You are on page 1of 11

DUMARGNE Emilien C6

Université Paul Verlaine

I.U.T. Thionville-Yutz
Département Génie Biologique

Compte Rendu Travaux Pratiques

Biologie Végétale
Étude de la toxicité minérale sur la croissance végétale

Pour Dominique

1/11
DUMARGNE Emilien C6

A. Introduction

L'expérience à pour but d'étudier sur une plante d'orge l'impact d'ions métalliques, en présence et leur
concentration, dans la solution comprise dans le milieu de développement de la plante ( ici
vermiculite ). Nous savons précisément la composition du milieu de culture : dans cette expérience les
ions zincs et cuivres vont être utilisés à concentration variable par des conditions précises et définies
d'opérations.

Le but de l'expérience est de savoir si l'élément est toxique ou non pour la plante :

– en le qualifiant de macro-élément, oligoélément ou élément indésirable


– en déterminant son seuil de toxicité
– en nommant par l'étude le comportement de la plante et la translocation de l'élément.

On peut faire l'hypothèse suivante :

Chaque plante à besoin de certains éléments minéraux pour son développement, d'autres moins ou
pas du tout. Un élément minéral peut être alors nocif pour la plante (ou dit toxique) mais cela à une
certaine concentration.
La plante peut être insensible à cette toxicité en basse concentration de l'élément. Elle possède donc
une limite avant toxicité (seuil), en fonction de l'élément, de la concentration dans l'environnement de
l'élément toxique et des conditions de la plante avant une incorporation naturelle ou non de l'élément
toxique ( conditions opératoires, comme elle était sous forme de graine elles ne sont pas prise en
compte ).

Durant toute l'expérience nous relevons les tailles des racines et des tiges ( appareil racinaire et foliaire
) en fonction des concentrations d'un des deux ions métalliques dans le milieu de culture. Nous
relevons aussi la concentration de ces mêmes ions dans les tissus de la plante.

B. Analyse bibliographique [Cf > α et γ]

Une fois atteint le seuil de toxicité une plante se développe moins bien car la définition de
toxicité végétale est : l'excès d'un élément dans le milieu et pris par la plante qui est ensuite en excès
dans celle-ci et va provoquer la diminution progressive de sa croissance plus sa concentration est
élevée, cela se révèle macroscopiquement par des symptômes visibles (couleurs changés de parties,
longueur moindre...)

Un élément est dit oligoélément où en concentration faible ou moyenne, la croissance de la


plante augmente, à plus forte concentration il la fait diminuer et devient toxique pour la plante.

Un élément est dit macro-élément quand il est essentiel pour la plante et qu'il en faut en forte
concentration dans le milieu.

Un élément est indésirable quand son seuil de toxicité est bas c'est a dire qu'il devient
rapidement nocif pour la plante.

La translocation est le passage d'un élément chimique à travers une ou plusieur membranes
grâce à un transporteur membranaire, donc ici le passage d'un appareil a un autre ( foliaire et
racinaire).

2/11
DUMARGNE Emilien C6

Sites internet visités :

α ) Glossaire des termes de biologie végétale :


http://taste.versailles.inra.fr/inapg/phytoremed/glossaire.htm

β ) Diapositive n°11 de « Bases de l’agronomie – Nutrition des Plantesde » de G. Bertoni :


http://www.inp-toulouse.fr/tice/office/01Extrait_Agronomie_et_Physiologie_Vegetale.ppt

γ ) Partie 4,1 de la page sur les Métaux sur Wikipédia :


http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tal#Toxicit.C3.A9_et_.C3.A9cotoxicit.C3.A9_terrestre

Livres et cours consultés :

δ ) Cours de biologie végétale 1ère année de DUT biologie, IUT de Thionville-Yutz de M Morleau : Page
19 sur la nutrition minérale Chapitre 3

C. Matériel et Méthodes

I. Conditions expérimentales

Des graines d'orge toute non développées ont été mise en culture dans un milieu synthétique
( ou toute la composition du milieu est connue ) dans des gobelets remplis de vermiculite ( substrat
minéral naturel ). Le milieu synthétique a été mis en place à partir d'une solution mère qui a été diluée à
plusieurs concentration en élément différente.
Par la suite les gobelet sont mis dans une enceinte durant 1 semaine, à taux constant et régulé en
température, en lumière et en humidité ; sans arroser.

