par solidarisation au moyen de longrine ou autre dispositif
équivalent.

2. Etude du voile périphérique :

2.1. Définition :

Le voile périphérique est un voile en béton armé continu entre le niveau des fondations
et le niveau de base, généralement de faible épaisseur, il assure la rétention des terres pour le
sous-sol, constitue une liaison rigide entre les points d’appui de la structure, ainsi il favorise
son encastrement dans le sol.

2.2. Prédimensionnement :

On va adopter comme épaisseur du


voile périphérique, la valeur minimale prescrite
par les règles RPA99v2003 dans l’article
10.1.2, et qui égale à 15cm.

-Fig.122-

251
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

2.3. Hypothèse de calcul :

Le voile périphérique (V.P) est assimilé à une plaque verticale en béton armé,
encastrée suivant ses quatre bords, et constitué, selon les deux directions horizontale
et verticale, par l’agencement de bandes de largeur unitaire travaillants en flexion
simple sous l’effet de la composante horizontale de la poussée des terres,

Le poids propre du V.P ne sera pas pris en considération dans les suivants calculs, et
cela à cause de son effet stabilisateur, ainsi qu’il est négligeable devant la poussée des
terres, vue la faible épaisseur du voile.

Le ferraillage est constitué de double quadrillage intérieur et extérieur,

Le pourcentage minimum des armatures est de 0.10% dans les deux sens (horizontale
est verticale).

Pour limité le risque d’infiltration de l’eau au sous-sol, les fissures dans le V.P sont
intolérables, c'est-à-dire que la fissuration sera considérée comme très préjudiciable,
ce qui conduit à calculer le ferraillage à l’ELS.

2.4. Calcul des charges :

 Calcul du coefficient des terres en repos :

Il est donné par la formule suivante (selon Coulomb):

Où :

: est l’angle de frottement interne du sol (angle sexagésimal). Pour le cas d’un sol marneux,
on à :

 Calcul de la pression géostatique latérale des terres (Poussé) :

Selon Coulomb la variation de la poussé des terres suivant la profondeur prend une allure
linéaire graduellement croissante on allant de la surface du sol jusqu’au pied du V.P, la valeur
maximale de cette poussé est donnée par la formule suivante :

252
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Avec :

: Poids spécifique du remblai, pour le cas d’un


sol marneux on à :

: est la profondeur du V.P, dans notre cas elle


est de : 2.56 m.
-Fig.123-
Donc :

2.5. Calcul des sollicitations :

Méthode de calcul :

Pour le calcul des différentes sollicitations dans le V.P, on va employer la méthode de


Timoshenko, fondée sue la théorie des plaques et coques de la résistance des matériaux,
exposée par A. Guerrin dans son livre traité de béton armé v6, intitulé : réservoirs,
châteaux d’eau et piscines, et cela on assimilant le V.P à une paroi vertical d’un réservoir
d’eau. Dans cette analogie, et puisque les deux pressions hydrostatique et la poussé des terres
ont la même allure linéaire, on peut substituer dans la méthode de calcul précitée l’eau par le
remblai.

Le principe de cette méthode est basé sur la détermination des moments et des efforts
tranchants en travée est sur appuis de la paroi verticale considérée encastrée sur ses quatre
cotés, on s’appuyant sur des coefficients tirés à partir d’abaques et tableaux que nous les
exposerons dans la suite des calculs.

La figure.124 suivante résume les principales dimensions du voile, ainsi l’orientation


du repère de calcul et les charges agissantes :

-Fig.124-

253
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

2.5.1. Calcul des moments en travée :

Où :

: Coefficients donnée par l’abaque présenté ci-dessous dans la figure.125, on fonction


du rapport b/a et pour x/a = 0.6, dont :

Dans l’abaque suivant, les diagrammes en lignes continues correspond au coefficient


par contre les diagrammes en lignes discontinues correspond au coefficient

Donc on interpole pour qu’on


obtient les valeurs des coefficients qui
correspondent à b/a = 2.54 :

Par conséquent, on n’aura :

-Fig.125-

254
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

2.5.2. Calcul des efforts tranchants sur appuis :

Ils sont donnés par les formules suivantes :

Avec :

: sont des coefficients donnés par l’abaque de la figure.126 suivante, et dans la quelle
on distingue les courbes suivantes :

La courbe A : donne les valeurs de pour : et

La courbe B : donne les valeurs de pour le bord inférieur ( ) et (

La courbe C : donne les valeurs de pour le bord supérieur et

Pour le bord inférieur, on à :

Donc :

-Fig.126-
Pour le bord supérieur :

255
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Par conséquent, on n’aura :

2.5.3. Calcul des moments sur appuis :

A. Moment d’encastrement sur bord supérieur :

Il se calcul comme suivant :

Avec :

: Coefficient tiré à partir du tableau suivant, il est donné en fonction des rapports et
, avec :

-Fig.127-

Donc on extrapole pour le cas de :

256
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Par conséquent :

B. Moment d’encastrement sur bord inférieur :

De la même manière en tire la valeur de à partir du tableau suivant, dans ce cas on va


prendre la valeur qui correspond à :

-Fig.128-

Donc :

C. Moments d’encastrement sur bords latérales :

Ils se calculent par la formule suivante :

Le tableau de la figure.129 suivante, nous permet de faire sortir la valeur maximale de


qui correspond à et :

257
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.129-

Donc :

2.6. Calcul du ferraillage à l’ELS :

Les étapes de calcul en flexion simple à l’ELS, sont récapitulées dans l’organigramme
suivant :

Avant de passer au calcul, on doit définir les données suivantes :

Pour une fissuration très préjudiciable, la contrainte admissible de l’acier se détermine


comme suit :

258
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Méthode exacte Méthode simplifiée

Abaque ou
tableaux

FIN

259
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Ferraillage minimal :

Selon l’RPA99v2003 (Article 10.1.2) :

Selon le BAEL91v99 :

Donc le ferraillage minimal pour une bande de largeur unitaire sera comme suit :

Espacement minimal des barres :

En fissuration très préjudiciable on à :

Après calcul on obtient les résultats du ferraillage par mètre linéaire suivantes :

Nappes Lits de Description


S [m]
d’armatures barres des barres
Barres
8.128 4.670 4.71 1.5 6T10 0.20
vertical
Intérieur
Barres
3.125 1.753 3.02 1.5 6T8 0.20
horizontales
Barres
7.252 4.152 4.71 1.5 6T10 0.20
vertical
Extérieur
Barres
4.088 2.305 3.02 1.5 6T8 0.20
horizontales
-Tableau.55-

2.7. Vérification des contraintes de cisaillement :

On doit vérifier que :

Donc :

260
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

2.8. Schéma de ferraillage :

-Fig.130-

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
1 10 318 Var 15 303

2 8 670 26 670

-Tableau.56-

3. Etude des fondations :

3.1. Définition :

Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui sont
en contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure ; elles
constituent donc la partie essentielle de l’ouvrage puisque de leur bonne conception et
réalisation découle la bonne tenue de l’ensemble.

Le bon choix du type de fondation à projeter dépond de plusieurs critères, parmi les
quelles on distingue :

L’assurance de la stabilité structurelle de l’ouvrage lors de la transmission des charges


au sol,

261
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

La nature de l’ouvrage et l’intensité des charges amenés aux fondations,


La capacité portante du bon sol, et son homogénéité sous l’emprise des blocs,
La facilité de mise en œuvre,
L’économie.

3.2. Justification du choix du type de fondations :

Parmi les techniques qui s’offrent au constructeur en matière de fondations, on à :

Les fondations superficielles :

 Les semelles isolées sous poteaux,


 Les semelles continues sous un mur,
 Les semelles continues sous des poteaux,
 Les semelles excentrées,
 Les radiers simples ou généraux.

Les fondations semi-profondes : Les puits.

Les fondations profondes : Les pieux.

Les fondations spéciales : les parois moulées, les cuvelages, etc.

3.2.1. Conseils du laboratoire de sol :

Le terrain est pratiquement plat (plateau). Il n’a y a aucune inquiétude d’instabilité,

Compte tenu de la nature du sol (alluvions anciennes), le laboratoire n’a pas réalisé
d’essais mécaniques (oedomètre et cisaillement) pour le calcul de la contrainte
admissible. Celle-ci à été donnée donc sur la base des observations géologiques et des
essais in situ au pénétromètre dynamique. La contrainte admissible recommandée est
de :

Sur la base des informations tirées de la reconnaissance du sol, le laboratoire conseil


de projeter des semelles superficielles isolées carrées ou rectangulaires qui seront
ancrées dans les alluvions anciennes à partir de 2.00 m de profondeur.

Les tassements pouvant se produire en ancrant les semelles dans les alluvions ou les
argiles rougeâtres encroûtées seront admissibles,

Vue les résultats de la reconnaissance du sol, il est certain que les fondations serons des
fondations superficielles, il reste à préciser quel type sera le mieux adapté à la structures, au
sol, et à l’intensité des charges transmises. Cette précision nécessite une étude de cas par cas
on partant de la possibilité des semelles isolées jusqu’au radier si nécessaire on passant par le
cas des semelles filantes.

262
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.2.2. La solution de semelles isolées :

Le dimensionnement du coffrage des semelles isolées sous poteaux et continues sous


voiles, s’effectue à l’ELS sous le seul effort normal maximal atteint dans les éléments les plus
chargés statiquement.

On dit qu’on à une bonne répartition des charges dans le sol, si et seulement si les
conditions suivantes sont vérifiées :

Avec :

A, B, L sont les dimensions en plan des semelles, et qui sont définies dans la
figure.131 suivante :

-Fig.131-
N.B :

Les dimensions des semelles isolées sont homothétiques aux dimensions du poteau
supporté, c'est-à-dire :

Donc on n’aura les largeurs des semelles comme suit :

263
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Le tableau.57 suivant récapitule l’ensemble des efforts normaux maximaux


sollicitant les groupes de semelles à l’ELS :

sous poteaux [KN] sous voiles [KN/m]


Blocs
de rive Intermédiaire de rive Intermédiaire
Bloc (5) 800.366 700.983 415.082 526.805
Bloc (6) 539.747 2337.18 471.456 602.118
-Tableau.57-

A l’aide de ces sollicitations maximales on déduit les dimensions en plan des semelles.
Après calcul, on n’aura les résultats présentés dans le tableau.58 suivant :

Semelles sous poteaux Semelles sous voiles


Blocs de rive Intermédiaire de rive Intermédiaire
K
A [m] B [m] A [m] B [m] A [m] A [m]
Bloc (5) 0.777 1.80 2.30 1.80 230 2.10 2.70
Bloc (6) 1 1.70 1.70 3.50 3.50 2.40 3.10
-Tableau.58-

Ces résultats nous permettent de tracer le plan de coffrage des semelles des deux blocs,
et évaluer le taux de surface des fondations :

Bloc (5)

-Fig.132-

264
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Bloc (6)

-Fig.133-

A partir des plans de coffrage, on calcul le taux de surface des semelles pour chaque
bloc comme suit :

Les résultats de calcul du taux de surface sont résumés dans le tableau.59 suivant :

Surface des semelles Surface totale du


Blocs Taux [%]
[m²] bloc [m²]
Bloc (5) 105.285 338.538 31.10
Bloc (6) 216.260 697.29 31.01
-Tableau.59-

Conclusion :

On observant les taux d’occupation de surface des semelles dans les deux blocs, nous
remarquons qu’ils sont largement inférieurs à la moitié de la surface totale de chaque bloc,
ainsi les semelles sont suffisamment espacées se qui éloigne la possibilité de chevauchement.
Par conséquent la solution de semelles isolées sous poteaux et continues sous voiles révèle la

265
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

plus adéquate et la plus économique, ainsi la cohérence entre les points d’appuis désiré par
l’RPA sera assurée par un réseau de longrines dimensionnés à cet effet.

Pour assurer la stabilité des semelles de rive excentrées, des poutres de redressement
seront prévues.

3.3. Exemples de calcul :

3.3.1. Exemple « 1 » : -Semelle isolée sous poteau centré-

Il s’agit du calcul de ferraillage dans les deux directions de la semelle du bloc 6,


sous les sollicitations maximales à l’ELU.

Après la détermination des dimensions en plan de la semelle par la condition de


portance du sol, on passe à l’évaluation des dimensions en élévation, ces dimensions doivent
vérifier la condition de rigidité suivante qui nous assure, si elle est vérifiée, que la répartition
des réactions du sol, sur la sous face de la semelle, est linéaire :

Avec :

-Fig.134-

On à :

Donc :

La hauteur du patin est déduite de la hauteur totale de la semelle, on respectant la


condition suivante :

A) Méthode de calcul :

Pour le calcul du ferraillage suivant les deux directions de la semelle, on va utiliser la


méthode des bielles qui est basée sur le principe suivant :

266
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.135-

La charge est transmise au sol par l’intermédiaire de bielles de béton comprimées


maintenues entres-elles par les armatures inférieurs (voir figure.135 qui représente la
transmission de l’effort normal selon les bielles et l’équilibre d’un tronçon élémentaire
d’armature).

L’équilibre d’un tronçon élémentaire d’armature et de bielle conduit à légalité suivante :

D’où la valeur de l’effort de traction dans les armatures à l’abscisse x :

L’effort dans les aciers varie de façon parabolique et sa valeur est maximale au milieu
de la fondation . L’effort de traction dans les aciers à l’ELU est limité à , par
conséquent, la section maximale (en ) d’acier à mettre en place est donnée par :

Dans le cas d’une semelle équilibrant un effort vertical et un moment fléchissant, la


semelle est alors calculée comme une double consoles (méthode RDM) en prenant comme
chargement les contraintes du sol sur la semelle. On admet de ne pas vérifier la semelle vis-à-
vis de l’effort tranchant si la condition de rigidité est satisfaite.

267
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Dans le cas où le diagramme des contraintes de l’action du sol reste trapézoïdal, il est
possible de continuer à utiliser la méthode des bielles en admettant un effort normal fictif
donné comme suit :

Où :

: Contrainte maximale sous la semelle,

: Contrainte minimale sous la semelle.

Domaine d’application de la méthode des bielles :

Semelle rigide :

Sol entièrement comprimé :

Poteau entièrement comprimé :

Les excentricités et la hauteur efficace d, sont définies dans la figure.136 suivante :

-Fig.136-

B) Sollicitations :

La semelle du bloc 6 la plus sollicitée est celle qui correspond à l’intersection des
deux axes (B-3), elle est soumise aux sollicitations présentées dans le tableau.60 suivant :

combinaisons
3233.527 0.884 9.407 9.66 0.89
2337.180 0.613 6.446 6.62 0.62
1504.492 4.390 6.167 20.20 6.22
1461.549 13.524 2.055 0.43 10.49
2389.711 4.812 11.216 15.02 6.65
2346.767 13.946 7.104 4.75 29.23
-Tableau.60-

268
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

N.B :

Il est à noter que les axes Y et Z sont les axes du repère local du poteau supporté par la
semelle, est que l’axe Y est parallèle à la petite dimension de la section transversale du poteau
(semelle), et l’axe Z parallèle à la grande dimension. Cependant la présente semelle est
une semelle carrée qui aura par conséquent un ferraillage semblable suivant les deux
directions, et les sollicitations de calcul serons prises égales à la valeur maximale entre les
deux sens.

C) Ferraillage :

D’abord on vérifie les conditions d’application de la méthode des bielles, avec les données
suivantes de la semelle :

Vu que tous les conditions sont vérifiées, la méthode des bielles est applicable pour ce
cas à condition de vérifier que le diagramme des contraintes sous la semelle, due à la réaction
du sol, est toujours trapézoïdal :

Donc, on calcul et comme suit :

Avec :

Donc :

Les deux contraintes extrêmes sont positives, cela signifie que le diagramme de la
réaction du sol est trapézoïdal, donc on peur appliquer la méthode des bielles avec l’effort
normal fictif calculer comme suit :

269
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Par conséquent l’acier nécessaire pour équilibrer l’effort de traction à la base de la


semelle est calculé comme suit :

Donc on adopte suivant chaque direction le ferraillage suivant :

L’espacement des barres sera de 10 cm sous le poteau, et 15 cm ailleurs.

D) Vérifications divers :

D.1) Vérification de la capacité portante sous les combinaisons sismiques :

L’article 10.1.4 de l’RPA99v2003 recommande la justification de la capacité portante


du système de fondations sous la combinaison on appliquant un coefficient de
sécurité de 2 à la résistance ultime du sol.

On doit vérifier pour chaque direction l’une des deux conditions suivant, à savoir
l’intensité de l’excentricité :

-Fig.137-
Sous la combinaison on à les sollicitations suivante :

Ce qui donne une excentricité de :

Donc on vérifie la condition suivante:

270
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Avec :

D.2) Vérification de la stabilité au renversement :

L’article 10.1.5 des règles RPA99v2003 préconise de vérifier que l’excentrement de la


résultante des forces verticales gravitaires et des forces sismiques reste à l’intérieur de la
moitié centrale de la base des éléments de fondation résistant au renversement, c’est-à-
dire que:

Avec :

: est la petite dimension de la semelle,

: sont les sollicitations maximales, obtenues sous la combinaison .

Donc :

D.3) Vérification au glissement :

Selon le DTU 13.12, la condition générale de la stabilité au glissement peut être


présentée de la façon suivante :

Où :

: L’effort horizontal,

: L’effort axial vertical,

: L’angle de frottement interne du sol, (avec )

: La cohésion du sol, (avec )

: Surface de contacte semelle-sol.

Dans le cas des actions sismique, la valeur de la cohésion du sol est négligée, ce qui
réduit la formule pour le glissement à la forme suivante :

271
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Pour un sol marneux ,

Donc :

Par conséquent, la semelle est stable vis-à-vis le glissement.

D.4) Vérification au poinçonnement :

Pour limiter le risque de poinçonnement de la semelle plate par le poteau fortement


chargé, on doit vérifier la condition suivante :

La notation utilisée dans l’inégalité ci-dessus est montrée dans la figure.138 suivante :

-Fig.138-

Où :

: est le périmètre d’un contour homothétique de celui du poteau, situé à mi-épaisseur de la


semelle et à une distance , de ce dernier. Il se calcul comme suit :

: La valeur de la réaction du sol, appliquée sur l’aire délimitée par , et qui doit être
soustraie de la charge , dont :

: est la contrainte admissible pour le béton en traction, dont :

272
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Donc, on n’aura :

La condition de poinçonnement ci-dessus est non vérifiée, donc la semelle avec les
présentes dimensions révèle vulnérable face au poinçonnement, chose que nous devant faire
face, on augmentant la hauteur totale de la semelle de 10 cm, c’est-à-dire :

Donc :

C) Schéma de ferraillage :

D’abord on doit définir la nature d’arrêt et l’ancrage des armatures qui dépond du
rapport entre la longueur du scellement droit et la petite dimension en plan de la
semelle . On distingue trois cas :

il faut prévoir des crochets d’ancrage,

un ancrage droit des barres est suffisant,

les barres peuvent être arrêtées en tiroir comme il est indiqué sur la
figure.139 suivante :

-Fig.139-
On à :

Donc :

273
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.140-

-Fig.141 (Coupe A-A)-

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
1 16 345 26 345

2 16 345 26 345

-Tableau.61-

274
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.3.2. Exemple de calcul « 2 » : -Semelle excentrée et poutre de redressement-

Définition :

Une semelle est dite excentrée lorsque la résultante des efforts verticaux ne coïncide
pas avec le centre de gravité de la semelle. Cette excentricité découle de la nécessité de ne pas
construire à l’extérieur du périmètre du bloc en question. Pour permettre à la semelle d’être
efficace sur toute sa surface, on met en place une poutre de redressement qui relie la semelle
excentrée avec la semelle voisine, et on admet qu’une partie de la charge verticale supportée
par cette dernière, est utilisée pour amener une répartition uniforme des contraintes du sol
sous la semelle excentrée, de sorte que l’on a (voir figure.142) :

-Fig.142-

Cet exemple de calcul, traite l’étude de la semelle excentré S3 appartenant au bloc 5,


ainsi l’étude de sa poutre de redressement. Cette semelle supporte le poteau de rive le plus
chargé du bloc et qui coïncide avec les axes (C’-2’).

A) Etude de la semelle excentrée :

A.1) Dimensions de coffrage :

On à déjà déterminer les dimensions en plan A et B de la semelle excentrée, il reste la


détermination des dimensions en élévation :

Donc :

275
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Puis on calcul la hauteur du patin comme suit :

A.2) Sollicitations :

combinaisons
1103.221 30.502 0.246 31.79 0.53
800.366 21.842 0.286 22.77 0.50
543.020 11.740 1.263 11.98 2.75
686.970 9.313 1.947 10.76 2.43
824.304 21.520 0.571 22.15 2.10
968.254 19.093 1.255 20.93 1.79
-Tableau.62-

A.3) Ferraillage :

Le ferraillage de la semelle excentrée s’effectue d’une façon classique on appliquant la


méthode des bielles suivant les deux directions sous l’effort normale centré de calcul ,
dont la valeur est calculée comme suit :

Avec : est la distance définie dans la figure.143 suivante :

-Fig.143-
Donc :

276
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

D’abord on examine la possibilité d’application de la méthode des bielles on vérifiant


les conditions suivantes :

Il est logique que l’excentricité géométrique de la semelle S3 suivant B soit


relativement accrue, car c’est une semelle excentrée, donc la méthode des bielles n’est plus
applicable suivant le sens longitudinal. Par conséquent le calcul des aciers dans le sens
transversal se fait par la méthode des bielles, cependant dans le sens longitudinal, il faut faire
le calcul de la poutre de redressement sous le chargement que nous l’exposerons dans l’étude
de cette dernière.

