You are on page 1of 60

Rock Mechanics

Mécanique des Roches

Note de cours

Partie 5 – Fondations et Pentes rocheuse (a)

Prof. ZHAO Jian
EPFL−ENAC−LMR

Mécanique des roches et
Tunnels
Introduction 
Fondations en rocher (des 
bâtiments, ponts et barrages)

Pentes  et talus 
rocheux 

Tunnels en rocher (cavernes, 
mines et aménagements 
hydrauliques)
Introduction 
La géotechnique s’occupe de l’analyse des 
capacités portantes et des tassements  ainsi que le 
dimensionnement et la réalisations de fondations.
Introduction 

Types de fondations en rocher
Semelles:  radier poser sur la roche. La 
fondation est soutenue par la capacité
portante du rocher.
Pieux:  battu ou vibré dans un horizon 
rocheux. Le pieux est soutenu par le 
frottement latéral et par le terme de 
pointe.
Rupture des Fondations en Rocher

Types de fondations en rocher
Fondations de barrage: Elles sont posées 
directement sur la roche et doivent résister à
la poussée hydrostatique ainsi que le poids 
propres de l’ouvrage. La résistance est 
déterminée par la capacité portante et la 
résistance au cisaillement de la roche.
Fondations précontraints: Les ancrages et 
clous* résiste au tension dans la roche 
(soulèvement du fond de fouille). La 
fondations rocheuse est sollicités en 
cisaillement.
* Mise sous tension avec une déformation de la roche
Rupture des Fondations en Rocher

Ruptures des fondations en rocher
(a) Cisaillement du massif rocheux 
altéré ou fracturé
Pour un rocher hautement fracturé, 
une rupture généralisée peut se 
produire
(b) Compression des joints
Pour des joints ouverts, la rupture se 
produit en compression.
Rupture des Fondations en Rocher

Ruptures des fondations en rocher
(c) Poinçonnement  ou rupture par 
flexion 
Souvent dû à un horizon inférieur 
peu compact.
(d) Ruptures de pinacles
Souvent pour des recouvrements 
rocheux altérés.
Rupture des Fondations en Rocher

Ruptures des 
fondations en rocher
(e) Eboulements de 
cavité rocheuse

(f) Instabilité de pente 
due à une charge 
extérieur et au 
glissement de blocs. 
Rupture des Fondations en Rocher

Ruptures des fondations en rocher
(g) Glissement latéral et tassement 
du pieu.

(h) Fluage pour des contraintes 
élevées. Le fluage peut aussi se 
produite suite à une détérioration 
de la rocheuse (érosion).
Rupture des Fondations en Rocher

Ruptures des fondations en rocher
(i)Glissement du barrage. Rupture 
de la roche par cisaillement.

(j) Rupture du coulis d’injection ou 
de la roche sous forte sollicitation.
Influence de la Géologie sur la Rupture de Fondations
Type Effet sur les fondations
Nature de la  Propriétés mécaniques, capacités portantes et tassements
roche Fluage et rupture différée
Couches superposées – poinçonnement ou rupture par cisaillement d’une 
Stratigraphie
couche rigide superposée à une couche souple.
Roche superficielle inclinée due au plissement. La capacité portante peut 
Chevauchement également être inclinée.
La nature des roches peut rapidement varier à la surface.
Faille ouverte – instabilité de pente et rupture de fondation
Faille Faille remplie – déplacement dû à la pression du au matériau de 
remplissage
Joints ouverts – rupture en compression 
Joints rapprochés – rupture en coin
Joint
Réseaux de joints – formation de block en coin et rupture en cisaillement
Joint en plan – Glissement de blocks
Cavité érodée – poinçonnement et cisaillement
Erosion
Erosion du rocher – risque de fluage
Surface – fracturation des plissements (extrados), dissolution de pinacles
Karst
Dissolution de la roche – poinçonnement
Paramètres de Dimensionnement