II. Facteurs expérimentaux

Les facteurs sont fixés :

– pour la température, 20°C la nuit et 22°C le jour


– pour l'humidité, 80% d'humidité
– pour le temps d'éclairage, 18h la nuit et 16h le jour

Il n'y a qu'un seul facteur variable c'est la concentration des ions dans la solution présente dans le
milieu de culture ( ions cuivre et zinc ), on peut donc dire que c'est un facteur quantitatif. Cette
concentration est au minimum de 0 ppm qui va être le témoin ( car il n'y a pas d'ion métallique introduits
), on passe ensuite à une concentration de 12,5 ppm, puis 50 ppm, 100 ppm, 200 ppm, 400 ppm, 600
ppm et enfin 800 ppm. Cela donne va donner par la suite 8 valeurs expérimentales par groupe de 4.

D. Observations

La première observation réalisée est la longueur de l'appareil racinaire et foliaire après la


période de croissance d'une semaine. On mesure par la suite grâce à un papier millimétré et d'une
règle la longueur de la racine et de la tige du point le plus proche de la graine. Ensuite, par une
seconde observation qui consiste à savoir la teneur en élément métallique dans la plante on coupe les
tissus foliaires ( tiges et feuilles associés ) et racinaires. On les places dans des pot fabriquer en
aluminium une fois coupés on fait une pesée pour calculé par la suite la teneur de l'élément dans
l'appareil foliaire et racinaire.

3/11
DUMARGNE Emilien C6

E. Analyse

I. Calcul et exploitation des longueur foliaire et racinaire après l'expérience

a. Le cuivre

Evolution de la longueur racinaire en fonction de la concentration en Cuivre


140

120

100
Longueur (mm)

80

60

40

20

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900

Concentration (ppm)

Moyennes des longueurs racinaires d'orge en fonction de la teneur de Cu dans le milieu


Croissance Moyenne (en %) 0 18 2 -12 -40 -69 -81 -91 -92 -95
Taille Moyenne (en mm) 109 129 111 96 66 33 21 10 8 6
Teneur en élément (ppm) 0 6,25 12,5 25 50 100 200 400 600 800
[NB : en rouge on repère le seuil de toxicité quand la croissance moyenne en % est inférieure a -10 %]

Grâce au tableau et au graphique ci dessus on peut distinguer deux choses :

– Que le seuil de toxicité de Cuivre de l'appareil racinaire est à 25 ppm car la croissance
moyenne en % est de -12

– A faible concentration (entre 6,25 et 12,5 ppm) la longueur augmente un peu alors qu'a plus
forte concentration elle décroit par rapport à la valeur de base (blanc de 109 mm).

On peut utiliser la formule suivante pour savoir plus précisément le seuil de toxicité :
Lx= Lo-(Lox0,1)

AN : 109-(109x0,1) = 98,1 mm
Cette droite y=98,1 est tracée sur le graphique il suffi de regarder en quel point elle coupe la courbe et
lire son abscisse, on a 23 ppm.
On peut conclure que le cuivre est un oligoélément pour l'appareil racinaire de l'orge.

4/11
DUMARGNE Emilien C6

Evolution de la longueur foliaire en fonction de la concentration en Cuivre


180

160

140

120
Longueur (mm)

100

80

60

40

20

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900

Concentration (ppm)

Moyennes des longueurs foliaire d'orge en fonction de la teneur de Cu dans le milieu


Croissance Moyenne (en %) 0 40 41 3 -22 -44 -41 -56 -54 -61
Taille Moyenne (en mm) 111 153 153 112 85 61 64 47 50 42
Teneur en élément (ppm) 0 6,25 12,5 25 50 100 200 400 600 800
[NB : en rouge on repère le seuil de toxicité quand la croissance moyenne en % est inférieure a -10 %]

Grâce au tableau et au graphique ci dessus on peut distinguer deux choses :

– Que le seuil de toxicité de Cuivre de l'appareil foliaire est avant ou est égal à à 50 ppm car
la croissance moyenne en % est de -22

– A faible concentration (entre 6,25 et 25 ppm) la longueur augmente un peu alors qu'a plus
forte concentration elle décroit par rapport à la valeur de base (blanc de 111 mm)

On peut utiliser la formule suivante pour savoir plus précisément le seuil de toxicité :
Lx= Lo-(Lox0,1)

AN : 111-(111x0,1) = 99,9 mm
Cette droite y=99,99 est tracée sur le graphique il suffi de regarder en quel point elle coupe la courbe et
lire son abscisse, on a 40 ppm.

On peut conclure que le cuivre est un oligoélément pour l'appareil foliaire de l'orge.

