You are on page 1of 2

Correction Bac, série S

Candidats ayant suivi l’enseignement de


spécialité

juin 2011

Exercice no 4 5 points
Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

PARTIE A - Restitution organisée de connaissances


On rappelle ci-dessous le théorème de BÉZOUT et le théorème de GAUSS.
Théorème de BÉZOUT :
Deux entiers relatifs a et b sont premiers entre eux si et seulement si, il existe un couple (u ; v)
d’entiers relatifs vérifiant au + bv = 1.
Théorème de GAUSS :
Soient a, b, c des entiers relatifs.
Si a divise le produit bc et si a et b sont premiers entre eux, alors a divise c.
1. Démontration du théorème de GAUSS :
a et b sont premier entre eux, il existe donc u et v, entiers vérifiant au + bv = 1.

au + bv = 1 =⇒ acu + bc v = c

Or a divise bc donc bcv, et évidemment a divise acu, donc a divise c = acu + bc v.


2. Soient p et q deux entiers naturels tels que p et q sont premiers entre eux.
Déduire du théorème de GAUSS que, si a est un entier relatif, tel que a ≡ 0 [p] et a ≡ 0 [q],
alors a ≡ 0 [pq] :
Soit a relatif tel que a ≡ 0 [p] et a ≡ 0 [q].
Alors, il existe k et k 0 relatifs tels que a = kp et a = k 0 q d’où kp = k 0 q.
p divise k 0 q et p est premier avec q, donc, d’après le théorème de GAUSS, p divise k 0 .
Il existe k 00 ∈ Z, k 0 = pk 00 . Alors a = k 0 q = k 00 pq d’où a ≡ 0 [pq].

1
PARTIE B
On se propose de déterminer l’ensemble S des entiers relatifs n vérifiant le système :

 n ≡ 9 [17]
 n ≡ 3 [5]

1. Recherche d’un élément de S .


On désigne par (u ; v) un couple d’entiers relatifs tel que 17u + 5v = 1.
a) Il existe un tel couple (u ; v), car 17 et 5 sont premiers entre eux et on applique le théo-
rème de BEZOUT.
b) On pose n 0 = 3 × 17u + 9 × 5v.

n 0 = 3 × 17u + 9 × 5v ⇐⇒ 3(17u
| {z+ 5v}) + 6 × 5v = 3 + 5 × (6v) ⇐⇒ n 0 ≡ 3 [5]
=1
n 0 = 3 × 17u + 9 × 5v ⇐⇒ 9(17u
| {z+ 5v}) − 6 × 17u = 9 + 17 × (−6u) ⇐⇒ n 0 ≡ 9 [17]
=1

Donc n 0 ∈ S .
c) Exemple d’entier n 0 appartenant à S :
Nous avons :
17 = 3 × 5 + 2 =⇒ 2 = 17 − 3 × 5
Mais

17 = 3×5+2 et 5 = 2×2+1 =⇒ 1 = 5−2×2 = 5−(17−3×5)×2 = 17 × (−2) + 5 × 7 = 1

Ainsi le couple (u; v) = (−2 ; 7) convient et n 0 = 3 × 17(−2) + 9 × 5(7) = 213 est un exemple
de n 0 .
2. Caractérisation des éléments de S .
a) Soit n un entier relatif appartenant à S .
On a : n ≡ 9 [17] et n 0 ≡ 9 [17]. Donc n − n 0 ≡ 0 [17].
De même : n ≡ 3 [5] et n 0 ≡ 3 [5]. Donc n − n 0 ≡ 0 [5].
Ainsi d’après la question Partie A. 2), nous obtenons :

n − n 0 ≡ 0 [17 × 5] ⇐⇒ n − n 0 ≡ 0 [85].

b) On en déduit que, si n ∈ S , n ≡ n 0 [85] donc n ≡ 213 [85].


Or 213 = 270 + 43 = 2 × 85 + 43 ≡ 43 [85] donc 213 ≡ 43 [85].
Par conséquent : n ∈ S ≡ n ≡ 43 [85] donc n = 43 + 85k, k ∈ Z .
3. Application
Zoé sait qu’elle a entre 300 et 400 jetons. Si elle fait des tas de 17 jetons, il lui en reste 9. Si elle
fait des tas de 5 jetons, il lui en reste 3.
Combien a-t-elle de jetons ?
Soit n le nombre de jetons. On a : n ≡ 9 [17] et n ≡ 3 [5].
D’après ce qui précède, on a : n = 43 + 85k.
On sait que 300 É n É 400, donc 300 É 43 + 85k É 400.
On en déduit que k = 4 et que Zoé a 383 jetons.