Résistance en compression des roches
Critère de rupture de Hoek‐Brown 
σ1 = σ3 + (mb σ3 σci + s σci2)a
mb = mi exp [(GSI–100)/28]
Pour les masses rocheuse de bonne qualité (GSI>25)
s = exp [(GSI–100)/9]    et      a = 0.5
Pour les masses rocheuses de mauvaise qualité
(GSI< 25)
s ≈ 0     et   a = 0.65 – GSI/200
Paramètres de Dimensionnement
σ3 (MPa) σ1 (MPa)
Granite, GSI=75, σci=150MPa, a=0.5. 0 37
43
mi =32, 0.2
0.4 47

mb = mi exp[(GSI – 100)/28] = 13.1 0.6


0.8
51
55
s = exp[(GSI – 100)/9] = 0.062 1.0 59

σ1 = σ3 + (1956 σ3 + 1395)0.5


1.2 63
1.5 67

σcm = 37 MPa,   σtm = 0.7 MPa 2.0


‐0.7 (σtm) 
75
0

σ3 (MPa) σ1 (MPa)
Molasse, GSI=20, σci=65MPa, s=0. 0 0.8

mi = 7  0.2
0.4
1.8
2.8

mb = mi exp[(GSI – 100)/28] = 0.40 0.6 3.6


0.8 4.3
GSI < 25, a = 0.65 – (GSI/200) = 0.55 1.0 5.0

σ1 = σ3 + (26 σ3 + 0.59)0.55


1.2 5.6
1.5 6.5

σcm = 0.8 MPa,   σtm = 0 2.0


0 (σtm) 
7.8
0
Paramètres de Dimensionnement

Cohésion et angle de frottement d’après le critère 
de Hoek‐Brown et les cercles de Mohr
Calculer les contraintes principales σ1 et σ3 avec le critère de HB et 
dessiner les cercles correspondant à chaque couple σ1‐σ3.  Tracer 
l’enveloppe de rupture tangente aux cercles et trouver c et φ.
Granite de bonne qualité Molasse de mauvaise qualité

τ Estimation τ φ
φ Estimation
M‐C c = 4.5 MPa M‐C c = 0.38 MPa
φ = 50° φ = 35°
c
σ c σ
Paramètres de Dimensionnement

Cohésion et angle de frottement en utilisant RMR
Ces valeurs sont bien souvent inférieur à ceux issue des 
cercles de Mohr.

RMR c (MPa) φ (degree) Estimé avec les 


cercles de Mohr
< 20 < 0.1 < 15
21 – 40 0.1 – 0.2 15 – 25 c = 0.38   φ = 35
41 – 60 0.2 – 0.3 25 – 35
61 – 80 0.3 – 0.4 35 – 45
c = 4.5   φ = 50
> 81 > 0.4 > 45
Paramètres de Dimensionnement

Module de déformation
Estimation d’après la qualité du massif rocheux.
Em = 25 log Q  for Q > 1
Em = 10 (Q σci/100)1/3
Em = 2 RMR – 100  for RMR > 50
Em = 10(RMR–10)/40 for 20 < RMR < 85
Em = 10(15 logQ+40)/40
Paramètres de Dimensionnement
Capacité Portante des Semelles

Semelle sur roche uniforme σ1

La capacité portante 
maximale est la contrainte 
axiale σ1 issue d’un essai de 
compression triaxiale du  σ1
massif rocheux avec une 
contrainte latérale σ3 = σcm 
qui est la résistance d’un 

Triaxial
Uniaxial
essai de compression simple  σ3 σcm
du massif rocheux adjacent.
Capacité Portante des Semelles

Résistance uniaxiale:
σcm = s½σci σcm
Uniaxial
σcm

Résistance triaxiale:
σ1
σ1 = σcm+(mbσcmσci+sσci2)½

Triaxial
σ1 = s½ σci+(mbs½ σci2+sσci2)½ σ3 = σcm σ3 = σcm

σ1
Capacité Portante des Semelles

Capacité portante acceptable
qa = Cf1 σ1 / FS
Cf1 est un facteur de forme. La valeur 
est tabulé (Tab. F1).  FS est le facteur 
de sécurité.

L
Capacité Portante des Semelles

Pied encastré σ1

La résistance du massif 
rocheux sous la fondation est 
la contrainte axiale σ1 d’un 
essai de compression triaxial. 
La contrainte de  σ1 σ3” is the surcharge pressure
confinement σ3  vaut la  σ3” = qs
contrainte axiale σ1” du  σ1”

Triaxial
massif rocheux adjacent avec  σ σ3
Triaxial
3
une contrainte de 
confinement σ3” due à la 
surcharge.
Capacité Portante des Semelles
σ3” = qs
La contrainte due à la surcharge 
vaut  σ3” = qs Uniaxial
σ1”
Résistance à l’essai de compression 
triaxial de du massif adjacent: σ1
σ1” = qs+(mbqsσci+sσci2)1/2