Donc :

On adopte : 12T10, avec : et un espacement entre barres de 20 cm.

Arrête des barres :

On à :

277
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

B) Etude de la poutre de redressement :

B.1) Dimensions du coffrage :

Pour remplir son rôle, la poutre de redressement doit être rigide, et pour ce faire, on
doit adopter une hauteur hpr donnée comme suit :

La largeur de la poutre sera de :

B.2) Chargement :

Le système de chargement à prendre en compte pour le calcul de la poutre de


redressement est défini dans la figure.144 suivante :

-Fig.144-
Avec :

B.3) Calcul des sollicitations :

Effort tranchant (V):

Le diagramme
d’effort tranchant est
représenté dans la
figure.145 ci-contre :

Avec :

-Fig.145-

278
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Moment fléchissant :

Le diagramme du
moment fléchissant est
représenté dans la figure.146 ci-
contre :

Avec :

-Fig.146-

B.4) Ferraillage :

B.4.1) Ferraillage longitudinal :

La poutre de redressement travail en flexion simple, donc la section d’acier se calcul


comme suit :

Aciers supérieurs :

Pour une situation durable, et pour des barres HA FeE400, on à les grandeurs limites
suivantes :

Donc :

On à :

Avec :

Donc, on adopte : 8T25+2T20 avec :

279
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Aciers inférieur :

Vu qu’on n’a pas de moment positif, les fibres inférieures sont plus au moins
comprimées, et la mise en place des barres d’acier tendues révèle pas nécessaire. Mais
pour des raisons de fragilité du béton on est obligé de prévoir un ferraillage inférieur
minimal qui découle de la condition de non fragilité suivante :

Soit : 4T12 avec :

Armatures de peau :

On vérifie d’abord si la poutre de redressement est de grande hauteur, et cela ce fait on


examinant la condition suivante :

Par conséquent, les armatures de peau ne sont pas nécessaires.

B.4.2) Ferraillage transversal :

Le diamètre des cadres doit vérifier la condition suivante :

Donc, on prend :

Les armatures transversales seront constituées de deux cadres de 10 et de 12, ce qui


donne une section acier transversale de :

Calcul des espacements :

En termes d’espacement des cours d’armatures transversale, la poutre de redressement


sera scindée en deux zones, suivant la l’intensité de l’effort tranchant :

L’espacement se calcul par la formule suivante, réduite pour le cas de la flexion simple :

Zone 1 :

280
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Zone 2 :

N.B:

On plus du ferraillage longitudinal inférieur de la poutre de redressement, on ajoute au


ferraillage de la semelle excentrée des barres de répartition pour les armatures dans le sens
transversales, et elles sont calculées comme suit :

Soit : 4T10 avec : et un espacement de 30 cm.

C) Schéma de ferraillage :

Dans ce qui suit on va présenter le schéma de ferraillage de la semelle excentrée et la


poutre de redressement :

« Coupe A-A » « Coupe B-B »

-Fig.147-

281
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.148-

282
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
692
1 25 862 4 130
40

2 372
25 412 4
40

3 300
20 330 2
30

4 12 864 4
20 824 20

5 10 224 4 224

6 174
10 174 12

7 10 178 38 65

+10
14

8 230 65
12 38
+10
40
-Tableau.63-

3.3.3. Exemple de calcul « 3 » : -Etude d’une semelle continue sous voile centrée-

Le calcul de ferraillage des semelles continues sous voile centrées, s’effectue d’une
manière classique suivant le sens transversal pour la détermination des aciers principales, on
appliquant l’une des deux méthodes des bielles ou des consoles, à savoir si la semelle est
rigide ou souple. Ce pondent, suivant le sens longitudinale on dispose des aciers de
répartition, non nécessaires à la résistance, mais servant à maintenir les aciers principaux et à
limiter une fissuration transversale (retrait du béton, variation de température).

Pour cet exemple de calcul, il s’agit d’effectuer l’étude de la semelle filante S6


appartenant au bloc 5, qui a les dimensions en plan suivantes :

283
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

On peut donc, définir les dimensions en élévation de cette semelle, on appliquant la


condition de rigidité suivante :

Puis on calcul la hauteur du patin comme suit :

A) Sollicitations :

La semelle S6 est soumise aux sollicitations définies dans le tableau.63 suivant, ces
sollicitations réduites sont acheminées par le voile :

-Fig.149-

combinaisons
1457.396 647.732 79.445 73.827
1066.781 473.814 58.193 53.533
735.181 326.747 57.885 89.717
149.704 66.535 169.918 929.135
1040.489 462.440 74.245 108.728
455.012 202.228 186.278 948.146
-Tableau.64-

B) Ferraillage :

Sens transversal :

Suivant le sens transversal on applique la méthode des bielles pour la détermination


des aciers principales, mais d’abord on doit vérifie les conditions d’application de la méthode:

284
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Donc la méthode bielle est applicable :

On à :

On adopte alors : 7T12 avec : et un espacement entre barres de 15 cm.

Sens longitudinal :

Suivant le sens longitudinal de la semelle, on adopte des armatures de répartition dont


la section d’acier se calcul comme suit :

On adopte : 7T10 avec : et un espacement entre barres de 40 cm.

Arrêt des barres principales :

On à :

C) Vérifications :

La stabilité des fondations sous voiles pleins constitue une partie importante de l’étude
de ces éléments résistant aux forces horizontales comme le cas du séisme.

Deux vérifications sous deux combinaisons différentes sont à faire :

1)
2)

C.1) Vérification de la contrainte maximale dans le sol :

On doit vérifier l’une des deux conditions suivant, à savoir l’intensité de l’excentricité :

285
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Avec :

: Surface d’appui de la semelle,

: Longueur de la semelle,

: Largeur de la semelle.

Sous la combinaison on à les sollicitations suivante :

Ce qui donne une excentricité de :

Donc on vérifie la condition suivante:

Avec :

C.2) Vérification de la stabilité au renversement :

La semelle est stable vis-à-vis le renversement si la condition suivante est vérifiée :

Avec :

: est la petite dimension de la semelle,

: sont les sollicitations défavorables, obtenues sous la combinaison .

Donc :

286
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Cette vérification découle de l’hypothèse que le voile est supposé isolé, mais en réalité
ce voile est solidaire à une ossature rigide et monolithique, qui lui offre une certaine
résistance au renversement par l’action des charges verticales stabilisantes transmises au voile
par un système de poutres continues. Ces charges verticales servant à réduire l’excentricité
due aux sollicitations sismiques.

C.3) Vérification au glissement :

On doit vérifier la condition suivante :

Pour un sol marneux ,

Donc :

Par conséquent, la semelle est stable vis-à-vis le glissement.

D) Schéma de ferraillage :

-Fig.150-

287
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.151 (Coupe A-A)-

-Fig.152 (Coupe B-B)-

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
1 12 265 32 265

2 10 490 7 490

-Tableau.65-

288
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.3.4. Exemple de calcul « 4 » : -Etude d’une semelle continue sous voile et poteau
centrées-

Il s’agit de l’étude de la semelle appartenant au bloc 6 avec les dimensions en sous


face suivantes :

D’où on détermine les dimensions en élévation :

-Fig.153-
A) Hypothèses de calcul :

Lorsque les poteaux et éventuellement les voiles dans une direction donnée, sont
proches les uns des autres, on confectionne une semelle continue sous cette file de poteaux et
voiles.

La semelle qui peut être plus ou moins rigide, est souvent associée à une poutre
centrale de rigidité (poutre libage), susceptible de répartir les pressions ponctuelles introduite
par les poteaux, et les pressions linéairement réparties produites par les voiles.

Transversalement, la semelle agit comme une semelle trapézoïdale sous poteau. Pour
une largeur A on aura une section d’armature calculée suivant la méthode des bielles si elle
est applicable.

Longitudinalement la semelle agit comme une poutre renversée continue avec les
poteaux et voiles comme appuis, d’où les armatures supérieurs pour reprendre le moment
positif en travée, et les armatures inférieurs pour reprendre les moments négatifs en appuis.

La dernière hypothèse ne peut être valable sauve si la semelle est raide, est plus
particulièrement la partie comprise entre les nues de poteau de droite et le voile de gauche, ce
qui nous permet de supposé la linéarité du diagramme des sous-pressions du sol.

289
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Pour qu’on puisse dire que la semelle est raide longitudinalement, on doit vérifier la
condition suivante qui découle de la théorie de la poutre sur sol élastique :

: est la longueur élastique de la semelle, elle se calcul comme suit :

: est le module d’élasticité du béton (

: est la largeur de la semelle (

: est le coefficient de raideur du sol, en pratique il varie de 0.5 à 12 Kg/cm3, mais on pourra
adopter pour K les valeurs suivante :

 pour un très mauvais sol,

 pour un sol moyen

 pour un très bon sol.

Donc pour notre cas, on peut prendre :

: est l’inertie de la semelle, que nous la calculons à l’aide du logicielle ROBOT structural
analysis dans sont module « étude d’une section » :

Après calcul, on aura les


résultats suivants :

Donc : -Fig.154-

Ce qui conduit à :

290
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Par conséquent la semelle est suffisamment rigide pour qu’on puisse supposer que la
répartition des contraintes en sous face de la semelle, prend une allure linéaire.

B) Chargement :

Charges acheminées par le voile :

combinaisons
3097.538 826.010 113.491 72.820
2257.942 602.118 82.770 51.76
1495.739 398.864 90.695 209.287
328.207 87.522 478.533 3873.867
2210.349 589.426 116.589 235.343
1042.816 278.084 504.428 3899.924
-Tableau.66-

Charges acheminées par le poteau :

combinaisons
1945.947 0.957 1.104 2.25 2.86
1409.814 0.654 0.771 1.58 2.04
932.171 3.096 1.625 14.59 3.81
1406.112 1.454 31.167 2.60 60.91
1441.851 3.619 2.119 15.49 4.79
1915.792 1.977 31.660 3.50 61.89
-Tableau.67-

C) Ferraillage (ELU) :

C.1) Sens transversale :

D’abord on examine les conditions d’application de la méthode des bielles :

291
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

N.B :

Au niveau de la troisième condition on à pris comme effort normal et moment par


rapport à l’axe longitudinal de la semelle, les valeurs maximales entre les efforts du voile et
les efforts dans le poteau. Ces mêmes efforts seront utilisés pour le calcul du ferraillage
transversal.

Les trois conditions sont vérifiées, donc la méthode des bielles est applicable :

On adopte : 8T20 avec et un espacement entre barres de 15 cm.

Arrêts des barres :

On à :

C.2) Sens longitudinal : -Etude de la poutre libage-

Le ferraillage longitudinal, consiste à étudier le ferraillage de la poutre de libage


soumise aux charges dues au voile et au poteau, ainsi qu’aux réactions du sol.

C.2.1) Chargement de la poutre de libage :

Les résultantes des efforts ultimes au centre de gravité de la sous face de la semelle
continue, engendrés par le voile et le poteau, se calcul comme suit :

-Fig.155-

A l’aide de ces résultantes au niveau du CDG de la sous face de la semelle, on calcul


les contraintes dues à la réaction du sol comme suit :

292
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Donc le diagramme des réactions du sol sera d’allure trapézoïdale. Par conséquent le
système de chargement final de la poutre libage sera comme il est défini dans la figure.156
suivante :

-Fig.156-
N.B :

Dans le système de chargement précédent, on à négliger les moments transmis par le


voile et le poteau, et cela à cause de leur faible valeur relativement aux efforts verticaux.

C.2.2) Calcul des sollicitations :

Le système de charges de la figure.156 ci-dessus, engendre dans la poutre de libage


les sollicitations suivantes :

Diagramme de l’effort tranchant :

Le diagramme d’effort
tranchant est représenté dans la
figure.157 ci-contre :

Avec :

-Fig.157-

293
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Diagramme du moment fléchissant :

Le diagramme du moment
fléchissant est représenté dans la
figure.158 ci-contre :

Avec :

-Fig.158-

Ferraillage longitudinal :

Acier inférieur :

La poutre de libage travail en flexion simple, donc la détermination du ferraillage se fera


comme suit :

Donc :

On à :

Avec :

Donc, on adopte : 10T25+2T20 avec :

294
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Acier supérieur :

On à :

Donc :

Ce qui conduit que :

Avec :

Donc, on adopte : 5T20 avec :

Ferraillage minimal :

Ferraillage transversal :

Le diamètre des cadres doit vérifier la condition suivante :

Donc, on prend :

Les armatures transversales seront constituées de deux cadres de 12, plus un étrier de
10, ce qui donne une section acier transversale de :

Calcul des espacements :

295
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

L’espacement se calcul par la formule suivante, réduite pour le cas de la flexion simple :

Zone 1 :

Zone 2 :

N.B:

On plus du ferraillage longitudinal inférieur de la poutre libage, on ajoute au


ferraillage de la semelle des barres de répartition pour les armatures du sens transversales, et
elles sont calculées comme suit :

Soit : 8T12 avec : et un espacement de 40 cm.

D) Schéma de ferraillage :

-Fig.159 «Coupe AA » -

296
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

-Fig.161 «Coupe BB » - -Fig.160-

297
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
1 345
20 345 70

2 1045
12 1045 6

700
3 175
20 1110 5
30

4 25 1125 10 1045 40

5 20 1105 2 1045 30

45
+10
6 12 212 3 85

+10

7 12 240 46 85

25

5 5

8 10 95 69 85

-Tableau.68-

3.4. Etude des longrines :

3.4.1. Introduction :

Les longrines sont des éléments en béton armé tributaires au système de fondations, ils
ont comme rôle principal l’assurance d’une liaison solide entre les différentes points d’appuis
d’un même bloc, formant ainsi un réseau bidirectionnel cohérant qui empêche toutes
déformations relatives, horizontales ou verticales, entre les points d’appui du bloc.

298
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.4.2. Dimensions du coffrage :

On va adopter comme dimensions de la section transversale des longrines les valeurs


minimales prescrites par l’RPA99v2003 dans l’article 10.1.1 :

Pour notre cas, on à un sol ferme, donc longrine aura comme section transversale :

3.4.3. Sollicitations :

Les longrines doivent être calculés pour résister à la traction sous l’action d’une force
égale à :

Avec :

: égale à la valeur maximale des charges verticales de gravité apportées par les points
d’appuis solidarisé,

: Coefficient fonction de la zone sismique et de la catégorie de site considérée, sa valeur est


obtenue à partir du tableau 10.1 des règles RPA. Pour la zone II-a et le site de catégorie S2 il
prend la valeur de 15.

combinaisons
3233.527 15 215.568
2337.180 15 155.812
-Tableau.69-

3.4.4. Ferraillage longitudinal:

Puisque longrine est supposée soumise uniquement à la traction simple centré, la


totalité de l’effort de traction est repris par les armatures qui subissent toutes la même
contrainte à cause de la symétrie, on peut donc assimilée longrine à un tirant qui est
dimensionné en respectant les conditions suivantes :

Condition de résistance à l’ELU :

299
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Condition de résistance à l’ELS :

Pour une fissuration préjudiciable, la contrainte admissible de l’acier vaux :

Donc :

Condition de non-fragilité :

La quantité minimale d’acier recommandée par le règlement BAEL91v99, pour une


section de béton donnée B, doit être telle que :

Ferraillage minimal de l’RPA99v2003 :

Le ferraillage minimum doit être de 0.6% de la section du béton, soit :

Finalement, l’acers adopté doit vérifier les quatre conditions simultanément, c'est-à-
dire :

Par conséquent, on adopte : 4T16 avec :

3.4.5. Ferraillage transversal :

Pour l’acier transversal, on va adopter des cadres de 8 mm, avec un espacement de :

Donc, on prend :

300
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.4.6. Schéma de ferraillage :

-Fig.162-

3.5. Etude de la semelle continue sous voile périphérique excentré:

3.5.1. Introduction :

Pour assurer la stabilité du voile périphérique (VP), ainsi son bon encastrement dans le
sol, on est appeler à opter pour une semelle continue sous voile, et qui sera considérée comme
un élément secondaire, puisque sa ruine n’entraine pas la ruine totale de la structure.

3.5.2. Sollicitations :

Vu que la semelle sous VP n’est pas prévue pour la


stabilité de la structure, elle sera donc chargée uniquement
par le poids propre du VP, le poids propre de la longrine
sous VP, ainsi par sons propre poids qui sera pris en compte
par une majoration de 10%:

Donc :

En plus de l’effort normal P, le voile périphérique


transmet à la semelle un moment d’encastrement qui vaut :

-Fig.163-

301
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

3.5.3. Dimensions du coffrage (A,h,hp):

La détermination de la largeur A s’effectue à l’ELS on respectant la capacité portante


du sol, c’est à dire:

Cette valeur limite est très faible de point de vue mise en œuvre, ce qui nous oblige
d’adopter les valeurs minimales suivantes :

Donc, suivant la condition de rigidité :

-Fig.164-
3.5.4. Ferraillage (ELU) :

On vérifie les conditions d’application de la méthode des bielles :

302
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

Les deux dernières conditions ne sont pas vérifiées, donc la méthode des bielles est
inapplicable dans ce cas, ce qui limite le choix à la méthode des consoles :

On détermine d’abord le diagramme de réaction du sol :

A l’aide de ces résultantes au niveau du CDG de la sous


face de la semelle, on calcul les contraintes dues à la réaction
du sol comme suit :

-Fig.165-

Avec :

Par conséquent, l’application de cette méthode se réduit à l’étude d’une section


rectangulaire cd sous le moment :

On à:

303
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

 Ferraillage minimal :

Donc, on adopte : 6T10 avec : et un espacement entre les barres de 20cm.

 Arrêt des barres principales :

On à :

 Armatures de répartition :

On adopte : 3T8 avec : et un espacement entre les barres de 25cm.

3.5.5. Schéma de ferraillage :

Coupe A-A
-Fig.166-

Nomenclature des aciers


Longueur unitaire
N° TOR Nombre Façonnage
[cm]
1 10 95 5/m 55 10+10

2 8 filantes 3 filantes

-Tableau.70-

304
Chapitre VIII Etude de l’infrastructure

N.B :

Là où, le voile périphérique coïncide linéairement avec la poutre de redressement des


poutres excentrées, on peut ne pas prévoir des semelles continues sous voile
périphérique, est cela à cause de la grande rigidité de la poutre de redressement qui
garantie la stabilité voulue pour le VP, ainsi les faibles charges transmis.

les semelles sont souvent protégées dans leur partie inférieure par un béton de propreté
de 5 cm d’épaisseur minimum, et d’débordant la semelle de 5 à 10cm.

305
Conclusion
Conclusion

CONCLUSION

Ce projet de fin d’étude, nous à permis d’appliquer, d’actualiser, et d’enrichir nos


connaissances du domaine, acquises durant tout notre cursus de formation d’ingénieur d’état.

Et cela par la mise en application des méthodes de calcul efficaces, par une consultation
fréquente des documents de référence qui nous ont éclaircies pas male de lacunes, et qui en
était une pièce maitresse dans l’élaboration de ce travail, ainsi par l’ interrogation des
documents techniques réglementaires algériennes et étrangères.

Ce travail nous à acquis que le calcul par l’assistance d’ordinateur et de logiciels de


calcul est insuffisant sans l’intuition, l’ingéniosité, et la connaissance des ordres de
grandeurs couramment rencontres dans la vie quotidienne de l’ingénieur pour permettre de
faire une bonne interprétation des résultats de calcul. Mais ces ordres de grandeurs révèles,
par fois, inutiles dans certain cas particulière, qui nécessitant, de ce fait, une confiance
aveugle à ces logiciels, machines, et méthode de calcul.

Parmi les principes que nous avons apercevais durant notre étude de ce projet, est que
l’architecte et l’ingénieur civil, doivent collaborer d’emblée afin de naitre un ouvrage qui
respecte, conjointement, une conception parasismique judicieuses et bien efficace, ainsi
l’expression et l’idée architectural visée.