5/11
DUMARGNE Emilien C6

b. Le zinc

Evolution de la longueur racinaire en fonction de la concentration en Zinc


160

140

120

100
Longueur (mm)

80

60

40

20

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900

Concentration (ppm)

Moyennes des longueurs racinaires d'orge en fonction de la teneur de Zn dans le milieu


Croissance Moyenne (en %) 0 -22 3 1 17 8 11 -7 3 1
Taille Moyenne (en mm) 121 94 125 122 142 132 134 113 126 123
Teneur en élément (ppm) 0 6,25 12,5 25 50 100 200 400 600 800
[NB : en rouge on repère le seuil de toxicité quand la croissance moyenne en % est inférieure a -10 %]

Grâce au tableau et au graphique ci dessus on peut distinguer deux choses :

– Que le seuil de toxicité de Zinc de l'appareil racinaire est avant ou est égal à 6,25 ppm car
la croissance moyenne en % est de -22

– La longueur augmente un peu alors qu'a plus forte concentration elle décroit par rapport à
la valeur de base (blanc de 121 mm)

On peut utiliser la formule suivante pour savoir plus précisément le seuil de toxicité :
Lx= Lo-(Lox0,1)

AN : 121-(121x0,1) = 108,9 mm

Cette droite y=108,9 est tracée sur le graphique il suffi de regarder en quel point elle coupe la courbe et
lire son abscisse, on a 6 ppm.

On peut conclure que le zinc est un oligoélément important pour l'appareil racinaire de l'orge.

6/11
DUMARGNE Emilien C6

Evolution de la longueur foliaire en fonction de la concentration en Zinc


140

120

100
Longueur (mm)

80

60

40

20

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900

Concentration (ppm)

Moyennes des longueurs foliaire d'orge en fonction de la teneur de Zn dans le milieu


Croissance Moyenne (en %) 0 -24 -9 -3 18 11 10 -7 9 8
Taille Moyenne (en mm) 97 70 87 93 116 109 108 89 107 106
Teneur en élément (ppm) 0 6,25 12,5 25 50 100 200 400 600 800
[NB : en rouge on repère le seuil de toxicité quand la croissance moyenne en % est inférieure a -10 %]

Grâce au tableau et au graphique ci dessus on peut distinguer deux choses :

– Que le seuil de toxicité de Zinc de l'appareil foliaire est avant ou est égal à 6,25 ppm car la
croissance moyenne en % est de -24

– La longueur augmente un peu alors qu'a plus forte concentration elle décroit par rapport à
la valeur de base (blanc de 97 mm)

On peut utiliser la formule suivante pour savoir plus précisément le seuil de toxicité :
Lx= Lo-(Lox0,1)

AN : 97-(97x0,1) = 87,3 mm

Cette droite y=87,3 est tracée sur le graphique il suffi de regarder en quel point elle coupe la courbe et
lire son abscisse, on a 4 ppm.

On peut conclure que le zinc est un oligoélément important pour l'appareil foliaire de l'orge.

7/11
DUMARGNE Emilien C6

II. Calculs de la teneur en ions métalliques Zinc et Cuivre dans les différents tissus de la
plante et translocation

On calcul le rapport : [(A(mg/l) – Blanc) x Volume(ml).10-5] x 1/MS(mg).10-6


cela nous donne la teneur en métal dans la plante. Par la suite nous pouvons tracer les courbes de la
teneur de l'élément sur sa concentration comme le montre le graphique et le tableau suivants :

D'après le tableau et la courbe et des sources bibliographiques δ et β on peut dire que la teneur des
éléments Zinc et Cuivre dans l'appareil racinaire son plus élevé que dans l'appareil foliaire, cependant
la teneur en cuivre est très élevé dans la racine pour 8 ppm en concentration du métal de même pour le
zinc à partir de 4 ppm, mais une augmentation moindre.

Bilan sur la translocation : Le cuivre ne reste pas dans l'appareil foliaire de l'orge mais il est placé dans
l'appareil racinaire. En, revanche le zinc ne reste dans l'appareil racinaire et il est placé dans l'appareil
foliaire

SUITE CF PARTIE
DU CR N°2

8/11
DUMARGNE Emilien C6

SUITE CF PARTIE
DU CR N°2

9/11
DUMARGNE Emilien C6

SUITE CF PARTIE
DU CR N°2

10/11
DUMARGNE Emilien C6

F. Conclusion

Les métaux Zinc et Cuivre sont des oligoéléments pour cette plante, donc ils bénéfiques à la plante à
faible concentration. En revanche, si la concentration passe au dessus d'un seuil, ils deviennent
toxiques pour la plante. Le zinc est cependant toxique à plus forte concentration que le cuivre. La
plante est donc accumulatrice pour l'élément zinc et exclusive pour l'élément cuivre.

11/11