Triaxial
Résistance à l’essai de compression 
σ3 = σ1”
triaxial du massif (rouge):
σ1 = σ1”+(mbσ1”σci+sσci2)1/2
σ1
Capacité portante
qa = Cf1 σ1 / FS      (Cf1 dans Tab. F1)
Capacité Portante des Semelles

Capacité portante d’une roche de mauvaise qualité. 
(Solution de Bell)
qa = (Cf1cNc+½Cf2BγNγ+DγNq)/FS
γ est le poids volumique du massif rocheux, c sa 
cohésion, Cf2 est tabulé dans le tab. F1.
Nc = 2 Nφ½ (Nφ + 1),  Nγ = Nφ½ (Nφ2 – 1),  Nq = Nφ2
Nφ = tan2(45 + ½φ)
Nc, Nγ, Nq sont également tabulés.
Capacité Portante des Semelles

La capacité portante d’un massif rocheux de 
mauvaise qualité. 
Si la semelle est posée sur la surface de la roche et 
la charge sur fondation grande (supérieur au poids 
du massif), l’équation peut être simplifiée.

qa = (Cf1cNc) / FS
Capacité Portante des Semelles
Tab. F2
Capacité portante d’une 
semelle sur une pente.
qa = (Cf1cNcq+½Cf2BγNγq) /FS
γ est le poids volumique du 
massif; c sa cohésion, Cf2 dans  (US Navy Dept, 1982)

Tab. F1.
Ncq et Nγq  sont des coefficients 
de capacité portante tabulés 
dans le Tab. F2.
N0 = γH / c
Tassement des Semelles

Distribution des contraintes sous la fondation
Sous une charge ponctuelle (Boussinesq 1885)
Tassement des Semelles

(Winterkorn & Fang 1975) 

Distribution des contraintes verticales due à une charge sur fondation 
circulaire (solution élastique): (a) coupe verticale; (b) coupe horizontale.
Tassement des Semelles

(Winterkorn & Fang 1975) 

Courbe des niveaux de contraintes pour une fondation sur un massif élastique:         
(a) Charge répartie (b) charge ponctuelle 
Tassement des Semelles

(Winterkorn & Fang 1975) 

Contrainte verticale normale sous une charge 
circulaire et dans  un massif de sol constitués  Contraintes radiales sous une charge 
de deux  matériaux élastiques linéaire et dans un massif isotrope
Tassement des Semelles

Semelles sur massif isotrope et 
homogène
δ = CdqD(1 – ν2)/E D
E, ν
q est la pression uniforme de la 
capacité portante, D caractérise la 
dimension sous charge, (φ pour 
circulaire et B pour un rectangle). ν et E 
sont respectivement le coef. de Poisson 
et le module élastique.
Cd est un facteur de forme et de rigidité
donné par le Tab. F3. 
Tassement des Semelles
Tassement des Semelles

Semelles posée sur un horizon 
compressible situé au‐dessus d’un 
horizon rigide. D
E, ν
δ = C’dqD(1 – ν2)/E
q la capacité portante, D la surface de 
charge, ν et E  le coef. de Poisson et le 
module d’élasticité de l’horizon 
compressible.
C’d est un facteur de forme donné
dans le Tab. F4.
Tassement des Semelles
Tassement des Semelles

Semelles avec une couche 
compressible entre deux rigides
δ = C”dqD(1 – ν2)/E’
E’ = (E1H1+E2H2)/ (H1+H2) H1 E1

C”d est donné dans le Tab. F5.  H2 E2


Comme Tab. F4 mais en substituant H avec 
(H1+H2).
Tassement des Semelles
Tassement des Semelles

Semelle posée sur un horizon rigide 
avec un horizon compressible au‐
dessous.
H D E1
(i) Calculer le tassement comme si toutes  E2, ν2
les couches étaient compressible avec un 
facteur de forme Cd (Tab. F4. )
δ∞ = CdqD(1 – ν22)/E2
(ii) Déterminer H/D, E1/E2  puis le facteur de 
correction (Tab. F6). Le tassement final est 
donné par:
δ = aδ∞
Tassement des Semelles
Tassement des Semelles

Contraintes sous une semelle chargée 
excentriquement
(i) Pour une excentricité e < B/6,
e
q1 = (Q/B) (1 + 6e/B) q2
q1
Pressure distribution
q2 = (Q/B) (1 – 6e/B)

(ii) Pour une excentricité e > B/6,
e

q1 = (4/3 Q) / (B – 2e) q1
Pressure distribution
Tassement des Semelles

Tassement d’une fondation avec une géologie 
compliquée et un chargement excentré.