________________________________________

307
Bibliographie
Bibliographe

BIBLIOGRAPHIE

Règles parasismiques algériennes RPA 99 / VERSION 2003 « D.T.R. – B.C. 2.48 »,

Règles de conception et de calcul des structures en béton armé C.B.A. 93 « D.T.R. –


B.C. 2-41 »,

Règles BAEL 91 révisées 99,

Charges permanentes et charges d’exploitation « D.T.R. - B.C. 2.2 »,

LA COUVERTURE « étanchéité des toitures-terrasses » par A.Mouchel et


J.Balayer, éditions EYROLLES,

LES PLANCHERS DANS LA CONSTRUCTION « conception, critères de choix,


mise en œuvre » par M.Dietrich et P.Gérard, éditions DUNUD Technique,

GRANULATS, SOLS, CIMENTS, ET BETONS par R. Dupain, R.Lanchon, et


J.C.Saint Arroman, éditions EDUCALIVRE,

Règles Neige et Vent NV65 « DTU P 06-002 »,

CONCEPTION ET CALCUL DES STRUCTURES DE BATIMENTS Tomes 1, 2, 3,


et 4, par HENRY THONIER, Cours de l’école National des ponts et chaussées
française,

OUVRAGES EN BETON ARME « Technologie du Bâtiment – Gros œuvres » par


H.RENAUD, éditions FOUCHER,

CALCUL PRAYIQUE DES OSSATURES DE BATIMENTS EN BETON ARME


« Bâtiments courants – bâtiments de grande hauteur » par Albert FUENTES,
éditions EYROLLES,

CALCUL DYNAMIQUE des STRUCTURES en ZONE SISMIQUE par Alain


CAPRA et Victor DAVIDOVICI, éditions EYROLLES,

FORMULAIRE DE BETON ARME Volumes 1 et 2, par VICTOR DAVIDOVICI,


éditions LE MONITEUR,

309
Bibliographe

TRAITE de BETON ARME Tomes 1, 4, et 6, par A. GUERRIN et R. C. LAVAUR,


éditions DUNOD,

CALCUL DES OUVRAGES EN BETON ARME « Règles CBA 93 RPA2003 » par


Y. CHERAIT, Office des Publications Universitaires,

CALCUL DES OUVRAGES EN BETON ARME par M. BELAZOUGUI, Office des


Publications Universitaires,

Pratique du BAEL 91 « cours avec exercices corrigés » par J. PERCHAT et J.ROUX,


éditions EYROLLES,

BETON ARME « B.A.E.L. 91 et D.T.U. associés » par J. P. MOUGIN, éditions


EYROLLES,

Cours de Béton Armé IUP GC3 option OS Année 2004/05 par Olivier
GAGLIARDINI IUP Génie Civil et Infrastructures UJF-Grenoble I,

Cours et TD de la faculté de Génie Civil Université FERHAT ABBAS SETIF,

DESSIN TECHNIQUE LECTURE DE PLAN « Bâtiment – Béton armé »,

Mémoires de fin d’étdude.

310
Annexe :
Notes de calcul logiciel
ROBOT structural
analysis
NOTE DE CALCUL I

Projet: Bloc 5

Auteur: CHOUANA Fouzi


Et
DJEMEDI Fouad
Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

Vue de la structure

Données - Barres

Barre Noeud 1 Noeud 2 Section Matériau Longueur Gamma Type de barre


[m] [Deg]

1 26 1 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA


2 52 13 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
3 217 15 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
4 218 11 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
5 219 31 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
6 221 17 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
7 222 9 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
8 223 29 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
9 224 19 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
10 225 7 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
11 21 22 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
12 23 24 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
13 16 14 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
14 226 27 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
15 227 21 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
16 379 3 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
17 380 5 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
18 381 23 Pot 35 X 45 BETON25 3,060 90,0 Poteau BA
25 15 13 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
26 13 1 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
27 17 31 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
28 31 11 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
29 1 11 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
31 19 29 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
32 29 9 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
33 21 27 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA

Date : 21/06/10 Page : 2


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

34 27 7 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA


35 23 5 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
36 50 51 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
37 5 3 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
38 6 4 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
39 28 8 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
43 14 2 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
44 40 38 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
45 11 9 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
46 9 7 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
47 38 35 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
48 39 36 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
49 7 3 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
51 36 33 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
52 16 18 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
53 18 20 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
54 40 44 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
57 44 41 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
58 39 42 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
61 42 46 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
63 46 22 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
64 22 24 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
65 14 32 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
67 32 30 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
69 30 28 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
70 38 57 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
72 57 59 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
74 59 50 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
77 50 6 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
78 36 62 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
79 13 31 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
80 62 64 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
81 31 29 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
82 64 66 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
83 29 27 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
84 66 37 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
85 2 12 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
86 12 10 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
87 10 8 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
88 35 45 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
89 27 5 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
90 15 17 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
91 45 48 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
92 17 19 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
93 48 51 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
94 19 21 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
95 21 23 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
96 51 4 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
97 33 43 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
100 43 47 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
102 47 49 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
105 49 34 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
106 1 33 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
107 33 35 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
108 35 2 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
109 13 36 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
111 36 38 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
113 38 14 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
114 15 39 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
115 39 40 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
116 40 16 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA

Date : 21/06/10 Page : 3


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

117 18 32 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA


119 32 12 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
120 44 57 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
122 57 45 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
123 42 62 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
125 62 43 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
126 11 43 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
128 43 45 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
130 45 12 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
131 17 42 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
133 42 44 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
135 44 18 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
136 31 62 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
138 62 57 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
140 57 32 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
141 19 46 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
143 46 41 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
144 41 20 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
145 9 47 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
147 47 48 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
149 48 10 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
150 20 30 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
152 30 10 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
153 41 59 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
155 59 48 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
156 46 64 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
158 64 47 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
159 29 64 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
161 64 59 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
163 59 30 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
164 22 66 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
166 66 49 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
167 7 49 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
169 49 51 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
171 51 8 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
172 27 66 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
174 66 50 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
176 50 28 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
177 3 34 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
178 34 4 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
179 5 37 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
182 37 6 Pot 35 X 45 BETON25 4,420 90,0 Poteau BA
183 24 37 PBA 30 X 50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
186 37 34 PBA 30 X 50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA

Données - Caractéristiques - Barres

Nom de la Liste des barres AX AY AZ IX [cm4] IY [cm4] IZ [cm4]


section [cm2] [cm2] [cm2]

13 25A29 31A39
43A49 51A54 57
58 61 63A65 67
69 70 72 74
77A97 100 102
PBA 30 X 50 1500,000 0,0 0,0 281631,134 312500,000 112500,000
105 117 119
120 122 123 125
150 152 153 155
156 158 164 166
183 186

Date : 21/06/10 Page : 4


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

1A12 14A18
106A109 111
113A116
126A141P5 128
130 133
Pot 35 X 45 1575,000 1312,500 1312,500 338741,455 265781,250 160781,250
135A171P12 138
140 143A145
149 161 163 167
169 172 174
176A179 182

Métré - Barres

Type Nombre Longueur Poids Poids pièce Poids total Surf. peinture
[m] unitaire [kG] [kG] [m2]
[kG/m]

BETON25
PBA 30 X 50 58 6,300 375,20 2363,79 137100 584,64
PBA 30 X 50 19 6,500 375,20 2438,83 46338 197,60
Pot 35 X 45 15 3,060 393,96 1205,53 18083 73,44
Pot 35 X 45 39 4,420 393,96 1741,32 67912 275,81
Total par
section
PBA 30 X 50 77 488,900 375,20 183437,52 183438 782,24
Pot 35 X 45 54 218,280 393,96 85994,64 85995 349,25
Totaux nets: 269432 1131,49

Chargements - Cas

Cas Préfixe Nom du cas Nature Type d'analyse

1 PERM1 G permanente Statique linéaire


2 PERM1 Q d'exploitation Statique linéaire
3 MOD3 Modale Modale
4 SIS_X4 E Dir. - masses_X sismique Sismique-RPA 99 (2003)
5 SIS_Y5 E Dir. - masses_Y sismique Sismique-RPA 99 (2003)
6 ELU permanente Combinaison linéaire
7 ELS permanente Combinaison linéaire
8 0.8G+Ex sismique Combinaison linéaire
9 0.8G+Ey sismique Combinaison linéaire
10 G+Q+Ex sismique Combinaison linéaire
11 G+Q+Ey sismique Combinaison linéaire

Chargements - Valeurs
- Cas: 1A11

Cas Type de charge Liste Valeurs de la charge

1 charge uniforme 25 26 35 37 PZ=-11,015[kN/m]


(EF) surfacique
1 98 PZ=-2,540[kN/m2]
uniforme
1 charge uniforme 13 38 39 43 52 53 63 64 69 77 85A87 96 150 183 PZ=-2,233[kN/m]
1 charge uniforme 36 82 84 156 PZ=-12,215[kN/m]
1 charge uniforme 44 47 48 51 74 153 186 PZ=-11,015[kN/m]
PZ1=-3,580[kN/m2] P1(0, 12.8, 13.2) P2(0,
(EF) surfacique
1 42 0, 13.2) P3(18.9, 0, 13.2) P4(18.9, 6.4,
3p (contour)
13.2) P5(12.6, 6.4, 13.2) P6(12.6, 12.8,

Date : 21/06/10 Page : 5


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

13.2)
PZ1=-3,580[kN/m2] P1(18.9, 6.5, 8.79)
(EF) surfacique
1 41 P2(18.9, 0, 8.79) P3(25.2, 0, 8.79) P4(25.2,
3p (contour)
6.5, 8.79)
PZ1=-2,540[kN/m2] P1(0, 12.8, 8.79)
(EF) surfacique P2(12.6, 12.8, 8.79) P3(12.6, 6.5, 8.79)
1 41
3p (contour) P4(18.9, 6.5, 8.79) P5(18.9, 0, 8.79)
P6(12.6, 0, 8.79) P7(0, 0, 8.79)
PZ1=-3,580[kN/m2] P1(12.6, 12.8, 4.37)
(EF) surfacique
1 40 P2(12.6, 6.5, 4.37) P3(25.2, 6.5, 4.37)
3p (contour)
P4(25.2, 12.8, 4.37)
PZ1=-2,540[kN/m2] P1(0, 12.8, 4.37) P2(0,
(EF) surfacique 0, 4.37) P3(25.2, 0, 4.37) P4(25.2, 6.5,
1 40
3p (contour) 4.37) P5(12.6, 6.5, 4.37) P6(12.6, 12.8,
4.37)
1A29 31A49 51A54 63A65 77A131 133A136
140A167P9 141A159P6 143A145 156A171P5
1 poids propre PZ Moins Coef=1,00
176A179 57 58 61 67 69 70 72 74 138 150 152
155 163 164 169 172 174 182 183 186A204
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(12.6, 0, -0.05)
(EF) surfacique
2 98 P2(12.6, 6.5, -0.05) P3(6.3, 6.5, -0.05)
3p (contour)
P4(6.3, 0, -0.05)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(6.3, 0, -0.05)
(EF) surfacique
2 98 P2(6.3, 6.5, -0.05) P3(0, 6.5, -0.05) P4(0, 0,
3p (contour)
-0.05)
PZ1=-1,000[kN/m2] P1(12.6, 12.8, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(12.6, 6.5, 4.37) P3(25.2, 6.5, 4.37)
3p (contour)
P4(25.2, 12.8, 4.37)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(6.3, 6.5, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(6.3, 0, 4.37) P3(12.6, 0, 4.37) P4(12.6,
3p (contour)
6.5, 4.37)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(0, 12.8, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(6.3, 12.8, 4.37) P3(6.3, 6.5, 4.37) P4(0,
3p (contour)
6.5, 4.37)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(12.6, 6.5, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(12.6, 0, 4.37) P3(25.2, 0, 4.37) P4(25.2,
3p (contour)
6.5, 4.37)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(6.3, 12.8, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(6.3, 6.5, 4.37) P3(12.6, 6.5, 4.37)
3p (contour)
P4(12.6, 12.8, 4.37)
PZ1=-1,500[kN/m2] P1(0, 6.5, 4.37)
(EF) surfacique
2 40 P2(6.3, 6.5, 4.37) P3(6.3, 0, 4.37) P4(0, 0,
3p (contour)
4.37)
PZ1=-1,000[kN/m2] P1(18.9, 6.5, 8.79)
(EF) surfacique
2 41 P2(18.9, 0, 8.79) P3(25.2, 0, 8.79) P4(25.2,
3p (contour)
6.5, 8.79)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(12.6, 12.8, 8.79)
(EF) surfacique
2 41 P2(12.6, 0, 8.79) P3(6.3, 0, 8.79) P4(6.3,
3p (contour)
12.8, 8.79)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(12.6, 6.5, 8.79)
(EF) surfacique
2 41 P2(12.6, 0, 8.79) P3(18.9, 0, 8.79) P4(18.9,
3p (contour)
6.5, 8.79)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(6.3, 12.8, 8.79)
(EF) surfacique
2 41 P2(6.3, 6.5, 8.79) P3(0, 6.5, 8.79) P4(0,
3p (contour)
12.8, 8.79)
PZ1=-1,500[kN/m2] P1(6.3, 6.5, 8.79)
(EF) surfacique
2 41 P2(0, 6.5, 8.79) P3(0, 0, 8.79) P4(6.3, 0,
3p (contour)
8.79)
(EF) surfacique
2 42 PZ=-1,000[kN/m2]
uniforme

Date : 21/06/10 Page : 6


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

Valeurs propres
- Cas: 3A5

Cas/Mode Valeur Fréquence Période Précision Pulsation


propre [Hz] [sec] [1/sec]

3/ 1 199,90 2,25 0,44 0,00 14,14


3/ 2 284,29 2,68 0,37 0,00 16,86
3/ 3 433,85 3,32 0,30 0,00 20,83
3/ 4 2534,12 8,01 0,12 0,00 50,34
3/ 5 4041,18 10,12 0,10 0,00 63,57
3/ 6 4942,73 11,19 0,09 0,00 70,30
3/ 7 10093,47 15,99 0,06 0,00 100,47
3/ 8 15312,75 19,69 0,05 0,00 123,74
3/ 9 18515,26 21,66 0,05 0,00 136,07
3/ 10 27476,27 26,38 0,04 0,00 165,76
4/ 1 199,90 2,25 0,44 0,00 14,14
4/ 2 284,29 2,68 0,37 0,00 16,86
4/ 3 433,85 3,32 0,30 0,00 20,83
4/ 4 2534,12 8,01 0,12 0,00 50,34
4/ 5 4041,18 10,12 0,10 0,00 63,57
4/ 6 4942,73 11,19 0,09 0,00 70,30
4/ 7 10093,47 15,99 0,06 0,00 100,47
4/ 8 15312,75 19,69 0,05 0,00 123,74
4/ 9 18515,26 21,66 0,05 0,00 136,07
4/ 10 27476,27 26,38 0,04 0,00 165,76
5/ 1 199,90 2,25 0,44 0,00 14,14
5/ 2 284,29 2,68 0,37 0,00 16,86
5/ 3 433,85 3,32 0,30 0,00 20,83
5/ 4 2534,12 8,01 0,12 0,00 50,34
5/ 5 4041,18 10,12 0,10 0,00 63,57
5/ 6 4942,73 11,19 0,09 0,00 70,30
5/ 7 10093,47 15,99 0,06 0,00 100,47
5/ 8 15312,75 19,69 0,05 0,00 123,74
5/ 9 18515,26 21,66 0,05 0,00 136,07
5/ 10 27476,27 26,38 0,04 0,00 165,76

Réactions - Extrêmes globaux


Repère global - Cas: 1 2 4A11

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

MAX 45,553 90,786 1302,283 42,98 15,89 1,95


Noeud 221 226 226 219 26 381
Cas 10 (C) 5 11 (C) 11 (C) 6 (C) 4
(CQC) (CQC) (CQC)
Mode SRSS SRSS

MIN -27,648 -125,402 0,044 -31,79 -4,97 -0,99


Noeud 225 219 18105 218 225 52
Cas 6 (C) 6 (C) 5 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode SRSS

Date : 21/06/10 Page : 7


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

Déplacements - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

UX [mm] UY [mm] UZ [mm] RX [Rad] RY [Rad] RZ [Rad]

MAX 9,186 13,183 1,253 0,001 0,001 0,000


Noeud 12 501 311 22 14 511
Cas 4 5 5 6 (C) 6 (C) 11 (C)
(CQC)
Mode SRSS SRSS SRSS

MIN -0,218 -0,425 -3,223 -0,001 -0,001 -0,000


Noeud 18 16 30 10 473 860
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode

Fleches de barres - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

UX [mm] UY [mm] UZ [mm]

MAX 13,464 13,182 13,464


Barre 39 69 176
Noeud 28 28 28
Cas 11 (C) 5 11 (C)
(CQC) (CQC)
Mode SRSS

MIN -3,223 -0,425 -3,223


Barre 163 52 67
Noeud 30 16 30
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode

Efforts - Enveloppe
- Cas: 1 2 4A11

Barre FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

1 / MAX 649,345 2,249 1,835 0,17 8,83 32,62


1 / MIN 26,430 -15,851 -7,422 -0,07 -13,89 -15,89
2 / MAX 525,717 67,856 160,502 3,20 29,50 5,90
2 / MIN 16,294 -3,057 -2,702 -0,99 -33,78 -27,15
3 / MAX 398,806 43,991 42,301 1,82 1,04 8,31
3 / MIN 18,685 -4,758 -39,159 -0,01 -41,38 -18,78
4 / MAX 1103,221 1,947 2,753 0,17 31,79 2,75
4 / MIN 24,153 -0,936 -30,502 -0,07 -61,54 -2,31
5 / MAX 765,865 12,951 133,859 0,81 10,90 4,18
5 / MIN 6,672 -5,043 0,059 -0,07 -43,07 -1,12
6 / MAX 399,427 24,630 9,058 0,83 3,68 8,18
6 / MIN 27,998 -10,069 -5,243 -0,41 -23,69 -2,97
7 / MAX 784,174 125,208 85,268 1,24 28,40 19,54
7 / MIN 31,160 -15,356 -4,643 -4,42 -21,41 -36,61
8 / MAX 964,385 9,644 33,320 0,42 3,95 41,77
8 / MIN 19,347 -110,703 -110,321 -0,10 -47,20 -2,50
9 / MAX 685,789 35,222 11,817 2,11 1,34 4,32

Date : 21/06/10 Page : 8


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

9 / MIN 11,720 0,940 -2,560 0,08 -27,81 -5,03


10 / MAX 598,270 22,812 21,562 1,94 1,85 7,08
10 / MIN 11,763 1,279 -2,375 -0,94 -29,93 -5,89
11 / MAX 325,671 16,082 50,150 0,42 106,38 43,49
11 / MIN 12,187 -3,115 1,173 -0,01 -82,06 -4,71
12 / MAX 156,064 22,074 49,528 1,73 62,08 41,50
12 / MIN 5,328 0,915 0,764 -0,06 -103,34 -47,37
13 / MAX 10,844 8,370 82,081 18,18 -2,16 1,87
13 / MIN -2,759 -0,254 -76,467 -12,05 -79,55 -0,33
14 / MAX 1141,780 5,814 94,889 0,92 -0,17 5,25
14 / MIN 29,213 0,443 -23,531 -0,29 -45,60 -4,68
15 / MAX 160,061 21,002 10,614 0,38 5,59 7,50
15 / MIN 4,022 0,055 -9,040 -0,12 -27,48 -1,13
16 / MAX 269,124 20,414 79,758 1,78 18,16 18,99
16 / MIN 9,815 -24,542 -5,226 0,00 -33,19 0,05
17 / MAX 294,242 4,036 59,199 0,81 0,51 8,90
17 / MIN 6,157 -3,139 -1,124 -0,11 -26,70 -1,02
18 / MAX 175,267 18,363 63,287 2,14 0,01 17,06
18 / MIN 2,015 -21,318 -24,723 -0,03 -47,66 0,00
25 / MAX 414,810 8,348 173,977 3,82 14,19 11,30
25 / MIN -77,388 -3,294 -73,389 -3,08 -43,76 0,04
26 / MAX 98,999 15,675 64,666 15,16 9,23 3,66
26 / MIN -2,594 -0,152 -41,654 -15,04 -65,51 -0,02
27 / MAX 31,319 0,309 20,982 0,11 -0,79 1,26
27 / MIN -29,557 0,024 -16,372 -0,06 -48,32 -0,47
28 / MAX 105,296 18,585 116,418 3,11 -0,22 3,74
28 / MIN -86,353 -2,810 -144,979 -1,89 -107,02 -0,55
29 / MAX 29,276 36,573 57,080 16,70 -0,65 9,24
29 / MIN 0,434 -5,619 -62,701 -13,91 -84,65 0,13
31 / MAX 51,162 0,510 22,614 1,35 1,81 1,95
31 / MIN -35,455 -0,327 -11,233 0,07 -48,95 -1,43
32 / MAX 233,939 15,491 202,585 22,80 80,92 5,82
32 / MIN 0,863 -11,299 -301,876 -20,39 -46,92 -1,18
33 / MAX 7,292 0,226 29,330 0,63 0,22 1,06
33 / MIN -42,000 -0,068 -12,997 -0,30 -69,02 -0,08
34 / MAX 36,237 6,836 28,400 4,45 0,07 2,70
34 / MIN -71,561 0,019 -16,407 0,00 -80,33 -0,68
35 / MAX 98,929 10,130 158,265 2,78 41,20 11,12
35 / MIN -45,752 -0,598 -0,538 -1,32 -53,22 -0,35
36 / MAX 35,168 7,706 65,086 6,99 14,82 1,69
36 / MIN -1,233 -3,187 -142,856 -9,95 -182,87 -0,71
37 / MAX 86,910 8,770 93,012 3,28 42,80 10,30
37 / MIN -48,697 0,070 -121,758 -0,89 -40,00 -0,30
38 / MAX 9,858 4,638 80,440 15,55 -2,65 1,16
38 / MIN -0,351 -0,249 -89,970 -15,66 -104,73 -0,09
39 / MAX 18,147 16,461 37,077 19,47 7,29 3,05
39 / MIN -11,190 0,360 -34,115 -3,90 -98,53 -1,41
43 / MAX 13,195 7,122 69,509 8,71 0,71 1,89
43 / MIN -0,807 -1,778 -19,070 -15,31 -70,64 -0,49
44 / MAX 9,195 5,664 124,679 24,99 -2,92 1,41
44 / MIN -0,943 -0,090 -109,939 -19,34 -139,30 -0,03
45 / MAX 26,201 45,215 67,124 18,05 -0,68 11,75
45 / MIN -3,816 -5,548 -70,677 -22,05 -90,87 0,03
46 / MAX 94,035 30,507 142,911 7,82 7,36 17,28
46 / MIN 0,097 -2,865 0,034 -1,13 -55,83 0,27
47 / MAX 14,201 6,346 116,081 9,63 -0,35 1,71
47 / MIN -0,482 -0,301 -35,084 -14,91 -116,94 -0,01
48 / MAX 6,436 4,681 130,067 25,16 -1,51 1,08
48 / MIN -1,193 -0,095 -126,105 -20,00 -135,54 -0,10
49 / MAX 286,247 3,649 248,847 0,89 26,51 6,02
49 / MIN -39,186 -0,262 -85,527 -1,64 -93,26 0,04

