You are on page 1of 18

L¶enseignement supérieur

en Chine

| 
   

   
  

 

     


Eléments contextuels nationaux

- 1950 ± 1960 : modèle soviétique

- 1985 : « Décision du CC du PCC sur la réforme du


système éducatif »

- 1993 : « Grandes lignes de la réforme et du


développement de l¶éducation en Chine »

- 1995 : « Loi sur l¶éducation »

- 1998 : « Loi sur l¶enseignement supérieur »


Eléments contextuels nationaux

s En parallèle à la Loi de 1998, instauration d¶universités


pluridisciplinaires de taille plus importante par fusion d¶établissements
=> rationalisation du paysage et une meilleure performance des EES

s Passage d¶un enseignement élitiste à un enseignement de masse :


v   d¶étudiants en 2000 => v   

s méforme du financement des EES : aujourd¶hui, sur 1908 EES en


Chine, seuls 70 sont sous tutelle directe du MOE, les autres sont
supervisés et financés par les provinces et municipalités.

s Entre 1995 et 2005,  ! "# $ % &# !'(& # ! )
$  * +,- " .'  ! "# $ %"  $&"!# $)&'!).
iinancement à l¶échelle nationale (2005)

s Administration centrale et autorités locales : 43%

s ionds sociaux et fonds privés : 6%

s Donations et levées de fonds : 1%

s Droits de scolarité : 32%

s Autres fonds : 19%


Contenu des réformes au niveau des EES

s Structures

s Gouvernance

s iinancement
mecomposition du dispositif

s #"  # '  $ %&# ")/# ". Avant la réforme, 24
ministères supervisaient et administraient des EES ; entre 1990 et 2000, le nombre
d¶EES dépendant d¶autres instances nationales est passé de 318 à 50, alors que le
nombre d¶établissements directement gérés par le MoE doublait (36 à 71).

s )&#"  # $  /# $ )# (#. Entre 1990 et 2000, le


nombre d¶établissements gérés par les autorités locales est passé de 721 à 1114.

s ") # $' /# '!)"'" !"0) (nombre d¶EES et effectifs en


croissance) et d¶un secteur privé au sein des établissements publics.
méforme de la gouvernance des EES

s '# de conception des programmes d¶enseignement ; autonomie


d¶organisation des services et composantes internes ; autonomie de
recrutement et licenciement du personnel administratif de niveau
intermédiaire ; autonomie de définition des normes et critères de recrutement
des personnels techniques

s (" & $$ #'" '1 !! $%%" publics et projets de recherche
scientifique ; libre initiative pour conduire des projets de recherches pour
d¶autres organismes

s ("#) $ /# des dépenses de fonctionnement et d¶investissement

s '# $ &! # % &'# " qui sont devenues les unités de
base pour le recrutement étudiant, l¶élaboration des programmes, la
recherche... Structuration des EES sur trois niveaux : université, faculté,
département (et non plus deux université/département)
Le positionnement du PCC dans les EES

s Loi de 98 : responsabilisation du Président de l¶Université, sous tutelle


du PCC ;

s Le comité du PCC, dirigé par un secrétaire, est une entité parallèle à


l¶administration dirigée par le Président ;

s Le secrétaire du PCC, le Président et les VP sont désignés par les


pouvoirs publics ;

s Dans chaque composante, faculté ou département, des représentants


du PCC sont chargés de contrôler la mise en œuvre des politiques.
môle du PCC dans les EES

s Le comité de Parti réglemente les modes de fonctionnement de


l¶établissement, il nomme et révoque les Vice-présidents, les
directeurs de facultés, de départements, d¶unités de recherche ;

s Le comité de Parti ne participe plus directement à la gestion du


quotidien, mais supervise la mise en œuvre des principes et
politiques ;

s D¶une manière générale, on constate une diminution du nombre de


représentants du PCC dans les organes directeurs et parmi le
personnel administratif ;

s môle et influence croissants du conseil d¶administration, dirigé par


le Président.
méforme du financement des EES

s Quatre sources principales :

U '(0# !"2& !# , calculées sur un nombre fixe d¶étudiants,


versées par le gouvernement central ou les gouvernements
provinciaux ;

U '#" '(0# $  # #, essentiellement programmes


d¶excellence (211 et 985)

U "# $ & "#) (fixés par les gouvernements locaux)

U 0' '!!)# " : instituts à gestion privée, revenus


commerciaux ou contrats de recherche ;
méforme de la rémunération des personnels

s L¶affiliation politique n¶est plus déterminante dans le recrutement des


personnels, les primes sont modulées en fonction des performances et
du niveau de contribution des individus et non plus sur une base
statutaire. Elles dépassent souvent le salaire de base.
s Structure des revenus des personnels :

U salaire de base (fixé conjointement par le Ministère du personnel et le MoE)

U Le supplément universitaire

U Le « supplément post-secondaire »

U Le « supplément de département »