La distribution de l’effort et du tassement de la 
fondation doit être modélisé par FEM par exemple.
Pieux Forés dans la Roche

(1) Pieu soutenu  (2) Pieu uniquement  (3) Pieu dans un 


par frottement et  soutenu par  sol et posé sur la 
par le terme de  frottement due à roche. Frottement 
pointe. Souvent  une surexcavation  latéral faible et 
ou une faible  l’effort en point 
Q s> Qb capacité portante est grande

Qb=0  Qb>>Qs
Pieux Forés dans la Roche

Frottement Latéral et Capacité Portante des Pieux
Les pieux forés dans la roche sont soutenus par 
frottement latéral et par la capacité portante.
Frottement latéral: la résistance en cisaillement de 
l’interface roche‐béton doit être estimée. 
Capacité portante : la résistance du rocher est 
utilisé.
Tassement: les déplacements du rocher ainsi que 
du béton doivent être estimés.
Pieux Forés dans la Roche

Frottement Latéral : 
Résistance latérale admissible
Qs = τs π D L / FS
τs est le cisaillement latéral du mur, D le diamètre 
du pieu, L la longueur du forage
τa = τs/FS ≈ R σm(s)½
σm(s) est la résistance en compression uniaxiale, R 
est la rugosité du forage (0.3 for ondulation 
>10mm, 0.25 for ondulation <10mm)
Pieux Forés dans la Roche

Capacité Portante du Pieu
Capacité admissible du rocher
Qb = ¼ π D2 σ1m(b) /FS
σ1m(b) est la résistance triaxiale en compression du 
rocher en dessous du pieu, D son diamètre.
La résistance triaxiale du rocher peut être estimé
avec le critère de Hoek‐Brown.
Pieux Forés dans la Roche
Q
Tassement du Pieu
Ec
δ = Q I / D Em(s) Em(s)
L

R=Ec/Em(s)
Q la charge appliquée, D le  D

diamètre du pieu, Em(s) le 
module élastique du rocher 
autour du pieu. Fig. P1

I est un facteur d’influence 
du tassement qui est donné
dans la Fig. P1.
(Pell & Turner 1979)
Pieux Forés dans la Roche

Tassement dû à la portance
δ = (4Q/πD2)(L/Ec)+ (4Q/πD2)[RF’CdD(1–ν2)/Em(b)] 
Déformation du pieu Déformation de la roche

Q la charge appliquée, D le diamètre. L 
la longueur du pieu, Ec le module 
élastique du béton, ν et Em(b) le coef. de 
Poisson et le module élastique du 

Reduction factor , RF’
rocher, Cd un facteur de forme
(Tab. F4). Q

Le facteur de réduction  Ec Fig. P2
RF’ est donné dans  L
la Fig. P2. (Pell & Turner 1979)
D
Em(b)
Pieux Forés dans la Roche

Tassement dû au frottement latéral et à la capacité


portante. 
δ = Q I / D Em(s)
Q est la charge appliquée, D le diamètre du pieu, 
Em(s) le module élastique de la roche forée, I le 
facteur d’influence donnée dans la Fig. P3.
Utiliser la Fig. P3 pour estimer le pourcentage de la 
charge reprise par la capacité portante. Contrôler 
que la capacité portante et le frottement latéral ne 
dépassent pas les valeurs admissibles.
Pieux Forés dans la Roche

Fig. P3 I I
I Fig. P3
Fig. P3

Qb
— (%)
Q
Q Q
—b (%) —b (%)
Q Q
L/B

L/B (Rowe & Armitage 1987) L/B

Facteur d’influence et répartition des efforts
Fondations de Barrage

Fondation pour Barrage‐poids
Les barrages sont souvent construits 
sur de bon rochers de fondation. 
Ceux‐ci doivent être supporter le 
poids du barrages et les efforts 
hydrostatiques. 
La capacité portante n’est pas 
souvent un problème. La rupture de 
fondation en cisaillement due à la 
poussée de l’eau l’est, en revanche, 
beaucoup plus souvent. 
Fondations de Barrage

Résistance au glissement
(i) Sur une surface horizontale H, water V, weight
pressure
FS = résistance totale/ sollicitations 
tangentielles u, water uplift