Date : 21/06/10 Page : 9


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

51 / MAX 11,618 4,030 140,550 6,67 -1,12 1,28


51 / MIN -0,353 -0,763 -38,658 -14,80 -146,62 -0,16
52 / MAX 13,708 6,121 74,117 16,30 -1,79 1,92
52 / MIN -2,122 -2,097 -74,854 -20,02 -76,55 0,02
53 / MAX 29,171 8,673 73,785 6,28 8,59 2,56
53 / MIN -5,460 -9,280 0,218 -14,54 -88,40 0,08
54 / MAX 8,308 3,882 76,613 27,25 -2,87 1,09
54 / MIN -0,581 -0,516 -58,328 -29,55 -89,49 0,01
57 / MAX 67,710 6,572 77,787 7,48 9,38 1,77
57 / MIN 0,181 -0,641 2,239 -23,35 -97,24 0,03
58 / MAX 6,777 2,953 83,109 27,62 -1,12 0,82
58 / MIN -1,469 -0,741 -75,370 -29,53 -88,49 0,02
61 / MAX 63,822 5,146 74,007 7,62 -0,86 1,12
61 / MIN -0,355 0,066 -53,517 -16,83 -99,61 -0,82
63 / MAX 6,562 4,025 66,113 15,01 -1,33 1,05
63 / MIN -0,814 -0,310 -72,320 -25,50 -105,22 -0,05
64 / MAX 8,524 3,884 85,092 24,22 -1,49 1,01
64 / MIN -0,465 -0,180 -64,938 -12,13 -106,98 0,00
65 / MAX 23,888 9,894 118,643 6,13 -2,14 4,86
65 / MIN -4,594 -19,333 -148,962 -9,35 -174,52 0,00
67 / MAX 22,358 24,722 138,833 7,83 -4,17 5,12
67 / MIN -1,935 -3,802 -140,159 -6,98 -176,68 0,06
69 / MAX 12,101 6,980 78,750 15,21 -3,36 1,76
69 / MIN -0,615 -2,989 -43,978 -21,18 -100,69 -0,00
70 / MAX 15,080 2,830 138,030 16,17 -4,36 1,44
70 / MIN 0,058 -5,254 -143,697 -13,51 -173,59 0,04
72 / MAX 14,511 7,547 159,029 13,15 -3,32 1,76
72 / MIN -0,421 -0,633 -173,410 -4,75 -188,57 0,01
74 / MAX 13,862 5,575 98,655 10,29 -6,93 1,42
74 / MIN -1,538 -1,635 -79,355 -22,78 -118,68 0,00
77 / MAX 10,853 5,961 54,225 16,34 -3,03 1,17
77 / MIN -2,718 -0,244 -74,599 -14,71 -97,81 0,01
78 / MAX 12,585 4,667 146,367 16,63 -5,55 2,43
78 / MIN -1,829 -11,237 -157,945 -17,03 -180,72 -0,12
79 / MAX 133,945 34,507 341,396 10,09 86,57 10,12
79 / MIN 1,853 -25,597 -123,015 -11,11 -50,77 0,25
80 / MAX 12,753 12,258 143,895 12,24 -2,89 2,33
80 / MIN -1,363 -0,463 -161,535 -0,67 -173,56 0,01
81 / MAX 133,351 51,336 274,393 18,37 89,04 10,12
81 / MIN 1,739 1,067 -260,791 -11,78 -53,02 -2,21
82 / MAX 11,811 6,352 176,063 11,44 -7,91 1,39
82 / MIN -0,613 -0,813 -177,767 -9,63 -203,34 -0,01
83 / MAX 39,243 1,359 13,314 1,96 1,30 4,41
83 / MIN -17,566 -0,007 -17,980 -1,00 -25,62 -0,00
84 / MAX 13,179 5,758 192,324 14,12 -4,88 1,36
84 / MIN -0,762 -0,372 -191,951 -1,42 -216,47 -0,01
85 / MAX 19,758 5,009 62,185 15,61 -1,06 2,50
85 / MIN 0,036 -6,743 -71,189 -7,45 -81,54 0,04
86 / MAX 14,316 10,234 62,319 17,48 -2,06 2,65
86 / MIN -0,056 -0,499 -72,300 -17,74 -116,56 0,01
87 / MAX 48,451 12,056 118,469 4,81 14,33 1,51
87 / MIN -41,806 -1,693 2,258 -11,18 -72,55 -2,04
88 / MAX 11,728 3,978 55,968 21,24 -1,42 1,03
88 / MIN -0,107 -1,746 -48,029 -10,80 -79,48 0,04
89 / MAX 23,239 1,428 14,893 2,39 0,12 4,67
89 / MIN -23,800 -0,131 -16,906 0,02 -29,70 -0,53
90 / MAX 104,076 1,828 181,314 3,93 56,57 2,39
90 / MIN -57,949 -0,192 -70,221 -2,35 -22,99 -1,37
91 / MAX 9,815 4,552 66,106 27,81 -1,40 1,30
91 / MIN 0,014 -0,644 -77,614 -32,32 -138,90 0,00
92 / MAX 111,678 14,345 49,865 3,64 63,82 5,28

Date : 21/06/10 Page : 10


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

92 / MIN -0,201 -2,108 -184,426 -3,30 -35,16 -2,90


93 / MAX 26,784 6,127 130,308 7,98 -1,01 1,61
93 / MIN -2,469 -1,408 -91,127 -7,67 -63,55 -0,05
94 / MAX 323,884 4,235 282,654 3,02 25,77 6,07
94 / MIN 1,417 -0,887 -77,279 -0,93 -102,85 -1,90
95 / MAX 50,599 4,899 30,680 1,95 21,93 6,43
95 / MIN -39,426 0,030 -65,531 -1,75 -22,62 -0,39
96 / MAX 11,023 4,040 80,524 32,83 -2,19 1,14
96 / MIN -0,138 -0,329 -68,499 -18,11 -137,92 0,01
97 / MAX 10,427 3,753 54,086 21,93 -1,35 0,95
97 / MIN 0,003 -3,462 -51,688 -11,16 -76,75 -0,03
100 / MAX 7,576 3,987 63,351 26,73 -1,44 1,03
100 / MIN 0,079 -0,994 -77,814 -26,72 -128,17 0,04
102 / MAX 45,001 6,324 107,035 5,74 -0,82 1,68
102 / MIN -13,019 -3,501 -81,503 -6,17 -53,16 0,10
105 / MAX 7,213 4,337 73,584 27,73 -4,51 1,11
105 / MIN 0,015 -0,233 -70,467 -25,40 -128,33 0,00
106 / MAX 515,892 7,633 28,021 0,42 15,98 38,05
106 / MIN 16,132 -15,282 -7,172 -0,02 -70,63 -33,99
107 / MAX 320,538 9,793 31,224 0,28 12,08 42,30
107 / MIN 9,950 -13,863 -5,449 -0,04 -76,39 -31,72
108 / MAX 133,986 10,635 26,588 0,54 11,96 67,63
108 / MIN 4,405 -23,146 -5,728 0,02 -71,73 -44,14
109 / MAX 873,072 9,625 32,986 0,42 11,77 53,90
109 / MIN 32,860 -16,020 -11,152 -0,02 -98,71 -20,47
111 / MAX 527,571 11,293 38,601 0,28 56,46 68,74
111 / MIN 21,599 -30,111 -24,751 -0,04 -122,39 -71,39
113 / MAX 233,341 12,869 33,562 0,54 52,41 91,27
113 / MIN 8,443 -34,428 -24,703 0,02 -118,37 -68,61
114 / MAX 630,326 8,491 32,717 1,37 54,04 41,51
114 / MIN 24,105 -11,478 1,688 -0,11 -68,83 -13,39
115 / MAX 397,608 9,647 41,861 0,28 74,22 53,94
115 / MIN 15,505 -22,857 0,910 -0,04 -95,66 -54,57
116 / MAX 176,838 11,778 42,467 0,54 84,97 75,69
116 / MIN 4,938 -26,621 2,160 0,02 -85,01 -52,19
117 / MAX 28,236 10,097 140,093 7,14 -2,61 2,20
117 / MIN -7,586 0,015 -172,793 -1,11 -193,69 0,00
119 / MAX 36,931 10,774 125,456 4,53 -2,91 2,23
119 / MIN -79,533 -1,975 -114,914 -3,03 -94,60 -0,38
120 / MAX 11,874 6,841 180,934 9,78 -2,18 1,52
120 / MIN -1,595 -0,175 -195,221 -2,53 -227,52 0,01
122 / MAX 11,714 8,087 137,452 7,04 -2,14 1,79
122 / MIN -20,567 -0,150 -138,394 -6,34 -151,19 -0,01
123 / MAX 10,940 5,107 175,610 11,72 -1,87 1,12
123 / MIN -2,938 -0,080 -198,974 -6,17 -237,38 -0,01
125 / MAX 40,717 6,075 128,833 7,20 -1,18 1,35
125 / MIN -51,253 -0,150 -137,206 -5,20 -150,38 0,00
126 / MAX 811,393 14,302 27,035 0,42 65,18 32,17
126 / MIN 22,866 -1,690 -29,038 -0,02 -101,04 -3,28
128 / MAX 539,755 20,166 27,544 0,28 56,88 46,18
128 / MIN 16,827 -2,649 -25,555 -0,04 -100,15 -5,76
130 / MAX 271,851 21,789 27,783 0,54 67,39 48,52
130 / MIN 9,516 -1,453 -33,137 0,02 -124,39 -4,29
131 / MAX 851,870 20,848 37,385 0,47 68,54 41,50
131 / MIN 99,790 1,474 0,676 0,04 -72,25 -21,01
133 / MAX 549,713 33,073 54,442 0,28 93,57 74,45
133 / MIN 61,972 1,265 0,364 -0,04 -124,84 -25,20
135 / MAX 272,214 37,960 59,270 0,54 119,16 79,69
135 / MIN 14,637 1,015 1,824 0,02 -118,33 -33,35
136 / MAX 1461,821 20,280 170,109 1,34 -1,79 31,32
136 / MIN 15,919 0,460 -202,295 -1,82 -113,64 -7,55

Date : 21/06/10 Page : 11


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

138 / MAX 654,922 23,206 86,426 2,04 75,61 39,57


138 / MIN 16,320 -1,496 -202,627 -1,58 -101,98 -1,90
140 / MAX 500,377 26,128 73,038 2,24 74,47 40,59
140 / MIN -11,578 -2,035 -254,338 -0,52 -122,51 -7,42
141 / MAX 1121,320 205,861 46,469 3,67 68,41 74,08
141 / MIN 18,547 -84,067 1,082 -0,27 -73,38 0,72
143 / MAX 481,131 58,664 51,069 4,72 65,53 24,00
143 / MIN 5,598 -53,556 1,807 -1,04 -105,75 -22,42
144 / MAX 164,148 34,100 37,013 1,30 62,33 10,39
144 / MIN 1,128 1,278 0,673 -0,67 -70,89 -4,58
145 / MAX 922,476 135,042 31,231 8,97 30,85 48,30
145 / MIN 23,326 8,324 -27,557 0,18 -88,25 -38,18
147 / MAX 437,477 138,872 18,385 3,37 93,32 44,98
147 / MIN 8,352 10,207 -48,010 0,82 -97,40 -39,72
149 / MAX 285,434 139,430 22,820 4,57 109,85 41,60
149 / MIN -13,065 1,989 -62,017 0,23 -139,60 -43,29
150 / MAX 17,663 8,883 49,442 22,36 -2,95 2,01
150 / MIN -10,272 -1,123 -69,765 -13,22 -107,01 0,02
152 / MAX 19,014 10,920 152,680 10,85 -2,93 2,01
152 / MIN -2,573 0,037 -136,960 0,21 -126,18 -1,78
153 / MAX 14,270 12,672 91,011 22,64 -9,13 2,70
153 / MIN -1,019 -1,247 -108,655 -14,72 -149,27 -0,22
155 / MAX 13,681 6,736 170,741 18,00 -5,13 1,52
155 / MIN -1,411 -0,280 -174,417 0,37 -187,65 -0,33
156 / MAX 11,053 10,147 170,412 13,78 -5,15 1,93
156 / MIN -0,157 -0,767 -188,699 -2,45 -191,89 0,01
158 / MAX 13,772 6,634 164,092 16,00 -4,63 1,25
158 / MIN -1,354 0,049 -156,320 -4,53 -181,94 -0,78
159 / MAX 1774,436 12,034 31,850 0,42 18,61 31,80
159 / MIN 4,498 -3,881 -7,507 -0,02 -78,42 -10,10
161 / MAX 1044,621 20,229 33,428 0,28 16,45 40,99
161 / MIN 3,835 -0,136 -1,076 -0,04 -69,92 -19,24
163 / MAX 464,154 25,128 43,625 0,54 45,92 55,49
163 / MIN 3,181 2,001 2,871 0,02 -89,02 -20,76
164 / MAX 10,324 6,180 142,866 6,79 -2,69 1,44
164 / MIN -0,578 -0,369 -196,478 -0,69 -227,26 0,01
166 / MAX 15,319 7,102 114,831 7,24 -0,55 1,53
166 / MIN 0,503 -3,175 -109,139 -9,16 -147,34 -0,00
167 / MAX 1015,110 178,431 27,067 1,56 17,86 67,84
167 / MIN 19,181 -85,907 -15,583 -1,20 -64,80 0,70
169 / MAX 381,811 60,066 34,016 2,41 54,76 49,85
169 / MIN -10,146 -98,334 -28,125 -1,46 -101,34 -28,83
171 / MAX 114,631 39,460 38,470 4,70 58,88 15,99
171 / MIN -65,109 -81,339 -27,543 -2,58 -102,43 -32,80
172 / MAX 914,488 15,478 69,847 1,90 3,14 25,69
172 / MIN 29,217 -1,888 -219,412 -0,19 -95,67 -0,68
174 / MAX 432,317 19,534 104,110 2,78 66,50 34,32
174 / MIN 8,185 -2,866 -139,389 -0,94 -48,31 -7,64
176 / MAX 179,242 32,418 39,601 2,25 6,08 46,23
176 / MIN 1,240 0,725 1,628 -2,17 -16,48 -40,13
177 / MAX 386,602 17,464 27,902 1,35 18,22 35,35
177 / MIN 29,834 0,715 -14,483 -0,09 -82,10 -27,00
178 / MAX 179,802 35,563 23,469 0,28 83,65 73,52
178 / MIN 8,729 1,051 -40,486 -0,04 -129,19 -54,64
179 / MAX 601,962 24,223 36,650 0,66 2,27 43,00
179 / MIN 26,148 0,679 -1,315 -0,02 -89,81 -64,62
182 / MAX 176,390 40,283 45,209 0,28 76,80 93,64
182 / MIN 8,058 1,851 1,926 -0,04 -87,09 -66,31
183 / MAX 8,578 4,262 79,389 16,81 -1,19 1,17
183 / MIN -0,547 -0,290 -83,939 -16,76 -136,58 0,00
186 / MAX 9,384 4,872 123,121 22,79 -2,71 1,26

Date : 21/06/10 Page : 12


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJELEDI Fouad Fichier : Bloc 5.rtd
Adresse : Projet : Bloc 5 (Final)

186 / MIN -0,771 -0,014 -116,267 -13,10 -169,44 0,00

Efforts - Extrêmes globaux

- Cas: 1 2 4A11

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

MAX 1774,436 205,861 341,396 32,83 119,16 93,64


Barre 159 141 79 96 135 182
Noeud 29 19 31 51 18 37
Cas 6 (C) 10 (C) 11 (C) 11 (C) 6 (C) 10 (C)
(CQC) (CQC) (CQC) (CQC)
Mode

MIN -86,353 -110,703 -301,876 -32,32 -237,38 -71,39


Barre 28 8 32 91 123 111
Noeud 31 29 29 48 62 36
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 11 (C) 6 (C)
(CQC)
Mode

Contraintes - Extrêmes globaux

- Cas: 1 2 4A11

S max S min S S S S Fx/Sx


[MPa] [MPa] max(My) max(Mz) min(My min(Mz) [MPa]
[MPa] [MPa] ) [MPa] [MPa]

MAX 19,07 9,12 18,99 10,19 -0,00 -0,00 11,27


Barre 123 159 123 182 18 117 159
Noeud 62 64 62 37 381 32 29
Cas 11 (C) 6 (C) 11 (C) 10 (C) 2 2 6 (C)
(CQC) (CQC) (CQC)
Mode

MIN -0,37 -18,93 0,00 0,00 -18,99 -10,19 -0,58


Barre 34 123 18 117 123 182 28
Noeud 27 62 381 32 62 37 31
Cas 6 (C) 11 (C) 2 2 11 (C) 10 (C) 6 (C)
(CQC) (CQC) (CQC)
Mode

Date : 21/06/10 Page : 13


NOTE DE CALCUL II

Projet: Bloc 6

Auteur: CHOUANA Fouzi


Et
DJEMEDI Fouad
Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

Vue de la structure

Données - Barres

Barre Noeud Noeud Section Matériau Longueur Gamma Type de


1 2 [m] [Deg] barre

1 1 2 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA


2 3 4 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
7 23 1 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
8 24 13 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
11 11 159 Poteau 50x50 BETON25 3,010 0,0 Poteau BA
12 159 80 Poteau 50x50 BETON25 1,410 0,0 Poteau BA
13 80 163 Poteau 50x50 BETON25 3,010 0,0 Poteau BA
14 163 149 Poteau 50x50 BETON25 1,410 0,0 Poteau BA
15 149 167 Poteau 50x50 BETON25 3,010 0,0 Poteau BA
16 167 150 Poteau 50x50 BETON25 1,410 0,0 Poteau BA
17 150 12 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
18 37 162 Poteau 50x50 BETON25 1,310 0,0 Poteau BA
19 25 15 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
20 26 17 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
21 27 19 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
22 30 3 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
23 213 77 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
24 214 69 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
25 272 53 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
26 275 45 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
27 332 5 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
28 162 151 Poteau 50x50 BETON25 3,110 0,0 Poteau BA
29 151 166 Poteau 50x50 BETON25 1,310 0,0 Poteau BA
30 166 152 Poteau 50x50 BETON25 3,110 0,0 Poteau BA
31 152 170 Poteau 50x50 BETON25 1,310 0,0 Poteau BA
32 333 75 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA

Date : 21/06/10 Page : 14


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

33 335 67 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA


34 336 51 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
35 337 43 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
36 338 7 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
37 339 73 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
38 392 65 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
39 393 49 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
40 2 4 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
41 79 80 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
42 4 81 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
43 81 82 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
44 82 79 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
45 83 84 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
46 84 85 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
47 85 86 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
48 86 87 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
49 88 89 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
50 89 90 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
51 90 91 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
52 91 92 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
53 93 94 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
54 94 95 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
55 95 96 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
56 96 97 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
57 98 99 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
58 99 100 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
59 100 101 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
60 101 102 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
61 103 104 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
62 104 105 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
63 105 106 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
64 106 107 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
65 108 109 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
66 109 110 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
67 110 111 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
68 111 112 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
69 113 114 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
70 114 115 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
71 115 116 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
72 116 117 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
73 118 119 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
74 119 120 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
75 120 121 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
76 121 122 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
77 123 124 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
78 124 125 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
79 125 126 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
80 126 127 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
81 128 129 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
82 129 130 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
83 130 131 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
84 131 132 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
85 133 134 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
86 134 135 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
87 135 136 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
88 136 137 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
89 138 139 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
90 139 140 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
91 140 141 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
92 141 142 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
93 170 153 Poteau 50x50 BETON25 3,110 0,0 Poteau BA