Pour ces 3 derniers éléments, le montant des primes varie d¶un


établissement à l¶autre en fonction de la réussite de ses activités à
caractère commercial.
Programmes d¶excellence : le « projet 211 »

s Mis en œuvre en 1995, ce projet a pour objectif de favoriser le


renforcement d¶une centaine d¶EES et de domaines disciplinaires
stratégiques en leur allouant des fonds spécifiques. Il est piloté par 3
instances nationales : Commission d¶Etat pour la planification du
développement, Ministère de l¶Education et Ministère des finances.

s 19,6 milliards de mMB au titre du 9e plan quinquénal et 17.2 au titre


du 10e plan ;

s mépartition des financements : 29% pour les travaux


d¶infrastructure, 7% pour la formation des enseignants, 45% pour
les disciplines clés et 19% pour la mise en place de services
communs interuniversitaires.
Projet 211 : bilan

s Bilan d¶ensemble positif :


U ÷ombre d¶étudiants aspirants-chercheurs : x 6

U ionds destinés à la recherche : x 8


U Enseignants titulaires d¶un doctorat : x 6
U Valeur globale des équipements : x 5
U ratio moyen des articles publiés et cités en nette progression
s Au total, les 107 universités du projet 211 (6% de l¶ensemble) réunissent :
U 96% des laboratoires clés

U 85% des disciplines clés


U 1/3 des étudiants de benke
U 2/3 des étudiants de master
U 4/5 des étudiants de doctorat
U La moitié des étudiants étrangers
U 70% des fonds de la recherche scientifique
Programmes d¶excellence : le « projet 985 »

s Le programme a été lancé en 1998 (mai 98). Il vient en complément


du « projet 211 » et a pour objectif de faire émerger des universités
chinoises de niveau mondial.

s Deux phases de développement : 1999-2004 et 2004-2008. 34


établissements sélectionnés dans la 1e phase et 4 supplémentaires
dans la seconde.

s Le projet a permis de faire avancer les fusions d¶universités, le


recrutement de professeurs d¶excellence et d¶experts étrangers, la
réforme de gestion des personnels, l¶amélioration des conditions de
recherche, la liaison universités entreprises et la coopération
internationale.
Outils de gestion et évaluation des EES

s La « Commission des titres et diplômes de l¶enseignement supérieur »


du Conseil des affaires d¶Etat définit les grands principes, la
« Commission d¶orientation » du MoE fixe les directives d¶application.

s Instance d¶évaluation des EES. La « Commission des titres » examine


les dossiers des EES ;

s Mécanismes d¶évaluation. L¶habilitation des EES à délivrer les diplômes


peut être reconduite ou annulée (rare). Un EES peut être sanctionné
avec mise à l¶épreuve ou radié. L¶habilitation des doctorats et
formations professionnelles est de la compétence du MoE, celle des
licences/masters des commissions provinciales.

s Chaque université est évaluée une fois tous les 5 ou 6 ans.


Grades académiques et diplômes

s Grades académiques :
U ±  (licence), généralement en 4 ans (parfois 5)

U u  (master), en 3 ans ou 2 ans


U R (doctorat), en 3 ans
Les grades sont délivrés sous l¶autorité de l¶Etat

s Diplômes nationaux :
U 2   (ë   + 3 ans)
U R (ë   + 4 ans)
U Aspirant-chercheur niveau master (ë + 6 ou 7 ans)
U Chercheur niveau doctorat (ë + 9 ou 10 ans)

Les grades sont conférés aux titulaires de diplômes nationaux ayant obtenus de
bonnes notes. Le 2   ne confère pas de grade académique.
Organisation des études

s Le principe de progression entre les cycles repose sur la réussite


à un concours.

U Concours d¶entrée à l¶université au sortir du secondaire (ë  )

U Concours d¶entrée en master au sortir de la licence ;

U Concours d¶entrée en doctorat au sortir du master ;


Internationalisation et mondialisation

s Avant la fin des années 1990, l¶internationalisation de l¶enseignement supérieur


chinois se caractérisait essentiellement par l¶augmentation du nombre d¶étudiants et
enseignants partant poursuivre un programme d¶études à l¶étranger.

s Au début de ce mouvement, la quasi-totalité des étudiants étaient boursiers et


sélectionnés dans les grandes universités. A partir de la fin des années 90 et
l¶autorisation accordée aux étudiants d¶aller à l¶étranger à leurs frais, les chiffres ont
explosé, passant de moins de 20000 en 1998, à 117 000 en 2008, 144 000 en 2007,
et plus de 200 000 en 2008 ?

s En parallèle, la Chine accueille elle aussi beaucoup d¶étudiants étrangers. 197 000
étudiants étrangers accueillis en 2007 (avec + 58% pour les étudiants africains)

s Enfin, l¶enseignement supérieur en Chine a évolué aussi depuis 1995 à travers


l¶internationalisation des cursus et des programmes (traduction de manuels, cursus
sino-étrangers co-diplômants, ouvertures d¶Instituts délocalisés en Chine)