You are on page 1of 1

Une courte histoire du bilinguisme

Carlos David Quintero Gil

Mon apprentissage de l’anglais a été presque naturel. J’ai commencé à apprendre la


langue quand j’étais un enfant. Mon école était bilingue, alors j’avais beaucoup de cours
en anglais : de mathématique, de physique, de chimie et d’anglais (évidemment). Presque
la moitié de mes cours étaient en cette langue. Comme l’espagnol, l’anglais devenait une
partie de ma vie. Mais je n’ai jamais vu l’anglais comme une manière d’établir un contact
avec le « monde extérieur », pour moi c’était seulement une condition nécessaire dans
l’école.

Mais, en 2013, j’ai vécu une expérience qui a vraiment changé ma relation avec l’anglais.
Je suis allé avec ma famille à Aruba pour les vacances de Noël. Et la surprise était que
personne ne parlait espagnol ! Donc, j’étais le traducteur officiel de ma famille là-bas.
Particulièrement, mes parents ont parlé avec une famille américaine et, avec difficulté, j’ai
été le pont de communication. Durant ce voyage, j’ai compris que l’anglais peut être
beaucoup plus qu’un cours dans l’école, mais aussi une façon d’accéder aux gens et aux
autres cultures.

Il y avait une autre expérience mémorable dans un autre voyage. Nous étions dans un
restaurant à Rio de Janeiro en 2016. Dans ce restaurant, la serveuse ne comprenait pas
notre langue, pas comme les autres brésiliens, et elle a demandé de l’aide. Une
mademoiselle qui parlait anglais est venue, et c’était tout un jeu de langues. Je parlais
avec mes parents en espagnol, je disais ce qu’ils veulent en anglais à la mademoiselle et
elle traduisait en portugais pour la serveuse… c’était fou.

À partir de ces expériences, aujourd’hui je suis sûr que les langues sont une porte d’entrée
aux autres cultures et à une autre manière de penser et de vivre. Pour cette raison je suis
en train d’apprendre le français : parfois je l’aime, parfois pas du tout, mais je sais que le
français a changé ma façon de voir la langue : l’espagnol, l’anglais, et pour prouver
l’affirmation, le portugais, la langue que j’ai commencé à étudier cette semestre.
L’avantage la plus grande d’apprendre le français dans l’université est que je suis
beaucoup plus conscient de l’usage de la langue que quand j’ai appris l’anglais, cela me
permettre vraiment réfléchir autour de la langue et la difficulté du processus de la
communication.