Date : 21/06/10 Page : 15


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

94 153 38 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA


95 47 97 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
96 97 112 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
97 20 46 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
98 46 44 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
99 44 42 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
100 42 40 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
101 18 54 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
102 54 52 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
103 52 50 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
104 50 48 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
105 16 70 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
106 70 68 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
107 68 66 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
108 66 64 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
109 14 78 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
110 78 76 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
111 76 74 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
112 74 72 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
113 6 8 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
114 8 10 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
115 143 144 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
116 144 145 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
117 146 147 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
118 147 148 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
119 148 149 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
120 145 150 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
121 10 12 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
122 87 151 Poutre 30x50 BETON25 3,900 -0,0 Poutre BA
123 122 152 Poutre 30x50 BETON25 3,900 -0,0 Poutre BA
124 127 153 Poutre 30x50 BETON25 3,900 -0,0 Poutre BA
125 72 38 Poutre 30x50 BETON25 3,900 -0,0 Poutre BA
126 98 93 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
127 93 88 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
128 88 83 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
129 83 2 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
130 103 108 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
131 108 113 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
132 113 118 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
133 394 41 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
134 133 128 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
135 128 123 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
136 396 9 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
137 18 16 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
138 16 14 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
139 397 71 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
140 54 70 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
141 70 78 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
142 398 63 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
143 52 68 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
144 68 76 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
145 42 50 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
146 50 66 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
147 66 74 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
148 40 48 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
149 48 64 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
150 64 72 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
151 99 94 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
152 94 89 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
153 89 84 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
154 104 109 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA

Date : 21/06/10 Page : 16


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

155 109 114 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA


156 114 119 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
157 399 47 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
158 134 129 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
159 129 124 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
160 140 135 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
161 135 130 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
162 130 125 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
163 105 110 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
164 110 115 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
165 115 120 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
166 100 95 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
167 95 90 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
168 90 85 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
169 101 96 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
170 96 91 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
171 91 86 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
172 106 111 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
173 111 116 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
174 116 121 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
175 141 136 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
176 136 131 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
177 131 126 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
178 142 137 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
179 137 132 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
180 132 127 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
181 107 112 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
182 112 117 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
183 117 122 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
184 102 97 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
185 97 92 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
186 92 87 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
187 84 4 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
188 85 81 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
189 112 137 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
190 120 146 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
191 125 143 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
192 76 6 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
193 86 82 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
194 121 147 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
195 126 144 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
196 74 8 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
197 87 79 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
198 122 148 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
199 127 145 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
200 72 10 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
201 151 80 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
202 152 149 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
203 153 150 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
204 38 12 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
205 155 156 Chainage30x40 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
206 453 39 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
207 159 160 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
208 160 161 Poutre 30x50 BETON25 3,148 0,0 Poutre BA
209 161 162 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
219 163 164 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
220 165 166 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
226 167 168 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
227 169 170 Poutre 30x50 BETON25 1,825 0,0 Poutre BA
233 164 165 Poutre 30x50 BETON25 3,148 0,0 Poutre BA
234 168 169 Poutre 30x50 BETON25 3,148 0,0 Poutre BA

Date : 21/06/10 Page : 17


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

235 137 48 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA


236 71 87 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
237 87 122 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
238 122 127 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
239 127 72 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
240 39 102 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
241 102 107 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
242 107 142 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
243 142 40 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
244 9 79 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
245 79 148 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
246 148 145 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
247 145 10 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
248 63 92 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
249 92 117 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
250 117 132 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
251 132 64 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
252 65 91 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
253 91 116 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
254 116 131 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
255 131 66 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
256 73 86 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
257 86 121 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
258 121 126 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
259 126 74 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
260 7 82 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
261 82 147 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
262 147 144 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
263 144 8 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
264 41 101 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
265 101 106 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
266 106 141 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
267 141 42 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
268 49 96 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
269 96 111 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
270 111 136 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
271 136 50 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
272 75 85 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
273 85 120 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
274 120 125 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
275 125 76 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
276 67 90 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
277 90 115 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
278 115 130 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
279 130 68 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
280 51 95 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
281 95 110 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
282 110 135 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
283 135 52 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
284 43 100 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
285 100 105 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
286 105 140 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
287 140 44 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
288 157 21 Chainage25x18 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
289 21 158 Chainage25x18 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
290 5 81 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
291 81 146 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
292 146 143 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
293 143 6 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
294 44 157 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
295 157 52 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA

Date : 21/06/10 Page : 18


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

296 45 99 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA


297 99 104 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
298 104 139 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
299 139 46 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
300 69 89 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
301 89 114 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
302 114 129 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
303 129 70 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
304 53 94 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
305 94 109 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
306 109 134 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
307 134 54 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
308 46 21 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
309 21 54 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
310 139 155 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
311 155 134 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
312 77 84 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
313 84 119 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
314 119 124 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
315 124 78 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
316 13 83 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
317 83 118 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
318 118 123 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
319 123 14 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
320 15 88 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
321 88 113 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
322 113 128 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
323 128 16 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
324 17 93 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
325 93 108 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
326 108 133 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
327 133 18 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
328 19 98 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
329 98 103 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
330 103 138 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
331 138 20 Poteau 50x50 BETON25 4,420 0,0 Poteau BA
332 20 158 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
333 158 18 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
334 138 156 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
335 156 133 Poutre 30x50 BETON25 3,250 0,0 Poutre BA
336 454 11 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
337 512 37 Poteau 50x50 BETON25 3,060 0,0 Poteau BA
338 1 13 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
339 13 15 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
340 15 17 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
341 17 19 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
342 3 77 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
343 77 69 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
345 69 53 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
347 53 45 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
348 5 75 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
349 75 67 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
350 67 51 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
351 51 43 Poutre 30x50 BETON25 6,500 0,0 Poutre BA
352 7 73 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
353 73 65 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
354 65 49 Poutre 30x50 BETON25 6,500 -0,0 Poutre BA
355 49 41 Poutre 30x50 BETON25 6,500 -0,0 Poutre BA
356 9 71 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
357 71 63 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
358 63 47 Poutre 30x50 BETON25 6,500 -0,0 Poutre BA

Date : 21/06/10 Page : 19


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

384 47 39 Poutre 30x50 BETON25 6,500 -0,0 Poutre BA


385 11 37 Poutre 30x50 BETON25 6,300 -0,0 Poutre BA
386 11 9 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
387 9 7 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
388 7 5 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
389 5 3 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
390 3 1 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
391 37 71 Poutre 30x50 BETON25 3,900 0,0 Poutre BA
392 71 73 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
393 73 75 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
394 75 77 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
395 77 13 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
396 63 65 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
397 65 67 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
398 67 69 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
399 69 15 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
400 47 49 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
401 49 51 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
402 51 53 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
403 53 17 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
404 39 41 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
405 41 43 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
406 43 45 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA
407 45 19 Poutre 30x50 BETON25 6,300 0,0 Poutre BA

Données - Caractéristiques – Barres

Nom de la Liste des barres AX AY AZ IX [cm4] IY [cm4] IZ [cm4]


section [cm2] [cm2] [cm2]

Chainage25x18 288 289 450 0,0 0,0 27099,158 12150,000 23437,500


Chainage30x40 205 1200 0,0 0,0 194898,778 160000,000 90000,000
1 2 7 8 11A39
93A96 133A142P3
157 189 206
Poteau 50x50 2500 2083,333 2083,333 878644,298 520833,333 520833,333
235A287 290A293
296A307 312A331
336 337
40A92 97A132
143A156 158A188
190A204 134 135
137 138 140 141
207A209 219 220
Poutre 30x50 1500 0,0 0,0 281631,134 312500,000 112500,000
226 227 233 234
294 295 308A311
332A335 338A343
345 347A358
384A407

Métré - Barres

Type Nombre Longueur Poids Poids Poids total [kG] Surf.


[m] unitaire pièce [kG] peinture
[kG/m] [m2]

BETON25
Chainage25x18 2 6,300 112,56 709,14 1418 10,84
Chainage30x40 1 6,300 300,16 1891,03 1891 8,82
Poteau 50x50 3 1,310 625,34 819,20 2458 7,86
Poteau 50x50 3 1,410 625,34 881,73 2645 8,46

Date : 21/06/10 Page : 20


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

Poteau 50x50 3 3,010 625,34 1882,28 5647 18,06


Poteau 50x50 27 3,060 625,34 1913,54 51666 165,24
Poteau 50x50 3 3,110 625,34 1944,81 5834 18,66
Poteau 50x50 96 4,420 625,34 2764,01 265345 848,64
Poutre 30x50 6 1,830 375,20 686,62 4120 17,57
Poutre 30x50 3 3,150 375,20 1181,89 3546 15,12
Poutre 30x50 10 3,250 375,20 1219,41 12194 52,00
Poutre 30x50 10 3,900 375,20 1463,30 14633 62,40
Poutre 30x50 143 6,300 375,20 2363,79 338022 1441,44
Poutre 30x50 45 6,500 375,20 2438,83 109747 468,00
Total par section
Chainage25x18 2 12,600 112,56 1418,27 1418 10,84
Chainage30x40 1 6,300 300,16 1891,03 1891 8,82
Poteau 50x50 135 533,460 625,34 333594,39 333594 1066,92
Poutre 30x50 217 1285,330 375,20 482261,70 482262 2056,53
Totaux nets: 819165 3143,10

Chargements - Cas

Cas Préfixe Nom du cas Nature Type d'analyse

1 PERM1 G permanente Statique linéaire


2 PERM2 Q d'exploitation Statique linéaire
3 MOD3 Modale Modale
4 SIS_X4 E Dir. - masses_X sismique Sismique-RPA 99 (2003)
5 SIS_Y5 E Dir. - masses_Y sismique Sismique-RPA 99 (2003)
6 ELU permanente Combinaison linéaire
7 ELS permanente Combinaison linéaire
8 0.8G+Ex sismique Combinaison linéaire
9 0.8G+Ey sismique Combinaison linéaire
10 G+Q+Ex sismique Combinaison linéaire
11 G+Q+Ey sismique Combinaison linéaire

Chargements - Valeurs
- Cas: 1A11

Cas Type de charge Liste Valeurs de la charge

PZ2=-11,015[kN/m] PZ1=-11,015[kN/m] X2=4,500[m]


1 charge trapézoïdale (2p) 358
X1=2,000[m] global non projetés absolues
1 charge uniforme 357 384 PZ=-11,015[kN/m]
1 (EF) surfacique uniforme 416 PZ=-2,540[kN/m2]
1 charge uniforme 45 46 188 PZ=-12,215[kN/m]
1 charge uniforme 41 122 184A186 201 PZ=-11,015[kN/m]
65 73 74 77 78 85 86 91 92
1 charge uniforme 119 120 123 124 154 160 PZ=-11,015[kN/m]
178A183 190 191 202 203
99 100 109 110 113 114
1 charge uniforme 121 125 137 138 148A150 PZ=-2,233[kN/m]
192 204 288 289 294 333
1 (EF) surfacique uniforme 215 PZ=-3,580[kN/m2]
PZ1=-2,540[kN/m2] P1(16.5, 25.6, 13.3) P2(3.9, 25.6,
(EF) surfacique 3p 13.3) P3(3.9, 0, 13.3) P4(16.5, 0, 13.3) P5(16.5, 6.3, 13.3)
1 214
(contour) P6(29.1, 6.3, 13.3) P7(29.1, 12.6, 13.3) P8(29.1, 19.1, 13.3)
P9(16.5, 19.1, 13.3)
PZ1=-3,460[kN/m2] P1(29.1, 19.1, 13.3) P2(16.5, 19.1,
(EF) surfacique 3p
1 214 13.3) P3(16.5, 25.6, 13.3) P4(22.8, 25.6, 13.3) P5(22.8,
(contour)
22.4, 13.3) P6(29.1, 22.4, 13.3)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(0, 6.3, 10.2) P2(1.75, 6.3, 10.2)
1 228
(contour) P3(1.75, 4.47, 10.2) P4(0, 4.47, 10.2)

Date : 21/06/10 Page : 21


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(1.75, 1.83, 11.9) P2(1.75, 0, 11.9)


1 229
(contour) P3(0, 0, 11.9) P4(0, 1.83, 11.9)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(1.75, 1.83, 11.9) P2(1.75, 0, 11.9)
1 232
(contour) P3(3.9, 0, 13.3) P4(3.9, 1.83, 13.3)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(1.75, 4.47, 10.2) P2(0, 4.47, 10.2)
1 231
(contour) P3(0, 1.83, 11.9) P4(1.75, 1.83, 11.9)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 8.84) P2(3.9, 4.47, 8.84)
1 230
(contour) P3(1.75, 4.47, 10.2) P4(1.75, 6.3, 10.2)
1 poids propre 1A430 432A435 437A439 PZ Moins Coef=1,00
PZ1=-2,540[kN/m2] P1(3.9, 0, 4.42) P2(3.9, 25.6, 4.42)
(EF) surfacique 3p
1 212 P3(29.1, 25.6, 4.42) P4(29.1, 6.3, 4.42) P5(16.5, 6.3, 4.42)
(contour)
P6(16.5, 0, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-3,460[kN/m2] P1(29.1, 0, 4.42) P2(29.1, 6.3, 4.42)
1 212
(contour) P3(16.5, 6.3, 4.42) P4(16.5, 0, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 0) P2(3.9, 4.47, 0)
1 216
(contour) P3(1.75, 4.47, 1.31) P4(1.75, 6.3, 1.31)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(0, 4.47, 1.31) P2(1.75, 4.47, 1.31)
1 217
(contour) P3(1.75, 1.83, 3.01) P4(0, 1.83, 3.01)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(1.75, 1.83, 3.01) P2(1.75, 0, 3.01)
1 218
(contour) P3(3.9, 0, 4.42) P4(3.9, 1.83, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(1.75, 1.83, 3.01) P2(1.75, 0, 3.01)
1 211
(contour) P3(0, 0, 3.01) P4(0, 1.83, 3.01)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(1.75, 4.47, 1.31) P2(1.75, 6.3,
1 210
(contour) 1.31) P3(0, 6.3, 1.31) P4(0, 4.47, 1.31)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 4.42) P2(3.9, 4.47, 4.42)
1 223
(contour) P3(1.75, 4.47, 5.73) P4(1.75, 6.3, 5.73)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(0, 4.47, 5.73) P2(1.75, 4.47, 5.73)
1 224
(contour) P3(1.75, 1.83, 7.43) P4(0, 1.83, 7.43)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,726[kN/m2] P1(3.9, 1.83, 8.84) P2(3.9, -8.88e-016,
1 225
(contour) 8.84) P3(1.75, -8.88e-016, 7.43) P4(1.75, 1.83, 7.43)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(1.75, 6.3, 5.73) P2(1.75, 4.47,
1 221
(contour) 5.73) P3(0, 4.47, 5.73) P4(0, 6.3, 5.73)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,150[kN/m2] P1(0, 1.83, 7.43) P2(1.75, 1.83, 7.43)
1 222
(contour) P3(1.75, -8.88e-016, 7.43) P4(0, -8.88e-016, 7.43)
(EF) surfacique 3p PZ1=-3,460[kN/m2] P1(29.1, 25.6, 8.84) P2(29.1, 19.1,
1 213
(contour) 8.84) P3(22.8, 19.1, 8.84) P4(22.8, 25.6, 8.84)
PZ1=-2,540[kN/m2] P1(22.8, 25.6, 8.84) P2(22.8, 19.1,
(EF) surfacique 3p
1 213 8.84) P3(29.1, 19.1, 8.84) P4(29.1, 6.3, 8.84) P5(16.5, 6.3,
(contour)
8.84) P6(16.5, 0, 8.84) P7(3.9, 0, 8.84) P8(3.9, 25.6, 8.84)
(EF) surfacique 3p PZ1=-2,500[kN/m2] P1(22.8, 25.6, 8.84) P2(22.8, 12.6,
2 213
(contour) 8.84) P3(16.5, 12.6, 8.84) P4(16.5, 25.6, 8.84)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(10.2, 25.6, 8.84) P2(10.2, 6.3,
(EF) surfacique 3p 8.84) P3(3.9, 6.3, 8.84) P4(3.9, 0, 8.84) P5(16.5, 0, 8.84)
2 213
(contour) P6(16.5, 6.3, 8.84) P7(29.1, 6.3, 8.84) P8(29.1, 12.6, 8.84)
P9(16.5, 12.6, 8.84) P10(16.5, 25.6, 8.84)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(3.9, 0, 13.3) P2(1.75, -1.78e-015,
11.9) P3(0, 0, 11.9) P4(0, 1.83, 11.9) P5(0, 4.47, 10.2)
(EF) surfacique 3p
2 232 P6(0, 6.3, 10.2) P7(1.75, 6.3, 10.2) P8(3.9, 6.3, 8.84)
(contour)
P9(3.9, 4.47, 8.84) P10(1.75, 4.47, 10.2) P11(1.75, 1.83,
11.9) P12(3.9, 1.83, 13.3)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,500[kN/m2] P1(3.9, 19.1, 13.3) P2(3.9, 6.3, 13.3)
2 214
(contour) P3(10.2, 6.3, 13.3) P4(10.2, 19.1, 13.3)
PZ1=-1,500[kN/m2] P1(16.5, 25.6, 13.3) P2(22.8, 25.6,
(EF) surfacique 3p
2 214 13.3) P3(22.8, 22.4, 13.3) P4(29.1, 22.4, 13.3) P5(29.1,
(contour)
12.6, 13.3) P6(16.5, 12.6, 13.3)
(EF) surfacique 3p PZ1=-2,500[kN/m2] P1(10.2, 25.6, 13.3) P2(10.2, 19.1,
2 214
(contour) 13.3) P3(3.9, 19.1, 13.3) P4(3.9, 25.6, 13.3)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(10.2, 25.6, 13.3) P2(10.2, 6.3,
(EF) surfacique 3p 13.3) P3(3.9, 6.3, 13.3) P4(3.9, 0, 13.3) P5(16.5, 0, 13.3)
2 214
(contour) P6(16.5, 6.3, 13.3) P7(29.1, 6.3, 13.3) P8(29.1, 12.6, 13.3)
P9(16.5, 12.6, 13.3) P10(16.5, 25.6, 13.3)
2 (EF) surfacique uniforme 215 PZ=-1,000[kN/m2]
(EF) surfacique 3p PZ1=-2,500[kN/m2] P1(10.2, 6.3, 0) P2(10.2, 25.6, 0)
2 416
(contour) P3(3.9, 25.6, 5.91e-016) P4(3.9, 6.3, 0)

Date : 21/06/10 Page : 22


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

(EF) surfacique 3p PZ1=-4,000[kN/m2] P1(10.2, 6.3, 0) P2(16.5, 6.3,


2 416
(contour) -5.91e-016) P3(16.5, 25.6, 5.91e-016) P4(10.2, 25.6, 0)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,500[kN/m2] P1(29.1, 25.6, 8.84) P2(29.1, 12.6,
2 213
(contour) 8.84) P3(22.8, 12.6, 8.84) P4(22.8, 25.6, 8.84)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,500[kN/m2] P1(10.2, 25.6, 8.84) P2(10.2, 6.3,
2 213
(contour) 8.84) P3(3.9, 6.3, 8.84) P4(3.9, 25.6, 8.84)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 4.42) P2(3.9, 4.47, 4.42)
P3(1.75, 4.47, 5.73) P4(1.75, 1.83, 7.43) P5(3.9, 1.83, 8.84)
(EF) surfacique 3p
2 223 P6(3.9, 0, 8.84) P7(1.75, -8.88e-016, 7.43) P8(0, 0, 7.43)
(contour)
P9(0, 1.83, 7.43) P10(0, 4.47, 5.73) P11(0, 6.3, 5.73)
P12(1.75, 6.3, 5.73)
(EF) surfacique 3p PZ1=-4,000[kN/m2] P1(29.1, 25.6, 4.42) P2(29.1, 12.6,
2 212
(contour) 4.42) P3(22.8, 12.6, 4.42) P4(22.8, 25.6, 4.42)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 4.42) P2(10.2, 6.3, 4.42)
(EF) surfacique 3p
2 212 P3(10.2, 25.6, 4.42) P4(16.5, 25.6, 4.42) P5(16.5, 0, 4.42)
(contour)
P6(3.9, 0, 4.42)
PZ1=-2,500[kN/m2] P1(16.5, 25.6, 4.42) P2(16.5, 6.3,
(EF) surfacique 3p
2 212 4.42) P3(29.1, 6.3, 4.42) P4(29.1, 12.6, 4.42) P5(22.8,
(contour)
12.6, 4.42) P6(22.8, 25.6, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-2,500[kN/m2] P1(10.2, 6.3, 4.42) P2(3.9, 6.3, 4.42)
2 212
(contour) P3(3.9, 12.6, 4.42) P4(10.2, 12.6, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,500[kN/m2] P1(16.5, 6.3, 4.42) P2(16.5, 0, 4.42)
2 212
(contour) P3(29.1, 0, 4.42) P4(29.1, 6.3, 4.42)
(EF) surfacique 3p PZ1=-1,500[kN/m2] P1(10.2, 25.6, 4.42) P2(10.2, 12.6,
2 212
(contour) 4.42) P3(3.9, 12.6, 4.42) P4(3.9, 25.6, 4.42)
PZ1=-4,000[kN/m2] P1(3.9, 6.3, 0) P2(1.75, 6.3, 1.31)
P3(0, 6.3, 1.31) P4(0, 4.47, 1.31) P5(0, 1.83, 3.01) P6(0,
(EF) surfacique 3p
2 217 0, 3.01) P7(1.75, 0, 3.01) P8(3.9, 0, 4.42) P9(3.9, 1.83,
(contour)
4.42) P10(1.75, 1.83, 3.01) P11(1.75, 4.47, 1.31) P12(3.9,
4.47, 0)

