You are on page 1of 3

26

STATION DE CREYSSE Ctifl


NOYER 2009
RESTRUCTURATION D'UN VERGER FERNOR EN HAIE FRUITIÈRE

Jean-Loup PÉROYS & Guillaume PAGÈS, Station de Creysse Jean-Pierre PRUNET, Ctifl/Station de Creysse

I - But de l'essai
Evaluer les effets d'une restructuration basée sur l'élimination d'un arbre sur deux en quinconce pour une
parcelle de noyers Fernor plantée initialement en haie fruitière 7 m x 3,5 m.

II - Matériel et Méthodes
Parcelle d’essai : Modalités :

Variété : Fernor, 1995, Axe structuré Arbres à 7 m x 3,5 m depuis plantation


Arbres à 7,8 m x 7,8 m depuis 6 ans
Densité : 7,8 m x 7,8 m et 7m x 3,5m
Mesures :
Irrigation : Goutte à goutte 16L/h/arbre
Sablo-limoneux acide Rendements et calibres
Sol : Pauvre en MO Circonférences des troncs
Enherbé sur l'inter-rang

Lors de l’hiver 2003-2004, 9 ans après la plantation, a été achevée la restructuration d’une partie du
verger, c’est-à-dire la suppression d’un arbre sur deux en quinconce. Sachant que la densité de base était
de 7 x 3,5 m au carré, la nouvelle densité obtenue est de 7,8 x 7,8 m en quinconce.

Le verger a effectué en 2009 sa 15° feuille mais il est important de rappeler que des dégâts de gel ont
perturbé sa croissance les premières années (gel du 6 novembre 1995 avec mini – 6,3 °C.)
Il doit être signalé aussi la forte proportion de chancres sur troncs sur ces noyers.

Toutes les modalités sont soumises aux mêmes opérations culturales :


- taille des branches basses en sortie d’hiver
- amendement calco-magnésien (1000 U de CaO sous forme de chaux éteinte)
- fertilisation N (70 U), K2O(96 U) et MgO (24U),

Seul l’entretien du couvert végétal sur le rang est différent pour la modalité 7,8 m x 7,8 m.

Il n’y a pas eu de protection phytosanitaire contre les principales maladies et ravageurs du noyer cette
année.
27

III - Résultats et Discussion

Compte tenu de l’absence de répétitions pour toutes les mesures et observations, les résultats ne sont
pas interprétés statistiquement. Nous fournirons donc seulement des tendances.

Restructuration

Restructuration

Figure 1 : Evolution des rendements par arbre (a) et extrapolés à l’hectare (b) par modalité.

Depuis la restructuration en 2002-2003, les rendements par arbre sont supérieurs sur les arbres
restructurés que sur les arbres conduits en haute densité (cf. figure 1). Ceci s’explique aisément par la
plus forte pénétration de la lumière. Les rendements sur les deux modalités ont été nettement moins forts
en 2009 par rapport à 2008 où il y avait peu de pression de bactériose et donc peu de noix chutées. De
plus, en 2009, nous remarquons que l’écart en kg/arbre s’est réduit : en effet, en 2008, nous comptions
une différence de près de 7 kg/arbre, contre seulement 4 kg en 2009.
Lorsque nous extrapolons les rendements à l’hectare, nous observons que comme l’année passée, les
rendements restent supérieurs pour la modalité à haute densité. L’écart s’est même creusé cette année
puisque l’on estime une différence de rendement de 960 kg en 2009 contre 860 kg en 2008 en faveur des
arbres à haute densité.
28

Tableau 1 : circonférences et accroissements moyens (cm) des troncs

Modalité 2009 2008 Accroissement Variabilité

7,8 m x 7,8 m 72,8 +/- 8,5 cm 68,9+/- 8,4 cm 3,9 cm 12%


7 m x 3,5 m 67,0 +/- 5,4 cm 65,2 +/- 5,2 cm 1,8 cm 8%

Comme les années précédentes, les arbres ayant été restructurés ont présenté en 2009 des troncs de
diamètre plus important que les arbres conduits en haute densité (cf. tableau 1), ce qui est en corrélation
avec la pénétration plus importante de la lumière. En revanche, l’accroissement annuel fut plus important
en 2009 pour les arbres à faible densité, ce qui ne fut pas le cas en 2008.

Figure 3 : Répartition des noix par calibre

Les noix des arbres restructurés ont présenté en 2009 des calibres à peu près équivalents entre les deux
modalités (cf. figure 3) : si le pourcentage de noix >32mm était plus élevé pour les arbres 7 m x 3,5 m, les
noix >34mm et >36 mm furent légèrement plus importantes pour les arbres restructurés.

IV - Conclusion / Perspectives
L’essai a montré cette année encore (observation déjà faite en 2008) que l’effet de la restructuration est
remis en cause. En effet, bien que les arbres restructurés aient eu plus de vigueur, les rendements
extrapolés à l’hectare ont été plus importants pour les arbres laissés à la densité 7 m x 3,5 m, pour
un calibre globalement équivalent. Economiquement, la modalité restructuration a donc été moins
avantageuse.
L’essai sera reconduit en 2010 pour affirmer ou non cette tendance.

année de mise en place : 2003


Action en cours ●
RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES AUPRES DE : JL. PEROYS - Station Expérimentale de Creysse
Perrical - 46600 Creysse - Tél : 05 65 32 22 22
Mots clés du thésaurus Ctifl : noyer, haie fruitière
Date de création de cette fiche : 15/02/2010
Validité des informations jusqu'à la date suivante : 15/02/2011
Les moyens consacrés à cette action sont à rattacher à la nomenclature suivante :
Diffusion publique totale (internet) ●