FS = [cA + (ΣV‐ Σu) tanφ] / ΣH
A, base area

c = cohésion, φ = friction angle
(ii) Sur une surface inclinée
Faire la projection des force sur le plan 
incliné
Inclined base
FS = résistance totale / sollicitations 
tangentielles
Fondations de Barrage

Pied de Barrage encastré
σcm

FS = (résit. au glissement + résist. rocher en pied de 
barrage)/ sollicitation en glissement 
(i) Résistance au glissement = cA + (ΣV‐ Σu) tanφ
c = cohésion, φ = angle de frottement
(ii) Résistance de la roche= σcm = s½σci
s = exp [(GSI–100)/9] (pour un bon rocher)
σci = résistance en compression uniaxiale de la roche
(iii) Sollicitation : Poussée de l’eau (ΣH)
Fondations de Barrage

Stabilité du barrage et déplacement
Due à la complexité de la géométrie des fondations 
ainsi qu’une distribution des efforts fortement 
non‐linéaire, le recours à une analyse numérique 
(FEM) est très courante.
Fondations Précontraints

Fondation Précontrainte par des 
Tirants d’Ancrage
Le rocher est souvent renforcé
avec des tirants d’ancrage et des 
injections de coulis de ciment afin 
d’offrir au terrain une résistance 
en traction. 
Les tirants d’ancrage sont utilisé
pour prévenir la chute de block 
dans les galeries ainsi qu’un 
soulèvement (basculement) du 
barrage.
Fondations Précontraints

Résistance des Tirants
La charge est transmise de 
l’ancrage au rocher par un 
coulis de ciment. Cette interface 
rocher‐ancrage est sollicitée en 
cisaillement. La roche reprend 
éventuellement l’intégralité de  Rock mass 
la charge est une rupture de ce  mobilised 
by anchor 
dernier n’est pas exclure.
Fondations Précontraints

Dimensionnement des Fondations Précontraintes
(i) Le diamètre des ancrages doit être suffisants 
pour reprendre la charge de dimensionnement.
(ii) La longueur de forage doit être estimée sur la 
base de la résistance de l’interface ancrage ‐ coulis.
(iii) La position de l’ancrage dépend de la résistance 
du rocher. Il faut estimer le cône de rupture du 
rocher, la résistance du rocher et ne pas négliger le 
poids propre de ce dernier.
Fondations Précontraints

Scellement des Tirants d’Ancrage
En général, l’interface coulis de ciment‐ancrage est 
le double de celui du coulis de ciment‐rocher. Il faut 
donc prendre ce dernier pour le dimensionnement. 
La charge admissible est définie comme ainsi :
Qa = ½πDLbτult = πDLbσc/20
D est le diamètre effectif du forage, Lb la longueur du forage, 
τult la résistance ultime de l’interface coulis‐rocher (essai de 
rupture ou spécifications du produit) ou ≈1/10 σc .
Fondations Précontraints

Position de la Rupture
Pour des bons rochers, la 
rupture est se produit à la 
base de l’ancrage.

Pour des mauvais 
rochers, la rupture la plus 
probable est à mi‐
longueur du scellement.
Fondations Précontraints

Résistance au Soulèvement des 
Tirants d’Ancrage
La résistance au soulèvement  Q
comprend la contribution du 
poids propre du rocher (Wc) et la  γr
résistance du rocher le long du  L σtm
cône de rupture (Fr). θ
30 for poor rock, 

Wc = ⅓γr π L3 tan2θ
45 for good rock

Q
ψ
fr = σtmπ L2/cos2θ
Résistance au soulèvement
Q = (fr + Wccosψ) /FS
Fondations Précontraints

Capacité Portante de Rochers
La capacité portante d’un terrain 
précontraint dépend du degré
de fracturation. La forme et 
taille du cône de rupture est 
fortement influencé par ces 
discontinuités. Les fissures 
diminuent fortement la 
résistance au soulèvement du 
rocher.
Fondations Précontraints

Ancrage fortement Incliné
Quand ψ > (90‐ θ), certaine 
régions du cône sont sollicité en  ψ
cisaillement. Les autres régions 

Q
le sont en traction. σtm

Pour un bon rocher: τ >> σtm.  θ
τ
Fondations Précontraints

Autres conditions 
σtm
Pour les ancrages verticaux (vers 
le hauts), la résultante du poids 
ψ
propre du cône doit être 
analysées. Il se peut que la  Q τ

partie inférieur soit sollicitée en 
cisaillement. Q

En présence d’une nappe 
phréatique, le poids effective de  γr

la roche doit être pris en  GW

compte.