Valeurs propres
- Cas: 3A5

Cas/Mode Valeur Fréquence Période Précision Pulsation


propre [Hz] [sec] [1/sec]

3/ 1 125,21 1,78 0,56 0,00 11,19


3/ 2 139,92 1,88 0,53 0,00 11,83
3/ 3 227,05 2,40 0,42 0,00 15,07
3/ 4 1503,34 6,17 0,16 0,00 38,77
3/ 5 1750,35 6,66 0,15 0,00 41,84
3/ 6 2691,09 8,26 0,12 0,00 51,88
3/ 7 5962,61 12,29 0,08 0,00 77,22
3/ 8 7190,06 13,50 0,07 0,00 84,79
3/ 9 10779,70 16,52 0,06 0,00 103,83
3/ 10 13347,02 18,39 0,05 0,00 115,53
4/ 1 125,21 1,78 0,56 0,00 11,19
4/ 2 139,92 1,88 0,53 0,00 11,83
4/ 3 227,05 2,40 0,42 0,00 15,07
4/ 4 1503,34 6,17 0,16 0,00 38,77
4/ 5 1750,35 6,66 0,15 0,00 41,84
4/ 6 2691,09 8,26 0,12 0,00 51,88
4/ 7 5962,61 12,29 0,08 0,00 77,22
4/ 8 7190,06 13,50 0,07 0,00 84,79
4/ 9 10779,70 16,52 0,06 0,00 103,83
4/ 10 13347,02 18,39 0,05 0,00 115,53
5/ 1 125,21 1,78 0,56 0,00 11,19
5/ 2 139,92 1,88 0,53 0,00 11,83
5/ 3 227,05 2,40 0,42 0,00 15,07
5/ 4 1503,34 6,17 0,16 0,00 38,77
5/ 5 1750,35 6,66 0,15 0,00 41,84

Date : 21/06/10 Page : 23


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

5/ 6 2691,09 8,26 0,12 0,00 51,88


5/ 7 5962,61 12,29 0,08 0,00 77,22
5/ 8 7190,06 13,50 0,07 0,00 84,79
5/ 9 10779,70 16,52 0,06 0,00 103,83
5/ 10 13347,02 18,39 0,05 0,00 115,53

Réactions - Extrêmes globaux


Repère global - Cas: 1 2 4A11

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

MAX 118,946 186,143 3233,527 70,84 46,57 4,01


Noeud 339 272 393 272 399 337
Cas 4 5 6 (C) 11 (C) 10 (C) 4
(CQC) (CQC)
Mode SRSS SRSS SRSS

MIN -98,882 -110,319 0,000 -50,75 -53,60 -4,80


Noeud 213 272 1 339 336 337
Cas 6 (C) 6 (C) 1 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode 1

Déplacements - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

UX [mm] UY [mm] UZ [mm] RX [Rad] RY [Rad] RZ [Rad]

MAX 16,417 16,424 2,497 0,002 0,002 0,001


Noeud 12141 11991 4328 7718 10895 323
Cas 10 (C) 5 4 6 (C) 6 (C) 5
(CQC)
Mode SRSS SRSS SRSS

MIN -0,464 -0,864 -8,783 -0,002 -0,002 -0,000


Noeud 57 4243 6826 12283 12241 4423
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode

Fleches de barres - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

UX [mm] UY [mm] UZ [mm]

MAX 16,421 16,421 16,101


Barre 332 289 243
Noeud 158 158 40
Cas 5 5 4
Mode SRSS SRSS SRSS

MIN -4,669 -0,620 -5,687


Barre 271 121 288
Noeud 50 12 157
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C)
Mode

Date : 21/06/10 Page : 24


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

Efforts - Enveloppe
- Cas: 1 2 4A11

Barre FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

1 / MAX 172,388 64,299 60,363 2,17 81,82 141,15


1 / MIN 12,253 2,828 2,668 0,03 -134,54 -87,06
2 / MAX 326,280 56,167 55,589 1,23 2,84 86,11
2 / MIN 6,685 4,436 -2,885 0,03 -134,81 -145,33
7 / MAX 213,198 82,961 77,558 1,26 -0,01 79,06
7 / MIN 6,573 -28,679 -27,703 -0,08 -75,83 0,03
8 / MAX 613,481 84,643 7,883 0,80 0,27 50,56
8 / MIN 16,582 -0,462 -4,527 -0,20 -32,27 -2,14
11 / MAX 1072,488 28,944 69,587 9,39 3,17 50,95
11 / MIN 23,915 0,967 -6,167 0,49 -137,63 -62,72
12 / MAX 875,955 210,631 63,025 18,22 12,05 169,45
12 / MIN 18,309 -33,995 -1,045 -7,41 -40,37 -23,47
13 / MAX 756,998 69,196 52,040 14,62 32,56 114,24
13 / MIN 19,774 4,944 -21,291 0,55 -92,42 -72,92
14 / MAX 547,502 258,483 83,264 21,64 5,88 210,44
14 / MIN 14,664 -19,917 -3,135 -9,08 -65,71 -16,67
15 / MAX 430,096 75,664 45,328 14,68 30,05 128,21
15 / MIN 14,948 5,496 -18,797 0,99 -83,34 -72,50
16 / MAX 254,398 214,726 67,567 20,21 4,56 199,52
16 / MIN 6,378 -4,165 -9,480 -11,32 -58,63 -3,62
17 / MAX 141,776 30,190 17,459 0,96 27,71 69,41
17 / MIN 6,825 1,848 -14,894 0,06 -67,95 -78,55
18 / MAX 1079,044 242,737 63,651 13,83 8,63 187,04
18 / MIN 25,981 4,114 -29,456 0,98 -83,85 -11,89
19 / MAX 680,838 87,640 5,904 3,12 0,66 51,47
19 / MIN 52,090 0,234 -1,654 0,37 -30,23 -3,06
20 / MAX 693,150 86,361 2,142 2,33 1,45 54,73
20 / MIN 20,849 -19,639 -3,871 -1,40 -26,64 -8,18
21 / MAX 430,050 95,863 79,500 1,17 0,07 57,80
21 / MIN 24,858 -2,075 -28,850 0,02 -77,94 -24,62
22 / MAX 193,327 12,047 88,606 0,96 0,93 40,94
22 / MIN 1,637 -7,571 0,288 -0,05 -53,25 -0,04
23 / MAX 1816,416 31,925 79,405 1,73 0,14 57,72
23 / MIN 104,288 0,962 -16,865 -0,05 -55,99 -18,23
24 / MAX 1945,947 31,660 3,619 0,77 0,76 61,89
24 / MIN 53,355 0,346 0,164 -0,33 -21,96 -0,59
25 / MAX 2386,504 114,181 5,520 3,05 1,82 76,19
25 / MIN 103,353 -65,933 -0,666 -0,08 -22,45 -26,75
26 / MAX 637,153 16,977 80,267 0,42 0,62 42,47
26 / MIN 8,438 0,309 -1,959 0,01 -49,07 -9,39
27 / MAX 593,945 21,219 78,034 1,16 -0,03 50,68
27 / MIN 14,793 -4,176 -4,543 0,01 -49,99 -0,67
28 / MAX 934,427 22,243 58,539 7,83 0,82 98,73
28 / MIN 22,791 -32,275 -0,146 -5,27 -96,01 -49,07
29 / MAX 805,857 234,363 88,361 31,05 21,52 193,55
29 / MIN 24,390 -19,478 -20,793 1,76 -68,86 -13,60
30 / MAX 596,886 27,271 56,008 10,73 20,79 95,92
30 / MIN 16,353 -36,122 -16,687 -4,25 -116,41 -58,32
31 / MAX 464,542 216,271 82,095 29,05 9,79 184,16
31 / MIN 16,402 -30,772 -8,209 1,35 -60,20 -11,52
32 / MAX 1361,931 52,151 40,514 5,27 13,57 57,75
32 / MIN 81,177 -25,088 -38,383 -0,58 -44,36 0,24
33 / MAX 1520,972 63,024 50,173 0,80 77,34 39,16
33 / MIN 3,271 -2,139 1,465 -0,54 -50,39 0,19
34 / MAX 1593,640 63,296 52,316 0,74 80,42 39,69

Date : 21/06/10 Page : 25


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

34 / MIN 0,868 -7,448 1,650 -0,10 -58,14 -3,50


35 / MAX 989,585 103,197 118,835 5,37 79,36 49,35
35 / MIN 59,160 -6,630 1,356 -4,81 -26,27 -42,66
36 / MAX 833,477 17,999 78,150 0,39 0,86 49,58
36 / MIN 5,367 -9,270 -3,213 0,00 -49,58 -5,76
37 / MAX 1568,981 49,355 78,453 0,62 -0,24 49,52
37 / MIN 2,203 1,533 -2,558 -0,59 -38,71 -79,49
38 / MAX 3169,749 15,806 2,686 0,59 7,97 30,46
38 / MIN 10,414 0,499 -8,015 -0,02 -28,92 -6,61
39 / MAX 3233,527 13,946 4,720 0,41 9,66 30,34
39 / MIN 8,836 0,239 -9,407 -0,03 -21,61 -1,82
40 / MAX 6,374 2,571 75,214 18,29 -5,40 0,73
40 / MIN -0,290 -0,157 -72,379 -23,79 -117,79 -0,13
41 / MAX 0,001 0,000 70,857 3,23 0,75 0,00
41 / MIN 0,000 -0,000 -34,484 0,48 -102,07 0,00
42 / MAX 6,681 2,747 69,831 27,33 -5,96 0,83
42 / MIN 0,020 -0,521 -51,422 -15,18 -114,08 -0,18
43 / MAX 6,767 2,755 82,292 29,47 -11,45 0,99
43 / MIN -1,384 -0,219 -65,000 -28,60 -131,42 0,00
44 / MAX 35,883 13,590 85,000 27,15 -8,77 5,72
44 / MIN -0,709 -8,650 -74,244 -26,33 -139,07 0,06
45 / MAX 8,645 3,647 210,477 14,10 -10,73 0,87
45 / MIN -0,006 -0,545 -214,641 -1,53 -252,44 -0,24
46 / MAX 49,395 4,159 92,524 0,69 -1,71 1,00
46 / MIN -42,081 -1,493 -76,989 -0,34 -53,50 -0,47
47 / MAX 8,838 3,171 190,974 12,75 -10,30 0,93
47 / MIN -2,237 -0,356 -161,193 -0,42 -234,46 -0,09
48 / MAX 32,883 10,580 164,518 11,01 -9,30 4,17
48 / MIN -12,109 -6,788 -175,388 -1,28 -199,08 0,03
49 / MAX 12,244 7,690 166,209 19,96 -6,36 2,02
49 / MIN -3,747 -1,997 -132,152 -6,61 -180,75 -1,47
50 / MAX 8,580 4,620 116,797 16,68 -2,87 1,35
50 / MIN -1,654 -5,032 -120,783 -0,51 -163,84 -1,44
51 / MAX 8,478 2,994 173,715 11,53 -3,70 0,89
51 / MIN -1,081 -0,545 -160,383 -1,60 -198,59 -0,15
52 / MAX 10,125 6,385 140,231 10,80 -3,64 2,28
52 / MIN 0,054 -2,842 -149,172 -11,37 -178,98 -0,01
53 / MAX 10,674 8,570 176,568 17,76 -13,42 2,05
53 / MIN -1,337 -0,476 -157,135 -8,98 -193,09 -1,57
54 / MAX 11,665 5,268 129,168 11,41 -14,04 1,48
54 / MIN -1,915 -5,271 -124,610 -10,49 -175,29 -1,51
55 / MAX 8,430 2,936 181,544 11,16 -3,07 0,87
55 / MIN -0,422 -0,388 -166,591 -0,17 -207,03 -0,11
56 / MAX 10,010 8,838 133,399 15,55 -4,93 1,69
56 / MIN 0,015 -0,072 -136,931 -0,12 -172,25 -0,91
57 / MAX 5,802 2,102 98,037 37,32 -7,99 0,48
57 / MIN -1,278 -0,565 -72,901 -28,98 -145,35 -0,27
58 / MAX 5,573 2,331 73,908 28,66 -6,09 0,66
58 / MIN -1,091 -0,802 -51,893 -24,31 -128,43 -0,27
59 / MAX 4,620 2,136 90,183 29,80 -9,42 0,67
59 / MIN -0,419 -0,301 -73,498 -34,57 -156,58 -0,09
60 / MAX 39,875 2,631 47,113 4,22 4,74 0,91
60 / MIN -24,099 -0,669 1,292 -6,18 -28,05 -0,02
61 / MAX 7,625 1,998 88,852 35,77 -6,13 0,59
61 / MIN -0,503 -0,173 -61,430 -27,49 -134,43 -0,09
62 / MAX 7,197 2,050 75,869 33,53 -5,86 0,63
62 / MIN -0,356 -0,286 -50,741 -28,23 -128,41 -0,10
63 / MAX 5,247 2,346 88,833 32,78 -9,65 0,76
63 / MIN -0,329 -0,117 -75,957 -35,76 -168,63 -0,04
64 / MAX 34,914 2,963 65,142 4,32 4,97 0,96
64 / MIN -14,703 -0,049 1,280 -6,76 -36,59 -0,03

Date : 21/06/10 Page : 26


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

65 / MAX 11,964 7,366 180,238 20,11 -14,46 1,64


65 / MIN -1,783 -0,088 -166,055 -10,77 -201,34 -0,49
66 / MAX 11,009 6,740 139,325 10,73 -16,89 1,80
66 / MIN -0,912 -1,585 -123,773 -10,63 -189,80 -0,49
67 / MAX 9,165 3,267 177,738 11,69 -3,37 0,98
67 / MIN -0,325 -0,161 -169,104 -1,08 -206,67 -0,04
68 / MAX 9,948 3,041 132,285 15,39 -6,58 0,89
68 / MIN -0,025 -0,023 -139,813 0,06 -180,79 -0,52
69 / MAX 8,558 3,487 170,407 26,46 -6,08 0,72
69 / MIN -1,698 -0,830 -126,488 -13,88 -191,36 -0,74
70 / MAX 8,809 2,835 128,202 22,25 -2,84 0,73
70 / MIN -0,807 -2,537 -134,259 -3,46 -178,24 -0,73
71 / MAX 9,599 3,021 171,500 11,38 -3,74 0,91
71 / MIN -0,783 -0,288 -163,214 -2,88 -201,74 -0,08
72 / MAX 10,990 2,734 133,449 10,09 -4,70 0,82
72 / MIN 0,013 -1,996 -145,468 -9,61 -181,96 -0,00
73 / MAX 7,332 2,755 137,855 32,97 -10,47 0,77
73 / MIN 0,040 -0,320 -123,004 -32,14 -199,93 -0,18
74 / MAX 39,654 3,859 78,518 11,20 -2,13 0,82
74 / MIN -20,769 -1,718 -96,383 -1,53 -65,27 -0,67
75 / MAX 10,245 3,261 214,278 17,11 -9,89 0,97
75 / MIN -1,618 -0,376 -159,095 -0,66 -258,42 -0,04
76 / MAX 34,354 11,190 157,042 13,72 -8,96 3,69
76 / MIN -6,547 -4,646 -171,264 -2,80 -188,84 0,04
77 / MAX 8,889 3,179 132,361 34,61 -9,70 1,00
77 / MIN 0,000 -0,232 -121,965 -33,48 -191,31 -0,08
78 / MAX 28,487 4,475 90,628 10,87 -2,45 1,26
78 / MIN -17,653 -0,935 -97,723 -2,19 -68,90 -0,31
79 / MAX 10,898 4,279 218,299 15,26 -9,15 1,27
79 / MIN -2,517 -0,378 -155,088 -0,44 -255,93 -0,00
80 / MAX 14,134 3,678 153,856 13,88 -8,15 1,08
80 / MIN -4,672 -0,380 -185,415 -6,05 -187,20 -0,02
81 / MAX 11,167 2,774 170,933 26,33 -5,76 0,41
81 / MIN -1,456 -0,792 -120,072 -14,88 -189,67 -0,48
82 / MAX 10,966 3,586 121,082 23,02 -4,33 1,03
82 / MIN -0,418 -1,591 -126,218 -4,86 -165,41 -0,45
83 / MAX 11,592 4,021 172,157 11,85 -3,52 1,20
83 / MIN -0,307 -0,129 -163,011 -2,73 -195,70 -0,02
84 / MAX 14,368 3,750 127,375 10,73 -5,52 1,10
84 / MIN -0,046 -1,740 -153,012 -11,34 -187,64 0,01
85 / MAX 12,075 7,180 163,943 13,97 -12,90 1,63
85 / MIN -0,140 -0,101 -147,164 -6,48 -185,03 -0,45
86 / MAX 13,026 5,978 162,348 12,10 -13,23 1,54
86 / MIN -0,603 -1,412 -149,970 -11,43 -200,49 -0,41
87 / MAX 11,379 4,321 185,472 11,30 -3,15 1,30
87 / MIN 0,003 -0,127 -168,077 -1,27 -208,50 -0,02
88 / MAX 13,013 4,158 129,170 16,36 -7,26 1,22
88 / MIN -0,385 0,008 -153,978 -0,98 -189,18 -0,30
89 / MAX 0,000 0,000 31,807 1,74 0,48 0,00
89 / MIN -0,000 -0,000 -15,321 0,14 -81,42 -0,00
90 / MAX 7,819 3,094 75,361 36,51 -6,03 0,98
90 / MIN -0,233 -0,103 -58,067 -29,19 -117,76 -0,04
91 / MAX 9,156 3,720 119,073 33,54 -8,84 1,25
91 / MIN -0,300 -0,097 -118,332 -38,01 -190,27 -0,02
92 / MAX 36,562 4,773 91,168 3,63 4,86 1,58
92 / MIN -11,213 -0,606 2,263 -7,54 -48,14 -0,01
93 / MAX 283,053 2,407 43,194 10,43 32,07 37,48
93 / MIN 7,746 -28,837 -19,056 -3,59 -84,71 -55,39
94 / MAX 143,416 19,111 13,117 0,96 26,55 100,79
94 / MIN 6,517 -27,040 -16,155 0,06 -73,25 -40,24
95 / MAX 1720,223 180,087 21,393 3,24 77,14 122,90

Date : 21/06/10 Page : 27


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

95 / MIN 50,955 -68,889 -32,636 -0,55 -91,61 -57,34


96 / MAX 772,048 134,227 22,305 2,40 87,74 62,26
96 / MIN 33,582 4,136 -37,360 -0,32 -111,00 -55,61
97 / MAX 0,000 0,000 25,698 1,00 1,23 0,00
97 / MIN -0,000 0,000 -14,071 -0,01 -55,51 -0,00
98 / MAX 0,000 0,000 21,609 1,49 1,28 0,00
98 / MIN -0,000 -0,000 -15,884 0,08 -50,06 -0,00
99 / MAX 6,700 4,272 78,148 27,18 -3,43 1,19
99 / MIN -0,585 -0,022 -77,571 -24,56 -142,74 -0,30
100 / MAX 25,713 9,256 94,862 5,77 8,25 1,43
100 / MIN -34,566 -4,187 1,410 -11,86 -60,14 -2,33
101 / MAX 14,387 12,584 128,466 11,41 -7,44 2,61
101 / MIN -3,799 -0,008 -124,282 -5,04 -149,00 -1,24
102 / MAX 13,477 9,754 121,841 5,62 -3,51 2,73
102 / MIN -1,062 -4,348 -110,761 -5,33 -157,31 -1,22
103 / MAX 12,815 5,335 141,421 7,28 -1,73 1,52
103 / MIN -1,503 -0,163 -137,144 -0,71 -147,22 -0,10
104 / MAX 14,448 4,907 127,314 10,96 -4,31 1,25
104 / MIN -2,477 -0,671 -136,564 0,05 -139,53 -1,25
105 / MAX 12,799 6,400 140,665 14,53 -4,15 1,05
105 / MIN -1,629 -1,680 -117,792 -7,92 -133,29 -1,15
106 / MAX 14,349 5,835 110,221 10,77 -4,10 1,73
106 / MIN -1,680 -3,564 -120,437 -2,39 -132,01 -0,98
107 / MAX 14,176 5,827 138,145 7,32 -1,39 1,71
107 / MIN -1,160 0,020 -131,585 -2,14 -149,57 -0,09
108 / MAX 17,330 4,396 128,249 7,48 -4,42 1,29
108 / MIN -4,352 -1,530 -141,832 -6,76 -141,79 -0,17
109 / MAX 9,009 3,791 86,230 24,45 -5,27 1,27
109 / MIN 0,069 -0,516 -80,208 -25,17 -141,01 -0,17
110 / MAX 29,065 5,293 91,459 12,89 -1,37 2,28
110 / MIN -59,606 -4,724 -97,789 -2,03 -89,99 0,15
111 / MAX 13,841 5,762 172,797 12,15 -5,48 1,72
111 / MIN -0,501 0,008 -127,198 -0,61 -205,00 -0,03
112 / MAX 15,338 5,098 137,446 10,17 -4,91 1,51
112 / MIN -0,113 -0,130 -154,916 0,20 -144,18 -0,04
113 / MAX 12,104 4,067 77,048 18,77 -3,29 1,36
113 / MIN -0,116 0,001 -71,833 -23,10 -101,91 -0,00
114 / MAX 12,105 4,020 71,017 21,36 -3,09 1,35
114 / MIN -0,005 -0,008 -70,884 -20,96 -105,19 -0,01
115 / MAX 9,964 3,243 92,884 31,53 -10,32 1,05
115 / MIN -2,934 -0,023 -67,220 -33,81 -135,80 -0,12
116 / MAX 23,130 10,283 81,333 30,32 -7,30 3,82
116 / MIN -4,548 -5,110 -73,754 -29,78 -132,94 -0,03
117 / MAX 8,293 3,269 92,283 30,80 -11,19 1,10
117 / MIN -1,688 -0,050 -70,275 -34,08 -134,99 -0,01
118 / MAX 28,369 13,625 83,315 28,11 -7,28 5,09
118 / MIN -3,184 -6,012 -73,594 -28,65 -136,81 0,05
119 / MAX 0,001 0,000 62,873 3,90 -0,89 0,00
119 / MIN -0,000 -0,000 -38,908 0,39 -90,86 -0,00
120 / MAX 0,001 0,000 52,507 4,36 -0,75 0,00
120 / MIN -0,000 -0,000 -42,161 -0,14 -77,78 -0,00
121 / MAX 8,718 3,273 46,359 15,64 1,00 1,04
121 / MIN -0,001 -0,009 -37,314 -8,10 -52,00 -0,00
122 / MAX 0,001 0,000 73,321 5,21 1,46 0,00
122 / MIN -0,000 -0,000 -32,092 -0,28 -110,19 0,00
123 / MAX 0,001 0,000 62,779 4,73 -1,15 0,00
123 / MIN -0,000 -0,000 -41,401 -0,29 -100,64 -0,00
124 / MAX 0,000 0,000 58,169 1,37 -1,73 0,00
124 / MIN -0,000 -0,000 -47,701 -0,55 -116,95 -0,00
125 / MAX 8,690 3,177 48,921 16,21 -0,76 1,02
125 / MIN -0,016 -0,014 -38,806 -13,50 -62,29 -0,00

