You are on page 1of 3

Ferdinand de Saussure (1857-1913), est un linguiste suisse.

Il est le fondateur du structuralisme en


linguistique, il s'est aussi distingué par ses travaux sur les langues indo-européennes.

On estime (surtout en Europe) qu'il a fondé la linguistique moderne et établi les bases de la sémiologie. Dans
son Cours de linguistique générale (1916), publié après sa mort par ses élèves, il définit certains concepts
fondamentaux (distinction entre langage, langue et parole, entre synchronie et diachronie, caractère arbitraire
du signe linguistique, etc.) qui inspireront non seulement la linguistique ultérieure mais aussi d'autres secteurs
des sciences humaines comme l'ethnologie, l'analyse littéraire, la philosophie et la psychanalyse lacanienne.

1. L’objet d’étude de la linduistique

Selon F. de Saussure nulle part l’objet intégral de la linguistique ne s’offre au linguiste. Il n’y a selon lui et ses
adeptes qu’une solution : il faut se placer de prime abord sur le terrain de la langue et prendre pour norme de
toutes les autres manifestation du langage. C’est-à-dire il faut étudier la langue en soi et pour soi. L’objet
concret est « le produit social déposé dans le cerveau de chacun, c’est-à-dire la langue. Mais ce produit diffère
suivant les groupes linguistiques : ce que nous est donnée, ce sont les langues. Le linguiste est obligé d’en
connaître le plus grand nombre possible, pour tirer de leur comparaison ce qu’il y a universel en elles. ».

2. La notion de signifiant et de signifié


Chez Saussure, le signe linguistique (terme qu’il préfère à celui de mot) comprend deux éléments
indissociables (deux faces) : l’image acoustique et le concept. Selon lui, il s’agit d’entités psychiques qui
ne peuvent exister l’une sans l’autre. Selon Saussure, la notion de signe ne s’applique pas uniquement au
système linguistique mais potentiellement à tous les autres systèmes. C’est pourquoi, il remplacera le
terme image acoustique par signifiant et celui de concept par signifié, car ils sont plus généraux. Dans le
domaine de la linguistique, le signifiant correspond à l’enveloppe linguistique du mot et le signifié à son
sens.

3. Pourquoi les signes linguistiques sont-ils arbitraires ?


Lorsque Saussure énonce le principe de l’arbitraire du signe, il veut souligner le fait qu’il
n’existe aucun lien naturel ou logique entre les deux faces du signe : le signifiant et le signifié.
En d’autres termes, on dit que cette relation est immotivée.

Ex. l’idee de « soeur » n’est liee par aucun rapport avec la suite de sons s-œ-r qui lui sert de signifiant, il
pourrait aussi bien represente par n’importe quel autre.

Ce principe peut etre conteste par les onomatopees, mais elles ne sont jamais considerees des elements
organiques d’un systeme linguistique :

- elles sont peu nombreuses

- elles sont en quelque mesure arbitraires, parce’que ne sont que l’immitation approximative.

4. La différence entre la signification et la valeur d’un signe

Le lien entre un signifiant et un signifié produit la signification d’un signe. Toutefois, pour Saussure,
chaque signe appartient avant tout au système général de la langue. Il tire donc sa valeur de ses rapports
avec les autres signes de la langue et non de lui-même. La valeur est constituee :

1) par une chose dissemblable susceptible d’etre echangee contre celle dont la valeur est a determiner
2) par des choses similaires qu’on peut comparer avec celle dont la valeur est en cause

Ces deux facteurs sont necessaires pour l’existence de la valeur.

5. Selon Saussure, les relations entre signes peuvent être syntagmatiques ou

paradigmatiques.

Les termes syntagmatiques et paradigmatiques désignent le type de relation que les signes peuvent
entretenir entre eux. Ces relations peuvent être représentées sur deux axes distincts : d’un coté l’axe
syntagmatique, horizontal et de l’autre l’axe paradigmatique, vertical.

L’axe syntagmatique repose sur deux ou plusieurs termes dans une série. Mais l’axe paradigmatique
permet d’unir les termes.
Ferdinand de Saussure « Cours de linguistique
generale» - les concepts clés de la linguistique moderne

Réalisé par :
Ursu Veronica,
421 EL