Date : 21/06/10 Page : 28


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

126 / MAX 6,280 2,097 98,355 30,72 -4,91 0,85


126 / MIN -2,178 -0,395 -80,105 -32,99 -145,93 0,01
127 / MAX 50,062 3,882 155,229 19,36 -0,66 1,26
127 / MIN 0,417 -0,005 -8,134 -19,03 -171,50 -0,18
128 / MAX 5,796 2,211 73,216 29,75 -5,40 0,69
128 / MIN -2,373 -0,890 -66,483 -25,57 -128,83 -0,29
129 / MAX 6,435 2,091 81,336 27,50 -5,72 0,69
129 / MIN -0,703 -0,180 -71,829 -24,28 -130,33 -0,06
130 / MAX 6,290 2,676 93,249 31,97 -4,41 0,96
130 / MIN -0,712 -0,286 -71,247 -30,02 -143,10 0,00
131 / MAX 10,809 3,630 142,005 16,25 1,57 1,12
131 / MIN 0,054 -0,050 -2,864 -15,53 -153,41 -0,02
132 / MAX 6,581 2,075 91,534 39,70 -6,11 0,70
132 / MIN -1,190 -0,294 -90,276 -31,44 -142,11 -0,10
133 / MAX 1794,254 17,557 54,006 1,91 -0,43 107,30
133 / MIN 93,090 -47,966 -105,518 0,07 -85,88 -48,74
134 / MAX 7,324 3,315 138,732 16,31 17,16 1,04
134 / MIN 0,062 -0,034 -12,245 -17,06 -140,59 -0,07
135 / MAX 7,319 2,684 89,982 38,25 -6,10 0,88
135 / MIN -0,982 -0,322 -94,398 -33,25 -147,34 -0,10
136 / MAX 728,735 19,904 76,351 1,83 2,98 32,94
136 / MIN 44,842 -0,456 -1,919 0,04 -44,23 -5,68
137 / MAX 17,497 4,710 79,710 14,36 3,77 1,51
137 / MIN 0,449 -0,439 -8,680 -14,26 -83,67 0,03
138 / MAX 12,177 3,417 77,665 26,42 -3,40 1,14
138 / MIN -2,138 -0,321 -82,495 -20,44 -104,36 -0,12
139 / MAX 933,136 28,823 60,991 3,86 17,93 53,42
139 / MIN 21,319 -60,570 -0,046 -3,45 -29,85 -0,27
140 / MAX 68,855 4,695 94,800 6,89 8,09 1,44
140 / MIN -29,892 -0,110 -23,148 -0,99 -106,95 0,01
141 / MAX 13,491 4,233 134,315 7,67 -5,07 1,23
141 / MIN -3,394 -2,600 -144,026 -8,32 -147,71 -0,07
142 / MAX 1157,703 55,631 13,321 1,02 41,22 33,16
142 / MIN 34,546 1,326 -41,364 -1,32 -84,45 -12,84
143 / MAX 16,475 4,716 128,645 9,71 -1,81 1,50
143 / MIN -0,838 -0,320 -129,516 -3,74 -143,21 -0,09
144 / MAX 16,719 5,624 125,726 7,73 -7,20 1,34
144 / MIN -1,550 0,065 -136,786 -0,39 -151,87 -1,19
145 / MAX 14,980 4,486 151,415 14,06 -6,72 1,24
145 / MIN -4,405 -0,013 -134,929 -2,19 -152,24 -0,16
146 / MAX 14,699 5,703 136,014 8,04 -2,13 1,55
146 / MIN -0,905 -0,862 -134,453 -2,63 -148,68 -0,28
147 / MAX 14,969 5,239 129,002 7,59 -1,84 1,53
147 / MIN -1,012 -0,544 -130,332 -0,62 -144,73 -0,15
148 / MAX 10,625 8,660 64,016 18,73 -4,46 2,86
148 / MIN -9,423 -0,045 -77,353 -18,90 -129,25 -0,19
149 / MAX 16,660 5,366 78,806 7,79 -1,15 0,96
149 / MIN -37,017 -3,377 -39,606 -3,99 -53,72 -1,37
150 / MAX 9,724 4,083 78,663 22,68 -3,26 1,35
150 / MIN -0,024 -0,810 -63,813 -25,18 -134,05 -0,24
151 / MAX 12,557 3,247 196,116 16,74 -6,92 0,90
151 / MIN -3,361 0,003 -192,846 -3,86 -238,55 -0,05
152 / MAX 44,122 3,384 129,371 9,62 -0,55 1,01
152 / MIN -26,053 -0,204 -37,437 -1,31 -160,48 -0,15
153 / MAX 11,152 2,674 138,878 12,61 -6,89 0,78
153 / MIN -6,854 -1,483 -145,605 -11,90 -179,90 -0,12
154 / MAX 6,832 3,836 222,611 14,38 -7,88 1,17
154 / MIN -1,184 -0,000 -221,084 -2,39 -273,08 0,00
155 / MAX 66,074 3,381 153,754 11,75 -0,35 1,04
155 / MIN -3,643 -0,185 -16,738 -1,51 -175,60 -0,07
156 / MAX 10,644 3,531 179,373 13,72 -7,18 1,05

Date : 21/06/10 Page : 29


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

156 / MIN -3,627 -0,736 -179,473 -13,27 -204,14 -0,06


157 / MAX 1188,159 42,262 6,695 2,06 42,51 42,24
157 / MIN 30,182 -30,611 -42,498 -0,33 -77,25 -12,31
158 / MAX 62,532 4,087 140,756 10,43 18,87 1,26
158 / MIN -5,943 -0,158 -0,834 0,08 -161,60 -0,07
159 / MAX 11,501 3,590 176,671 12,51 -8,02 1,04
159 / MIN -2,053 -1,250 -189,762 -13,47 -215,66 -0,06
160 / MAX 12,996 4,311 246,828 14,43 -3,65 1,27
160 / MIN -0,355 -0,002 -199,118 -6,12 -235,63 -0,02
161 / MAX 10,876 4,142 148,631 17,05 -3,22 1,24
161 / MIN -0,395 -0,128 -144,831 -9,01 -183,10 -0,04
162 / MAX 13,736 3,615 151,156 14,14 -14,13 1,05
162 / MIN -0,397 -0,014 -165,219 -1,86 -196,08 -0,66
163 / MAX 8,350 3,211 205,887 15,23 -3,60 0,93
163 / MIN -0,569 -0,011 -164,001 -4,55 -211,46 -0,05
164 / MAX 8,398 3,259 149,213 16,45 -2,95 0,98
164 / MIN -0,806 -0,247 -154,852 -7,49 -186,90 -0,07
165 / MAX 11,428 4,464 155,229 14,57 -14,14 0,84
165 / MIN -1,362 -0,093 -159,509 -1,36 -187,58 -0,88
166 / MAX 9,556 3,040 191,911 14,88 -3,57 0,79
166 / MIN -1,418 -0,097 -167,714 -5,24 -197,72 -0,11
167 / MAX 9,878 2,835 151,947 16,03 -2,82 0,89
167 / MIN -1,824 -0,474 -153,524 -7,78 -185,14 -0,14
168 / MAX 12,724 8,310 142,508 16,90 -11,26 1,09
168 / MIN -2,298 -0,033 -139,779 -5,34 -180,58 -1,46
169 / MAX 8,351 5,159 166,362 20,36 -10,30 1,39
169 / MIN 0,013 -0,009 -146,888 -5,15 -188,24 -0,01
170 / MAX 7,529 3,354 144,726 15,01 -2,88 0,89
170 / MIN -0,034 -0,282 -143,467 -5,91 -172,48 -0,13
171 / MAX 7,307 3,800 142,098 13,84 -2,52 0,98
171 / MIN -1,088 -0,407 -154,926 -1,61 -186,33 -0,20
172 / MAX 10,082 4,434 171,121 21,71 -13,31 1,20
172 / MIN -0,047 -0,015 -141,350 -6,04 -197,55 -0,01
173 / MAX 8,761 3,699 145,072 16,54 -2,70 1,04
173 / MIN 0,009 -0,227 -144,740 -6,42 -175,72 -0,10
174 / MAX 8,192 4,344 135,247 14,15 -2,88 1,19
174 / MIN -1,104 -0,280 -140,534 -2,90 -177,72 -0,14
175 / MAX 14,317 3,521 189,483 21,45 -13,68 1,07
175 / MIN -0,504 -0,139 -145,119 -5,23 -214,68 0,00
176 / MAX 11,653 4,140 144,466 15,91 -2,62 1,24
176 / MIN -0,330 0,002 -141,106 -7,17 -175,02 -0,01
177 / MAX 10,557 4,538 135,690 13,37 -3,05 1,24
177 / MIN -1,336 -0,110 -140,592 -2,89 -176,02 -0,24
178 / MAX 12,825 5,580 96,095 15,50 -11,08 1,65
178 / MIN 0,024 -0,201 -110,297 -25,63 -166,98 -0,03
179 / MAX 10,960 3,888 75,096 4,75 -1,63 1,51
179 / MIN -11,769 -1,296 -52,180 -2,22 -43,71 0,03
180 / MAX 8,168 3,719 109,620 29,58 -4,55 1,20
180 / MIN -1,091 -0,009 -80,694 -21,23 -176,10 -0,21
181 / MAX 7,454 5,493 90,474 14,35 -6,84 1,64
181 / MIN -0,208 -0,767 -105,466 -21,19 -165,90 -0,20
182 / MAX 14,613 2,652 69,212 5,24 -1,27 0,97
182 / MIN -13,825 -0,225 -49,458 -2,16 -40,90 -0,00
183 / MAX 9,818 5,120 108,318 28,11 -3,88 1,47
183 / MIN -3,135 -0,245 -87,529 -22,74 -172,77 -0,12
184 / MAX 7,678 5,510 89,095 13,73 -6,29 1,61
184 / MIN -0,133 -1,410 -107,882 -20,43 -164,23 -0,38
185 / MAX 62,665 3,069 47,878 4,90 -1,30 1,00
185 / MIN -24,440 -0,699 -50,549 -1,80 -28,41 0,00
186 / MAX 7,857 4,776 108,752 28,82 -3,79 1,27
186 / MIN -4,480 -0,249 -96,544 -23,82 -165,41 -0,20

Date : 21/06/10 Page : 30


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

187 / MAX 9,982 2,701 145,240 17,00 -10,48 0,75


187 / MIN -1,375 0,067 -147,988 -2,87 -167,80 -0,10
188 / MAX 10,909 4,125 187,163 15,84 -5,68 1,05
188 / MIN 0,028 -5,406 -214,718 -12,08 -211,15 -1,44
189 / MAX 447,218 123,880 20,388 2,37 87,06 63,67
189 / MIN 21,916 4,533 -35,234 -0,46 -102,20 -55,00
190 / MAX 10,022 2,849 116,871 32,64 -8,18 0,92
190 / MIN 0,014 -0,450 -128,006 -35,81 -177,52 -0,14
191 / MAX 11,574 3,415 115,675 32,57 -8,98 1,05
191 / MIN 0,182 -0,512 -125,945 -35,83 -172,94 -0,17
192 / MAX 13,454 3,734 76,954 23,43 -4,89 1,26
192 / MIN -0,009 -0,224 -72,281 -30,95 -126,29 -0,06
193 / MAX 9,466 4,416 171,199 14,71 -2,89 1,16
193 / MIN -1,635 -0,827 -199,916 -0,82 -192,33 -0,24
194 / MAX 11,114 4,974 169,740 14,43 -3,31 1,23
194 / MIN -1,325 -0,722 -208,095 -1,13 -203,19 -0,38
195 / MAX 10,912 4,195 167,864 13,64 -3,06 1,17
195 / MIN 0,007 -1,449 -212,970 -1,81 -206,32 -0,65
196 / MAX 15,299 5,314 142,494 9,09 -2,04 1,57
196 / MIN -0,144 -0,111 -158,631 -0,77 -151,80 -0,03
197 / MAX 105,097 60,646 213,083 10,87 -9,88 19,89
197 / MIN -52,183 -35,709 -140,303 -17,91 -151,23 -8,62
198 / MAX 97,642 54,793 183,538 13,20 -5,26 17,59
198 / MIN -41,136 -25,577 -131,218 -18,01 -132,61 -5,29
199 / MAX 54,406 44,361 83,815 29,14 -3,40 15,01
199 / MIN -36,551 -25,143 -157,582 -16,63 -135,89 -0,64
200 / MAX 12,283 4,684 134,726 7,04 -1,68 1,39
200 / MIN -0,076 -0,016 -135,827 -8,53 -127,92 -0,00
201 / MAX 0,001 0,000 70,558 0,96 1,51 0,00
201 / MIN -0,000 -0,000 -60,910 -0,12 -122,02 -0,00
202 / MAX 0,001 0,000 71,299 1,33 0,38 0,00
202 / MIN -0,000 -0,000 -61,128 -0,24 -124,09 -0,00
203 / MAX 0,000 0,000 68,848 1,19 1,93 0,00
203 / MIN -0,000 -0,000 -58,789 -0,03 -110,01 -0,00
204 / MAX 8,832 2,775 69,544 12,70 -3,23 0,96
204 / MIN -0,013 -0,003 -70,058 -12,54 -81,54 -0,00
205 / MAX 5,808 0,781 39,250 9,18 -1,63 0,29
205 / MIN -0,682 -0,160 -36,261 -6,84 -47,77 0,01
206 / MAX 1320,883 84,670 34,227 2,33 14,86 44,42
206 / MIN 15,822 -5,906 -35,502 -0,05 -36,56 -20,80
207 / MAX 205,449 60,967 180,440 34,84 19,06 30,96
207 / MIN 1,852 -1,362 4,196 -14,23 -166,34 -0,14
208 / MAX 135,564 4,078 21,943 12,54 19,60 5,20
208 / MIN -50,193 -6,669 -31,808 -4,84 -52,33 -3,21
209 / MAX 169,090 56,274 121,451 40,93 -0,23 14,78
209 / MIN -53,836 -2,137 -32,673 0,24 -141,43 -9,28
219 / MAX 267,566 80,403 197,402 34,95 12,93 39,98
219 / MIN 0,285 -0,041 2,285 -19,57 -199,91 -0,58
220 / MAX 234,258 88,467 154,179 49,50 17,04 30,08
220 / MIN -3,322 -0,639 -71,625 0,72 -195,14 -13,17
226 / MAX 226,615 81,378 189,190 29,77 18,18 39,72
226 / MIN -2,114 0,063 5,011 -22,83 -192,28 -1,00
227 / MAX 215,674 80,101 136,798 45,41 23,16 29,09
227 / MIN 4,126 -0,594 -85,296 0,90 -197,60 -11,85
233 / MAX 144,568 5,663 29,145 13,39 17,42 7,05
233 / MIN 0,165 -6,772 -17,108 -3,77 -57,03 -3,26
234 / MAX 144,032 5,983 24,623 12,14 23,52 6,50
234 / MIN -3,879 -7,459 -15,285 -3,25 -48,77 -3,55
235 / MAX 278,818 138,848 21,469 2,59 121,27 65,11
235 / MIN 0,316 5,860 -62,254 -0,02 -167,34 -63,47
236 / MAX 1828,271 34,132 43,400 2,57 28,48 88,32

Date : 21/06/10 Page : 31


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

236 / MIN 200,730 -8,907 -20,747 0,26 -123,78 -24,18


237 / MAX 1303,812 34,738 33,886 1,18 94,93 80,94
237 / MIN 103,948 -3,841 -42,048 0,03 -140,81 -7,70
238 / MAX 849,488 36,423 34,226 1,18 91,61 76,50
238 / MIN 4,868 -3,515 -42,685 0,04 -148,81 -12,83
239 / MAX 440,006 37,871 34,264 0,96 117,67 136,36
239 / MIN 4,363 -19,227 -56,383 0,06 -178,61 -24,65
240 / MAX 1615,802 23,840 58,721 5,14 11,01 70,80
240 / MIN 21,065 -3,971 -23,257 0,12 -56,99 -9,16
241 / MAX 885,470 15,744 29,786 2,68 9,86 78,46
241 / MIN 15,745 -21,274 -21,482 0,30 -20,44 -65,99
242 / MAX 401,212 15,704 27,513 2,67 8,82 70,64
242 / MIN 9,320 -16,656 -18,403 0,20 -21,82 -54,81
243 / MAX 225,516 22,478 32,843 4,57 8,34 114,54
243 / MIN 0,779 -27,450 -15,743 0,22 -20,78 -71,82
244 / MAX 1308,050 30,398 43,961 0,70 8,90 71,41
244 / MIN 136,047 2,852 -7,763 -0,14 -117,56 -49,31
245 / MAX 915,936 42,012 30,159 1,18 43,31 95,94
245 / MIN 93,910 2,857 -19,171 0,03 -96,88 -67,78
246 / MAX 587,054 33,022 28,371 1,18 39,11 76,05
246 / MIN 60,369 1,527 -17,745 0,04 -91,75 -53,44
247 / MAX 285,765 57,419 29,420 0,96 47,31 100,72
247 / MIN 5,584 1,668 -22,662 0,06 -112,56 -144,62
248 / MAX 1672,293 218,393 24,791 3,24 79,75 145,53
248 / MIN 42,347 -110,005 -35,657 -0,21 -100,23 1,56
249 / MAX 736,282 60,778 21,289 2,46 95,70 80,72
249 / MIN 18,705 -102,142 -41,273 -0,14 -113,79 -45,52
250 / MAX 403,061 53,472 20,547 2,46 88,20 78,56
250 / MIN 12,455 -98,882 -35,435 0,06 -100,99 -47,38
251 / MAX 281,035 64,340 22,190 2,54 122,10 91,99
251 / MIN 1,543 -111,704 -63,850 -0,26 -172,29 -55,92
252 / MAX 2491,916 34,670 39,730 1,25 14,52 88,15
252 / MIN 10,348 -0,120 -6,901 0,02 -98,20 -4,50
253 / MAX 1844,793 36,642 43,096 1,18 22,18 81,41
253 / MIN 8,401 0,206 -10,904 0,03 -111,82 -7,85
254 / MAX 1215,048 35,321 39,882 1,18 32,96 78,04
254 / MIN 5,617 0,884 -15,806 0,04 -114,67 -5,84
255 / MAX 591,392 38,234 39,534 0,96 27,88 86,48
255 / MIN 1,932 0,517 -9,589 0,06 -106,18 -7,99
256 / MAX 2714,244 44,400 51,239 1,22 5,07 122,56
256 / MIN 7,645 1,465 -0,591 0,01 -127,87 -13,28
257 / MAX 1989,203 36,084 47,629 1,18 5,61 89,58
257 / MIN 6,233 -8,398 -2,265 0,03 -104,66 -21,71
258 / MAX 1295,626 35,930 45,978 1,18 7,04 85,48
258 / MIN 4,724 -5,344 -3,206 0,04 -100,93 -12,02
259 / MAX 607,985 38,017 48,847 0,96 16,27 99,32
259 / MIN 1,821 -4,715 -0,998 0,06 -109,51 -11,45
260 / MAX 1498,386 43,268 48,470 1,12 5,83 88,05
260 / MIN 13,326 0,995 0,279 -0,02 -126,11 -94,11
261 / MAX 1121,178 67,459 35,983 1,18 -0,11 153,94
261 / MIN 9,079 1,255 0,038 0,03 -81,23 -137,64
262 / MAX 731,978 59,759 35,976 1,18 1,39 132,48
262 / MIN 6,159 0,963 -0,084 0,04 -79,29 -123,19
263 / MAX 342,912 75,818 36,533 0,96 0,45 149,11
263 / MIN 2,227 1,089 -0,395 0,06 -91,66 -177,14
264 / MAX 1640,034 22,793 124,460 2,39 29,10 108,72
264 / MIN 65,140 -46,033 -85,924 -0,33 -87,25 -103,08
265 / MAX 942,821 18,716 86,350 2,10 35,81 119,22
265 / MIN 34,590 -49,801 -88,981 -0,03 -89,63 -110,90
266 / MAX 512,045 18,835 83,489 2,21 39,00 114,78
266 / MIN 17,350 -49,929 -108,636 -0,05 -100,87 -114,07

Date : 21/06/10 Page : 32


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

267 / MAX 306,949 22,961 64,823 3,03 59,04 184,05


267 / MIN -8,039 -73,830 -118,183 0,14 -96,38 -146,45
268 / MAX 2543,309 33,940 36,965 1,24 18,62 85,94
268 / MIN 7,879 -0,602 -9,524 0,02 -92,05 -1,20
269 / MAX 1893,310 35,728 43,095 1,18 31,12 83,92
269 / MIN 4,953 -2,928 -14,571 0,03 -116,40 -5,44
270 / MAX 1251,969 34,495 39,456 1,18 36,32 83,40
270 / MIN 2,944 -4,129 -16,843 0,04 -115,05 -10,38
271 / MAX 606,228 37,447 38,205 0,96 30,44 101,64
271 / MIN 1,416 -5,788 -11,743 0,06 -108,27 -11,09
272 / MAX 2326,925 46,484 313,990 5,83 93,16 102,39
272 / MIN 41,587 -16,590 -52,127 -1,56 -184,47 -27,84
273 / MAX 1014,246 33,496 234,333 2,74 113,43 70,80
273 / MIN 17,164 -14,577 5,881 -6,00 -109,85 -9,13
274 / MAX 665,911 35,126 224,235 2,91 111,98 89,07
274 / MIN 17,559 -3,675 14,475 -3,46 -114,77 -23,86
275 / MAX 470,803 43,903 253,281 2,51 148,58 91,17
275 / MIN -25,021 -1,985 6,198 -3,69 -108,44 -45,63
276 / MAX 2604,863 45,419 55,649 0,96 47,81 114,35
276 / MIN 16,383 0,716 3,831 0,02 -142,86 -11,00
277 / MAX 1944,560 41,027 47,273 1,18 22,38 92,10
277 / MIN 13,160 0,179 2,611 0,03 -105,25 -9,25
278 / MAX 1250,874 40,052 46,418 1,18 30,19 87,87
278 / MIN 9,834 -2,107 4,178 0,04 -99,93 -7,23
279 / MAX 583,329 43,405 45,559 0,96 27,73 95,98
279 / MIN 5,746 -0,107 3,563 0,06 -93,13 -14,54
280 / MAX 2737,911 43,968 56,014 0,97 51,75 112,48
280 / MIN 7,427 0,660 3,684 0,03 -142,57 -8,44
281 / MAX 2035,589 36,875 53,901 1,18 36,77 83,35
281 / MIN 5,394 0,880 4,598 0,03 -118,27 -4,97
282 / MAX 1346,932 39,700 50,931 1,18 33,88 83,35
282 / MIN 2,684 0,641 2,673 0,04 -112,98 -20,37
283 / MAX 583,809 39,407 52,193 0,96 46,93 87,72
283 / MIN 0,524 -0,699 5,730 0,06 -102,76 -4,82
284 / MAX 1414,736 32,087 53,925 4,60 25,13 115,35
284 / MIN 45,395 -26,375 4,012 0,29 -140,18 -26,14
285 / MAX 1059,389 21,235 43,109 1,18 7,44 143,00
285 / MIN 36,226 -63,450 -0,565 0,03 -94,37 -146,78
286 / MAX 697,695 22,614 43,501 1,18 14,59 156,91
286 / MIN 24,032 -64,041 0,940 0,04 -94,08 -135,61
287 / MAX 237,706 22,224 55,082 0,96 57,79 171,87
287 / MIN 11,038 -72,376 3,390 0,06 -103,68 -160,21
288 / MAX 3,797 1,241 21,706 2,74 -0,12 0,41
288 / MIN -0,783 -0,329 -20,052 -2,54 -13,52 0,00
289 / MAX 3,911 1,416 21,100 2,75 -0,59 0,39
289 / MIN -1,012 -0,093 -21,080 -2,72 -13,93 0,00
290 / MAX 1056,078 49,078 48,056 0,67 7,95 98,54
290 / MIN 46,809 1,162 -0,028 -0,10 -125,50 -102,36
291 / MAX 672,524 59,572 38,199 1,18 54,46 148,86
291 / MIN 46,895 2,124 3,668 0,03 -81,40 -97,21
292 / MAX 427,811 41,190 39,286 1,18 62,07 87,09
292 / MIN 27,241 1,990 3,258 0,04 -87,14 -73,83
293 / MAX 181,200 48,574 47,147 0,96 96,71 98,70
293 / MIN 9,164 3,519 2,771 0,06 -88,47 -85,45
294 / MAX 7,806 2,826 118,215 15,84 99,16 0,90
294 / MIN -0,084 -0,011 1,055 -16,82 -141,05 -0,01
295 / MAX 11,492 4,054 20,649 8,57 95,00 1,18
295 / MIN -0,705 -0,395 -133,635 0,25 -144,41 -0,11
296 / MAX 1133,688 16,890 50,152 1,08 1,87 95,89
296 / MIN 20,456 -28,791 -1,661 -0,07 -132,29 -35,84
297 / MAX 763,704 34,187 35,373 1,18 9,90 176,10

Date : 21/06/10 Page : 33


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

297 / MIN 12,857 -66,277 -4,041 0,03 -85,21 -147,92


298 / MAX 373,472 27,721 43,261 1,18 38,56 129,66
298 / MIN 6,493 -48,939 2,590 0,04 -86,70 -120,52
299 / MAX 134,992 28,427 39,219 0,96 14,56 140,64
299 / MIN 3,457 -39,749 1,719 0,06 -87,05 -82,43
300 / MAX 1892,469 39,688 32,267 1,12 5,80 119,78
300 / MIN 48,268 -16,305 -3,943 0,07 -79,68 -26,76
301 / MAX 1418,071 69,570 40,411 1,18 9,07 212,15
301 / MIN 34,785 -36,293 -2,358 0,03 -91,27 -74,02
302 / MAX 912,159 65,776 38,119 1,18 4,47 211,85
302 / MIN 21,822 -44,413 0,594 0,04 -82,98 -99,40
303 / MAX 445,139 67,554 36,102 0,96 2,37 245,72
303 / MIN 9,529 -51,530 -0,179 0,06 -89,41 -107,56
304 / MAX 1995,699 195,500 37,304 2,86 5,44 50,16
304 / MIN 67,700 -6,274 -4,542 -0,11 -76,88 -108,83
305 / MAX 1318,159 298,995 39,176 1,87 13,04 145,32
305 / MIN 28,673 10,315 -7,748 -0,17 -89,41 -119,37
306 / MAX 737,943 244,384 36,500 1,97 13,26 107,47
306 / MIN 16,309 6,957 -1,586 -0,83 -74,46 -88,13
307 / MAX 447,552 220,564 41,879 1,18 9,05 77,35
307 / MIN -1,384 4,701 0,996 -0,58 -81,28 -117,35
308 / MAX 0,000 0,000 78,182 3,08 105,48 0,00
308 / MIN 0,000 -0,000 2,246 -0,17 -141,06 -0,00
309 / MAX 17,290 4,182 35,646 6,57 97,59 1,23
309 / MIN -3,356 -0,245 -142,041 -0,59 -182,73 0,01
310 / MAX 4,118 2,805 133,469 25,41 109,00 0,91
310 / MIN -0,322 -0,042 3,536 -18,90 -200,37 0,00
311 / MAX 3,759 3,754 50,330 14,51 97,19 1,07
311 / MIN -1,351 -0,064 -170,766 -9,66 -225,42 -0,02
312 / MAX 1705,709 25,171 60,815 1,55 2,12 52,48
312 / MIN 36,546 -6,385 -192,366 -0,22 -111,26 -8,21
313 / MAX 996,576 50,647 98,968 3,43 85,68 99,45
313 / MIN 23,091 1,466 -133,145 -0,93 -108,56 -87,73
314 / MAX 512,854 57,673 76,446 1,99 50,71 131,27
314 / MIN 21,267 8,658 -110,105 -0,70 -97,44 -111,20
315 / MAX 299,486 73,202 65,517 2,13 59,85 138,99
315 / MIN -8,879 8,478 -118,624 -1,44 -96,41 -165,55
316 / MAX 1091,331 48,990 44,754 1,64 102,02 128,75
316 / MIN 51,862 -4,128 3,282 0,03 -83,96 -5,77
317 / MAX 701,607 36,936 69,636 1,18 101,08 75,57
317 / MIN 59,218 2,586 3,086 0,03 -171,52 -52,76
318 / MAX 447,836 42,318 47,854 1,18 78,15 95,53
318 / MIN 36,846 2,710 2,485 0,04 -101,95 -62,49
319 / MAX 192,993 52,502 58,169 0,96 97,97 97,36
319 / MIN 9,782 2,555 2,544 0,06 -114,45 -101,87
320 / MAX 1208,414 59,763 41,307 1,56 82,57 144,17
320 / MIN 126,497 -7,199 1,043 -0,93 -86,42 -9,20
321 / MAX 880,451 56,897 64,453 1,18 114,58 159,70
321 / MIN 87,824 -21,450 1,320 0,03 -147,92 -43,64
322 / MAX 557,584 55,446 54,650 1,18 98,18 161,23
322 / MIN 50,467 -26,540 0,871 0,04 -120,20 -59,68
323 / MAX 263,727 54,555 70,302 0,96 161,86 186,01
323 / MIN 11,197 -33,252 1,218 0,06 -133,79 -67,39
324 / MAX 1230,003 66,739 39,951 2,74 85,32 152,33
324 / MIN 64,411 2,845 1,766 0,31 -82,26 -34,95
325 / MAX 875,080 71,720 65,945 1,18 116,76 160,72
325 / MIN 45,773 3,857 3,433 0,03 -151,74 -51,88
326 / MAX 536,023 65,329 52,913 1,18 87,09 146,52
326 / MIN 25,917 1,556 2,885 0,04 -118,09 -37,76
327 / MAX 239,334 67,977 63,105 0,96 139,16 136,84
327 / MIN 9,737 2,057 3,775 0,06 -119,82 -58,81

Date : 21/06/10 Page : 34


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

328 / MAX 608,955 36,005 48,175 2,00 49,03 105,13


328 / MIN 57,025 -15,116 4,327 -0,01 -120,20 -14,42
329 / MAX 396,464 19,075 43,992 1,18 73,37 99,20
329 / MIN 19,565 -36,401 1,943 0,03 -96,67 -84,52
330 / MAX 202,427 20,812 30,495 1,18 20,74 69,86
330 / MIN 5,279 -20,009 0,910 0,04 -75,58 -53,23
331 / MAX 101,390 19,632 24,857 0,96 33,86 99,32
331 / MIN 2,237 -23,450 0,792 0,06 -45,78 -40,15
332 / MAX 0,000 0,000 50,853 2,58 65,28 0,00
332 / MIN 0,000 -0,000 1,220 -16,73 -98,33 -0,00
333 / MAX 5,292 3,408 17,028 20,20 61,77 1,12
333 / MIN -1,071 -0,643 -60,357 -0,66 -81,81 0,02
334 / MAX 0,000 0,000 59,101 5,86 57,32 0,00
334 / MIN -0,000 -0,000 1,592 -14,87 -130,09 -0,00
335 / MAX 2,823 2,489 29,260 27,15 49,03 0,81
335 / MIN -0,551 -0,056 -56,953 0,21 -104,79 0,00
336 / MAX 793,320 37,718 120,848 4,29 20,48 52,52
336 / MIN 14,471 -35,301 -14,360 0,08 -82,00 0,27
337 / MAX 763,761 94,803 88,049 6,30 24,88 84,67
337 / MIN 6,627 -2,312 -11,301 0,28 -53,06 -2,07
338 / MAX 131,070 3,122 171,344 1,97 56,74 3,90
338 / MIN -56,604 0,073 1,331 -0,87 -57,46 -0,65
339 / MAX 189,497 2,145 223,506 1,79 60,35 2,78
339 / MIN 6,342 -0,462 -143,441 -0,55 -63,68 -0,48
340 / MAX 76,089 7,741 143,620 2,21 60,36 8,80
340 / MIN 5,497 -3,708 -141,431 -1,60 -24,69 0,59
341 / MAX 179,691 2,297 129,888 3,27 52,00 3,21
341 / MIN -52,399 -0,100 -127,473 -1,29 -64,91 -0,03
342 / MAX 6,920 0,883 25,499 1,72 1,21 2,86
342 / MIN -50,384 -0,004 -12,442 -0,10 -59,51 -0,04
343 / MAX 7,441 0,553 22,460 0,47 1,09 1,89
343 / MIN -29,706 -0,083 -14,092 -0,00 -47,53 -0,41
345 / MAX 66,168 4,024 64,111 3,88 16,00 4,48
345 / MIN -88,479 -0,335 -5,925 -0,34 -91,50 -0,41
347 / MAX 4,340 0,434 23,510 1,46 0,94 2,02
347 / MIN -32,992 -0,118 -18,197 -0,02 -60,61 -0,40
348 / MAX 48,450 1,107 20,112 0,92 1,33 4,03
348 / MIN -35,578 0,005 -12,745 -0,44 -41,09 -0,17
349 / MAX 150,769 67,919 346,681 20,42 142,58 16,78
349 / MIN -27,939 -13,799 -148,208 -19,34 -43,40 -4,46
350 / MAX 154,017 19,663 355,334 21,91 148,20 4,86
350 / MIN 7,671 -7,676 -337,353 -21,68 -31,33 -1,78
351 / MAX 155,587 56,297 142,570 22,11 147,14 14,67
351 / MIN -78,083 -6,957 -353,744 -23,63 -35,78 -2,35
352 / MAX 39,751 0,138 15,415 0,08 0,34 0,46
352 / MIN -37,738 -0,001 -19,404 -0,02 -46,34 -0,02
353 / MAX 40,012 9,675 112,756 6,80 -1,34 3,29
353 / MIN -9,424 -0,383 -149,915 -2,12 -162,57 -0,16
354 / MAX 19,910 6,240 156,876 7,60 -1,07 2,20
354 / MIN -2,492 -0,538 -155,254 -2,94 -173,70 -0,13
355 / MAX 21,498 32,199 158,580 13,52 -5,56 7,07
355 / MIN -1,328 -0,431 -160,371 -4,09 -175,08 -1,91
356 / MAX 95,885 74,857 29,989 12,44 -2,09 30,34
356 / MIN -12,381 -42,353 -70,385 -12,79 -49,23 0,59
357 / MAX 260,260 21,593 320,626 16,34 45,61 12,92
357 / MIN -34,501 -5,229 -121,402 -13,72 -107,87 0,26
358 / MAX 41,121 4,140 53,620 3,37 8,93 1,94
358 / MIN -3,557 -0,320 -7,527 -3,24 -29,17 -0,07
384 / MAX 275,241 22,248 227,882 14,60 50,28 10,13
384 / MIN -30,210 -9,293 -124,923 -16,11 -107,52 0,12
385 / MAX 296,762 1,435 159,261 3,60 38,12 3,80

Date : 21/06/10 Page : 35


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

385 / MIN -72,392 -0,875 -41,228 -0,94 -64,02 -1,20


386 / MAX 171,352 0,890 171,738 3,20 68,85 2,38
386 / MIN -42,783 -0,783 -66,103 -0,06 -46,54 -0,95
387 / MAX 181,711 0,744 197,095 2,44 78,70 0,83
387 / MIN 7,185 -0,089 -147,289 -1,31 -58,70 -0,30
388 / MAX 154,447 0,536 153,615 3,19 81,01 0,90
388 / MIN 8,148 -0,075 -193,667 -0,77 -35,38 -0,11
389 / MAX 129,487 3,602 100,152 2,00 58,11 4,75
389 / MIN 1,778 -0,032 -138,212 -1,37 -38,49 -0,53
390 / MAX 114,458 3,634 73,971 3,10 17,04 5,41
390 / MIN -54,010 -0,722 -40,627 -0,76 -54,10 -0,81
391 / MAX 171,825 1,828 219,335 4,65 90,32 2,39
391 / MIN -65,801 -0,045 -55,934 -2,01 -29,38 -1,69
392 / MAX 206,211 28,906 351,314 17,09 144,15 14,20
392 / MIN 6,011 -0,618 -195,366 -16,13 -61,75 -0,74
393 / MAX 542,302 18,449 424,411 19,15 147,98 4,13
393 / MIN -23,079 -5,947 -358,379 -18,07 -151,33 -5,88
394 / MAX 291,620 8,197 45,019 6,83 0,25 5,73
394 / MIN -71,599 -0,976 -1,576 0,13 -18,50 -1,07
395 / MAX 10,161 1,229 23,243 1,45 0,89 4,19
395 / MIN -35,314 -0,218 -18,255 -0,20 -61,31 -0,81
396 / MAX 16,361 20,471 115,754 3,46 -1,31 5,08
396 / MIN -2,248 -1,528 -139,411 -0,85 -149,24 -0,24
397 / MAX 49,782 8,094 167,965 4,35 -1,48 2,86
397 / MIN -9,764 -0,211 -134,996 -1,30 -173,73 0,03
398 / MAX 68,552 1,249 25,928 0,85 3,88 3,88
398 / MIN -27,664 0,033 -8,190 -0,11 -61,45 -0,44
399 / MAX 30,343 1,254 19,133 0,93 1,99 4,56
399 / MIN -32,816 -0,252 -19,506 0,02 -54,57 -0,53
400 / MAX 11,072 23,696 113,842 4,28 -1,91 5,80
400 / MIN -1,224 0,017 -138,471 0,03 -149,28 -0,14
401 / MAX 39,929 8,372 172,410 4,27 -1,66 2,86
401 / MIN -11,534 -0,148 -133,032 -0,15 -178,79 -0,01
402 / MAX 57,832 1,145 25,803 1,79 3,33 3,85
402 / MIN -29,319 -0,069 -9,600 -0,01 -61,16 -0,16
403 / MAX 20,889 1,310 20,785 1,66 1,04 4,06
403 / MIN -35,427 0,027 -18,024 -0,18 -53,02 -0,94
404 / MAX 59,224 19,125 60,947 2,60 0,33 6,06
404 / MIN -21,779 -1,769 -33,614 -7,70 -22,01 -0,10
405 / MAX 418,383 17,582 80,159 23,81 -4,84 9,85
405 / MIN 8,310 -7,892 -65,896 -28,71 -112,76 -1,17
406 / MAX 436,680 3,517 176,426 1,65 60,95 4,97
406 / MIN -58,101 -0,254 -89,153 -1,99 -61,68 -0,62
407 / MAX 161,608 3,473 101,231 1,84 60,75 5,30
407 / MIN -53,158 0,006 -145,359 -0,65 -45,83 -0,13

Date : 21/06/10 Page : 36


Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2009
Auteur : CHOUANA Fouzi et DJEMEDI Fouad Fichier : Bloc 6.rtd
Adresse : Projet : Bloc 6

Efforts - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX MY MZ


[kNm] [kNm] [kNm]

MAX 3233,527 298,995 424,411 49,50 161,86 245,72


Barre 39 305 393 220 323 303
Noeud 393 109 75 166 16 70
Cas 6 (C) 11 (C) 10 (C) 10 (C) 6 (C) 11 (C)
(CQC) (CQC) (CQC) (CQC)
Mode

MIN -88,479 -111,704 -358,379 -38,01 -273,08 -177,14


Barre 345 251 393 91 154 263
Noeud 53 64 73 141 109 8
Cas 6 (C) 6 (C) 6 (C) 6 (C) 11 (C) 6 (C)
(CQC)
Mode

Contraintes - Extrêmes globaux


- Cas: 1 2 4A11

S max S min S S S S Fx/Sx


[MPa] [MPa] max(My) max(Mz) min(My) min(Mz) [MPa]
[MPa] [MPa] [MPa] [MPa]

MAX 23,11 12,43 21,85 11,79 -0,00 -0,00 12,93


Barre 219 39 154 303 7 98 39
Noeud 163 393 109 70 23 46 393
Cas 11 (C) 6 (C) 11 (C) 11 (C) 2 6 (C) 6 (C)
(CQC) (CQC) (CQC)
Mode

MIN -0,52 -21,83 0,00 0,00 -21,85 -11,79 -0,59


Barre 345 154 7 98 154 303 345
Noeud 53 109 23 46 109 70 53
Cas 6 (C) 11 (C) 2 6 (C) 11 (C) 11 (C) 6 (C)
(CQC) (CQC) (CQC)
Mode

Date : 21/06/10 Page : 37